Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Anaïs Henneguelle et Arthur Jatteau,(…)

Anaïs Henneguelle et Arthur Jatteau, Sociologie de la quantification (La Découverte, 2021)

Anton Perdoncin
Référence(s) :

Anaïs Henneguelle et Arthur Jatteau (2021), Sociologie de la quantification, Paris, La Découverte, 128 p.

Texte intégral

version postprint

1Qu’est-ce que quantifier ? A quoi servent les chiffres produits par les États, les entreprises et diverses institutions, ou les chercheurs, sur le monde social ? Quels sont leurs effets politiques ? Et quel est l’apport du courant de recherche – la sociohistoire de la quantification – fécondé notamment par l’œuvre d’Alain Desrosières ? C’est à l’ensemble de ces questions que répond ce manuel dans lequel Anaïs Henneguelle et Arthur Jatteau proposent une synthèse précise, complète et pédagogique des travaux de sociologie et d’histoire de la quantification.

2La publication de ce manuel comble un manque : aucune synthèse de ce courant de recherche fondamental dans le développement des sciences sociales n’avait été jusqu’à présent proposée. Elle intervient aussi à un moment opportun alors que les évaluations quantitatives dictent ou légitiment les réformes de l’université et des métiers d’enseignants et de chercheurs, pour montrer que ces tendances s’inscrivent dans des dynamiques longues de « gouvernement par les chiffres » et d’extension du domaine de la quantification, et que nous ne sommes pas seuls dans le monde de l’enseignement et de la recherche à être aux prises avec une évaluation permanente et quantophrénique. Ce manuel est enfin utile afin d’étayer l’idée selon laquelle quantifier n’est pas premièrement ni prioritairement une affaire de connaissance, mais bien d’abord et avant tout une question de pratiques, de coordination, de contrôle et de domination et que les chiffres demeurent un des plus puissants outils de naturalisation du monde social et des rapports sociaux.

3Le premier chapitre fournit une présentation synthétique des principaux acquis de la sociohistoire de la quantification. En s’appuyant notamment sur l’ouvrage séminal d’Alain Desrosières, La Raison des grands nombres (La Découverte, 1993), les auteurs explicitent la « double béquille » des chiffres. Béquille politique d’abord : les statistiques sont affaire d’État afin de compter, recenser et contrôler les individus, ou encore de percevoir les impôts. Certains moments politiques apparaissent comme des catalyseurs, de l’émergence des États-Nation au cours du xixe siècle, à la gestion économique et sociale des effets de la crise des années 1930 ou aux nécessités de la planification économique de la fin de l’après-Deuxième Guerre mondiale. Béquille scientifique ensuite avec le développement de techniques et d’outils (calculs probabilistes, modélisation, nomenclatures, par exemple), qui permettent d’agréger et de traiter des volumes importants de données quantitatives. Les « tribulations » des concepts de moyenne, de représentativité et d’échantillonnage exemplifient la double dimension politique et scientifique de la quantification et constituent des cas d’étude bien connus de cette histoire de la « montée en généralité » que constitue la quantification selon A. Desrosières. La sociologie historique de la quantification fait ainsi l’histoire de l’avènement d’objets issues du calcul (une moyenne pondérée) et de leur réification dans le social (le PIB), avec lesquels on doit vivre, travailler et se coordonner.

4Dans un deuxième chapitre, les auteurs étudient la « construction sociale des chiffres », c’est-à-dire le processus par lesquels les conditions de leur production sont oubliées, ce qui contribue à les réifier, à les considérer comme allant-de-soi. Dévoiler les conditions de production des chiffres, dans une perspective métrologique constructiviste empruntée là encore à A. Desrosières, suppose alors de détailler les étapes de la chaîne de production des chiffres : catégoriser, classer (ou coder) puis compter. Catégoriser c’est « lister un ensemble de caractères communs à des individus en vue de leur regroupement » (p. 40). Cette opération de taxinomie – ou de création de « conventions d’équivalence » en langage desrosièrien –, qui comporte souvent une dimension hiérarchique, est « une des caractéristiques essentielles du pouvoir » (p. 41). Elle emporte aussi une dimension cognitive importante : produire un chiffre sur un phénomène ou un groupe social contribue à le faire exister, à façonner la perception que les acteurs sociaux en ont (des exemples classiques sont développés par les auteurs, des PCS à la question de l’invisibilisation des femmes dans les statistiques publiques, en passant par la catégorie « immigrés » et son émergence dans les grandes enquêtes à partir de la fin des années 1980). Coder c’est ensuite identifier quels individus doivent être affectés aux différentes catégories. Le travail de codage, souvent laissé dans l’ombre, n’est pas neutre et passe fréquemment par la réduction des inévitables cas ambigus ou limites (les « flous de chiffrement » étudiés notamment par Laurent Thévenot), redoublés lorsque l’enquête porte sur des populations mal connues et difficiles à circonscrire (les sans-abris, par exemple).

