Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Richard Alba (2020), The Great Demog(…)

Richard Alba (2020), The Great Demographic Illusion. Majority, Minority, and the Expanding American Mainstream (Princeton University Press, 2020)

Anne Unterreiner
Référence(s) :

Richard Alba (2020), The Great Demographic Illusion. Majority, Minority, and the Expanding American Mainstream, Princeton, Princeton University Press, 336 p.

Texte intégral

  • 1 Contrairement aux revues scientifiques anglophones, les orientations politiques, les critiques plus (...)

1Dans son dernier ouvrage, The Great Demographic Illusion. Majority, Minority, and the Expanding American Mainstream, Richard Alba, Distinguished Professor of Sociology au Graduate Center, City University of New York, propose une analyse du discours sur le remplacement de la majorité blanche par les minorités ethniques aux États-Unis. Après avoir mis en avant comment la diffusion de conclusions du Census bureau en matière de répartition ethno-raciale actuelle et à venir de la population résidant aux États-Unis a renforcé cette croyance dans l’opinion publique, le sociologue déconstruit les choix de catégorisations effectués par l’appareil étatique américain par le biais d’une analyse de l’intégration des enfants de couples mixtes et des populations issues de l’immigration sud-américaine. Il propose ensuite une redéfinition de la notion de « mainstream », en se fondant à la fois sur des données empiriques et sur les différentes théories de l’intégration et de la race mobilisées aux États-Unis depuis le début du xxe siècle, pour conclure sur une proposition théorique croisant Race relation et Assimilation theories visant à approfondir ses propres écrits passés, et notamment la perspective néo-assimilationniste qu’il avait promu avec Victor Nee dans les années 1990 (Alba & Nee, 1997). Paru en 2020, et rédigé sous la Présidence Trump, cet écrit se positionne nettement vis-à-vis des orientations politiques d’alors1. Il se situe donc à la croisée des études sur les statistiques publiques, des recherches sur l’intégration sociale et des essais de nature plus politique sur la société américaine.

  • 2 « La conception majoritaire-minoritaire s’appuie sur trois principaux prémisses : (1) la société es (...)

2Richard Alba débute sa démonstration en mettant en lumière l’existence de l’idée, au sein de l’opinion américaine, selon laquelle la majorité blanche deviendrait minoritaire statistiquement dans un futur proche, ce qui aurait un effet mécanique sur sa place au sein de la société américaine. « The majority-minority conception is anchored in three core premises: (1) the society is slip between two ethno-racial blocs, one white (and non-Hispanic) and the other minority (nonwhite or Hispanic); (2) the numerical dominance of the white bloc is declining rapidly, and the minority bloc will overtake it in size within a few decades; and (3) the processes producing this change are demographic in nature and inexorable2 » (p. 244). Selon l’auteur, cette croyance généralisée a eu des effets directs sur l’élection présidentielle de 2016 et l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Sans pour autant mobiliser les travaux sur la nation ou l’identité nationale, le sociologue en conclut que « the election fought over who are the authentic Americans » (p. 25), les populations blanches déclassées socialement ayant alors majoritairement voté pour le candidat républicain. Il explique ensuite comment cette idée est devenue dominante aux États-Unis. Selon lui, elle aurait pu rester une opinion si le système statistique gouvernemental (le « demographic data system ») n’avait pas produit de données statistiques appuyant cette vision de la société américaine et si elles n’avaient pas ensuite été reprises par les médias, puis par les hommes et femmes politiques de tout bord.

  • 3 Leur sortie du décompte des minorités aurait diminué les droits des minorités (la preuve de discrim (...)

3Or R. Alba démontre que les statistiques ethno-raciales produites ont conduit à une distorsion de la réalité sociale. Premièrement, les catégorisations du recensement sont le produit d’arbitrages autres que scientifiques. Ainsi, si depuis le recensement de 2000, il est possible de s’identifier à plus d’une race, la question de l’ethnicité hispanique fait l’objet d’une question à part, et ce à la demande du gouvernement mexicain de l’époque. L’Office of Management and Budget (OMB) édicte en outre nombre des règles de récolte de ces données, alors même que sa fonction n’est pas de produire de la connaissance scientifique, mais de permettre que les données soient consistantes entre les différentes agences et départements fédéraux – dont le Department of justice en charge du respect des droits civils. C’est ainsi que les individus ayant déclaré plusieurs appartenances raciales3, de même que ceux s’étant à la fois dits hispaniques et blancs ont été exclus du groupe « blanc » par le Census bureau.

