Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2022Charlène Charles, Tensions et émotio(…)

Charlène Charles, Tensions et émotions dans le travail social précaire (Octarès Éditions, 2021)

Une sociologie des éducateurs et éducatrices dans les foyers pour enfants
Aurélie Jeantet
Référence(s) :

Charlène Charles (2021), Tensions et émotions dans le travail social précaire. Une sociologie des éducateurs et éducatrices dans les foyers pour enfants, Toulouse, Octarès Éditions, 338 p.

Texte intégral

version postprint

1Le livre de la sociologue Charlène Charles Tensions et émotions dans le travail social précaire a un sous-titre plus explicite : Une sociologie des éducateurs et éducatrices dans les foyers pour enfants. La question émotionnelle est bien traitée à plusieurs endroits, sans qu’elle n’occupe toutefois une place centrale. De tensions, en revanche, il y en a pléthores, qui pèsent sur les éducateurs précaires, et plus précisément sur les intérimaires qui font vivre les foyers pour enfants placés par décision de justice.

2Quoi de plus étrange et paradoxal que de recourir à des éducateurs intérimaires pour assurer l’accompagnement d’enfants désocialisés et malmenés par la vie, qui ont le plus besoin de stabilité ? Comment compter sur ces personnels précaires et pas toujours formés pour soutenir et renforcer des équipes d’éducateurs salariés en souffrance et en sous-effectif ? Comment cela s’opère-t-il concrètement, au quotidien ? Et quel est le coût social et subjectif de cette organisation, dont on pourrait penser qu’elle se fait par défaut et dans l’urgence, mais qui est en réalité cohérente avec les mesures néo-libérales qui touchent également ce champ ?

3C’est sur ce choix politique que Charlène Charles se propose de se pencher pour en éclairer les écueils et pointer les difficultés, (im)possibilités et souffrances qu’il engendre. Elle déclare ainsi avoir pour objectif d’« observer la recomposition de l’action publique “par le bas” », et entend pour cela lever le voile sur une part du travail social sur laquelle on ne sait que peu de choses. Car les intérimaires sont « la face cachée et déniée du métier alors qu’ils s’acquittent du travail le plus ingrat dans des conditions parfois inhumaines » (p. 20).

  • 1 Charlène Charles (2019), « Le travail social en intérim. Le cas des éducateur.rices intérimaires da (...)

4Cet important travail est issu d’une thèse, soutenue en 2017, et a fait l’objet de plusieurs articles dont l’un, paru dans Sociologie1, reprend la même trame que le livre. La méthode empirique est celle de l’observation participante. Elle-même alors éducatrice, Charlène Charles se fait embaucher comme intérimaire (neuf mois dans un foyer, trois dans un autre) et comme stagiaire de direction dans une agence d’intérim (huit mois) : carnet de notes à l’appui, elle décrit avec minutie de nombreuses scènes qu’elle narre avec talent. Ces récits, souvent situés en début de chapitre, sont à la fois un grand plaisir de lecture, tant ils sont bien amenés, et ancrent utilement le propos. L’investigation ethnographique est complétée par des études d’archives et des entretiens, pour certains biographiques, dont des extraits sont régulièrement cités. Ces deux types de matériaux donnent lieu à des analyses qui sont pour certaines d’un grand intérêt mais qui sont aussi inégales et parfois discutables, nous y reviendrons.

5Dans une longue et riche introduction, Charlène Charles revient sur son parcours d’éducatrice et sur la démarche ethnographique qui est la sienne, dans une perspective réflexive qui fait place à ses émotions et à ses craintes (notamment de trahison ou de partialité) ou encore à la culpabilité qui ont pu parsemer ce qu’elle nomme sa « conversion » à la sociologie. À l’écoute de ses propres émotions, elle vise un savoir situé et incarné. La suite de l’ouvrage montre bien cet engagement subjectif et affectif, avec et contre lequel, on peut l’imaginer, elle a dû travailler afin de tenter de s’en déprendre.

