Navigation – Plan du site

Texte intégral

Généralités

1Les modèles dont les résultats sont présentés dans l’article ont pour variables dépendantes le sentiment d’être un Français et le sentiment d’être vu comme un Français. Ils visent à comparer les effets sur les réponses à ces deux questions de l’origine et du temps passé en France ainsi qu’à comparer les individus selon leur mode d’acquisition de la nationalité. La PCS de l’enquêté, son âge, son sexe, son niveau de diplôme et le niveau de diplôme de ses parents sont utilisés comme variables de contrôle.

2On peut exprimer sous la forme suivante et de façon très générale le modèle que l’on souhaite construire :

3Sentiment d’appartenance = β1 x Origine x Nationalité + γ1 x Contrôle + ε1

4Sentiment d’acceptation = β2 x Origine x Nationalité + γ2 x Contrôle + ε2

5Le vecteur Origine comprend les origines suivantes : Afrique maghrébine, Afrique subsaharienne, Asie du Sud-Est, Turquie, Espagne-Italie, Portugal, Europe de l’Ouest et Outre-Mer.

6Le vecteur Nationalité comprend les modalités suivantes : héritage successif, acquisition, natif et étranger.

7L’origine et la nationalité sont croisées. On n’observe pas l’effet propre de chacune de ces variables, mais toujours leur interaction : par exemple le fait d’être naturalisé et d’avoir une origine asiatique ou natif et d’origine maghrébine.

8La modalité de référence correspond au fait d’avoir acquis la nationalité par ses deux parents ayant eux même acquis la nationalité française à la naissance.

9Le vecteur Contrôle comprend les variables : l’âge, le sexe, le niveau de diplôme de l’enquêté, celui de sa mère et de son père ainsi que la position de l’enquêté dans la nomenclature des PCS.

10La variable « temps passé en France » est pris en compte en estimant différents modèles pour différentes périodes d’installation (modèle 1.1 à 1.3) et différentes intervalles de temps depuis l’acquisition de la nationalité (modèles 4.1 à 4.3).

Modèle probit bivarié

11Les deux variables dépendantes sont des échelles de 1 à 4. On a utilisé un modèle probit ordonné pour tenir compte de la nature qualitative et ordinale de chacune des variables dépendantes.

12Les deux variables dépendantes sont corrélées et elles peuvent être affectées conjointement par des variables inobservées. On utilise donc un modèle à équations simultanées, c’est-à-dire que les deux équations ci-dessus ne sont pas estimées indépendamment l’une de l’autre mais au sein du même système. On peut ainsi modéliser la détermination conjointe de deux variables.

13Le modèle est probit : on suppose une distribution normale des erreurs conjointes. Enfin, le modèle est corrélatif : on ne modélise pas la relation causale entre les deux variables dépendantes, c’est-à-dire qu’on ne les introduit pas comme déterminants l’une de l’autre dans les modèles, on suppose en revanche seulement la corrélation entre les résidus des deux équations.

Différents sous-modèles

14Les modèles ont été estimés pour différentes périodes d’installation et différents intervalles de temps depuis l’acquisition de la nationalité et l’installation en France afin d’observer les variations des effets de l’origine selon le temps passé en France. On a préféré estimer différents systèmes pour pouvoir tenir compte de variables n’ayant pas de valeurs pour certaines sous-populations. Par exemple la période d’installation nous a paru importante pour comparer les étrangers et les Français par acquisition, mais elle n’a pas de signification pour les natifs. On a donc estimé un système spécifique pour les natifs. De même, on a voulu estimer les résultats pour différentes sous-populations de Français par acquisition distingués selon le temps passé depuis la naturalisation, ce qui là encore impliquait un système différent.

15On obtient ainsi 4 systèmes d’équations.

16Modèles 1.1 à 1.3 : systèmes portant uniquement sur les étrangers, les Français par héritages successifs et les Français d’Outre-Mer et estimés sur trois sous-populations distinguées par leur période d’installation.

17Modèle 2 : un système portant uniquement sur les Français par héritages successifs les Français par acquisition, les Français d’Outre-Mer et les étrangers.

18Modèle 3 : un système portant uniquement portant uniquement sur les Français par héritages successifs et les Français natifs.

19Modèles 4.1 à 4.3 : systèmes portant uniquement sur les Français par héritages successifs et sur les Français par acquisition distingués en trois sous-populations selon le temps passé depuis l’acquisition de leur nationalité.

20Dans les modèles estimés sur différentes sous-populations, on a souvent retiré des groupes dont les effectifs étaient trop faibles. On a systématiquement regroupé les Espagnols et Italiens que l’on a distingué des Portugais lorsque les effectifs étaient assez importants, donc lorsque les modèles n’étaient pas estimés sur des sous-populations distinguées par leur période d’installation.

21On retrouvera en annexe, l’ensemble des coefficients et leurs erreur-standard pour chacun des modèles.

Probabilités prédites

22Les coefficients d’un modèle probit ne peuvent pas être interprétés aussi simplement que ceux d’un modèle linéaire. On a choisi ici de calculer les probabilités prédites par les modèles. On a adopté l’approche par les valeurs observées : on calcule pour chaque individu la probabilité prédite par le modèle pour chacune des modalités de la variable dépendante. On a alors calculé la probabilité moyenne pour chacune des modalités de la variable dépendante pour chacun des groupes distingués selon le croisement de l’origine et du mode d’acquisition de la nationalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Jayet, « Annexe 4 : Note méthodologique », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2865

Haut de page

Auteur

Cyril Jayet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page