Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Benoît Coquard, Ceux qui restent. Fa(…)

Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin (La Découverte, 2019)

Josette Debroux
Référence(s) :

Benoît Coquard (2019), Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte, 216 p.

Texte intégral

version postprint

1L’ouvrage de Benoît Coquart donne à voir le quotidien de jeunes ruraux vivant dans les anciennes régions industrielles du Grand Est de la France marquées par la baisse continue des emplois, la fermeture des services et des équipements, un exode massif des jeunes, en particulier des diplômés. Alors que les producteurs de représentations médiatiques imposent, du fait de points de vue surplombants et domino-centrés, des visions caricaturales des classes populaires rurales, oscillant entre misérabilisme et populisme, Benoît Coquart propose une approche ethnographique des « campagnes en déclin », approche qui le conduit à se mêler aux jeunes ouvriers, employés et chômeurs qu’il observe, afin de révéler, suivant une approche inductive, ce qui est invisible à un regard distant. S’appuyant sur une longue enquête – environ 200 jeunes adultes ont été « rencontrés » (p. 16) entre 2010 et 2018 –, l’auteur montre qu’un style de vie populaire fondé sur « l’interconnaissance, la camaraderie, l’hédonisme » (p. 16) perdure en dépit des changements structurels globaux qui affectent ces territoires. Les sept chapitres, qui décrivent de manière fine et nuancée les manières de penser et d’agir des jeunes ruraux appartenant à différentes fractions des milieux populaires, soulignent le rôle intégrateur de « la bande de potes » qui garantit la « bonne réputation », indispensable à la stabilisation professionnelle et matrimoniale dans un contexte de forte concurrence sociale.

2Le premier chapitre, consacré au mouvement des Gilets jaunes, permet à l’auteur de relier ce qu’il observe et entend sur les ronds-points à ce que son enquête a précédemment mis au jour. Les habitants de ces espaces partagent le sentiment d’un déclassement et redoutent la mise en péril d’un mode de vie populaire rural auquel ils tiennent, du fait de l’augmentation du prix du carburant qui les touche de plein fouet parce qu’ils sont tributaires de la voiture pour réaliser leurs activités quotidiennes en différents lieux distants les uns des autres. Toutefois, certains clivages internes aux milieux populaires se manifestent dans le rapport au mouvement. Les « plus stables », travaillant dans de petites structures et qui s’identifient aux classes moyennes, désertent rapidement les ronds-points par souci de leur réputation, se tenant à distance des plus précaires et de ceux qui sont employés dans les grandes entreprises du secteur, plus familiers des rapports de classes et plus durablement impliqués dans le mouvement. Les Gilets jaunes ont également été rejoints par des autoentrepreneurs qui ont cru à une promotion en quittant le salariat, ainsi que par des indépendants, de petits entrepreneurs qui se distinguent des milieux populaires uniquement par leur capital économique.

3Le deuxième chapitre explore le sens du « c’était mieux avant », une expression qui émaille souvent les échanges entre les hommes autochtones, stables, bénéficiant d’une bonne réputation. Ces représentations souvent fantasmées des décennies passées, transmises par les aînés notamment au cours des activités de loisirs mêlant les générations qui valorisent « l’autonomie », la « solidarité », servent non seulement à pointer, en creux, les difficultés du quotidien consécutives à la détérioration du marché du travail mais témoignent également de la volonté des jeunes ruraux de s’inscrire dans le sillage de leurs parents, qui ont pu trouver une reconnaissance dans la sphère locale. Les jeunes femmes sont, quant à elles, plutôt nostalgiques de leur adolescence. Les plus précaires apparaissent peu enclins à s’épancher sur un passé qui les stigmatise.