6L’introduction présente également le secteur d’activité en pointant les transformations du travail social au gré des différentes réformes de ces dernières décennies conduisant à une externalisation, une flexibilisation et une marchandisation de la relation éducative et de la main-d’œuvre qui en a la charge. Elle met alors en exergue la position en miroir, au regard de la précarité, que semblent occuper jeunes et intérimaires.

7L’analyse en termes de parallélisme est prolongée dans la première partie de l’ouvrage, qui pose un état des lieux du secteur de l’aide sociale à l’enfance avec l’apparition des agences de travail temporaire du secteur social. « Ces différents niveaux d’incertitude, écrit Charlène Charles, sans se recouper complètement, entrent en résonnance ou en tension, se reproduisent et s’autoalimentent » (p.42). Il est délicat de démêler ces fils. Si l’hypothèse d’un parallèle entre précarité des éducateurs et celle des jeunes est intéressante, désignant un nouage qui est actif au sein de certaines interactions, on serait tenté d’objecter qu’il ne s’agit pour autant pas de la même chose : la précarité de l’emploi, d’un côté, et les situations d’abandon, de maltraitance et de placement de ces enfants, de l’autre, étant incommensurable. Ce qui est certain en revanche, c’est que « la précarisation du travail social crée un climat émotionnel qui reproduit l’insécurité » (p. 105).

8Dans cette première partie, Charlène Charles se penche de façon précise sur qui sont les intérimaires. Loin d’être un groupe homogène, ils correspondent à plusieurs profils bien distincts : l’animateur qui escompte une montée en qualification, l’ex éducateur salarié qui prend du recul, le « mercenaire » qui cumule des emplois pour se faire de l’argent, etc. Travailler en intérim, c’est donc pour certains être en marge de l’institution du travail social (avec une inscription temporelle réduite et un employeur privé distinct de l’institution dans laquelle on travaille), ce qui peut permettre une bouffée d’air, voire une prise d’autonomie. Et en même temps, pour d’autres, c’est mettre un pied à l’étrier et faire ses preuves en vue de s’intégrer professionnellement. Pour tous, le rapport à l’agence d’intérim n’est pas simple car il est caractérisé par une forte dépendance, ce qui engendre soumission, docilité, voire corvéabilité, autant de qualités conditionnant le recrutement, en plus d’un certain « contrôle de soi » (sang-froid, calme) qui exige un travail de rétention émotionnelle invisible.

9À partir de plusieurs cas ethnographiques, la seconde partie interroge d’abord le sens que revêt le travail intérimaire et décrit les liens (horizontaux et verticaux) qui se tissent, ou non, avec l’équipe de titulaires. Elle explore les ressources mobilisées et les tactiques déployées par les éducateurs et éducatrices pour faire face aux incertitudes, contradictions et difficultés rencontrées.

10Intégrant un foyer du jour au lendemain, pour une durée indéterminée et qui peut être très éphémère, les éducateurs intérimaires viennent questionner l’un des fondements du travail éducatif, qui est de construire une relation d’aide dans la durée. Cela vient perturber tant l’organisation du travail (déjà en crise) que son sens. L’étude montre finement qu’il y a bien plusieurs styles dans l’exercice du métier et que ces styles ne sont pas tant tributaires du sexe, de la formation, de la classe ou de la race, que du statut d’emploi. Le lecteur peut toutefois se demander si cela ne revient pas à neutraliser le genre un peu trop vite, puisque ne sont pas comparées les manières d’exercer selon qu’on est éducateur ou éducatrice.

