Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Haude Rivoal, La Fabrique des mascul(…)

Haude Rivoal, La Fabrique des masculinités au travail (La Dispute, 2021)

Margot Roisin-Jonquières
Référence(s) :

Haude Rivoal (2021), La Fabrique des masculinités au travail, Paris, La Dispute, 280 p.

Texte intégral

version postprint

1Que cachent les politiques d’égalité et l’apparente volonté d’inclusivité des grands groupes, quand les statistiques indiquent plutôt la perpétuation des inégalités homme-femme au travail ? C’est à cet apparent paradoxe que s’attelle le premier livre de Haude Rivoal, issu de la thèse qu’elle a soutenue en 2018 à l’université Paris 8 intitulée « Les hommes en bleu : une ethnographie des masculinités dans une entreprise de grande distribution ».

2L’enquête se fonde sur une ethnographie de longue durée chez Transfrilog, une grande entreprise de plus de 15 000 salarié·es, spécialisée dans la distribution de produits frais et surgelés – un segment dont elle est leader européen – et classée comme quatrième prestataire logistique français. L’enquêtrice y a été embauchée en 2012, pour trois ans et à mi-temps comme « chargée d’égalité professionnelle homme/femme », dans le cadre d’un doctorat en convention industrielle de formation par la recherche (Cifre). Cette entrée dans l’entreprise qui emploie 80 % d’hommes (p. 10) et où son père a fait carrière a permis à l’enquêtrice de déployer une « observation participante transversale » (p. 12), du siège social parisien à de nombreux entrepôts régionaux. La sociologue a aussi été recrutée sur des postes ouvriers comme préparatrice de commandes dans trois entrepôts. Au total, l’enquête est déployée sur des observations dans huit espaces différents et comprend 63 entretiens. Ce dispositif d’enquête permet à la sociologue d’explorer la variation des masculinités selon différents échelons hiérarchiques, selon différentes organisations du travail et selon différents attributs de classe et de race.

  • 1 Raewyn Connell (2014), Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam Éditions.
  • 2 Voir à ce sujet le dossier co-dirigé : Haude Rivoal, Hélène Bretin & Arthur Vuattoux (dir.) (2019), (...)
  • 3 Luc Boltanski & Ève Chiapello (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
  • 4 Demetrakis Z. Demetriou (2001), « Connell’s Concept of Hegemonic Masculinity: A Critique », Theory (...)
  • 5 Haude Rivoal (2017), « Virilité ou masculinité ? L’usage des concepts et leur portée théorique dans (...)

3Cette recherche met à l’épreuve de la scène du travail la conceptualisation de Raewyn Connell1. Il s’agit de comprendre comment la masculinité hégémonique se recompose malgré, ou plutôt avec, les transformations contemporaines du travail2, en l’occurrence dans le secteur de la logistique. La thèse principale de l’ouvrage est établie en analogie avec la thèse de Luc Boltanski et Ève Chiapello sur le capitalisme3 : « la force de la masculinité hégémonique, à l’image du capitalisme dont elle se nourrit, est sa capacité à s’adapter en intégrant les résistances et les critiques qui lui sont adressées (discrimination de sexe et hyper-virilité), assurant la domination du groupe des hommes » (p. 20). L’enjeu est de montrer la capacité de la masculinité hégémonique à s’adapter aux résistances qui lui sont opposées en se montrant plus inclusive. Si ce cadre général est posé dès l’introduction de l’ouvrage, d’autres soubassements théoriques sont exposés plus loin. Haude Rivoal revient d’abord sur la distinction entre virilité et masculinité (p. 36-40) et travaille dans sa première partie l’hypothèse de l’hybridation de la masculinité hégémonique (p. 69), formulée par Demetriou Demetriakis dans une relecture critique du concept de R. Connell4. Sur le plan formel, cette fragmentation du cadre théorique rend toutefois moins accessibles les propositions importantes que l’auteure a développé dans un article5.

4Délimité en trois parties et six chapitres, l’ouvrage revient d’abord sur les transformations de la masculinité hégémonique, examine ensuite la pluralité des masculinités populaires au travail et conclut sur les coûts de la masculinité hégémonique.

