Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Collectif Rosa Bonheur, La Ville vue(…)

Collectif Rosa Bonheur, La Ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire (Éditions Amsterdam, 2019)

Ève Meuret-Campfort
Référence(s) :

Collectif Rosa Bonheur (2019), La Ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Éditions Amsterdam, 240 p.

Texte intégral

version postprint

1La Ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire est un livre rafraîchissant tant dans sa démarche de recherche collective que dans ses développements empiriques et théoriques. Le collectif Rosa Bonheur propose une plongée dans les vies quotidiennes de franges précarisées des classes populaires vivant à Roubaix, commune de l’agglomération lilloise. La question de départ est simple : que font celles et ceux dont on dit qu’ils ne font rien ? Alors qu’on pense le plus souvent ces groupes sociaux sous l’angle « du manque, de la précarité et de la domination » et au travers les catégories d’« exclus », d’« assistés », de « ghetto », de « communautarisme », les auteur·es étudient ce que « ces travailleuses et travailleurs construisent, produisent et échangent » (p. 16).

2Roubaix ne constitue pas seulement le décor du livre mais son cœur même : ville la plus pauvre de France, auparavant « cas exemplaire d’encadrement patronal et municipal de la classe ouvrière » (p. 20), elle a été touchée de plein fouet par la désindustrialisation, organisée par une bourgeoisie reconvertie dans le tertiaire, et apparait dans les médias comme une ville « sous assistance », reléguée, déclassée. Pour renverser la focale, le collectif Rosa Bonheur (composé d’une petite dizaine de personnes aux engagements et statuts variables) est reparti de lieux et d’activités centraux pour les classes populaires de la ville, en particulier les groupes et ateliers organisés par les centres sociaux, la mécanique automobile et les travaux d’auto-réhabilitation des logements. Au cours d’une enquête immersive s’étalant sur cinq ans, l’équipe a mené de nombreuses observations directes (réunions au centre social, guichets dédiés à la réhabilitation de l’habitat, manifestations publiques, déambulations dans la rue, etc.), et des entretiens, pour la plupart informels, « sur le tas » dans le cadre de relations d’enquête construites sur plusieurs années. Ce matériau s’avère ainsi plus pertinent sur les pratiques que sur les subjectivités et les représentations, et ce de l’aveu même des auteur·es dans l’annexe méthodologique en fin d’ouvrage. Au final, 270 personnes ont été rencontrées, dont 195 de classes populaires, 127 femmes, deux tiers de personnes racisées, la moitié d’inactifs et deux tiers en dessous du seuil de pauvreté.

3La démarche du collectif, défendue comme un « projet de résistance collective à l’individualisation des modes de recherche et d’évaluation » (p. 218), détone par rapport aux fonctionnements routiniers de la recherche et de la publication scientifique. Néanmoins, peu d’information sont données aux lecteurs et lectrices, juste suffisamment pour objectiver les conditions de production des matériaux, notamment sur le fonctionnement concret d’enquête, d’analyse et d’écriture. Les individualités des chercheur·es s’effacent complètement dans la restitution, ce qui limite la compréhension des relations d’enquête, mais a le mérite de mettre uniquement en lumière les enquêté·es.

4Le livre est organisé en quatre chapitres qui débutent tous par un portrait incarnant les enjeux qui sont ensuite déclinés autour du travail de subsistance (chapitre 1), de la centralité populaire (chapitre 2), de la morale qui organise la vie quotidienne (chapitre 3) et de la dispute qui oppose les habitant·es aux classes moyennes et supérieures en charge de les « encadrer » (chapitre 4).

5Le premier chapitre s’attache à décrire et analyser le travail de subsistance au quotidien. Comment ces familles parviennent-elles à (sur)vivre malgré leur exclusion du marché de l’emploi formel et la faiblesse de leurs ressources économiques ? À quoi ressemblent leurs journées ? Qui fait quoi ? Les réponses à ces questions ne peuvent être traitées à l’échelle individuelle. Le travail de subsistance s’ancre en effet dans un tissu dense de relations sociales avec la famille élargie et le voisinage, et dans des déplacements quotidiens dans différents lieux (les bonnes adresses qu’on s’échange pour acheter tel ou tel produit, la rue où l’on récupère des rebus à valoriser, les centres sociaux où l’on assiste à des ateliers plus ou moins obligatoires pour les bénéficiaires d’aides sociales, les garages à ciel ouvert où certains travaillent et d’autres viennent réparer leur voiture à moindre frais, le chantier d’un parent où l’on vient aider, etc.). Ce travail est multiple, navigue entre le formel et l’informel, le marchand et le non-marchand et est, par nature, instable. Les auteur·es le soulignent : « La vie dans les marges exige une acculturation à l’instabilité de la vie quotidienne et à une incertitude quant à l’avenir » (p. 63). Le travail est tellement encastré dans des relations sociales – on travaille avec et pour les autres – qu’il « a tendance à se confondre avec la vie même » (p. 63).

