Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN°2, vol. 7EnquêtesSe sentir français et se sentir vu c(…)

Se sentir français et se sentir vu comme un Français

Les relations entre deux dimensions de l’appartenance nationale
Feeling French and feeling being seen as French. The relations between two dimensions of national belonging
Cyril Jayet

Résumés

Cet article examine au moyen de l’enquête Trajectoires et Origines (TeO) la relation entre le sentiment d’être français et le sentiment d’être vu comme un Français. Il met en lumière leur décalage et la façon dont l’origine, le mode d’acquisition de la nationalité et le temps passé en France influencent cette relation. Pour les populations d’origine européenne, le sentiment d’appartenance, au départ plus faible, semble ainsi se renforcer avec le temps et évoluer conjointement avec le sentiment d’acceptation. Au contraire, pour les populations originaires d’Afrique et d’Asie du Sud‑Est, les résultats mettent en lumière le décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation, ces populations se sentant ainsi toujours plus françaises qu’elles ne se sentent vues comme françaises. Ce décalage persiste avec l’acquisition de la nationalité ainsi que chez les secondes générations.

Feeling French and feeling being seen as French. The relations between two dimensions of national belonging

In this article I investigate the relation between the feeling of being French and the feeling of being considered as French. I shed light on the gap between these two feelings and how this gap varies with origin, how people acquire nationality, and the time they have lived in France. For the population of European ancestry, the feeling of belonging, while weaker at the beginning, gets stronger with time and is correlated with the feeling of being accepted. On the contrary, for people of African and Southeastern Asian ancestry, the results shed light on the gap between the two feelings: The feeling of being French is always stronger than the feeling of being accepted. This gap persists with the acquisition of nationality as well as among the second generation of immigrants.

Haut de page

Texte intégral

1La communauté nationale que le sociologue Benedict Anderson (1983) imaginait comme une « fraternité » ou même une « camaraderie profonde » est aussi un espace de rejet comme le montre les nombreux débats autour de l’« identité nationale » (Noiriel, 2007 ; Detienne, 2008). Dans ces débats, les assignations à des appartenances raciales, ethniques, religieuses ou culturelles sont souvent autant de manière d’inclure ou d’exclure de la nation en raison de caractéristiques jugées comme étrangères. Cette exclusion constitue une violence symbolique qui peut souvent viser des individus se considérant comme membres de la nation et qui se voient ainsi dénier la légitimité de leur appartenance. D’après François Dubet et al. (2013), ce décalage entre la manière dont l’on se voit et dont les autres nous voient constitue une dimension essentielle de l’expérience de discrimination. En outre, cette exclusion hors du groupe participe d’un manque de reconnaissance, sentiment dont l’importance dans la vie sociale a été mise en avant par la théorie d’Axel Honneth (2013).

2La fréquence des discriminations révèle cette négation de l’appartenance à la communauté qui se manifeste aussi par le renvoi fréquent aux origines qui, en France, touche les populations immigrées d’origine africaine et turque (Safi & Simon, 2013). Le fait de n’être ainsi pas reconnu comme un membre de la nation pourrait avoir pour conséquence de ne pas se sentir membre de la nation, comme le montre la corrélation entre le sentiment d’être un Français et le sentiment d’être vu comme un Français (Simon & Tiberj, 2012). Dans le prolongement de ces travaux, nous nous intéressons ici au décalage entre ces deux variables que nous qualifions de sentiment d’appartenance à la nation et de sentiment d’acceptation. L’objectif n’est pas de chercher un « effet propre » du sentiment d’acceptation sur le sentiment d’appartenance, mais bien plutôt de mettre en lumière la diversité et l’évolution de leurs relations. Nous examinons pour cela les variations du décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation dans les populations immigrées et descendantes d’immigrés sur une génération, selon leurs origines, le temps passé en France et le mode d’acquisition de la nationalité. L’enquête Trajectoires et Origines (TeO) réalisée entre 2008 et 2009 par l’Institut national d’études démographiques (Ined) avec le soutien de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) rend possible une telle étude. Elle comporte des questions permettant d’évaluer chacun de ces sentiments et de comparer des populations aux origines et trajectoires de vie diverses.

3Dans la première partie, nous commençons par situer cette recherche dans les travaux sur les représentations de l’appartenance à la nation, puis nous présentons ses relations avec les théories de l’intégration des immigrés et enfin les hypothèses que l’on peut faire sur la genèse des sentiments d’appartenance et d’acceptation, notamment sur le rôle de l’origine, du temps passé en France et du mode d’acquisition de la nationalité. Nous essayons ensuite de mettre à l’épreuve ces hypothèses au moyen de l’enquête TeO. Pour cela, nous proposons de distinguer quatre sous‑populations selon leur mode d’acquisition de la nationalité : les Français par héritages successifs (les personnes ayant hérité de leur nationalité de deux parents eux‑mêmes nés français), les étrangers (les personnes n’ayant pas la nationalité française), les Français par acquisition et les Français natifs (les personnes nées françaises et dont les deux parents n’avaient pas la nationalité française). Nous examinons alors les relations entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation dans ces différentes populations afin de mettre en lumière leur décalage. On observe d’abord que le sentiment d’appartenance est au départ plus faible chez les immigrés européens que le sentiment d’acceptation, quand c’est l’inverse chez les extra‑européens. Nous montrons ensuite que l’acquisition de la nationalité est associée à un sentiment d’appartenance plus fort quelle que soit l’origine, mais qu’en revanche le sentiment d’acceptation évolue très peu chez les populations d’origine extra‑européenne et notamment d’Afrique. Enfin, nous examinons le cas des Français natifs qui se caractérisent par une situation proche de celle des Français par acquisition : un sentiment d’appartenance souvent plus important que le sentiment d’acceptation et un décalage entre les deux qui varie beaucoup avec l’origine. Les résultats permettent ainsi de décrire les variations du clivage entre sentiment d’appartenance et d’acceptation et sa persistance avec le temps et les générations.

Les représentations de l’appartenance à la nation

4Les identités nationales dont l’invention est documentée par l’histoire et la sociologie du nationalisme (Hobsbawm & Ranger, 1983 ; Thiesse, 2001) ne sont pas seulement des constructions historiques dont l’origine serait à trouver dans les siècles récents. La croyance en leur existence est en permanence entretenue pour justifier par l’unité de la nation les frontières d’États qui trouvent d’abord leurs origines dans les conflits politiques et militaires (Tilly, 1975 ; Mann, 1986 ; Elias, 2003). Cette unité de la population relevant d’un même État est le plus souvent décrite au moyen de multiples critères et il est devenu un lieu commun d’opposer ceux qui seraient « ethniques » ou « ethnoculturels » – comme le partage d’une religion, de traditions, voire d’une langue –, à ceux qui seraient « civiques » comme le fait de participer à la vie politique. Cette diversité des critères est aussi le moyen d’opposer certains pays dont le modèle d’appartenance nationale est fréquemment caractérisé comme « civique » ou, au contraire, comme « ethnoculturel », comme lorsque l’on oppose de façon très classique la France à l’Allemagne depuis Ernest Renan et Friedrich Meinecke (Kohn, 1961 ; Smith, 1986 ; Breton, 1988 ; Brubaker, 1992). Dans les faits, il est souvent difficile de caractériser clairement un critère comme étant civique ou ethnique (Brubaker, 2004). De nombreux auteurs soulignent les mythes de la construction d’une nation civique (par exemple, Kuzio, 2002) ou mettent en lumière les oppositions à l’intérieur de tous les pays (Schulman, 2002 ; Reeskens & Hooghe, 2010), voire la convergence des modèles nationaux dans la gestion de l’immigration et des discriminations (Joppke, 2007a, 2007b).

5Dans le cas de la France, l’idée d’une conception civique de la nation comme d’un modèle d’intégration assimilationniste souvent qualifié de « républicain » (Schnapper, 1994) a largement été mise en cause (Sayad, 1994), l’histoire de sa nationalité ne reflétant pas cette conception civique (Weil, 2002). En outre, les travaux sur la citoyenneté dans les colonies mettent en lumière les contradictions d’un modèle dit « civique », mais qui, comme le montre Syliane Larcher (2015), mettait la race « au cœur de la ségrégation juridique entre citoyen de la métropole et citoyen des colonies ». La France a ainsi longtemps été un empire comprenant des colonies caractérisées par un régime juridique spécifique (Saada, 2003) et dans lesquelles la race était une catégorie de l’entendement administratif (Saada, 2001). En effet, l’extension du suffrage universel masculin aux colonies a rencontré de fortes résistances (Deschamps, 1997 ; Rosanvallon, 2001 ; Larcher, 2014) qui révèlent que les conceptions de la nation étaient pleines de présupposés raciaux. En métropole, la socio‑histoire du concept d’assimilation comme des pratiques de naturalisation montre aussi l’importance des considérations raciales dans la pensée sur la nation (Hajjat, 2012).