5Le premier chapitre questionne la construction genrée de la culture d’entreprise de Transfrilog. Dans la perspective d’éclairer le genre du pouvoir et du management, l’auteure s’intéresse à la façon dont les pratiques organisationnelles des cadres de l’entreprise sont liées à la division sexuée du travail. En effet, l’enquête a lieu à un moment-clé de l’histoire de l’entreprise : celui d’un changement de direction qui matérialise un renouvellement des pratiques managériales. De l’entreprise familiale au capitalisme managérial, l’auteure s’intéresse à la façon dont la masculinité hégémonique se maintient dans la tension entre ces deux modèles. La socialisation des cadres à un rapport viril au travail et au pouvoir est prise en charge dès leur formation au sein d’un « cursus pépinière » mis en place par l’entreprise, fondé en grande partie sur des expériences de terrain dans les entrepôts. La construction d’un esprit « familial » dans l’entreprise repose sur un important investissement d’argent et de temps des managers qui rend plus difficile pour les femmes l’accès aux postes d’encadrement. La masculinité apparaît ainsi comme un « dispositif de mise au travail » (p. 57), une réponse aux injonctions productives dans l’entreprise à laquelle les hommes doivent prouver quotidiennement leur allégeance. En retour, l’appartenance des hommes employés à une même communauté masculine est pourvoyeuse de ressources, comme lorsque le DRH protège un cadre accusé de harcèlement sexuel (p. 58). Le deuxième chapitre analyse la tension entre un premier modèle de management plutôt traditionnel et marqué par l’autorité, la subordination hiérarchique et un engagement total dans le travail (p. 80), avec un second modèle incarné par de jeunes cadres plus diplômés qui condamnent le sexisme des plus anciens. On le voit particulièrement à l’œuvre dans l’exposition du cas de la passation de pouvoir entre Armand, directeur d’entrepôt dont le management « à l’ancienne » est marqué par son paternalisme à l’égard des secrétaires, et Louis, jeune cadre diplômé qui revendique une masculinité inclusive. Le modèle de masculinité hégémonique n’est plus désormais celui du plus viril, mais celui qui montre le plus sa capacité d’adaptation à de nouvelles normes, qu’il s’agisse des mobilités professionnelles dans la construction des carrières ou du rapport affiché à l’égalitarisme.

6La deuxième partie de l’ouvrage vient éclairer la pluralité des masculinités et, particulièrement, au sein des classes populaires dont la masculinité agit parfois comme un stigmate, au travers de la figure du « beauf » ou du « cassos » (p. 66). On passe ici du siège social aux entrepôts et aux plateformes de logistique. Haude Rivoal montre d’abord comment les contraintes économiques et organisationnelles du marché de l’emploi produisent des masculinités différenciées selon les cultures de métier. Les conducteurs routiers, confrontés à une forte dégradation de leur autonomie professionnelle, mobilisent des représentations symboliques pour faire perdurer un certain prestige masculin. Dans les mondes ouvriers de la logistique, c’est l’organisation du travail et l’intensification des cadences, plus que le rapport à un idéal ouvrier, qui régulent les masculinités. Les contraintes du flux incitent les préparateurs de commandes à faire preuve d’endurance et de performance. Les agents de quai, en charge de la gestion des stocks, peuvent quant à eux investir une « masculinité de la rationalité et de la responsabilité » (p. 125). L’organisation du travail n’est pas le seul facteur de la différenciation des masculinités populaires, elles sont aussi le produit des rapports de classe et de race qui font l’objet du quatrième chapitre. Les hommes des classes populaires doivent en effet composer avec une masculinité stigmatisée. Face à cette marginalisation, une des stratégies consiste à redéfinir les contours d’une masculinité respectable. Il s’agit d’entretenir un nouveau rapport au corps, de marquer un intérêt plus grand pour la famille et de condamner explicitement les manifestations les plus visibles du sexisme et de l’homophobie de ses collègues. La respectabilité opère aussi par la marginalisation des ouvriers les moins établis et des hommes racisés, « vus au prisme du muscle et de l’agressivité » par les managers et par les ouvriers blancs (p. 149).