6Le deuxième chapitre traite de l’importance du quartier, de sa centralité, pour les classes populaires. L’ancrage local est une ressource cruciale des groupes populaires depuis longtemps reconnue, ce d’autant plus dans un contexte d’exclusion du marché de l’emploi et d’abandon de cet espace par le capitalisme industriel. Ce processus aboutit notamment à un résultat étonnant : des pauvres propriétaires. Par la mobilisation familiale et l’investissement en temps et en énergie, des familles achètent et réhabilitent des logements dans le quartier pour eux-mêmes, pour leurs proches, voire pour les louer et s’assurer un revenu, ou pour monter un commerce (coiffure, alimentation générale, téléphonie, etc.). Ces pratiques participent au maintien d’une occupation populaire et immigrée de l’espace local tout en donnant accès à une voie de stabilisation, voire de promotion, économique. Des descriptions fines de l’espace public, comme celle page 87, approchant l’espace tel qu’il est « perçu, conçu et vécu » (p. 76), donnent accès au ressenti d’un espace occupé jusque dans ses moindres recoins où plusieurs groupes cohabitent. Les conflits d’usage sont d’ailleurs fréquents mais n’empêchent pas une entraide et une sociabilité fondée sur la reconnaissance mutuelle. Loin d’être un ghetto, Roubaix fonctionne plutôt comme un « nœud » (p. 99) marqué à la fois par de nombreuses circulations, favorisées par les liens extranationaux d’une partie des habitant·es, et un ancrage local entretenu et constamment mobilisé.

7Le chapitre 3 traite de l’économie morale qui organise les vies et les échanges des personnes au cœur de ce livre. L’utilisation du concept d’économie morale en référence à Edward P. Thompson permet aux auteur·es de comprendre ce qui se recompose après la rupture du contrat moral fordiste et du sentiment d’injustice et d’abandon qui s’en suit. Les expériences de précarité économique, énergétique, de discrimination raciale et de genre et la fermeture des possibles conduisent à une quête de respectabilité, une « forme de contre-investissement symbolique » (p. 134) qui, paradoxalement, attache d’autant plus au groupe stigmatisé car c’est là, et nulle part ailleurs, qu’une place valorisante peut être trouvée. Sens du travail bien fait, honnêteté, fiabilité, autodidaxie sont autant de valeurs qui puisent dans une culture ouvrière ancienne. Mais, à la moulinette du capitalisme libéral, cette éthique du travail devient le support d’une auto-exploitation, sans filet de sécurité, sans protection autre que celle de la famille et de la « communauté ». L’importance accordée à ces dernières et le respect des règles de soutien mutuel qui les maintiennent sont autant de façons de donner sens à des solidarités nécessaires. On comprend aussi que l’économie morale qui les anime manifeste un rejet de l’État et des patrons : l’apathie politique de ces groupes populaires peut être ainsi lue comme un « rejet actif d’un pacte social qui n’est plus respecté par les dominants » (p. 211).

8Le dernier chapitre vise à rendre compte de l’encadrement de ce travail et de cet espace populaire. C’est le seul chapitre où apparaissent clairement les professionnel·les de l’aide et de l’animation sociale, les aménageur·es, les élu·es locaux·les, tous les membres des classes moyennes et supérieures qui interviennent sur la vie des habitant·es. Ces relations sont marquées par une « dispute du territoire » (p. 190) tant les logiques des uns et des autres s’opposent. Il en va ainsi des logements que la ville veut réhabiliter, rénover, réagencer sans voir, ni concevoir, les investissements et réhabilitations réalisées par les Roubaisien·nes eux-mêmes. La ville attractive que les élu·es souhaitent construire n’est pas faite pour celles et ceux qui y vivent. Mise à part quelques portraits d’allié·es de l’intérieur, l’image qui se dégage est celle de professionnel·les qui perçoivent les membres des classes populaires comme d’éternel·les délinquants et/ou bénéficiaires, à qui on ne peut reconnaître un engagement positif dans la ville. Un homme ayant refait sa maison tout seul se retrouve ainsi encadré par un professionnel « qualifié » lors d’un atelier sur la réhabilitation des logements venu à Roubaix pour l’occasion. L’accent mis sur le point de vue des classes populaires et l’ordinaire du quotidien expliquent le peu de place faite à l’émergence de mobilisations – ce qui arrive de temps en temps – ou à la diversité des positions de ces professionnel·les de l’encadrement.