6Attribuer une conception unique de l’appartenance nationale à un pays, c’est confondre le discours des États sur eux‑mêmes et la réalité des divergences et affrontements sur les modes de définition de l’appartenance dont l’historien Gérard Noiriel (2007) a analysé l’usage politique en France à travers les débats sur l’identité nationale. L’appartenance à un groupe n’est en effet pas une donnée naturelle sur laquelle on pourrait aisément se mettre d’accord : elle fait l’objet de représentations concurrentes concernant l’existence ou non du groupe, ses frontières ou encore les droits de ses membres. L’existence du groupe comme la détermination des critères pour y appartenir est ainsi un enjeu de violence symbolique ou de luttes pour la définition de la réalité et l’imposition de divisions arbitraires entre les individus (Bourdieu, 1980). Or, le renvoi à une autre appartenance, qu’elle soit ethnique, culturelle ou religieuse, peut avoir des effets particulièrement violents. Si les inégalités ethniques ou ethno‑raciales sont le plus souvent condamnées en France (Forsé & Galland, 2011) et sont considérées comme plus inacceptables que d’autres formes d’inégalités (Collet & Keucheyan, 2011), de nombreux travaux mettent en lumière leur importance dans de multiples dimensions de la vie sociale (Safi, 2013).

Intégration, sentiment d’appartenance et reconnaissance

  • 1 . Voir Mirna Safi (2011) pour une présentation des théories de l’intégration et leurs évolutions da (...)

7Être reconnu comme un membre de la nation, que cela soit institutionnellement ou dans les interactions quotidiennes, conditionne de nombreuses dimensions de la vie sociale. Les travaux sur l’intégration décrivent les processus par lesquels les immigrés sont ou non progressivement acceptés comme membres de la nation ainsi que les discriminations qu’ils peuvent subir. Ces recherches distinguent le plus souvent la théorie classique de la théorie de l’intégration segmentée1. La théorie classique suppose que les immigrés s’intègrent progressivement à la population d’accueil en adoptant des pratiques de plus en plus proches de celle‑ci et ce jusqu’à ce qu’elles deviennent indiscernables. Cette théorie classique reprend les discours traditionnels sur la nation qui font « comme si » les populations appartenant à un même État étaient caractérisées par une unité culturelle, s’y intégrer reviendrait alors à adopter les us et coutumes de cette population. Face aux difficultés de la théorie classique, notamment le fait que l’on n’observe pas toujours que les populations immigrées se rapprochent de la population originelle jusqu’à en devenir indiscernables, la théorie de l’intégration segmentée a constitué une alternative féconde (Safi, 2011). Celle‑ci est plus complexe puisqu’elle met l’accent sur le fait que le processus d’intégration a différentes dimensions (culturelles, économiques, etc.) dont les évolutions ne sont pas toujours corrélées positivement. L’intégration est alors généralement présentée comme résultant de la combinaison de deux variables (intégration économique et culturelle) à deux modalités (intégration/non intégration), ce qui permet de mettre en évidence la possibilité d’être intégré culturellement sans l’être économiquement (assimilation dite infériorisante) ou son contraire, être intégré culturellement sans l’être économiquement (intégration dite du pluralisme culturel) (Portes & Zhou, 1993 ; Safi, 2006 ; Silberman et al., 2007).

8Définir l’assimilation ou l’intégration impose de choisir des critères sur lesquels on considère que les individus doivent se conformer à la majorité. Cela impose aussi de caractériser la majorité, donc le groupe d’individus dont l’appartenance est considérée comme incontestable et dont les spécificités culturelles de certains de ses membres ne seront pas définies comme une marque d’absence d’intégration, mais bien comme une composante « normale » de la diversité de la nation. Dans le cadre qui est le nôtre, sur des questions « identitaires », ce que signifie « être intégré » est encore plus problématique, puisque cela revient à prendre position sur la façon dont les individus devraient définir leur appartenance. On ne s’intéresse néanmoins pas ici au sentiment d’appartenance comme si c’était une marque d’intégration, mais plutôt à ses relations au sentiment d’acceptation. Il s’agit ainsi de décrire différentes trajectoires des communautés immigrées et la façon dont elles sont plus ou moins touchées par le décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation.

9On peut replacer cette perspective dans le cadre de la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth en soutenant que cette identité entre sentiment d’acceptation et sentiment d’appartenance participe du sentiment de reconnaissance dont l’importance a été mise en avant par les travaux sociologiques sur les liens sociaux. Synthétisant ses recherches sur l’entrecroisement des liens sociaux, Serge Paugam (2013) soutient ainsi que tous ces liens comportent une dimension de reconnaissance, que cela soit dans le travail, les liens de filiations ou encore les liens de citoyenneté. Le processus de disqualification sociale se caractérise au contraire par une rupture des liens de l’individu à la société, ce que Serge Paugam identifie par la perte de la protection et de la reconnaissance. L’étude dirigée par François Dubet et al. (2013) sur les discriminations fournit un deuxième exemple de l’importance de la dimension de la reconnaissance dans la vie sociale. Les auteurs commencent leur ouvrage par la description d’un individu ayant réussi socialement et économiquement, mais dont la colère « ne s’épuise pas » tant il s’est toujours senti discriminé et stigmatisé. La réussite économique ne compense ainsi pas l’expérience d’être méprisé. Cette expérience du mépris que l’on observe dans les discriminations correspond ainsi à l’un des concepts centraux de la théorie de la reconnaissance d’A. Honneth, concept qu’il décrit comme l’expérience de ne plus être un partenaire égal de l’interaction ou de la vie sociale. François Dubet et al. décrivent ainsi différents individus détruits par le fait d’être considérés comme inférieurs et de ne pas se voir reconnus à leur juste valeur parce que différents. Certaines modalités de l’expérience des discriminations sont même décrites par F. Dubet et al. comme des « expériences totales », emportant l’intégralité du vécu (ibid., p. 12). La recherche de reconnaissance est ainsi une dimension fondamentale de la constitution des liens sociaux.

La construction du sentiment d’appartenance

10Dans l’histoire des politiques d’immigration, revient sans cesse l’idée selon laquelle la proximité culturelle de certaines populations les rendraient plus facilement « assimilables » que les autres, notamment les immigrés d’origine européenne quand ils viennent de pays proches (Noiriel, 2001 ; Weil, 2002 ; Hajjat, 2012). Les immigrés d’origine européenne ont néanmoins aussi été confrontés à leur arrivée en France à la violence et au racisme (Noiriel, 1992). Chaque vague d’immigration est ainsi comparée à la précédente avec l’idée qu’elle ne pourra pas s’assimiler aussi bien parce qu’elle aurait trop de différences culturelles avec la population d’accueil (ibid.). Ces représentations de l’appartenance à la nation et de l’intégration dans une partie de la population peuvent avoir des effets sur les immigrants ou les descendants d’immigrants, ceux‑ci pouvant ou non se sentir acceptés selon leurs origines, sentiment qui peut alors avoir un effet en retour sur leur propre sentiment d’appartenance.

11Pour examiner cette relation, on pose ainsi l’hypothèse de l’origine qui, dans le cadre qui est le nôtre, signifie que le sentiment d’être français et le sentiment d’être vu comme un Français varient avec l’origine de l’individu qui peut être perçue aussi bien à partir de l’origine nationale qu’à partir des aires géographiques et culturelles plus larges (Asie du Sud‑Est, Afrique subsaharienne ou maghrébine par exemple) ou de caractéristiques jugées comme ethno‑raciales. Il ne s’agit pas de supposer que ces différentes origines aient un effet en tant que telle, notamment parce qu’elles peuvent regrouper des populations culturellement très différentes, mais plutôt en tant qu’elles sont fréquemment perçues comme des distinctions pertinentes dans l’espace public ou parmi les acteurs sociaux et ont un rôle important dans la stratification sociale (Fassin & Fassin, 2006 ; Safi, 2013). Ces catégorisations sont toujours floues, le rejet d’une population pouvant s’appuyer sur de nombreuses caractéristiques qui se mélangent dans le débat public : appartenances nationales, ethno‑raciales, culturelles, religieuse, etc. Des caractéristiques étrangères peuvent être associées à la pratique d’une religion comme le rappellent les travaux portant sur l’islamophobie en France (Hajjat & Mohammed, 2014) ou en Europe (Allen, 2013). La couleur de peau est aussi une caractéristique importante mais qui s’associe à des critères sociaux comme le montre les débats autour de la racialisation de la question sociale (Fassin & Fassin, 2006). Comme l’a bien souligné Syliane Larcher (2015), dans le cas des Français d’Outre‑Mer, la couleur de peau est aussi un marqueur d’une assignation anthropologique plus large qui renvoie à l’histoire de l’esclavage, au fait d’avoir eu un statut inférieur derrière lequel on perçoit « l’ombre du fardeau de ses anciennes chaines ». On parlera donc de l’origine dans la mesure où elle constitue un mode de catégorisation que l’on suppose courant dans l’espace public et qui contribue ainsi à façonner les relations sociales.