  • 4 Ce choix méthodologique s’explique à notre sens à la fois par le fil de l’argumentation visant à dé (...)

4Deuxièmement, le chercheur fait la preuve que les projections du Census bureau, qui sont parfois considérées comme des prévisions, sont erronées. Le recensement étant une enquête par ménage, c’est en effet la tête du ménage qui répond au questionnaire pour l’ensemble des membres du foyer et notamment des plus jeunes. Celui-ci a une probabilité accrue de déclarer plusieurs appartenances raciales pour ses enfants, alors même que, selon l’auteur, les populations mixtes semblent, à l’exception de ceux qui ont un parent noir et, dans une moindre mesure, un parent amérindien, être plus proches du groupe majoritaire blanc que du groupe minoritaire dont ils sont également originaires au regard de différentes dimensions d’intégration – performances scolaires, insertion professionnelle, conjugalité, pairs, quartier d’habitation, etc. Cette conclusion aurait cependant pu être différente si, au lieu de se fonder sur des analyses descriptives de l’intégration, le sociologue avait employé des modèles analytiques plus complexes, croisant ces dimensions entre elles et tenant compte de manière systématique des caractéristiques sociodémographiques des individus (le genre et le parcours migratoire notamment)4. Par ailleurs, tout comme les populations originaires d’Amérique latine et comme cela a déjà été montré dans différents travaux sur l’identification ethno-raciale des populations mixtes (i.e. Saenz et al., 1995), R. Alba souligne que leur identité est particulièrement fluide. Dans ce contexte, les changements de déclarations d’un recensement à l’autre ne sont pas rares et les choix identitaires opérés peuvent notamment s’expliquer, comme cela a été montré pour d’autres populations, par d’autres caractéristiques sociodémographiques (voir notamment Portes, 1995 ; Hickman, 2011). Or c’est sur l’identité ethno-raciale déclarée pour les enfants de moins de cinq ans que se fondent les prévisions du Census bureau quant au fait que le groupe majoritaire blanc devienne prochainement minoritaire statistiquement et ce alors même que les populations mixtes sont le « pivot » (p. 84) de ces modèles prospectifs.

5Tout le début de l’ouvrage s’inscrit ainsi pleinement dans le champ des différents travaux sur les recensements, et plus largement sur les statistiques publiques et leurs effets sur les travaux de recherche et la société en général (i.e. Ringelheim, 2006). Cette première partie, et le contexte américain décrit, rappellent fortement les différents débats sur les statistiques ethno-raciales en Europe continentale, suite à l’usage qui avait été fait des fichages en France sous le régime de Vichy ou encore de données de recensement sous le IIIe Reich, puis face à la montée de l’extrême droite et de la reprise de la théorie du grand remplacement, en France notamment, à partir des années 1980, puis dans les années 1990 dans le « débat sur les statistiques ethniques » (Unterreiner, 2020a, b), et aujourd’hui encore.

  • 5 « L’argument de ce livre n’est pas que les blancs conserveront un statut de majorité numérique, bie (...)
  • 6 « [Une] théorie de l’assimilation à somme non nulle qui suppose des changements dans les structures (...)

6Au-delà des enjeux de catégorisations des groupes minoritaires et majoritaires par la statistique publique américaine, R. Alba met en avant, dans le second temps de sa démonstration, que « la grande illusion démographique » provient d’une méprise quant à la qualification du groupe majoritaire qui, selon lui, est vouée à s’étendre. Il résume ainsi la thèse de son ouvrage : « The argument of this book is not that whites will retain a numerical majority status, although I do not rule out such a possibility, but rather the mainstream expansion, which would meld many whites, nonwhites, and Hispanics, holds out the prospect of a new kind of societal majority5 » (p. 10-11). Après avoir effectué une analyse critique des Race relation, Assimilation et Segmented Assimilation theories, qu’il considère comme « complémentaires, non pas opposées » (p. 155), le sociologue propose, dans la lignée de ses travaux antérieurs et avec une analyse socio-historique et statistique à l’appui, une « non-zero-sum assimilation theory that presumes changes in social structures that open up space for formerly marginalized minorities to enter the mainstream without appearing to threaten the status of established groups. This theory pinpoints three critical, generalizable processes at the core of this assimilation that are thus logically sufficient to generate the outcome: status uplift […], social proximity […], moral elevation or destigmatization6 » (p. 164).