7La troisième partie « Échecs et mâles » vient finalement examiner les coûts de la conformation à la masculinité hégémonique, pour certains hommes et pour les femmes. Le cinquième chapitre vient d’abord éclairer les liens entre corps, travail et masculinité. L’ethnographie permet de nuancer l’association entre corps populaires et virilité et montre comment les conduites de préservation de soi des ouvriers se ménagent en rupture avec l’idéal d’un « honneur conquis dans l’effort physique » (p. 178). Par ailleurs, l’auteure relève que ce n’est pas le seul capital corporel qui est mis à l’épreuve par les cadences imposées par les flux, mais aussi des dispositions mentales, relatives à la gestion du stress et des émotions au travail. Le sixième et dernier chapitre, dont le fil problématique est selon nous plus difficile à identifier, vient finalement conclure sur l’échec des politiques d’égalité professionnelle et les résistances à la féminisation en entreprise. Loin des ambitions affichées des politiques d’égalité, les effectifs semblent même se « déféminiser » (p. 195). Cela est d’abord dû à un refus, parfois explicite, de recruter des femmes sur les postes ouvriers, notamment au nom du risque sanitaire. Ces dynamiques sont également le produit d’une très forte ségrégation sexuée des espaces, perpétuée aussi bien par l’absence de vestiaires femmes que par les blagues sexistes et homophobes qui fondent les sociabilités masculines. D’un autre côté, alors qu’elles sont brandies par la direction comme l’étendard de la modernisation de l’entreprise, les politiques d’égalité sont déconsidérées par certains responsables RH pour qui les rapports de sexe sont davantage un problème de société que le fruit de pratiques organisationnelles au travail. L’auteure revient finalement sur le poids que constituent ces dynamiques pour les femmes employées, dont la valeur professionnelle est jugée non seulement sur leur capacité à s’adapter à des pratiques organisationnelles forgées au masculin-neutre, mais également sur « leur aptitude à négocier leur genre » (p. 208). Les situations de harcèlement et de violences subies par les enquêtées mettent finalement en doute l’idée selon laquelle « il paraît que les hommes changent » (p. 7).

  • 6 On renvoie ici à l’article de François de Singly (1993), « Les habits neufs de la domination mascul (...)

8Revenons d’abord sur la contribution de l’ouvrage au champ des études critiques sur les masculinités. Un de ses grands apports, soutenu par l’enquête monographique, est sa lecture transversale des masculinités. L’examen fin de la masculinité des cadres, des managers et des chefs d’équipe permet de sortir d’une vision réductrice de la virilité traditionnellement associée aux classes populaires6. Cette démonstration est également permise par l’analyse intersectionnelle. La pluralité des masculinités apparaît à l’analyse de l’imbrication du rapport de genre avec d’autres rapports sociaux de classe et de race. Cette pluralité n’est pas le fruit de différences intrinsèques ni essentielles entre les hommes mais bien le produit de rapports de pouvoir qui les hiérarchisent. L’articulation entre les rapports intra-genre et les rapports inter-genre est bien amenée, autorisant à penser « l’unicité de la domination masculine parallèlement à l’existence d’une pluralité de masculinités » (p. 99).

  • 7 Valérie Rey-Robert (2020), Le Sexisme, une affaire d’hommes, Paris, Libertalia.
  • 8 Cette question a fait l’objet de plus importants développements dans un article : Haude Rivoal (202 (...)
  • 9 Notons cependant qu’une partie de l’ethnographie dans les entrepôts a eu lieu à couvert.

