Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueLes 100 mots de la sociologieCroyances

Croyances

Pierre Mercklé
Référence(s) :

Mercklé Pierre, « Croyances », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », 2e édition, p. 57.

Entrées d’index

Mots-clés :

croyances

Keywords :

beliefs
Haut de page

Texte intégral

1Les croyances occupent une place très importante en sociologie et en anthropologie : pour commencer elles en sont un objet classique, au cœur des grandes œuvres fondatrices de la discipline, qu’il s’agisse de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme de Max Weber (1905) ou des Formes élémentaires de la vie religieuse (1912) d’Émile Durkheim : dans la mesure où la question des croyances et de la religion est la grande question de la tradition philosophique occidentale, la sociologie naissante en hérite inévitablement. Cela dit, à travers ces œuvres fondatrices et l’analyse empirique des phénomènes de croyances qu’elles ont proposées, les problématiques connaissent un profond renouvellement, et les questions posées aux croyances se font proprement sociologiques : comment des individus et des sociétés peuvent-ils croire, c’est-à-dire adhérer, à des propositions manifestement fausses ou absurdes ? Comment les croyances naissent-elles, se transforment-elles, disparaissent-elles ? À quoi servent les croyances et les religions, quels rôles sociaux jouent-elles ? Dans quelle mesure les croyances peuvent-elles être considérées comme les moteurs de l’action des individus en société, et donc, comme les fondements même du social ?

  • 1 Leon Festinger, Hank Riecken et Stanley Schachter, L’échec d’une prophétie. Psychologie sociale d’u (...)
  • 2 Paris, Seuil, 1969.

2Ces questions, depuis Durkheim et Weber jusqu’à aujourd’hui, ont engendré un nombre considérable de travaux à la fois empiriques et théoriques, desquels il faut retenir une première leçon : en sociologie, l’intérêt porté aux croyances ne s’est pas limité aux seuls phénomènes religieux, mais s’est au contraire rapidement étendu à l’étude de formes de croyances extrêmement diversifiées, dont certaines sont à l’origine de grands classiques des sciences sociales : on peut citer ici, parmi de nombreuses autres, l’étude de Festinger consacrée à une secte qui croyait à l’arrivée des extraterrestres, et qui a donné lieu à l’élaboration de la notion de « dissonance cognitive »1, ou bien celle consacrée par Edgar Morin à La rumeur d’Orléans2.

  • 3 Pascal Sanchez, Les croyances collectives, Paris, puf, coll. « Que sais-je ? », 2009.

3Les croyances sont, par conséquent, pour la sociologie et l’anthropologie un peu plus que des objets d’études (§ 10) : elles sont en réalité aussi, pour elles, « une façon d’éprouver leur statut de science »3 dans la mesure où elles entreprennent de proposer ainsi des explications scientifiques de phénomènes immatériels, dont les manifestations extérieures peuvent être difficiles à appréhender, et habituellement considérés comme irrationnels. On ne peut pas s’étonner alors que la sociologie y ait vu un enjeu épistémologique majeur, qui explique l’engouement toujours fort pour l’étude des croyances ; on ne peut pas s’étonner non plus, en fin de compte, du fait que, ce faisant, les différentes conceptions des croyances qui s’élaborent dans ces études à base empirique, engagent chaque fois, en réalité, une conception beaucoup plus générale, qu’on pourrait qualifier de « paradigmatique », du monde social. Ainsi, l’analyse des religions proposée par Durkheim porte clairement l’empreinte de son « fonctionnalisme » dans la mesure où les croyances, et au premier rang les croyances religieuses, y sont décrites comme de puissants ciments de la cohésion sociale ; chez Max Weber, l’accent est plutôt mis sur l’articulation entre les croyances, les rationalités qui les sous-tendent, et les logiques d’action qu’elles engendrent. Et si on peut discuter longuement de ce qui rapproche ou au contraire distingue ces deux grands sociologues, force est tout de même de constater que, chaque fois, l’analyse des croyances se situe bien au cœur de la conception même du social.

Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie » …

4Retrouver le livre sur le site des Presses universitaires de France :

5https://www.puf.com/​content/​Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 Leon Festinger, Hank Riecken et Stanley Schachter, L’échec d’une prophétie. Psychologie sociale d’un groupe de fidèles qui prédisaient la fin du monde, Paris, puf, coll. « Psychologie sociale », [1956], 1993, tr. fr. Sophie Mayoux et Paul Rozenberg.

2 Paris, Seuil, 1969.

3 Pascal Sanchez, Les croyances collectives, Paris, puf, coll. « Que sais-je ? », 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mercklé, « Croyances  », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10729

Haut de page

Auteur

Pierre Mercklé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search