4Le troisièmechapitre montre que « l’entre-soi populaire » caractéristique de ces « campagnes en déclin » résulte avant tout du tri qu’opère l’école au sein des jeunes générations. Du côté de « ceux qui restent », se trouvent majoritairement des enfants issus de milieux populaires d’origine française ou nés de parents immigrés, peu diplômés ou ayant suivi des études courtes mais qui ont réussi selon leurs propres normes – avoir un emploi stable qui « sert à quelque chose » (p. 85), être propriétaire, avoir des enfants, faire partie d’un groupe d’amis ayant une « bonne réputation »… –, ainsi que des jeunes issus de la petite bourgeoisie économique devenant localement des « dominants » (p. 105) en héritant de positions familiales avantageuses et enfin des jeunes précaires qui ne peuvent pas compenser l’absence de diplôme par les réseaux d’entraide locaux, discriminés du fait de leur patronyme, associé à une « mauvaise réputation » (p. 109).

5« Ceux qui partent » pour poursuivre des études supérieures sont issus des milieux intermédiaires ou supérieurs et dans une moindre mesure des milieux populaires. À la faveur de la massification scolaire, les jeunes de milieux populaires qui s’engagent dans des études longues, majoritairement des filles, le font souvent sans volonté de mettre à distance leur milieu d’origine. Alors que les jeunes issus de milieux intermédiaires sont peu inscrits dans les sociabilités locales, les filles vont, petit à petit, s’éloigner de leurs amis d’enfance, pour reformer dans le cadre de leurs études des « groupes de campagnardes » (p. 96). Bien que minoritaires, des sans-diplômes alimentent le flux de l’exode : il s’agit de jeunes ruraux sans attaches familiales locales fortes mais ayant des connaissances ailleurs. À l’écart des sociabilités locales, ils n’ont aucune chance d’obtenir un emploi s’ils restent vivre sur place.

6Dans le chapitre 4, l’auteur s’attarde sur la représentation des « ailleurs possibles ou impossibles » en matière d’émigration. Les parcours d’émigration considérés comme exemplaires sont ceux auxquels les jeunes ruraux de milieux populaires peuvent s’identifier parce qu’ils partagent avec les « migrants » des caractéristiques communes : outre le territoire de la Suisse et d’autres « ailleurs » situés en France, les métiers de l’armée et plus particulièrement celui des pompiers de Paris font figure de possibles honorables surtout pour les peu diplômés qui ne peuvent pas compter sur leur capital social.

7Les chapitres 5, 6 et 7 portent de manière plus centrale sur la sociabilité locale, que la délocalisation des usines et la raréfaction de l’emploi n’a pas fait disparaître mais dont les lieux ont changé : les bistrots qui rassemblaient les « gens du coin » de moins en moins nombreux ne sont fréquentés que par les « vieux », les précaires tandis que les sociabilités masculines, devenues plus électives, se sont repliées sur le foyer. Ce ne sont plus les collectifs de travail qui structurent les sociabilités masculines, les inscrivant dans la sphère locale, mais les liens d’amitié tissés dans le cadre scolaire, des loisirs ou encore dans la sphère professionnelle, qui élargissent la base de recrutement des membres des groupes affinitaires à plusieurs cantons, voire départements. La forte concurrence pour l’accès à l’emploi déqualifié conduit les jeunes adultes à se retrouver « entre vrais potes » avec lesquels ils peuvent boire et fumer du cannabis à l’abri des ragots qui pourraient entacher leur réputation. La conscience d’appartenir à un collectif se cantonne au « déjà-nous », c’est-à-dire aux « vrais potes » qui non seulement partagent les mêmes goûts et valeurs mais sont également liés par des pratiques communes comme le travail au noir, l’entraide, l’implication dans l’encadrement d’activités de loisirs au niveau local. Source de rétributions économiques et symboliques, la « bande de potes » peut aussi être un soutien en cas de perte d’emploi, garantissant la valeur de ses membres.