12Dans ses travaux, Gérard Noiriel (1992) soutient qu’avec le temps les différentes populations immigrées ne deviennent plus distinguables et se fondent dans un même creuset français. Le temps est ainsi couramment considéré comme une variable clé, l’assimilation étant conçue tel un rapprochement progressif (Gordon, 1964 ; Alba & Nee, 2003). L’idée d’assimilation progressive suppose cependant au moins deux mécanismes très différents. Pour les immigrés comme pour les natifs dont les parents sont immigrés, l’expérience que constitue la vie dans un pays peut expliquer le fait de se considérer comme membre du pays. Mais pour les seconds, le fait d’être né dans le pays dans lequel ils vivent doit exercer un effet spécifique pour expliquer le rapport à leur origine et à leur appartenance. On suppose donc que vivre dans un pays constitue une forme de socialisation et l’on parlera d’hypothèse de la socialisation pour rendre compte du fait que le temps passé dans le pays peut causer un plus fort sentiment d’appartenance ou d’acceptation. On la distingue de l’hypothèse nativiste qui désignera l’idée selon laquelle le lieu de naissance a un effet spécifique sur le sentiment d’appartenance ou d’acceptation. À partir des résultats des travaux sur l’intégration segmentée décrites plus haut, on peut supposer que l’on n’observera pas nécessairement un rapprochement progressif, mais au contraire que certaines différences se révèleront persistantes.

13Les théories issues de l’interactionnisme de Georges Herbert Mead postulent que l’identité d’un individu se construit à partir de l’image de lui‑même que les autres lui renvoient. Cette dimension se révèle notamment dans les phénomènes d’étiquetage (Becker, 1985) ou encore de stigmate (Goffman, 1975). On parlera d’hypothèse de l’étiquetage pour supposer que sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation sont étroitement corrélés, ce qu’ont montré Patrick Simon et Vincent Tiberj (2012). Cet effet du regard d’autrui peut aussi prendre la forme d’une violence symbolique lorsque des modes de perception et de division de l’espace social sont imposés à l’individu. C’est notamment le cas de la nationalité qui codifie et institue juridiquement l’appartenance nationale. L’attribution de la nationalité constitue certainement un pouvoir important, mais dont on ne peut tenir pour acquis a priori les effets sur le sentiment d’appartenance. D’une part, les individus ne se contentent pas toujours d’accepter les catégories instituées par le social et ils peuvent les manipuler pour les mettre à leur profit. Dans ses travaux, Évelyne Ribert (2006) montre par exemple que pour les jeunes issus de l’immigration, la nationalité n’est pas nécessairement associée à l’identité et qu’elle est d’abord un instrument pour accéder à un statut égal à celui des autres. D’autre part, même lorsque certains droits sont reconnus, cela ne signifie pas qu’ils soient respectés de la même manière par l’administration (Spire, 2003). L’attribution juridique d’une appartenance ne définit donc pas nécessairement le regard qu’un individu porte sur lui‑même, pas plus que le regard que lui portent les autres. On parlera donc d’hypothèse institutionnaliste pour désigner cette hypothèse selon laquelle la nationalité définit le sentiment d’appartenance ou d’acceptation.

14On a distingué cinq hypothèses, chacune mettant l’accent sur l’une des causes du sentiment d’appartenance ou du sentiment d’acceptation : hypothèse de l’origine, hypothèse de la socialisation, hypothèse nativiste, hypothèse de l’étiquetage et hypothèse institutionnaliste. Ces hypothèses serviront de guide pour interroger les données de l’enquête TeO et pour présenter une évolution des rapports des individus immigrés et d’origine immigrée à l’égard de leur appartenance nationale.

Données et population étudiée

  • 2 . La documentation de l’enquête TeO les définit aussi de manière négative, c’est‑à‑dire comme les p (...)

15Nous avons recours dans cette étude aux données de l’enquête Trajectoires et Origines (Teo) réalisée par l’Ined et l’Insee. Dans la littérature et notamment dans la documentation de l’enquête TeO, l’expression « population majoritaire » est généralement utilisée pour comparer les populations issues de l’immigration à la population désignée comme « majoritaire ». C’est une manière néanmoins détournée de les qualifier puisqu’on ne peut simplement être « majoritaire », il faut bien en effet qu’un groupe ait une caractéristique distinctive et qui le rende identifiable pour pouvoir ensuite être caractérisé comme majoritaire2. Caractériser cette population peut donner l’impression de désigner sociologiquement des « vrais Français » et plus fondamentalement, de faire de quelque chose comme le fait d’être français une caractéristique objective de l’individu qui s’ajouterait à la seule détention de la nationalité, ce qui reviendrait à une forme d’essentialisme.

16On proposera ici de regrouper les individus qui ont hérité leur nationalité de deux parents ayant eux‑aussi acquis leur nationalité à la naissance et de parler à leur propos d’héritages successifs. Leur regroupement implique des hypothèses spécifiques sur cette population. On suppose ainsi que cette succession d’héritages traduit un éloignement dans le temps d’éventuelles origines hors de France et qu’associée au fait de constituer la population majoritaire, cela amène les membres de ce groupe à adopter plus fréquemment la catégorie de « Français » pour se définir comme une évidence ne pouvant être remise en question et ce quelles que soient leurs particularités individuelles ou dues à des origines régionales. Une exception néanmoins à cette règle est la distinction des Français d’Outre‑Mer qui sont bien des Français par héritages successifs. Comme on l’a souligné néanmoins, leur situation particulière, leurs caractéristiques ethniques comme l’histoire de la colonisation et de l’esclavage, peut faire supposer un rapport particulier à leur appartenance comme à leur acceptation. On les distinguera donc des Français par héritages successifs. Les Français dont l’origine est mixte ne seront pas pris en compte, la diversité des situations nous ayant paru nécessiter une étude en soi.

17On peut distinguer ces Français par héritage de ceux qui ont acquis la nationalité française au cours de leur vie et parler pour ces derniers de Français par acquisition. Pour les individus ayant obtenu leur nationalité à la naissance sans l’hériter d’aucun parent ou de parents ayant eux‑mêmes acquis la nationalité, on parlera de natifs. Enfin, on peut vivre sur un territoire sans en posséder la nationalité, c’est le cas de ceux que l’on appelle les étrangers. Ces distinctions comportent des difficultés, mais elles ont l’avantage d’être facilement opérationnalisables au moyen du croisement de deux variables : acquisition de la nationalité par ego et par ses parents. Enfin, elles n’essentialisent pas l’appartenance à la nation ou ce que serait être français, elles rendent simplement compte du fait que différentes histoires de vie sous‑tendent ces modes d’acquisition de la nationalité et que différentes représentations de l’appartenance à la nation s’affrontent politiquement sur la légitimité de ces modes d’acquisition, ce qui peut avoir des conséquences sur la façon dont un individu se définit comme sur la façon dont il a l’impression d’être vu par les autres.

  • 3 . On retrouvera en annexe, l’ensemble des coefficients et leurs erreur‑­standard pour chacun des mo (...)