11Pour Charlène Charles, selon qu’on est titulaire ou intérimaire, le rapport à l’institution, au temps, à l’espace, aux collègues et aux jeunes n’est pas le même. Ainsi, les intérimaires, enclins à travailler dans une forme de discrétion et d’humilité, sont moins en prise avec l’institution, pour le meilleur et pour le pire. Souvent moins formés, ils ont également une charge allégée en matière de travail administratif et ils échappent souvent aux régulations et règles du métier. En contrepartie, ils investissent autrement et souvent davantage la relation aux jeunes, dans un face à face caractérisé par beaucoup de proximité corporelle et affective : de l’empathie à la relation de « grand frère », en passant par des confrontations très directes et sans ambages. L’épuisement est alors fréquent, mais les plaintes ne sont pas admises : tout le sens du travail intérimaire étant d’être le dernier rempart, celui-ci ne doit pas céder. On constate donc une proscription des émotions de souffrance qui pose question et qui exige un travail émotionnel conséquent, entraînant des risques pour la santé mentale.

12L’auteure parle à plusieurs reprises du travail émotionnel. Elle met notamment en avant le fait que la tristesse est bannie, suivant une norme qui veut qu’on ne soit pas trop sensible. Elle fait référence à la « culture du détachement » (Hochschild), qui « consiste à dissimuler et dévaloriser le care » (p. 104). En même temps, Charlène Charles pointe à d’autres endroits l’inverse, un attachement souvent revendiqué (par exemple, p. 105, « On crée du lien et il est coupé d’un coup », déplore un éducateur en colère lors d’une réunion). Les contradictions ne sont pas surprenantes, lorsqu’on a conscience de l’ambivalence des émotions et des formes de déni que mettent en place les stratégies défensives. On peut néanmoins regretter qu’une discussion théorique ne soit pas engagée et que des approximations sur le concept de travail émotionnel conduisent parfois à des mésinterprétations.

13Enfin, une troisième partie se fonde davantage sur les histoires de vie des éducateurs intérimaires, pointant les échos, les identifications, les engagements et les loyautés qui peuvent en ressortir. Elle se termine par une analyse des déterminismes qui pèsent sur les assignations des intérimaires à des tâches et des identités précises relevant de la classe, de la race et du genre. On touche là à la naturalisation des savoir-faire développés et attribués par les intérimaires. Ceux-ci sont le plus souvent appelés et choisis pour leur habilité à rétablir une « paix sociale » (l’expression est beaucoup utilisée) dans des situations de crise (tant chez les enfants que chez leurs éducateurs). Cette supposée habilité repose sur leur force physique (associée au sexe masculin) et sur leur « ethnicité » (le fait d’être issu de l’immigration, des classes populaires et des cités) associée parfois à leur « autochtonie » (fréquentation d’une culture et d’un monde commun, parfois marginal). « Les entreprises de travail temporaire s’appuient explicitement sur les catégories de sexe ou, plus implicitement, sur l’origine ethnique des intérimaires » (p. 194). D’une certaine manière, pour cette catégorie d’intérimaires les moins pourvus socialement, et qui bénéficient le moins d’appuis institutionnels, il reste le corps. Cela implique, d’une part, un travail sur leurs émotions qui prend la forme d’un déni viril de la peur (ce qui s’apparente à une stratégie défensive) et d’une présentation de soi qui force le respect. Et d’autre part, cela implique un usage plus ou moins autorisé ou toléré de la contention physique et de la menace… jusqu’au jour où une plainte, un excès ou un dérapage les met sur la sellette.