9Ce livre amène un autre questionnement portant sur la publication et l’adaptation éditoriale des productions scientifiques. On est sensible, à la lecture de cet ouvrage, à la volonté de diffuser la thèse de l’auteure au-delà de la communauté universitaire. Sur le plan formel, le livre emprunte quelques-uns des codes de l’essai. Cela s’inscrit dans la mobilisation de nombreux exemples issus de productions culturelles du cinéma, de la littérature (Indiana Jones et Pascal Brutal, p. 65) ou encore de la publicité (p. 67). En parallèle, l’auteure fait parfois appel à des ouvrages qui sont plutôt des essais que des comptes-rendus d’enquête, comme l’idée de « virilité de façade » empruntée à un livre de Valérie Rey-Robert7 (p. 105), ou le récit de Sheryl Sandberg En avant toutes (p. 43). Cette rupture avec certaines normes de l’écriture académique donne une certaine coloration à l’ouvrage et permet d’en soulever les enjeux politiques. Toutefois, l’ambition de portée générale du propos peut conduire à gommer certaines précisions sur les matériaux qui auraient pu être éclairantes. La présentation des enquêté·es est parfois assez succincte et ne permet pas toujours d’identifier clairement leurs propriétés et leurs trajectoires sociale, comme Noémie, présentée seulement comme « une cheffe d’équipe » (p. 104). Accorder une plus grande place aux cas ethnographiques aurait permis de consolider la hiérarchie des matériaux de première et de seconde main, bien présente dans la thèse. Par ailleurs, l’ouvrage dans son ensemble laisse peu apparaître les relations d’enquête8, ce qui conduit à questionner en retour certains résultats : si certains hommes condamnent le sexisme de leurs collègues ou se disent ouverts et enthousiastes à la féminisation de certains corps professionnels, dans quelle mesure cela est-il dû à la transformation des masculinités plutôt qu’à des enjeux de présentation de soi devant une enquêtrice associée le plus souvent9 au siège de l’entreprise ?

  • 10 En guise d’exemple, les travaux de Cynthia Cockburn (p. 117) et Tony Coles (p. 174).

10L’ouvrage constitue une contribution forte au champ français des études critiques sur les masculinités, un projet qui se lit aussi bien dans les résultats propres de l’enquête que dans son dialogue permanent avec les travaux anglophones10. On retiendra les apports majeurs de ce travail, qui appelle à d’autres enquêtes, tant pour la sociologie du genre que pour la sociologie du travail et des organisations.

Haut de page

Notes

1 Raewyn Connell (2014), Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam Éditions.

2 Voir à ce sujet le dossier co-dirigé : Haude Rivoal, Hélène Bretin & Arthur Vuattoux (dir.) (2019), « Transformations du travail, transformation des masculinités », Cahiers du genre, no 67.

3 Luc Boltanski & Ève Chiapello (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

4 Demetrakis Z. Demetriou (2001), « Connell’s Concept of Hegemonic Masculinity: A Critique », Theory and Society, vol. 30, no 3, p. 337-361.

5 Haude Rivoal (2017), « Virilité ou masculinité ? L’usage des concepts et leur portée théorique dans les analyses scientifiques des mondes masculins », Travailler, vol. 38, no 2, p. 141-159.

6 On renvoie ici à l’article de François de Singly (1993), « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, novembre, p. 45-64 et à celui de Frédérique Rasera & Nicolas Renahy (2013), « Virilités : au-delà du populaire », Travail, genre et sociétés, no 29, p. 169-173.

7 Valérie Rey-Robert (2020), Le Sexisme, une affaire d’hommes, Paris, Libertalia.

8 Cette question a fait l’objet de plus importants développements dans un article : Haude Rivoal (2020), « Promouvoir l’égalité pour ethnographier les masculinités. Retour sur un dispositif d’enquête CIFRE en milieu populaire », Sociétés contemporaines, no 120, p. 99-123.

9 Notons cependant qu’une partie de l’ethnographie dans les entrepôts a eu lieu à couvert.

10 En guise d’exemple, les travaux de Cynthia Cockburn (p. 117) et Tony Coles (p. 174).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Roisin-Jonquières, « Haude Rivoal, La Fabrique des masculinités au travail (La Dispute, 2021)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 17 juin 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10788

Haut de page

Auteur

Margot Roisin-Jonquières

margot.roisinjonquieres@gmail.com
Doctorante à l’Ehess, Centre européen de sociologie et de science politique-CSE-Ehess, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search