18Plusieurs séries de modèles de régression prenant pour variables dépendantes le sentiment d’être français et le sentiment d’être vu comme un Français permettront de comparer les individus selon leur mode d’acquisition de la nationalité, leur origine et le temps qu’ils ont passé en France. Les deux variables dépendantes sont des échelles de 1 à 4. On a utilisé des modèles probit bivariés ordonnés pour tenir compte de la corrélation entre les deux variables dépendantes et ainsi les estimer au sein d’un même modèle à équations simultanées. On estime ainsi les effets de l’origine ainsi que des caractéristiques socio-démographiques et socio-économiques sur le sentiment d’appartenance et le sentiment d’acceptation. Les modèles ont été estimés pour différentes périodes d’installation et différents intervalles de temps depuis l’acquisition de la nationalité afin d’observer les variations des effets de l’origine selon le temps passé en France. On a préféré estimer différents systèmes pour pouvoir tenir compte de variables n’ayant pas de valeurs pour certaines sous‑populations. Par exemple, la période d’installation nous a paru importante pour comparer les étrangers et les Français par acquisition, mais elle n’a pas de signification pour les natifs. On a donc estimé un système spécifique pour les natifs. De même, on a voulu estimer les résultats pour différentes sous‑populations de Français par acquisition distinguées selon le temps passé depuis la naturalisation, ce qui là encore impliquait un système différent. On obtient ainsi quatre systèmes d’équations : un système portant uniquement sur les étrangers et estimés sur trois sous‑populations distingués par leur période d’installation (modèles 1.1 à 1.3), un système portant uniquement sur les Français par acquisition et les étrangers (modèle 2), un système portant uniquement sur les natifs (modèle 3) et enfin un système portant uniquement sur les Français par acquisition distingués en trois sous‑populations selon le temps passé depuis l’acquisition de leur nationalité (modèles 4.1 à 4.3). Dans les modèles estimés sur différentes sous‑populations, on a souvent retiré des groupes dont les effectifs étaient trop faibles. On a systématiquement regroupé les Espagnols et Italiens que l’on a distingué des Portugais seulement lorsque les effectifs étaient assez importants, donc lorsque les modèles n’étaient pas estimés sur des sous‑populations distinguées par leur période d’installation. Tous les modèles incluent comme variables de contrôle l’âge, le sexe, le niveau de diplôme de l’enquêté, celui de sa mère et de son père ainsi que la position dans la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS)3.

19Dans ces modèles, la modalité de référence de la variable origine est la modalité héritages successifs. Les résultats présentés sont d’abord ceux des étrangers, puis des Français par acquisition et enfin des Français natifs. Les coefficients des modèles probits ordonnées sont d’interprétation peu intuitive. On a utilisé des graphiques pour présenter ces coefficients et leurs intervalles de confiance afin d’observer leurs relations, ce qui permet de juger de l’importance relative des effets des différentes origines ainsi que de leur significativité. Pour une traduction en probabilités, on trouvera également en annexe électronique les différences de probabilités prédites, pour chacune des modalités de réponse, calculées à partir de ces coefficients. La force des effets est toujours qualifiée en valeur absolue : plus un effet sera négatif plus il sera désigné comme fort ou important et ceci afin d’évaluer la distance à la population de référence (les Français par héritages successifs). On a accompagné la présentation de ces graphiques de tableaux contenant les probabilités prédites pour chaque groupe distingué selon l’origine. Pour un modèle ordonné sur des échelles de 1 à 4, ce calcul donne quatre probabilités prédites, une par modalité de réponse. Ces probabilités prédites permettent de mieux saisir l’importance des différents effets (Hanmer & Ozan Kalkan, 2013). Les différents résultats de ces modèles sont d’abord présentés de façon générale afin ensuite d’examiner dans quelle mesure ils permettent de donner des réponses aux hypothèses posées en première partie.

Sentiment d’appartenance et d’acceptation chez les étrangers

Sentiment d’appartenance selon le temps et l’origine

  • 4 . L’effectif étant très faible et en conséquence les intervalles de confiance très importants, on n (...)

20La figure 1 présente les coefficients estimés pour les différents groupes distingués par leur origine et leur période d’installation, le tableau 2 les probabilités prédites par le modèle pour chacun de ces groupes4. Le premier résultat notable est le fait que parmi les étrangers arrivés le plus récemment en France (après 1998), ce sont les Européens qui répondent le moins se sentir français (Européens de l’Ouest et Européens du sud qui regroupent les Italiens, Espagnols et Portugais). Au contraire, ce sont les étrangers d’Afrique maghrébine et subsaharienne qui répondent le plus se sentir français. Les Européens de l’Ouest et du Sud ayant passé moins de dix ans en France ont ainsi une probabilité de donner la réponse tout à fait d’accord sur l’échelle de sentiment d’appartenance de respectivement 8 % et 6,3 % contre 22,4 % et 22,6 % pour les Maghrébins et les Subsahariens. C’est néanmoins chez les Européens que l’on observe les différences les plus importantes entre ceux arrivés le plus récemment et ceux arrivés depuis le plus longtemps. La probabilité de donner la réponse tout à fait d’accord passe ainsi de 8 % pour les Européens de l’Ouest arrivés depuis moins de 10 ans à 34 % pour ceux arrivés il y a plus de 25 ans. Pour les Européens du Sud, cette probabilité passe de 6,3 % à 43 %, quand elle passe de 22,6 % à 24 % chez les Subsahariens et de 22,4 % à 37 % chez les Maghrébins. Les différences sont donc plus faibles chez les Africains d’origines maghrébine et subsaharienne, mais dans l’ensemble, les réponses des étrangers tendent plutôt à se rapprocher, les différences entre Européens et Africains n’étant pas significatives pour les étrangers arrivés depuis plus de 25 ans.

Figure 1 : Se sentir français selon l’origine et la période d’installation

Figure 1 : Se sentir français selon l’origine et la période d’installation

Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (cf. Modèles 1.1 à 1.3 en annexe). À chaque période d’installation correspond un modèle. Variable dépendante : « Opinion de l’enquêté par rapport à la proposition : je me sens français<e> ». Cf. annexe (tableaux 1‑3) pour les effets de l’ensemble des variables. Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

Tableau 1 : Se sentir français selon l’origine et la période d’installation, probabilités prédites

 

Pas du tout d'accord

Plutôt pas d'accord

Plutôt d'accord

Tout à fait d'accord

 

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Af. Maghrebine

29,1

21,5

19

20

16,4

14,7

28,6

31,3

29,5

22,4

31

37

Af. Subsaharienne

28,9

22,1

30,1

19,9

16,6

17,3

28,6

31,2

28,1

22,6

30

24

Asie Sud-Est

40,2

19,4

32,4

20,8

15,8

17,6

24,6

31,4

27,5

14,4

33

22

Turquie

48,6

38,6

28,1

20,3

19

17

21

26,5

28,6

10,1

16

26

Europe du Sud

58,3

46,3

14,9

18,7

18,8

13,1

16,6

23,3

29

6,3

12

43

Europe de l'Ouest

53,8

33,8

21,4

19,6

18,7

15,4

18,7

28,3

29,4

8

19

34

Fançais par héritage

0,5

0,5

0,6

1,5

1,3

1,4

8,1

8,2

7,9

89,9

90

90

Français d'Outre-Mer

2,4

2,5

2,9

4,9

4,4

4,6

17,9

18,2

17,2

74,8

75

75

Probabilités prédites par les modèles probit bivariés (cf. Modèles 1.1 à 1.3 en annexe). Variable dépendante : « Opinion de l’enquêté par rapport à la proposition : je me sens français <e> » sur une échelle de 1 à 4.

Sentiment d’acceptation selon le temps et l’origine

21Les estimations des modèles sur le sentiment d’acceptation révèlent un résultat très différent : avec le temps passé en France on observe plutôt un décalage plus important entre les Européens et les non‑Européens. Chez les étrangers arrivés en France le plus récemment, les différences selon l’origine ne sont pas statistiquement significatives. Mais chez les Européens, la probabilité de se dire vu comme un Français augmente beaucoup avec le temps passé en France. Chez les Européens du Sud, la probabilité de donner la réponse tout à fait d’accord sur l’échelle de sentiment d’acceptation passe ainsi de 6 % chez ceux ayant passé moins de 10 ans en France à 39,1 % pour ceux en France depuis plus de 25 ans. On retrouve un résultat similaire chez les Européens de l’Ouest, la probabilité passant de 10,6 % à 39,4 %. Au contraire, cette probabilité passe de 12,9 % à 14,6 % chez les Maghrébins ou de 7,5 % à 9,2 % chez les Subsahariens. Ce sentiment d’acceptation ne diffère ainsi quasiment pas selon la période d’installation pour les étrangers d’origine africaine. Chez les Turcs, le changement est plus important, puisque la probabilité prédite de donner la réponse tout à fait d’accord passe de 7,8 % à 14,9 %. Enfin, le cas des Français d’Outre‑Mer est intéressant puisqu’ils répondent beaucoup plus fréquemment que les étrangers se sentir français, mais ils répondent se sentir vu comme français de la même façon que les européens arrivés depuis plus de 25 ans en France, les intervalles de confiance se recouvrant.