14C’est ici qu’une conceptualisation du travail aurait permis d’aller plus loin. La contradiction entre travail prescrit et travail réel est bien pointée. Ce qu’il faudrait aussi poser, c’est que le travail réel suppose toujours d’enfreindre des règles. Lorsque ces dernières sont collectives (dimension que souligne très justement Charlène Charles), le travailleur est soutenu et son autonomie est cadrée. Lorsque ce n’est pas le cas, c’est là, en ravanche, que le bât blesse. Il erre, sans garde-fou ni repère, devant la multiplicité des erreurs possibles, comme l’écrit Yves Clot (2002, citant Jean-Pierre Darré, 1994). Le problème n’est donc pas tant d’enfreindre une règle, mais quel type de règle. Ce n’est donc pas tant la réponse institutionnelle à l’infraction, possiblement dure ou injuste, qui importe, que la réponse du collectif. Si la règle enfreinte est considérée collectivement comme souple ou si cette règle désigne une valeur partagée, les conséquences seront tout autres. Dans l’exemple qui est donné et développé par Charlène Charles, ce qui est douloureux, c’est que l’éducateur qui est sanctionné pour avoir sciemment fait peur à un enfant, ne comprend pas ce qui lui arrive. Et ce qu’on se dit, avec l’auteure, c’est que l’absence de partage des valeurs du travail éducatif est véritablement ce qui crée un isolement et une vulnérabilité terribles pour les éducateurs les moins bien dotés socialement parmi les intérimaires. C’est cela la forme la pire de précarité, que l’auteure s’attache à définir.

15Parmi les conclusions de ce livre critique, Charlène Charles se veut pourtant optimiste lorsqu’elle écrit : « Les statuts d’emploi marginaux ou atypiques peuvent ainsi permettre d’instaurer des systèmes de solidarité renouvelée à l’interstice et aux marges des structures sociales » (p. 189). Les éducateurs inventent dans la clandestinité des formes de lien et des pratiques dans la proximité avec les jeunes et dans la sollicitude, résistant silencieusement aux normes de distanciation qui continuent à irriguer le milieu. Mais ces trouvailles sont fragiles tant ils demeurent très seuls.

16L’ouvrage met ainsi à jour de nombreux éléments très justes et étayés qui donnent à réfléchir. Si l’une des grandes qualités du livre réside précisément dans ce matériau ethnographique de première main, abondant et riches d’enseignements, en revanche, font parfois défaut des discussions théoriques qui auraient permis d’approfondir certains points et d’en nuancer d’autres. Aussi, qu’il nous soit permis de suggérer deux prolongements en termes de théorisation du travail. Deux pistes pourraient être prometteuses : l’école de Chicago (Hughes, Strauss) serait utile pour comprendre les tensions qui traversent les équipes d’éducateurs, à savoir la dynamique de la division du travail, avec cette délégation du « sale boulot » aux « segments professionnels » les plus précaires (voir notamment p. 66 et p. 144 où la discussion aurait mérité d’être prolongée). Quant à la clinique du travail (Clot, Dejours), elle permettrait de mettre à jour et de circonstancier les débats de métier et les critiques déontiques qui entourent l’activité des intérimaires, les stratégies défensives, le décalage entre prescrit et réel, les affects et leur intrication dans la délimitation de l’activité. Ces deux pistes théoriques ont aussi en commun d’aborder la gestion de la prise de risque, individualisée et déléguée aux plus précaires, qui est au cœur de l’étude de Charlène Charles.

17Pour conclure, l’ouvrage est à la fois plaisant à lire pour ces récits détaillés et judicieusement choisis qui nous amènent directement au cœur du sujet, n’usant pas de détours et de subterfuges alambiqués (même s’il pêche parfois sur la forme par des répétitions ou formules maladroites, et sur le fond par un déficit d’articulation et quelques petites approximations et mésinterprétations dans les références bibliographiques). Et il sera très instructif en tant qu’il nous apprend énormément sur le quotidien et les dilemmes du métier, notamment pour ceux qui s’intéressent aux éducateurs, aux métiers du social, du care et plus généralement aux métiers relationnels.

Haut de page

Notes

1 Charlène Charles (2019), « Le travail social en intérim. Le cas des éducateur.rices intérimaires dans les foyers de l’enfance », Sociologie, vol. 10, no 4, p. 435-449.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Jeantet, « Charlène Charles, Tensions et émotions dans le travail social précaire (Octarès Éditions, 2021)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2022, mis en ligne le 23 novembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/11208

Haut de page

Auteur

Aurélie Jeantet

aurelie.jeantet@sorbonne-nouvelle.fr
Maîtresse de conférences, Université Paris 3, Cresppa-GTM, 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search