Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 4, vol. 13EnquêtesLe bon, le sucré et le patient : les(…)Annexes électroniques de l’article «(…)

Le bon, le sucré et le patient : les diabétiques face à la transformation de leurs habitudes alimentaires

Annexes électroniques de l’article « Le bon, le sucré et le patient : les diabétiques face à la transformation de leurs habitudes alimentaires »

Vincent Schlegel

Texte intégral

1En complément des analyses présentées dans l’article, nous avons souhaité mettre à la disposition des lecteurs un certain nombre de documents supplémentaires qui ne pouvaient pas être intégrés ou joints à sa version papier.

Annexe 1 : Présentation des enquêtés (n = 20)

Nom

Age

Type de DT*

Programme

Situation professionnelle

Diplôme

Profession du/de la conjoint-e

Profession du père ;

Profession de la mère

Lesly

29

DT 1

Autre

Infirmière

Diplôme d’Etat d’infirmière

Ingénieur

nc** ;

Secrétaire

Audrey

26

DT 1

SSR

Ingénieur informatique

Master 2

/

Professeur de danse ; Médecin

Maryline

51

DT 1

Association

Femme au foyer

Maîtrise

Cadre financier

Juriste ;

Femme au foyer

Michel

54

DT 2

UTEP

Conducteur d’engins

Avant le brevet

Ouvrière

Ouvrier ;

Femme au foyer

Ahmed

39

DT 2

UTEP

Ouvrier en intérim dans le BTP

Avant le brevet

Femme au foyer

Employé ;

Femme au foyer

Nadia

51

DT 1

Association

Chômage (nourrice)

CAP comptabilité

Buraliste

Responsable de rayon ; Femme au foyer

Yvonne

54

DT 2

UTEP

Chômage (agente de sécurité)

Brevet

Employé

nc ;

Employée dans le commerce

Marie-Louise

86

DT 2

UTEP

Femme au foyer

Baccalauréat

Cadre dans l’industrie (retraité)

Industriel ;

Employée

Cyprien

77

DT 2

UTEP

Chauffeur

Avant le bac

Femme au foyer

Pharmacien ;

Sage-femme

Ségolène

59

DT 2

UTEP

Agente administrative

Baccalauréat

Cadre

Employé de bureau ; Femme au foyer

Françoise

58

DT 2

UTEP

Secrétaire dans la fonction publique

CAP aide-comptable

Employé de banque

Chauffeur-livreur ; Employée de supermarché

Elodie

28

DT 1

Autre

Commercial

Master 2

Gestionnaire ressources humaines

Sapeur-pompier ;

Cadre de santé

Julien

57

DT 2

SSR

Pompiste

nc

nc

nc ;

nc

Jérôme

51

DT 2

SSR

Boulanger-pâtissier

CAP

Aide-soignante

Commerçant dans l’alimentaire ;

Employée

Francis

58

DT 2

SSR

Employé dans une entreprise de télécommunication

Baccalauréat

/

Directeur commercial ; Femme au foyer

Virginie

76

DT 2

UTEP

Enseignante (retraitée)

BTS

Enseignant

Employé à la SNCF ; Femme au foyer

Gérard

67

DT 2

UTEP

Cadre dans l’imprimerie

Brevet

Employée

nc ;

nc

Christian

43

DT 1

SSR

Contrôleur de gestion

BTS

nc

Ouvrier dans le bâtiment ; Femme de ménage

Céline

32

DT 1

SSR

Éducatrice spécialisée

Diplôme d’Etat d’éducatrice spécialisée

Directeur d’un service financier

nc ;

Secrétaire

Yasmina

26

DT 1

SSR

Cadre de la fonction publique

Master 2

/

Comptable ;

Chargée de formation

* DT : Diabète
** : nc : non-communiqué

Annexe 2 : Nadia, une transformation des pratiques alimentaires en dents de scie

2Lorsque je rencontre Nadia (51 ans) au sein de l’Association, elle se trouve alors au chômage. Auparavant, elle faisait de la garde d’enfants, mais avait cessé cette activité pour s’occuper de son père tombé malade. Ce dernier exerçait en tant que responsable de rayon dans une grande enseigne, et sa mère était femme au foyer. Nadia est titulaire d’un CAP en comptabilité et elle est mariée avec un buraliste. Nadia a été diagnostiquée d’un diabète de type 1 tardivement, après un premier diagnostic de diabète de type 2. Celui-ci est venu renforcer une injonction à perdre du poids pour répondre aux normes corporelles dominantes :

En fait, parce qu’en plus, […] comme j’ai du poids à perdre […], parce que le médecin m’avait dit : « Faut surtout, quand on a un diabète type 2, il faut perdre du poids. » Et moi j’avais cette appréhension d’aller le revoir, parce que j’avais du poids.