Figure 2 : Se sentir vu comme un Français selon l’origine et la période d’installation

Figure 2 : Se sentir vu comme un Français selon l’origine et la période d’installation

Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (Modèles 1 à 3). À chaque période d’installation correspond un modèle. Variable dépendante : « Opinion de l’enquêté par rapport à la proposition : on me voit comme un Français ». Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 1.1 à 1.3). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

Tableau 2 : Se sentir vu comme un Français selon l’origine et la période d’installation, Probabilité prédites

 

Pas du tout d'accord

Plutôt pas d'accord

Plutôt d'accord

Tout à fait d'accord

 

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Après 1998

1982-1998

Avant 1982

Af. Maghrebine

43,54

41,28

39,6

21,7

23,3

23,2

22

22

23

12,9

13,3

14,6

Af. Subsaharienne

55,81

49,34

50,5

20

22,4

22,1

17

19

18

7,5

9,4

9,2

Asie Sud-Est

58,09

44,37

62,5

19,5

23

19,3

16

21

13

6,8

11,7

5,1

Turquie

54,99

49,6

39

20,2

22,4

23,2

17

19

23

7,8

9,3

14,9

Europe du Sud

60,3

41,67

14,8

18,9

23,2

17,7

15

22

28

6

13,1

39,1

Europe de l'Ouest

48,36

26,23

14,8

21,2

22

17,6

20

27

28

10,6

24,4

39,4

Fançais par héritage

0,96

0,86

0,9

2,7

2,8

2,9

11

11

11

85,3

85,3

85,3

Français d'Outre-Mer

19,25

18,49

18,7

18,4

19,6

19,5

29

29

28

33,5

33,1

33,4

Probabilités prédites par les modèles probit bivariés (cf. Modèles 1.1 à 1.3 en annexe). Variable dépendante : « Opinion de l’enquêté par rapport à la proposition : je me sens vu comme français <e> » sur une échelle de 1 à 4.

Sentiments d’appartenance et d’acceptation selon le temps et l’origine

  • 5 . Dans les trois modèles, les Français d’Outre‑Mer ont été inclus pour pouvoir comparer leurs effet (...)

22La figure 3 comprend les mêmes coefficients, mais permet de comparer pour chaque origine les différences entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation pour différentes périodes d’installation. Elle montre que chez les étrangers d’origine africaine, le sentiment d’acceptation est toujours plus faible que le sentiment d’appartenance alors que c’est plutôt l’inverse chez les immigrés d’origine européenne. Ce décalage est particulièrement important chez les Français d’Outre‑Mer5. En outre, on observe que les évolutions de ces deux variables sont très semblables, notamment pour les populations d’origine européenne et turque.

Figure 3. Se sentir français, se sentir vu comme un Français

Figure 3. Se sentir français, se sentir vu comme un Français

Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (Cf. annexe, Modèles 1.1 à 1.3). À chaque période d’installation correspond un modèle. Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

23Ces premiers résultats mettent ainsi en évidence le décalage chez les étrangers entre le sentiment d’être français et le sentiment d’être vu comme un Français. On voit ainsi que certaines populations se sentent plus françaises que vues comme telles, mais on observe aussi l’inverse chez certaines populations européennes : le fait de se sentir plus vues comme françaises que françaises. Enfin, ce décalage entre les sentiments d’appartenance et d’acceptation ne change que peu avec le temps passé en France, voire même il s’accroit pour les étrangers d’origine maghrébine.

Sentiment d’appartenance et d’acceptation chez les étrangers, Français par acquisition et les natifs

Sentiment d’appartenance selon l’origine et le statut

24On s’intéresse maintenant aux Français par acquisition et aux Français natifs. Les diagrammes en barres présentent les coefficients estimés pour les étrangers comparés aux immigrés ayant acquis la nationalité et Français natifs dont les parents ont la même origine. Ce sont les résultats des modèles 2 et 3. Les immigrés ayant acquis la nationalité française ont des coefficients négatifs beaucoup plus faibles en valeur absolue. Ils répondent ainsi plus se sentir français que ceux ayant la même origine mais n’ayant pas acquis la nationalité. Les probabilités prédites reflètent ces différences. La probabilité estimée de donner la réponse maximale sur l’échelle de sentiment d’appartenance est ainsi de 29 % chez les étrangers d’origine maghrébine, quand elle est de 57 % chez les Français par acquisition de la même origine. Pour les personnes originaires d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud‑Est, cette probabilité passe de 25 % à 52 % et de 24 % à 48 % ; pour ceux d’Espagne ou d’Italie, du Portugal et de l’Europe de l’Ouest, ces probabilités passent respectivement de 23 % à 81 %, de 31 % à 73 % et de 15 % à 62 %.

25Concernant les natifs, les écarts sont importants si on les compare aux étrangers, mais faibles avec les Français par acquisition. Les Français par acquisition d’origine maghrébine ont, par exemple, une probabilité de donner la réponse maximale sur l’échelle de sentiment d’appartenance de 57 % contre 63 % pour les Français natifs de la même origine. Pour les origines Afrique subsaharienne, Turquie, Espagne‑Italie et Portugal, on passe ainsi respectivement de 52 % à 50 %, de 44 % à 43 %, de 81 % à 82 % et de 73 % à 72 %. Enfin, pour les personnes originaires d’Asie du Sud‑Est, on observe une différence plus importante : on passe ainsi d’une probabilité de donner la réponse maximale de 48 % chez les Français par acquisition à 61 % pour les natifs.

Figure 4 : Sentiment d’appartenance chez les Étrangers, les Français par acquisition et les Natifs

Figure 4 : Sentiment d’appartenance chez les Étrangers, les Français par acquisition et les Natifs

Effets de l’origine dans deux modèles probit bivariés (Cf. annexe, modèle 2 pour les Français par acquisition et modèle 3 pour les natifs). Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 2 et 3). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

Tableau 3. Probabilités prédites, Sentiment d’appartenance chez les Étrangers, Français par acquisition et Natifs

Origine

 

Pas du tout d'accord

Plutôt pas d'accord

Plutôt d'accord

Tout à fait d'accord

Afrique Maghrébine

Etranger

23,3

17,3

30

29

Français par acquisition

7

9,4

27

57

Français natif

4,5

5,8

27

63

Afrique Subsaharienne

Etranger

26,7

18,3

30

25

Français par acquisition

8,8

10,9

28

52

Français natif

8,4

8,7

32

50

Asie du Sud Est

Etranger

28,7

18,5

29

24

Français par acquisition

10,7

12,2

30

48

Français natif

5

6,2

28

61

Turquie

Etranger

39,4

19,5

26

15

Français par acquisition

12,4

13,2

30

44

Français natif

11,8

10,7

35

43

Espagne-Italie

Etranger

28,6

18,6

29

23

Français par acquisition

1,4

3,1

14

81

Français natif

1,1

2

15

82

Portugal

Etranger

21,4

16,9

31

31

Français par acquisition

2,6

5

19

73

Français natif

2,5

3,8

21

72

Europe Ouest

Etranger

40,1

19,6

25

15

Français par acquisition

5,4

8

25

62

Probabilités prédites dans deux modèles probit bivariés (Modèle 2 pour les Français par acquisition et modèle 3 pour les natifs). Cf. annexe pour les coefficients de l’ensemble des variables (tableaux 2 et 3).

26L’acquisition de la nationalité est donc fortement associée à un sentiment d’appartenance plus important quelle que soit l’origine. Si le changement est un peu plus fort chez les immigrés originaires de l’Europe, dans l’ensemble, quelle que soit l’origine, les Français par acquisition répondent très majoritairement se sentir Français. On ne peut néanmoins affirmer que c’est là une causalité, on peut en effet supposer qu’un sentiment d’appartenance plus élevé favorise la volonté d’acquérir la nationalité française et au final de l’obtenir. Ce qui nous intéresse n’est néanmoins pas d’identifier la relation causale, mais bien plutôt de déterminer si l’on va aussi observer chez ces populations ayant acquis la nationalité française le même décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation.