  • 7 « Notre avenir ethno-racial sera […] puissamment façonné par les forces sociales et économiques et (...)

7Richard Alba souligne ainsi que la société américaine est construite selon la manière dont les niveaux d’inégalités sociales s’articulent avec l’appartenance ethno-raciale des individus et des groupes sociaux. « Our ethno-racial future will […] be powerfully shaped by social and economic forces and by social policies that will influence the opportunities for nonwhites to advance socially and economically as well as the character of relations across ethno-racial boundaries. More particularly, such forces will determine the social status, experiences, social affiliations, and identities of the individuals who are situated by family background in between the major ethno-racial blocs of American society, thereby molding who they become and how they present themselves7 » (p. 246-247). C’est la raison pour laquelle il effectue dans les derniers chapitres de cet ouvrage trois préconisations de politiques publiques ayant pour visée que le groupe majoritaire s’étende. La première est une augmentation de la fiscalité sur les hauts revenus et patrimoines, dans la perspective de permettre une hausse des investissements publics. La deuxième vise à lutter contre le racisme structurel et institutionnel à l’égard des populations africaines-américaines. La troisième est la régularisation des sans-papiers présents de longue date sur le territoire américain, parents d’enfants américains ou qui exercent un emploi.

  • 8 Il apparaît cela dit clairement qu’un tel choix aurait certainement fait perdre le fil de l’argumen (...)

8Ainsi, du début à la fin de cet ouvrage, le sociologue effectue une démonstration particulièrement robuste de l’existence d’une « grande illusion démographique » et de ses effets aux États-Unis. À sa lecture, on ne peut cependant s’empêcher de vouloir aller plus loin et d’être plus systématique dans certaines analyses8. La grille ethno-raciale reprise par l’auteur, sans pour autant toujours donner l’impression d’y souscrire, pose ainsi question. D’un côté, des glissements entre auto-identification ethno-raciale et « culture » apparaissent parfois, sans pour autant que cette notion soit véritablement définie. De l’autre, ces catégories sont parfois considérées comme correspondant aux groupes d’appartenances des individus, alors même que le chercheur fait lui-même le constat qu’elles n’ont pas toujours de sens pour les populations – les migrants d’Amérique latine et les populations mixtes notamment –, et qu’elles sont fortement corrélées avec le niveau d’intégration sociale. Au vu de ces éléments, une description de la société américaine fondée sur l’auto-identification raciale a-t-elle du sens ? Richard Alba lui-même s’interroge. Enfin, ces groupes ethno-raciaux englobent des populations aux parcours migratoires et aux caractéristiques sociodémographiques – appartenance sociale et genre par exemple – très différentes, ces éléments n’étant pas toujours intégrés à l’argumentation. Pour comprendre plus avant ces phénomènes, une analyse croisant l’auto-identification ethno-raciale avec les caractéristiques migratoires – pays d’origine, nationalité, génération de migration, maîtrise de la langue anglaise et statut notamment – paraît nécessaire. Mais cet ouvrage présente malgré tout un intérêt fort pour qui souhaite comprendre, analyses de données statistiques et de littérature grise à l’appui, le contexte et les débats sur l’évolution de la société américaine contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Alba R. & Nee V. (1997), « Rethinking Assimilation Theory for a New Era of Immigration », International Migration Review, vol. 31, no 4, p. 826-874.

Hickman M. J. (2011), « Census Ethnic Categories and Second-Generation Identities: A Study of the Irish in England and Wales », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 37, no 1, p. 79-97.

Portes A. (1995), « Children of Immigrants: Segmented Assimilation and Its Determinants », in Portes A. (dir.), The Economic Sociology of Immigration: Essays on Networks, Ethnicity, and Entrepreneurship, New York, Russell Sage Foundation, p. 248-280.