9Les trois concepts qui structurent le livre – travail de subsistance, centralité populaire et économie morale – sont constamment articulés pour montrer à quel point tout est lié, d’une part, au travail qui, sous ses différentes formes, occupe beaucoup les classes populaires roubaisiennes et, d’autre part, à l’espace local où elles puisent ressources et ancrent leurs relations sociales. Il n’est pas possible ici de discuter l’ensemble de ces résultats. Nous nous centrerons sur la question du travail. Il nous faut souligner avant le grand intérêt de la notion de « centralité populaire » pour penser la ville « depuis les classes populaires », c’est-à-dire mettre le focus sur la ville telle qu’elle est, plutôt que sur sa mise en projet et les usages qu’elle attend. S’inspirant notamment de travaux sud-américains sur les villes de « Sud », le collectif Rosa Bonheur pense les réalités des classes populaires dans la ville à l’aune des évolutions les plus récentes du capitalisme. Les développements conclusifs sont particulièrement intéressants sur ce point quand ils évoquent les « centralités en concurrence » (p. 201) sous l’effet de la multiplicité des acteurs économiques qui fabriquent la ville qu’ils relèvent de l’économie informelle, du tissu commercial ou des activités de subsistance. Il aurait été vraiment intéressant de nourrir cette réflexion par une approche cartographique qui aurait permis de mieux comprendre les distances entre les lieux cités, les circulations des habitant·es, la centralité de certains lieux, l’espace concret dans lequel se déroule leur vie quotidienne et aussi de pallier le flou qui s’installe à la lecture entre la ville de Roubaix et le quartier spécifique étudié.

10La notion de travail structure le propos du collectif tant la volonté de réhabiliter « celles et ceux dont on dit qu’ils ne font rien » en « travailleuses et travailleurs » (p. 215) constitue le projet même du livre. Cette démarche s’inscrit dans les nombreux travaux réfléchissant aux définitions et frontières du travail initiée par les sociologues féministes matérialistes à partir du travail domestique. La notion de « travail de subsistance », empruntée à Maria Mies, permet de penser dans un tout un ensemble d’activités disparates et pourtant toutes orientées vers la survie, économique, matérielle et morale, des familles. C’est un travail qui se pense à l’échelle collective et rappelle que le travail est une nécessité pour les classes populaires car « la pauvreté oblige » (p. 208). Pour autant, si tout le monde y participe, « la contribution de chacun et chacune à l’économie domestique [n’est pas] également visible et reconnue » (p. 41-42). Certaines activités sont pensées comme du travail – la mécanique automobile – quand d’autres ne le sont pas – s’occuper des tâches administratives de toute la famille, garder les enfants en bas âge, chercher les meilleures promotions, etc. Cette partition est éminemment genrée et les auteur·es y reviennent à de nombreuses reprises. La mise en lumière de tâches invisibilisées constitue bien l’intérêt de la notion de travail de subsistance mais elle a le défaut de ses qualités car on perd de vue parfois cette partition pourtant fondamentale entre ce qui se reconnaît comme travail et ce qui est exclu de ce statut.

11Par ailleurs, si la force du livre est précisément de montrer la réalité des franges les plus précarisés des mondes populaires au-delà de leur exclusion du marché du travail, cette démonstration tend à faire disparaître le travail salarié. La mobilisation fréquente de la société fordiste comme un « avant » lointain invisibilise les continuités qui se voient pourtant dans l’espace, dans les biographies des plus âgé·es et dans la structuration des espoirs, malgré les expériences d’exclusion répétées et la rupture consommée du contrat moral avec le patronat, comme le témoignage du syndicaliste chapitre 4 l’exprime clairement. Si, comme le montrent bien les auteur·es, le travail de subsistance existait déjà au temps des usines – sous la forme du travail domestique et du travail « à côté » – le travail salarié continue aussi à forger les devenirs des classes populaires. De même, des continuités auraient pu être tissées à propos du travail indépendant et de sa réappropriation par des familles immigrées davantage exclues du marché de l’emploi que les autres, mais renouant ainsi avec une position sociale historiquement située dans le haut des classes populaires. Leur engagement permet ainsi de questionner la construction sociale de ces positions professionnelles dans un contexte néolibéral. Ces remarques ne visent qu’à inviter à un dialogue de ce livre avec une sociologie du travail plus classique qui tend, pour sa part, à laisser de côté toutes les autres formes de travail.

12L’ouvrage du collectif Rosa Bonheur contribue très notablement à la déconstruction des images sociales, politiques et sociologiques des classes populaires les plus précarisées en proposant une compréhension fine de leurs ressources, réelles mais fragiles, de la privation économique et symbolique face à laquelle ils et elles « font face », de leurs dépendances multiples (entre eux et vis-à-vis de l’État et du marché) et de leurs marges d’autonomie, montrant ainsi que, si l’on prend la peine de l’analyser, la réalité sociale déborde largement des catégories de l’action publique et des médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Meuret-Campfort, « Collectif Rosa Bonheur, La Ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire (Éditions Amsterdam, 2019)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 16 septembre 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/11109

Haut de page

Auteur

Ève Meuret-Campfort

eve.meuret-campfort@cnrs.fr
Chargée de recherche au CNRS, Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), Équipe CSU – Cresppa-CSU, 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search