5Les deux chapitres suivants distinguent deux ensembles de cas : d’une part, la quantification « de l’économie » (chapitre 3), avec l’analyse sociologique des indicateurs de production (le PIB et les indicateurs alternatifs), de prix et de chômage, d’autre part, la quantification « de la société » au travers de la genèse et de l’évolution des formes de recensements, de la mesure des flux démographiques et migratoires, de la délinquance et de l’opinion (chapitre 4). Ces deux chapitres sont l’occasion d’exemplifier le caractère indissociablement politique et scientifique des chiffres et des enjeux de quantification. Qu’il s’agisse du problème – brûlant – de l’évaluation de la présence immigrée en France, des diverses façons de saisir les actes délictueux (et de la critique des statistiques officielles tirées du travail des agents de l’institution judiciaire ou policière) ou encore des conditions d’élaboration et de diffusion des sondages d’opinion, les auteurs montrent bien à quel point la production et l’usage des chiffres sont des questions éminemment politiques : alors que des chiffres sont de plus en plus mobilisés dans des arguments politiques, il convient de prendre toujours garde à la façon dont les catégories sont construites et dont les individus sont agrégés. En ce sens, la sociologie de la quantification contribue à l’entreprise toujours renouvelée de dénaturalisation du monde social.

6Cette question politique structure aussi le dernier chapitre et la conclusion générale. Dans le chapitre 5, les auteurs discutent la thèse selon laquelle les statistiques sont devenues un instrument primordial de gouvernement et de transformation du monde social. Ils reviennent d’abord sur les trois propriétés qui définissent la « valeur sociale et politique du chiffre » : véracité, neutralité et indiscutabilité. Si le recours à des arguments chiffrés pour légitimer et faire accepter une politique n’est pas nouveau, il serait en augmentation depuis « la seconde moitié du xxe siècle » et se fonderait sur des batteries d’indicateurs de performance et de « benchmarks », qui s’étendent non seulement dans les entreprises, mais aussi les administrations (effet du New public management) : « L’usage de données quantifiées remplit non seulement une fonction de planification et de conduite des actions publiques, mais aussi une fonction de légitimation des politiques publiques et de justification des réformes à adopter » (p. 86). Afin d’étayer cette thèse, des exemples multiples sont convoqués : des indicateurs de dette publique à ceux développés pour quantifier et communiquer sur l’activité des policiers, en passant par les indicateurs de qualité de la justice. L’usage des big data renforcerait cette tendance quantophrénique, en mettant à disposition des données massives sur les individus, résultant de leurs activités, récoltés et manipulées de façon souvent invisible, et qui peuvent – comme dans le cas des credit scores utilisés par les banques pour accorder ou refuser des crédits – reproduire et amplifier des inégalités sociales d’accès à certains biens ou services.