Ringelheim J. (2006), Processing Data on Racial or Ethnic Origin for Antidiscrimination Policies. How to Reconcile the Promotion of Equality with the Right to Privacy?, New York, NYU School of Law.

Saenz R., Hwang S.-S., Aguirre B. E. & Anderson R. N. (1995), « Persistence and Change in Asian Identity among Children of Intermarried Couples », Sociological Perspectives, vol. 38, no 2, p. 175-194.

Unterreiner A. (2020a), « The Identification of Mixed People in France: National Myth and Recognition of Family Migration Paths », in Rocha Z. & Aspinall P. (dir.), The Palgrave International Handbook of Mixed Racial and Ethnic Classification, Londres, Palgrave Macmillan, p. 267-278.

Unterreiner A. (2020b), « The Weight of German History: Racial Blindness and Identification of People with a Migration Background », in Rocha Z. & Aspinall P. (dir.), The Palgrave International Handbook of Mixed Racial and Ethnic Classification, Londres, Palgrave Macmillan, p. 301-313.

Haut de page

Notes

1 Contrairement aux revues scientifiques anglophones, les orientations politiques, les critiques plus affirmées et les préconisations de politiques publiques des chercheurs apparaissent plus nettement dans leurs ouvrages.

2 « La conception majoritaire-minoritaire s’appuie sur trois principaux prémisses : (1) la société est entre deux blocs ethno-raciaux, l’un blanc (et non hispanique) et l’autre minoritaire (non blanc ou hispanique) ; (2) la domination numérique du bloc blanc décline rapidement et le bloc minoritaire le dépassera en taille d’ici quelques décennies ; et (3) les processus produisant ce changement sont inéluctables et de nature démographique ».

3 Leur sortie du décompte des minorités aurait diminué les droits des minorités (la preuve de discriminations au travail par exemple étant apportée en utilisant les pourcentages locaux de minorités), ce qui semblait alors particulièrement injuste vu l’engagement des populations mixtes dans les revendications des droits noirs.

4 Ce choix méthodologique s’explique à notre sens à la fois par le fil de l’argumentation visant à démontrer l’existence d’une « grande illusion démographique » et par la perspective néo-assimilationniste de l’auteur (voir ci-dessous).

5 « L’argument de ce livre n’est pas que les blancs conserveront un statut de majorité numérique, bien que je n’exclue pas une telle possibilité, mais plutôt que l’expansion dominante, qui fusionnerait de nombreux blancs, non-blancs et Hispaniques, offre la perspective d’une majorité sociale d’un nouveau type ».

6 « [Une] théorie de l’assimilation à somme non nulle qui suppose des changements dans les structures sociales qui ouvrent un espace pour que des minorités autrefois marginalisées puissent entrer dans le courant dominant sans sembler menacer le statut des groupes établis. Cette théorie identifie trois processus critiques et généralisables au cœur de cette assimilation qui sont donc logiquement suffisants pour générer des résultats : élévation de statut […], proximité sociale […], élévation morale ou déstigmatisation ».

7 « Notre avenir ethno-racial sera […] puissamment façonné par les forces sociales et économiques et par les politiques sociales qui influenceront les opportunités pour les non-blancs de progresser socialement et économiquement ainsi que le caractère des relations à travers les frontières ethno-raciales. Plus particulièrement, ces forces détermineront le statut social, les expériences, les affiliations sociales et les identités des individus qui se situent, par leur origine familiale, entre les principaux blocs ethno-raciaux de la société américaine, façonnant ainsi qui ils deviennent et comment ils se présentent ».

8 Il apparaît cela dit clairement qu’un tel choix aurait certainement fait perdre le fil de l’argumentation à l’auteur et en aurait diminué la force démonstrative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Unterreiner, « Richard Alba (2020), The Great Demographic Illusion. Majority, Minority, and the Expanding American Mainstream (Princeton University Press, 2020)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 25 juillet 2022, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10398

Haut de page

Auteur

Anne Unterreiner

anne.unterreiner@cnaf.fr
Docteure en sociologie, chargée de recherche et d’évaluation (Cnaf-DSER), chercheure associée au Centre Maurice Halbwachs (CMH) - Caisse nationale des Allocations familiales, 32 avenue de la Sibelle, 75685 Paris cedex 4, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search