8Avec la désindustrialisation, les lieux de sociabilité des femmes ont disparu, conduisant leurs sociabilités à s’invisibiliser davantage. La position souvent dominée qu’elles occupent dans les rencontres « chez les uns, chez les autres », reflète les inégalités plus générales entre hommes et femmes : ces dernières s’inscrivent souvent dans le réseau amical et dans l’espace de leur conjoint – elles s’installent souvent dans la maison dont le conjoint a hérité –, leur situation professionnelle est plus précaire, elles ont donc moins la possibilité d’orienter les sociabilités du couple autour de leurs propres relations.

9En conclusion, cet ouvrage vient utilement approfondir les apports d’autres travaux qui s’intéressent aux effets du modèle économique néolibéral en termes de reconfiguration des classes populaires et de leurs espaces. L’intérêt de la recherche tient non seulement à la production de connaissances fines sur le style de vie de jeunes actifs de milieux populaires localisés dans des espaces encore peu investigués que sont « les campagnes en déclin » mais aussi dans les pistes de réflexion théoriques et empiriques qu’elle ouvre notamment pour l’analyse de la structure des classes et fractions de classe, ainsi que celle des rapports de domination, des rapports de genre en situation d’hypergamie féminine.

10Malgré la richesse du matériau, la description très précise de certaines scènes de la vie quotidienne, le souci de l’auteur de penser avec les catégories indigènes, la lectrice ou le lecteur sociologue peut émettre certains regrets. Alors que dans l’enquête ethnographique, le rapport à l’objet et les modalités pratiques d’enquête sont deux éléments qui conditionnent largement la nature du matériau produit et in fine l’interprétation, et font donc partie intégrante de l’analyse, leur pouvoir heuristique ayant été maintes fois démontré, les éléments livrés dans l’ouvrage à ce propos sont trop peu précis. Certes, l’auteur mentionne dans son introduction que, s’il n’a pas eu à se familiariser avec son terrain d’enquête puisqu’il s’agit de son milieu d’origine, il a dû au contraire « s’en distancier pour parvenir à l’analyser froidement » (p. 14) mais ne livre pas les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Dans quelle mesure l’expérience passée de l’auteur – son appartenance à différentes « bandes de potes » – et sa situation au moment de l’enquête – il fait partie des jeunes de milieux populaire qui sont partis suivre des études dont la rentabilité sur le marché du travail est incertaine – n’ont-elles pas orienté son regard vers « ce qui est important ici » et la compréhension de « ce qui s’y passe » ? Dans l’ouvrage, les relations d’amitié et d’entraide semblent davantage mises en avant que les tensions ou conflits. Cette représentation enchantée des relations amicales semble faire écho à celle des étudiantes qui poursuivent des études supérieures « malgré elles » et qui progressivement sont « oubliées » dans leur village d’origine tout en restant inconnues ailleurs (p. 86).

  • 1 Jean-Pierre Olivier de Sardan (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en a (...)

11Benoît Coquard démarre son enquête en mobilisant ses relations amicales d’enfance, que l’on suppose réactivées pour les besoins de l’enquête, se retrouvant après plusieurs mois « impliqué dans leurs échanges quotidiens » (p. 14). Si cette méthode permet une bonne connaissance des manières de voir, de penser et d’agir des membres du réseau dans lequel l’auteur s’inscrit, le point de vue reste situé. Dans un milieu d’interconnaissance, la position locale de ses amis d’enfance et de ceux avec qui il a « sympathisé » (p. 13), leurs propriétés sociales – aux limites de leur catégorie sociale puisque qu’ils intègrent dans leur cercle d’échange un étudiant avancé – positionne l’enquêteur – il est associé à une « clique1 ». Cette place conditionne la manière dont il sera perçu par les autres « jeunes ruraux » et ce que ces derniers lui donneront à voir. Faute d’éléments précis sur la manière de constituer la population observée-enquêtée, on peut se demander si la forte sociabilité amicale décrite concerne effectivement la plupart des jeunes hommes de milieux populaires « stables » des « campagnes en déclin » ou si elle ne concerne qu’une partie d’entre eux.

