Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Pierre Livet et Bernard Conein, Proc(…)

Pierre Livet et Bernard Conein, Processus sociaux et types d’interactions (Éditions Hermann, 2020)

Éric D. Widmer
Référence(s) :

Pierre Livet et Bernard Conein (2020), Processus sociaux et types d’interactions, Paris, Éditions Hermann, 286 p.

Texte intégral

version postprint

1Le livre de Pierre Livet et Bernard Conein entend rendre compte de la diversité des interactions sociales en partant de la combinatoire entre plusieurs concepts clés : interactions directes, indirectes, hors portée (ou mises hors portée), reprises, virtualités et différentiel d’interactions. Ayant une forte ambition théorique, il ne s’agit pas d’un livre d’accès aisé. Il amène cependant à considérer sous un angle nouveau les questions relevant de la genèse dans le temps des liens sociaux, telles que par exemple celles touchant à la construction d’une popularité ou au contraire d’une marginalité dans les réseaux sociaux.

2Inspirée de l’analyse des réseaux mais aussi de l’analyse conversationnelle, la perspective se veut processuelle et relationnelle, les deux adjectifs étant considérés pratiquement comme synonymes. L’ouvrage affirme en effet d’emblée qu’il n’est pas possible d’analyser un système d’interactions comme s’il était figé dans le temps et pas souhaitable de faire comme s’il existait des processus sans interactions. On ne peut en d’autres termes ni comprendre un réseau sans le considérer comme changeant, ni rendre compte d’un processus sans en repérer les dimensions relationnelles. La théorisation proposée a donc comme objet la manière dont les configurations d’interactions se développent dans le temps. Ce qui caractérise ces processus relationnels est alors d’être marqués par des « reprises » où se déploie une volonté de continuer à interagir malgré des circonstances contraires, qui peuvent être aléatoires, voire anecdotiques – la présence d’une porte trop étroite qui rompt pour quelques instants la progression conjointe de deux personnes conversant –, ou plus fondamentales – un divorce conflictuel rompant, temporairement, les interactions dans une famille. Ces reprises sont riches en virtualités, c’est-à-dire en de multiples configurations possibles d’interactions.

3La démonstration commence par les interactions directes, définies comme celles qui s’établissent par la coprésence de deux ou plusieurs personnes. Les interactions indirectes impliquent au contraire que les deux acteurs se réfèrent à une ou plusieurs personnes absentes de l’interaction. Ces dernières visent donc des personnes connues mais absentes, par exemple via le commérage à leur propos. Les interactions hors portée, quant à elles, sont constitutives de chaînes très longues qui relient des individus qui n’ont pas de contrôle les uns sur les autres et qui, le plus souvent, n’ont même pas conscience de leur existence réciproque. Il n’en reste pas moins que ces individus peuvent exercer, sans le vouloir et même le savoir, une influence les uns sur les autres par les interdépendances complexes qui les lient. À noter que ces chaînes d’interactions ne sont pas seulement composées d’êtres humains mais aussi d’artefacts, de symboles et même d’institutions.

4C’est dans le différentiel d’interactions directes, indirectes et hors-portée que les auteurs trouvent un mécanisme de choix pour expliquer les tensions, conflits et inégalités présents dans de très nombreuses situations. De fait, la construction d’une nouvelle interaction peut supprimer – mettre hors-portée – des interactions directes et indirectes préexistantes, pour l’individu qui l’a initiée, mais également pour les personnes avec lesquelles il est en interaction. Les auteurs donnent l’exemple d’un fils de paysan qui devient chercheur. Celui-ci va voir de nouvelles interactions directes et indirectes se démultiplier par l’accès à des interactions jusqu’ici hors-portée. Ces interactions supplémentaires peuvent cependant avoir comme coût l’annulation d’interactions directes ou indirectes associées au milieu d’origine. Le différentiel du changement peut alors être soit positif si le nombre et l’importance des nouveaux liens dépasse ceux des liens détruits, soit négatif si ces derniers dépassaient, en nombre et importance, les apports des nouveaux liens . De même, les membres plus anciens du réseau de l’individu verront peut-être leurs propres réseaux se rétrécir par l’éloignement de celui-ci, et ainsi perdre des interactions indirectes, qui se transformeront en interactions hors-portée.