Sentiment d’acceptation selon l’origine et le statut (immigré, acquis et natif)

27Le fait d’avoir acquis la nationalité ou de naître en France est donc toujours associé à un sentiment d’appartenance plus important. C’est souvent le cas pour le sentiment d’acceptation, mais pour certaines origines cette association est beaucoup plus faible. Pour les personnes d’origine subsaharienne, la probabilité prédite de donner la réponse maximale sur l’échelle de sentiment d’acceptation est de 8,1 % pour les étrangers, quand elle est de 11,2 % chez les Français par acquisition et de 15,9 % chez les natifs. Pour les personnes originaires d’Afrique maghrébine, cette probabilité passe de 13,6 % pour les étrangers à 19,8 % pour les Français par acquisition puis à 21,9 % pour les natifs. Pour l’Asie du Sud‑Est, de 8,1 % à 20 % puis 26,9 %. Si l’on observe bien un accroissement du sentiment d’acceptation, ce dernier reste faible chez les natifs, notamment si on le compare aux Européens. Pour les personnes originaires d’Espagne et d’Italie, ces mêmes probabilités passent ainsi de 32,4 % à 72,1 % et 67,6 %. Pour les Portugais, de 26,1 % à 52,1 % puis 56,6 %. Si l’on tient compte des réponses 3 et 4 sur l’échelle du sentiment d’acceptation (sur quatre points), ces réponses sont à peine majoritaires chez les natifs dont l’origine est extra‑Européenne : 42,9 % pour l’Afrique Subsaharienne, 51,9 % pour l’Afrique Maghrébine et 57,9 % pour l’Asie du Sud‑Est. Elles sont en revanche très majoritaires quand l’origine est européenne : 89,6 % pour l’Espagne et l’Italie et 83,6 % pour le Portugal. Chez les Français par acquisition comme chez les natifs, le sentiment d’acceptation continue ainsi à dépendre de façon assez importante de l’origine.

Figure 5 : Sentiment d’acceptation chez les étrangers, Français par acquisition et natifs

Figure 5 : Sentiment d’acceptation chez les étrangers, Français par acquisition et natifs

Effets de l’origine dans deux modèles probit bivariés (Modèle 2 pour les Français par acquisition et modèle 3 pour les natifs). Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 2 et 3). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

Tableau 4. Probabilités prédites, sentiment d’acceptation chez les Etrangers, Français par acquisition et Natifs

Origine

 

Pas du tout d'accord

Plutôt pas d'accord

Plutôt d'accord

Tout à fait d'accord

Afrique Maghrébine

Etranger

41,3

23,5

22

13,6

Français par acquisition

31,6

23,3

25

19,8

Français natif

22,6

25,4

30

21,9

Afrique Subsaharienne

Etranger

52,7

22,2

17

8,1

Français par acquisition

45,5

23,3

20

11,2

Français natif

29,9

27

27

15,9

Asie du Sud Est

Etranger

53

22,1

17

8,1

Français par acquisition

31,4

23,3

25

20

Français natif

18,2

23,6

31

26,9

Turquie

Etranger

48,6

22,8

19

9,8

Français par acquisition

21,9

21,3

28

28,9

Français natif

18,5

23,9

31

26,3

Espagne-Italie

Etranger

19,2

20,2

28

32,4

Français par acquisition

2,7

6,7

18

72,1

Français natif

2,4

7,6

22

67,6

Portugal

Etranger

24,6

22

27

26,1

Français par acquisition

8,2

13,5

26

52,1

Français natif

4,5

11,6

27

56,6

Europe Ouest

Etranger

33,2

23,4

25

18,7

Français par acquisition

5,5

10,4

23

60,8

Effets de l’origine dans deux modèles probit bivariés (Cf. annexe, modèle 2 pour les Français par acquisition et modèle 3 pour les natifs, tableaux 2 et 3).

Sentiments d’appartenance et d’acceptation chez les Français par acquisition et les natifs

28La comparaison du sentiment d’être vu comme un Français et celui d’être français uniquement chez les Français par acquisition en tenant cette fois compte du temps passé en France, montre la persistance dans le temps de leur décalage (Figure 6). Une fois la nationalité acquise, on n’observe ainsi que très peu d’évolution, l’écart entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation restant significatif chez les Français par acquisition originaires du Maghreb, d’Afrique Subsaharienne et d’Asie du Sud‑Est. Enfin, le dernier graphique (Figure 7) permet d’observer chez les natifs l’écart entre le sentiment d’être français et celui d’être vu comme un français. Il montre que l’on continue d’observer un décalage chez les natifs d’origine maghrébine, asiatique et turque, l’effet de l’origine étant beaucoup plus important sur le sentiment d’acceptation que sur le sentiment d’appartenance. Ce décalage est particulièrement important chez les Français natifs d’Outre‑Mer qui se sentent ainsi beaucoup plus français qu’ils ne se sentent vus comme français.

29Aussi bien chez les Français par acquisition que chez les natifs, on observe donc la persistance du décalage entre le sentiment d’appartenance et le sentiment d’acceptation. Le temps passé en France, pas plus que le fait de naître dans le pays, ne semble ainsi résorber ce décalage qui touche principalement les populations originaires d’Afrique et d’Asie du Sud‑Est ainsi que les Français d’Outre‑Mer.

Figure 6. Sentiment d’être Français et sentiment d’être vu comme un Français selon le temps passé depuis la naturalisation

Figure 6. Sentiment d’être Français et sentiment d’être vu comme un Français selon le temps passé depuis la naturalisation

Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (Modèles 4.1 à 4.3). Trois sous-populations ont été distinguées selon la période de temps s’étant écoulée depuis leur naturalisation : 0-10 ans, 10-25 ans et plus de 25 ans. Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 6-9). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

Figure 7. Se sentir Français et vu comme un Français, Français natifs

Figure 7. Se sentir Français et vu comme un Français, Français natifs

Effets de l’origine dans un modèle probit bivarié. Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableau 6). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.

Discussion des hypothèses

Hypothèses de l’origine

30Les effets de l’origine sur le sentiment d’appartenance sont assez différents de ceux auxquels on aurait pu s’attendre en mobilisant une conception naïve de la différence culturelle. On a observé ainsi plusieurs ensembles de résultats importants. Premièrement, les immigrés souvent considérés comme ayant une plus grande proximité culturelle (Européens de l’Ouest et du Sud) ne déclarent pas un sentiment d’être français plus important que les autres. Lorsqu’ils sont en France depuis peu de temps, ils répondent même moins se sentir français. En revanche, ils sont aussi ceux qui ont le plus de chances de répondre être vus comme des Français, notamment lorsqu’ils ont passés de nombreuses années en France. Deuxièmement, le décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation est faible pour les Européens, alors qu’il est important pour les Africains et Asiatiques, ces derniers répondant moins se sentir vus comme des Français qu’ils ne répondent se sentir Français. Troisièmement, ce décalage est toujours important chez les Français par acquisition ou les Français natifs. L’acquisition de la nationalité ou le fait de naître en France sont ainsi associés chez ces populations avec un sentiment d’appartenance plus important, mais assez peu avec un sentiment d’acceptation plus important. Enfin, les Français d’Outre‑Mer se caractérisent par un sentiment d’appartenance très proche de celui des Français par héritage, en revanche, ils ont un sentiment d’acceptation plus faible qui rejoint même celui des étrangers européens arrivés depuis plus de 25 ans.

Hypothèse institutionnaliste

31Les immigrés répondent plus se sentir français lorsqu’ils ont acquis la nationalité française et ce quelle que soit leur origine. Dans le cadre statistique adopté ici, on ne peut se prononcer sur le sens de la causalité. On peut en effet supposer que ceux qui se considèrent plus Français ont plus de chances d’acquérir la nationalité, notamment parce qu’ils seront plus motivés à faire les démarches. Ce qui nous intéressait néanmoins était d’observer que parmi les Français ayant acquis la nationalité, le décalage était toujours important entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation, révélant ainsi sa persistance. De plus, la faible évolution du sentiment d’acceptation chez les Français ayant une origine non européenne montre qu’il ne suffit pas que l’État certifie institutionnellement l’appartenance pour avoir l’impression d’être véritablement considéré comme membre de la nation et, sans doute, pour se voir reconnue cette appartenance dans les interactions quotidiennes.