7La question de savoir si ces formes de quantification constituent nécessairement un ensemble d’instruments d’oppression ou s’ils peuvent être retournés et utilisés à des fins d’émancipation est posée, fort utilement, en conclusion. Le tableau pourrait en effet paraître bien sombre : l’empire des arguments chiffrés réduit les marges de la délibération démocratique en naturalisant les décisions politiques. Il renforcerait aussi une logique perverse de mise en concurrence et d’évaluation permanente, jusqu’à des formes aliénantes de « quantification de soi ». Les auteurs contre-balancent ce diagnostic en insistant sur les effets émancipateurs des chiffres. Toute quantification n’est pas une évaluation. Tout chiffre produit (même par un État) n’est pas nécessairement au service d’une politique néolibérale. Quantifier, c’est aussi rendre visible des questions et des problèmes sociaux. Sans chiffres, il aurait été encore plus difficile, par exemple, de démontrer les ravages de l’usage du chlordécone dans les Antilles. Sans les séries statistiques établies par Thomas Piketty et les économistes des inégalités, comment objectiver le formidable accroissement des inégalités de patrimoine ? Enfin, certains groupes sociaux peuvent aussi devenir producteurs de chiffres, afin de contester des politiques et de fournir des arguments aux forces progressistes (l’exemple du Radical Statistics Group fondé en 1975 au Royaume-Uni est donné par les auteurs).

8Une annexe numérique, disponible via le site de la collection Repères détaille certains des « acteurs de la quantification » : États, chercheurs, entreprises, monde syndical et associatifs, médias. Ce complément est d’autant plus bienvenu que l’ensemble de l’ouvrage demeure fortement marqué par une sociologie de la quantification élaborée au sein des institutions de la statistique publique française, dont l’objet et le projet essentiel est de déconstruire la fabrique étatique des chiffres. Le monde de l’entreprise est certes étudié dans le chapitre 5, pour étudier la genèse de la mesure du temps de travail et les développements récent de nouvelles formes de chronométrage (pour les aides-soignants ou les coursiers à vélo par exemple), élément fondamental de l’exploitation du travail – salarié ou non – en régime capitaliste. Le management par objectif et les enjeux de comptabilité sont aussi évoqués.

9Abordons pour conclure quelques prolongements et limites, qui ne diminuent en rien l’apport de cette synthèse dense, riche et précise, dans un format éditorial contraint. Une perspective est ébauchée par les auteurs en conclusion de l’ouvrage : l’étude de ce que les big data font à la dialectique oppression/émancipation. Anaïs Henneguelle et Arthur Jatteau envisagent de compléter la fameuse typologie d’A. Desrosières des types de gouvernement afin de prendre en considération l’État post-néolibéral adossé au big data et les effets aliénants des mesures du travail. Mais en ouvrant quels types de terrains ? Et pour dire quoi de l’évolution des modes de domination et de l’articulation entre quantification et transformations des régimes politiques de production ? On pourrait aussi confronter cette synthèse très « néo-desrosierienne » à un autre ouvrage récent cité par les auteurs mais sans le discuter. Dans L’empire des chiffres (Armand Colin, 2020), Olivier Martin propose d’élargir la focale de la sociologie de la quantification afin d’embrasser toutes les formes de quantification et pas seulement celles avec lesquelles nous sommes les plus à l’aise en sociologie et en histoire : les statistiques sur les populations ? Chercher les traits communs entre toutes les formes de quantification revient alors à questionner la distinction, chère à A. Desrosières et reprise dans l’ouvrage, entre quantifier et mesurer, pour s’intéresser non seulement aux conventions, aux institutions et aux techniques d’enregistrement et de calcul (objets essentiels de la sociologie de la quantification telle que présentée dans l’ouvrage), mais aussi aux pratiques de mesure elles-mêmes et aux effets des mesures sur les individus et les rapports sociaux. En refermant ce manuel, on se prend enfin à souhaiter poursuivre la discussion, sous l’angle de la recherche, quant aux effets de la sociologie de la quantification sur les pratiques de quantification en sciences sociales. On ne quantifie sans doute plus de la même façon après A. Desrosières mais… au juste comment et en quoi ? Le cadre général de la chaîne de production du chiffre (catégoriser, classer, compter) est-il adapté à tous types de données et de démarches d’enquête sur le monde social, hors des grandes enquêtes de la statistique publique, matrice intellectuelle et institutionnelle de la sociologie historique de la quantification fondée par Alain Desrosières ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anton Perdoncin, « Anaïs Henneguelle et Arthur Jatteau, Sociologie de la quantification (La Découverte, 2021)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10763

Haut de page

Auteur

Anton Perdoncin

anton.perdoncin@ehess.fr
Chercheur post-doctoral, EHESS, Lubartworld (ERC CoG, CNRS, EHESS, IHMC) - EHESS, Lubartworld, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search