  • 2 Gérard Mauger (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, no 6, p. 125-142.
  • 3 L’effet de légitimité résidentielle conduit certains habitants des quartiers populaires, dont les r (...)

12On a parfois le sentiment que pour l’auteur, les relations amicales nouées, la longue immersion doublée des qualités de l’ethnographe – curiosité, ouverture aux « observés », respect des « portes qui s’ouvrent et se ferment »… – semblent suffire à suspendre, une fois pour toutes, la structuration des relations par l’asymétrie des ressources2. Dans quelle mesure, par exemple, la mise à distance des précaires et des « cas soc » par les « stables », maintes fois relevée dans l’ouvrage, n’est-elle pas le produit d’un effet de « légitimité résidentielle3 » ? Si cet effet se manifeste plus particulièrement dans l’entretien, il peut aussi commander le regard de l’ethnographe qui va sélectionner dans ce qui observé, mais à son insu, ce qui conforte ce point de vue.

13On peut également regretter que l’auteur ne fonde pas davantage ses assertions interprétatives sur du matériau empirique – extraits d’entretiens, du journal de terrain – et ne caractérisent pas plus précisément les propriétés sociales de ses enquêtés/observés. Ainsi, par exemple, quand l’auteur déduit de son observation participante « un besoin primordial » d’appartenance à « la bande de potes » (p. 166), on aimerait savoir comment ce « besoin » a été appréhendé et s’il se retrouve chez tous les enquêtés/observés, quelles que soient leurs caractéristiques sociales et/ou quels que soient les principes de structuration des « bande de potes » auxquelles ils appartiennent – les champs de pratiques à l’origine du regroupement et leur chevauchement éventuel. À ce niveau d’observation rapprochée des milieux populaires, la prise en compte des milieux d’origine, des dispositions construites au cours de la socialisation, de la trajectoire scolaire et sociale et plus largement des propriétés qui distinguent les individus appartenant à une même fraction de classe est particulièrement heuristique pour comprendre, par exemple, les profits matériels et/ou symboliques de l’inscription dans des collectifs comme en témoigne l’exemple de Xavier, ouvrier industriel déclassé – il est issu d’un milieu de « petits industriels » – dont la participation à la pratique de la chasse lui permet de se rétablir symboliquement en lui offrant la possibilité de côtoyer des hommes de milieux favorisés.

14Ces regrets n’ôtent rien à l’intérêt de cet ouvrage qui tient aux connaissances produites sur les jeunes ruraux de milieux populaires mais aussi aux pistes d’approfondissement que la grande richesse du matériau ouvre.

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Olivier de Sardan (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête. Anthropologie, histoire, sociologie, no 1, Marseille, Éditions Parenthèses, p. 71-109.

2 Gérard Mauger (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, no 6, p. 125-142.

3 L’effet de légitimité résidentielle conduit certains habitants des quartiers populaires, dont les ressources ne leur permettent pas de contester la représentation dominante de leur quartier, à détourner le stigmate sur les plus précaires et à passer sous silence les pratiques communes pour rester en cohérence avec la représentation qu’ils affichent, en présence de l’enquêteur, incarnant le point de vue légitime (voir Pierre Gilbert, (2012), « L’effet de légitimité résidentielle : un obstacle à l’interprétation des formes de cohabitation dans les cités hlm », Sociologie, vol. 3, no 1, p. 61-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josette Debroux, « Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin (La Découverte, 2019)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10469

Haut de page

Auteur

Josette Debroux

josette.debroux@univ-lyon2.fr
Maîtresse de conférences en sociologie à l’université Lumière Lyon 2 et chercheure au centre Max Weber, équipe Modes, espaces et processus de socialisation - CMW, Université Lumière Lyon 2, 5 avenue Pierre Mendès-France, Bât H, 69696 Bron cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search