Hypothèse de la socialisation et hypothèse nativiste

32Ces hypothèses paraissent confirmées avec de nombreuses réserves et une importante variation selon l’origine. L’expérience de la vie en France ainsi que le fait de naître dans le pays sont associés chez la plupart des étrangers à un sentiment d’appartenance plus élevé. On retrouve un résultat similaire à ceux des travaux sur l’assimilation classique qui voient l’assimilation comme une trajectoire qui rapproche progressivement de la population conçue comme originelle. Ici, si l’on se représente une continuité de l’immigration à la naissance sur le territoire en passant par l’acquisition de la nationalité, on observe une augmentation du sentiment d’appartenance pour de nombreuses populations immigrées. Cette conception a néanmoins le défaut de faire de chaque population une entité ou une personnalité caractérisée par une trajectoire, comme si le fait de naître dans le pays était une caractéristique qui suivait celle d’acquérir la nationalité et ce bien qu’elle concerne des individus différents. En outre, le sentiment d’acceptation n’évolue pas aussi simplement. Comme on l’a vu, avoir vécu dans le pays, y avoir acquis la nationalité ou encore y être né ont beaucoup moins d’effet pour les Français dont l’origine n’est pas européenne. Conformément à la théorie de l’intégration segmentée, on observe la persistance de certaines différences selon l’origine, voire même ici leur accentuation. Ainsi, par exemple, le sentiment d’acceptation diffère peu selon l’origine chez les étrangers arrivés depuis peu de temps en France. Au contraire, le clivage se crée avec le temps passé en France.

Hypothèse de l’étiquetage

33Si le sentiment d’appartenance et le sentiment d’acceptation sont corrélés, ce ne sont néanmoins pas des variables identiques. Ces résultats invalident ce qui serait une interprétation interactionniste trop radicale et qui postulerait une identité entre la définition que l’on peut avoir de soi et celle que l’on perçoit dans le regard des autres. Comme nous l’avons montré, cette relation entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation varie considérablement selon l’origine, le mode d’acquisition de la nationalité et le temps passé en France. Mais surtout, la persistance d’un décalage montre que les populations immigrées ne se laissent pas seulement imposer leur identité par l’assignation d’autrui.

Conclusion

34Si, de façon très générale, les différentes hypothèses sont bien validées, la présentation des résultats a aussi mis en évidence la complexité de la relation entre les différents facteurs explicatifs. Les sentiments d’appartenance et d’acceptation ne résultent ainsi pas d’une simple somme de variables explicatives et on a, au contraire, décrit la diversité de leurs relations avec l’origine, le mode d’acquisition de la nationalité et le temps passé en France. De tels résultats illustrent la complexité de l’étude de la construction de la représentation de l’appartenance. Dans la revue de littérature, nous avons relevé l’importance de nombreux déterminants : la culture, le lieu de naissance, le lieu de vie, la reconnaissance de l’appartenance par autrui dans les interactions quotidienne comme par l’État au moyen de la nationalité. Chacun de ces déterminants contribue à la construction de la représentation de l’appartenance et l’on aurait pu encore examiner plus précisément les effets de nombreuses variables supplémentaires (revenu, niveau de diplôme, situation géographiques, compétences linguistiques, etc.). Il ne s’agissait ainsi pas de savoir quelle est la variable ayant le plus d’effet ou l’effet le plus « pur » mais bien, par l’examen de certaines de leurs relations, de mettre en lumière le décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation et la façon dont, pour certaines populations, ce décalage pouvait se révéler persistant, voire s’accroitre.

35L’explication de ce dernier phénomène renvoie à des causes diverses et complexes. Ce décalage peut aussi bien être la conséquence de différences culturelles que de la diffusion d’une conception ethnoculturelle ou assimilationniste de la nation dans l’ensemble de la population qui, de fait, exclut les individus dont les différences sont perçues comme trop « voyantes ». Comme on l’a vu dans la revue de littérature, la construction de la nation repose toujours sur des idéologies diverses : républicanisme, représentation traditionnelle de la population perçue comme originelle ou encore conception raciale de l’assimilation sont invoqués pour justifier de l’unité de la population vivant dans le cadre politique et juridique d’un même État. Il n’y a dès lors pas une conception de l’appartenance qui s’imposerait à tous et caractériserait une « identité nationale » spécifique à un pays, mais diverses conceptions de l’appartenance à la nation. Patrick Weil insiste dans son histoire de la nationalité française sur le fait qu’une conception de l’appartenance nationale ne détermine pas cette histoire. Inversement, les modes d’attribution de la nationalité française ne révèlent pas non plus toujours comment les individus vont ou non être acceptés ou considérés comme des membres de la nation. Les enquêtes quantitatives comme l’enquête TeO peuvent alors faire ressortir les différentes façons dont les idéologies comme les processus juridiques et institutionnels d’attribution de la nationalité contribuent à la construction de ces représentations de l’appartenance, mais aussi au sentiment d’exclusion d’une partie de la population qui peut ainsi se considérer comme membre de la population sans se considérer tout à fait acceptée.

36Ces résultats ne s’expliquent néanmoins pas nécessairement et certainement pas uniquement par des facteurs culturels et idéologiques, c’est‑à‑dire par le fait que certaines particularités culturelles ne seraient pas perçues comme conformes à une conception de l’appartenance nationale. Les populations provenant de différentes régions du monde n’immigrent pas dans les mêmes conditions socio‑économiques, ce qui peut contribuer à donner une image particulière de ces populations, quelles que soient leurs spécificités culturelles. Les travaux empiriques s’accordent ainsi plutôt sur la faible importance des dimensions culturelles dans l’intégration et au contraire sur ses dimensions économiques plus structurelles (Safi, 2011).

37Beaucoup de travaux quantitatifs ont mis en lumière l’importance de l’inégalité ethno‑raciale et son rôle dans la stratification sociale (Safi, 2013). Les représentations de l’appartenance à un groupe ou, ici, à une nation jouent aussi un rôle fondamental à cet égard. Les identités collectives, ou les représentations d’appartenance à des groupes, attachent aux individus des stéréotypes positifs ou négatifs, elles leurs permettent de revendiquer des droits ou au contraire les en privent. Elles constituent de puissants mécanismes d’inclusion ou d’exclusion dans le cadre d’interactions sociales qui sont structurées par les représentations d’autrui et les attentes à son égard. L’assignation des individus à des groupes a des conséquences économiques et sociales en termes de discrimination dans l’accès au travail ou même à certains services, mais elle est aussi un enjeu de reconnaissance qui est une dimension majeure du lien social (Paugam, 2013). Le décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation ainsi que sa persistance illustrent une forme particulière d’exclusion sociale qui met en évidence la dimension conflictuelle de la référence à l’appartenance nationale. Souvent présentée comme ce qui unit, l’appartenance nationale est d’abord un enjeu majeur de lutte symbolique dont les conséquences pour les individus sont considérables. Comprendre comment se forment ces représentations de l’appartenance, comment elles évoluent ou s’imposent permet ainsi de comprendre des mécanismes structurants de la reproduction sociale.

Haut de page

Bibliographie

Alba R. & Nee V. (2009), Remaking the American Mainstream: Assimilation and Contemporary Immigration, Cambridge MA, Harvard University Press.

Allen D.C. (2013), Islamophobia, Londres, Ashgate.

Anderson B. (1983), Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso.

Becker H.S. (1985), Outsiders: études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Bourdieu P. (1980), « L’identité et la représentation [Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 35, no 1, pp. 63‑72.

Breton R. (1988), « From Ethnic to Civic Nationalism: English Canada and Quebec », Ethnic and Racial Studies, vol. 11, no 1, pp. 85‑102.

Brubaker R. (2004), Ethnicity Without Groups, Cambridge MA, Harvard University Press.

Brubaker R. (2009), Citizenship and Nationhood in France and Germany, Cambridge MA, Harvard University Press.

Brubaker R. & Cooper F. (2000), « Beyond “identity” », Theory and Society, vol. 29, no 1, pp. 1‑47.

Collet B. & Keucheyan R. (2011), « Les inégalités à l’origine “ethnique” », in Galland O., Forsé M. (dir.), Les Français face aux inégalités et à la justice sociale, Paris, Armand Colin.

Detienne M. (2014), L’Identité nationale, une énigme, Paris, Gallimard.

Dubet F., Cousin O., Macé E. & Rui S. (2013), Pourquoi moi ? : L’Expérience des discriminations, Paris, Seuil.

Elias N. (2003 [1975]), La Dynamique de l’Occident, Paris, Calmann‑Lévy.

Fassin E. & Fassin D. (dir.) (2006), De la question sociale à la question raciale ? : Représenter la société française, Paris, La Découverte.

Forsé M. & Galland O. (2011), Les Français face aux inégalités et à la justice sociale, Paris, Armand Colin.