5La typologie des interactions sociales proposée par Pierre Livet et Bernard Conein a l’intérêt de décentrer les sociologues, et particulièrement ceux qui s’intéressent aux réseaux, de l’analyse des interactions directes, pour les rendre attentifs aux interactions d’autres natures, liées à la cognition, à la rumeur ou aux commérages, et aux interdépendances fonctionnelles, qui échappent à la coprésence et à la conscience. Non que l’analyse de réseaux ne se soit pas déjà penchée sur ces types d’interactions, mais parce que l’ouvrage en question systématise en la théorisant la diversité des interconnections existant entre les acteurs. Plusieurs classiques de l’analyse de réseaux sont revisités dans cette perspective par l’ouvrage, telle la notion de trous structuraux de Ronald S. Burt ou de liens faibles de Mark Granovetter. L’ouvrage contribue par exemple à questionner les modèles généralement privilégiés en analyse de réseau pour expliquer la genèse des liens, via la tendance des liens à la transitivité ou au biais de popularité. La mise en connections de deux relations fortes ne créent en effet pas nécessairement, dans la perspective des auteurs, l’émergence d’une troisième interaction directe, faible ou forte, à plus ou moins long terme, tant les reprises entre interactions directes, indirectes et hors-portée est riche en virtualités multiples, à divers niveaux. De même, la tendance des nouveaux venus à s’associer à des membres particulièrement bien connectés, génératrice de « hubs » peut être revue par la prise en compte non seulement des interactions directes s’établissant entre les personnes mais également en référence aux autres types d’interactions définies par les auteurs.

6La lecture de l’ouvrage stimule le lecteur à se poser de nouvelles questions mais génère aussi certaines interrogations plus critiques. De fait, les tensions susceptibles d’être générées par les réseaux ne sont abordées que comme externalités des différentiels d’interactions, entre gains et pertes de liens. On peut cependant penser, en suivant la littérature récente sur les réseaux de conflits, que ces liens ne s’expliquent pas seulement, ou même principalement, comme des conséquences de pertes ou de gains de liens positifs mais qu’ils ont une dynamique propre liée aux contraintes structurelles – en termes de genre ou de classes sociales par exemple – pesant sur les interactions. On est aussi amené à s’interroger sur la manière dont les prédictions faites par l’ouvrage pourraient dans les faits amener à mieux rendre compte de problèmes empiriques. Plusieurs chapitres de l’ouvrage s’engagent dans cette voie, en suggérant que certaines affiliations a priori génératrices de conflits sociaux et d’exclusion pourraient être issues d’un besoin de rééquilibrage de leurs différentiels d’interactions par les individus relationnellement marginalisés.

7Reste à savoir comment, empiriquement, mesurer les différents types d’interactions. L’ouvrage reste assez silencieux sur ce point. Il n’est en effet pas évident de mesurer des interactions indirectes, qui impliquent comme dit plus haut des liens sur lesquels deux personnes en interaction directe échangent ou se concertent, et donc, de ce fait, sur lesquels ils peuvent exercer une influence. Quelle question faudrait-il poser dans une enquête empirique pour approcher ce type de liens ? Et quelle validité peut-on attendre des réponses obtenues ? Quant aux interactions hors-portée, ou mises hors-portée, comme elles sont innombrables, on voit mal comment, empiriquement, saisir leurs contours et leurs effets. De même, comment opérationaliser empiriquement la distinction proposée entre interactions directes et indirectes ? Il est clair qu’une triade pourra dans un temps relativement court passer par des configurations d’interactions directes et indirectes très variables. Si A voit B pour parler de C, alors A et B ont une interaction directe, alors qu’ils ont une interaction indirecte avec C. Il est fort probable, cependant, si la triade est constituée de liens forts, que cette configuration soit remplacée dans le court terme par une triade où A et C, en coprésence, parleront de B absent. Dès lors, toute relation directe n’est-elle pas amenée à être aussi, et presque simultanément du point de vue de la recherche empirique, une relation indirecte car les commérages touchent bien souvent des personnes temporairement absentes avec lesquelles on conserve un certain niveau d’interaction sur le court ou moyen terme. En clair, on aurait aimé en savoir plus sur l’opérationalisation empirique des types proposés par l’ouvrage.

8Dans une perspective que Georg Simmel n’aurait sans doute pas désavouée, l’intérêt des auteurs porte sur la forme des interactions bien davantage que sur leur contenu. Du point de vue empirique, l’ouvrage se centre sur quelques exemples choisis, généralement tirés des classiques. De fait, la mobilisation des résultats de recherches sociologiques contemporaines reste relativement secondaire par rapport à l’analyse logique du potentiel combinatoire des notions fondatrices de l’approche. En conclusion, voilà donc un ouvrage qui stimulera celles et ceux d’entre les sociologues qui portent une attention centrale aux dimensions formelles des processus relationnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric D. Widmer, « Pierre Livet et Bernard Conein, Processus sociaux et types d’interactions (Éditions Hermann, 2020)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 13 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10429

Haut de page

Auteur

Éric D. Widmer

eric.widmer@unige.ch
Professeur au Département de Sociologie de l’Université de Genève et co-directeur du NCCR LIVES - Département de Sociologie, Université de Genève, 102 boulevard Carl Vogt, 1211 Genève, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search