3Le cas de Nadia illustre la difficulté à maintenir les changements alimentaires dans la durée. Les premiers temps de la maladie sont ainsi marqués par une mise à distance des prescriptions formulées par l’institution médicale, puisque Nadia considère sa propre santé comme secondaire par rapport à celle de son père. La dégradation rapide de son état de santé impose toutefois son hospitalisation au cours de laquelle elle découvre qu’elle est atteinte d’un diabète de type 1. La mise en place du traitement par insuline s’accompagne d’une éducation thérapeutique, au cours de laquelle elle rencontre aussi une diététicienne. Alors qu’elle s’occupe de son père malade, elle décide de se « prendre en main », en rejoignant une première fois l’Association. Le travail de care qu’elle fournit auprès de son père s’achève brutalement à la suite du décès de ce dernier. La période qui s’ensuit annihile en partie les efforts déjà fournis sur le front alimentaire. Alors que sa période d’inactivité se prolonge, Nadia décide finalement de pousser à nouveau les portes de l’Association :

Parce que j’ai voulu me prendre une bonne résolution, parce que […], j’ai pris beaucoup de poids, et puis, et puis je suis en plus, en plus, actuellement, je ne travaille pas, je travaillais – comme je vous ai dit, je me suis occupée de mon père, alors […] j’ai interrompu mon travail, l’année dernière je m’occupais des enfants, et là j’ai rien trouvé, j’ai pas trouvé de travail. Alors j’ai dit : « pour pas rester trop à la maison, c’est bien de se reprendre en main, parce que quand on reste à la maison, on va manger, on va grignoter, c’est un peu, ça se passe dans la tête tout ça. »

4Les nombreux ateliers diététiques auxquels elle participe orientent ses pratiques alimentaires et l’amènent à opérer des changements petit à petit, notamment en supprimant certains aliments :

J’essaye de me faire de l’équilibre, […] d’éviter de manger un peu trop gras […]. A un moment donné, j’aimais bien les petits yaourts viennois, il y a pas tout ça, j’essaye de les enlever. Je fais pas tout, je peux pas faire tout d’un coup, c’est pas possible, j’essaye de tout doucement à m’enlever quelque chose au départ, de pas me frustrer, de tout enlever.

5Considérant que son problème réside aussi dans les quantités consommées, elle est orientée vers un coupe-faim qui prend la forme d’une injection. De manière plus positive, en consommant de nouveaux produits plutôt qu’en les supprimant, elle cherche à reprendre la main sur le travail alimentaire dont elle a la charge, en diversifiant davantage ses repas :

Nadia : Je vous dis je recommence à acheter des choses qui sont un peu meilleures, que je mangeais toujours la même chose, parce que mon fils aussi il aime bien tout ce qui est un peu frites, tout ce qui est gras. Il y a des moments j’en avais marre de faire deux, un repas pour moi, et un repas pour...
Enquêteur : Parce que du coup vous faisiez ça au début ?
Nadia :Non, je faisais, du coup, je mangeais comme lui. Tout ce qui est gras, tout ce qui est pas bon… (Nadia, 51 ans, diabétique de type 1, nourrice, actuellement au chômage)

6Dans l’extrait ci-dessus, on perçoit comment le travail alimentaire qu’elle fournit est contraint par son fils, fragilisant les efforts déployés. En creux, l’extrait pointe une opposition entre les aliments qu’elle souhaiterait consommer, sans toujours y parvenir. Alors que Nadia déclare aimer particulièrement certains produits promus pendant les programmes, tels que les légumes et les viandes blanches, les goûts de son mari et de son fils semblent primer sur les siens, comme l’atteste l’exemple ci-dessus. Elle regrette en particulier que les goûts de son fils se portent sur les produits gras, considérant qu’elle en est en partie responsable (« peut-être que je l’ai mal éduqué aussi, c’est ma faute »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Schlegel, « Annexes électroniques de l’article « Le bon, le sucré et le patient : les diabétiques face à la transformation de leurs habitudes alimentaires »  », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 13 |  2022, mis en ligne le 27 juillet 2022, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/10950

Haut de page

Auteur

Vincent Schlegel

schlegel@irdes.fr
Docteur en sociologie de l’Ehess, post-doctorant au sein de l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes), chercheur associé au Cresppa-CSU - Irdes, 117bis rue Manin, 75019 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search