Goffman E. (1975), Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Gordon R. (1964), Assimilation in American Life: The Role of Race, Religion and National Origins, Oxford, Oxford University Press.

Hajjat A. (2012), Les Frontières de l’« identité nationale »: L’Injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Paris, La Découverte.

Hajjat A. & Mohammed M. (2014), Sociologie de l’islamophobie, Paris, Puf.

Hanmer M.J. & Ozan Kalkan K. (2013), « Behind the Curve: Clarifying the Best Approach to Calculating Predicted Probabilities and Marginal Effects from Limited Dependent Variable Models », American Journal of Political Science, vol. 57, no 1 , pp. 263‑277.

Hobsbawm E. & Ranger T. (1983), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Honneth A. (2013), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Gallimard.

Joppke C. (2007a), « Beyond National Models: Civic Integration Policies for Immigrants in Western Europe », West European Politics, vol. 30, no 1 , pp. 1‑22.

Joppke C. (2007b), « Transformation of Citizenship: Status, Rights, Identity », Citizenship Studies, vol. 11, no 1, pp. 37‑48.

Kohn H. (1961), The Idea of Nationalism: A Study in its Origins and Background, New York, Mac Millan.

Kuzio T. (2002), « The Myth of the Civic State: A Critical Survey of Hans Kohn’s Framework for Understanding Nationalism », Ethnic and Racial Studies, vol. 25, no 1, pp. 20‑39.

Larcher S. (2014), L’Autre citoyen : L’Idéal républicain et les Antilles après l’esclavage, Paris, Armand Colin.

Larcher S. (2015), « L’égalité divisée. La race au cœur de la ségrégation juridique entre citoyens de la métropole et citoyens des “vieilles colonies” après 1848 », Le Mouvement Social, no 252, pp. 137‑158.

Mann M. (1986), The Sources of Social Power: The Rise of Classes and Nation‑States, 1760‑1914, Cambridge , Cambridge University Press.

Noiriel G. (1992), Le Creuset français : histoire de l’immigration, xixexxesiècles, Paris, Seuil.

Noiriel G. (2001), État, nation et immigration : vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin.

Noiriel G. (2007), À quoi sert « l’identité nationale », Paris, Agone.

Paugam S. (2013), Le Lien social, Paris, Puf.

Portes A. & Zhou M. (1993), « The New Second Generation: Segmented Assimilation and its Variants », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, no 530, pp. 74‑96.

Reeskens T. & Hooghe M. (2010), « Beyond the Civic-ethnic Dichotomy: Investigating the Structure of Citizenship Concepts across Thirty‑three Countries », Nations and Nationalism, vol. 16, no 4, pp. 579‑597.

Ribert É. (2006), Liberté, égalité, carte d’identité: les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale, Paris, La Découverte.

Rosanvallon P. (2001), Le Sacre du citoyen : histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard.

Saada E. (2001), « La “Question des métis” dans les colonies françaises : socio‑histoire d’une catégorie juridique (Indochine et autres territoires de l’Empire français, années 1890‑années 1950) », thèse de sociologie, EHESS.

Saada E. (2003), « Citoyens et sujets de l’Empire français », Genèses, vol. 53, no 4, pp. 4‑24.

Safi M. (2006), « Le processus d’intégration des immigrés en France : inégalités et segmentation », Revue française de sociologie, vol. 47, no 1, pp. 3‑48.

Safi M. (2011), « Penser l’intégration des immigrés : les enseignements de la sociologie américaine », Sociologie, vol. 2, no 2, pp. 149‑164.

Safi M. (2013), Les Inégalités ethno‑raciales, Paris, La Découverte.

Sayad A. (1994) « Qu’est‑ce que l’intégration ? », Hommes & migrations, no 1182, pp. 8‑14.

Schnapper D. (1994), La Communauté des citoyens, Paris, Gallimard.

Shulman S. (2002), « Challenging the Civic/Ethnic and West/East Dichotomies in the Study of Nationalism », Comparative Political Studies, vol. 35, no 5, pp. 554‑585.

Silberman R., Alba R. & Fournier I. (2007), « Segmented Assimilation in France? Discrimination in the Labour Market against the Second Generation », Ethnic and Racial Studies, vol. 30, no 1, pp. 1‑27.

Simon P. & Safi M. (2013), « Les discriminations ethniques et raciales dans l’enquête Trajectoires et Origines : représentations, expériences subjectives et situations vécues », Économie et statistique, nos 464‑465‑466.

Simon P. & Tiberj V. (2012), « Les registres de l’identité : les immigrés et leurs descendants face à l’identité nationale », INED, Working Paper, no 176.

Smith A.D. (1986), The Ethnic Origins of Nations, Oxford, Blackwell.

Spire A. (2003), « Semblables et pourtant différents », Genèses, vol. 53, no 4, pp. 48‑68.

Thiesse A.‑M. (2001), La Création des identités nationales : Europe, xviiiexxesiècles, Paris, Seuil.

Tilly C. (dir.) (1975), The Formation of National States in Western Europe, Princeton, Princeton University Press.

Weil P. (2002), Qu’est‑ce qu’un Français ?, Paris, Grasset.

Haut de page

Notes

1 . Voir Mirna Safi (2011) pour une présentation des théories de l’intégration et leurs évolutions dans la sociologie américaine.

2 . La documentation de l’enquête TeO les définit aussi de manière négative, c’est‑à‑dire comme les personnes ne correspondant pas aux quatre sous‑populations distinguées : immigrés, personnes nées dans un DOM, descendant d’un parent immigré et descendant d’un parent né dans un DOM.

3 . On retrouvera en annexe, l’ensemble des coefficients et leurs erreur‑­standard pour chacun des modèles : https://sociologie.revues.org/2766.

4 . L’effectif étant très faible et en conséquence les intervalles de confiance très importants, on n’a pas représenté sur le graphique les résultats pour les étrangers originaire d’Asie du Sud‑Est.

5 . Dans les trois modèles, les Français d’Outre‑Mer ont été inclus pour pouvoir comparer leurs effets avec ceux des étrangers, mais ce sont toujours les mêmes individus dans les trois estimations, ils n’ont évidemment pas de période d’installation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Se sentir français selon l’origine et la période d’installation
Légende Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (cf. Modèles 1.1 à 1.3 en annexe). À chaque période d’installation correspond un modèle. Variable dépendante : « Opinion de l’enquêté par rapport à la proposition : je me sens français<e> ». Cf. annexe (tableaux 1‑3) pour les effets de l’ensemble des variables. Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 2 : Se sentir vu comme un Français selon l’origine et la période d’installation
Légende Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (Modèles 1 à 3). À chaque période d’installation correspond un modèle. Variable dépendante : « Opinion de l’enquêté par rapport à la proposition : on me voit comme un Français ». Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 1.1 à 1.3). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 3. Se sentir français, se sentir vu comme un Français
Légende Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (Cf. annexe, Modèles 1.1 à 1.3). À chaque période d’installation correspond un modèle. Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-3.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 4 : Sentiment d’appartenance chez les Étrangers, les Français par acquisition et les Natifs
Légende Effets de l’origine dans deux modèles probit bivariés (Cf. annexe, modèle 2 pour les Français par acquisition et modèle 3 pour les natifs). Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 2 et 3). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-4.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 5 : Sentiment d’acceptation chez les étrangers, Français par acquisition et natifs
Légende Effets de l’origine dans deux modèles probit bivariés (Modèle 2 pour les Français par acquisition et modèle 3 pour les natifs). Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 2 et 3). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-5.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 6. Sentiment d’être Français et sentiment d’être vu comme un Français selon le temps passé depuis la naturalisation
Légende Effets de l’origine dans trois modèles probit bivariés (Modèles 4.1 à 4.3). Trois sous-populations ont été distinguées selon la période de temps s’étant écoulée depuis leur naturalisation : 0-10 ans, 10-25 ans et plus de 25 ans. Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableaux 6-9). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-6.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 7. Se sentir Français et vu comme un Français, Français natifs
Légende Effets de l’origine dans un modèle probit bivarié. Cf. annexe pour les effets de l’ensemble des variables (tableau 6). Les barres d’erreurs représentent les intervalles de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/2766/img-7.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Jayet, « Se sentir français et se sentir vu comme un Français », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 26 septembre 2016, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2766

Haut de page

Auteur

Cyril Jayet

cyril.jayet@paris sorbonne.fr
Maître de conférences en sociologie, Paris‑Sorbonne, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS) - Maison de la Recherche, Département de sociologie, 28 rue Serpente, 75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search