Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 1, vol. 8EnquêtesLes liens de la mémoire

Les liens de la mémoire

Sociabilité et visibilité à travers un blog d’anciens habitants des cités de transit de Nanterre
Margot Delon

Texte intégral

  • 1 . Je tiens à remercier Yannick Savina pour son aide précieuse dans l’extraction des données du blog (...)
  • 2 . Le nom de la cité (et donc du site), ainsi que des enquêtés, a été changé.

1« Ouvrez le grand livre de vos souvenirs ! » En avril 20121, deux frères, Karim et Ali, créent un espace en ligne consacré à la mémoire de la cité de transit dans laquelle ils ont grandi, la cité du Viaduc2 à Nanterre (voir Encadré 1). Tous deux ont eu l’idée de ce projet après l’anniversaire de leur mère, au cours duquel ils disent s’être rendus compte que leurs enfants « n’avaient peut‑être pas un dixième de l’histoire de leurs grands‑pères et grands‑mères » (Karim). Ils pensent initialement écrire un livre, avant de songer à la forme du blog qui leur permettrait de disposer d’un « outil commun à tous » et de « partager » leurs souvenirs avec d’autres anciens habitants âgés, comme eux, de 40 ans à 60 ans.

  • 3 . Cette période correspond à celle pendant laquelle l’enquête a été menée (voir Encadré 2).
  • 4 . Annexe électronique, Graphiques 1 et 2 : https://sociologie.revues.org/2990.

2Ce blog connaît dans les deux années qui suivent3 un succès important. D’avril 2012 à décembre 2014, ce sont plus de 5 700 commentaires qui sont rédigés pour environ 200 articles4. Avec l’aide d’un comité qui se constitue rapidement autour d’eux (une dizaine de blogueurs), les deux frères organisent une petite dizaine d’événements à Nanterre, réunissant jusqu’à plusieurs centaines de personnes. Une mobilisation d’anciens habitants se constitue également à partir du blog afin d’obtenir de la municipalité qu’elle nomme un bâtiment ou une artère en hommage à un jeune tué par un voisin de la cité en 1982, Abdenbi Guemiah.

Encadré 1 : Les bidonvilles et cités de transit à Nanterre : un enjeu de maîtrise du territoire et du peuplement

  • 5 Pour une revue des études sur Nanterre, voir par exemple l’annexe « L’ascension de la nanterrologie (...)

Le cas de Nanterre occupe une place singulière parmi les municipalités qui ont dû faire face à l’arrivée des bidonvilles et de leurs habitants. Il s’agit en effet d’une ville très étudiée5 et très visible à l’échelle nationale, du fait des événements historiques qui s’y sont déroulés et de sa position importante dans la métropole parisienne. Gérée depuis 1935 par des maires communistes et de différents partis de gauche, la ville compte en 2015 plus de 90 000 habitants (80 000 en 1962). Dès le début des années 1950, de nombreux bidonvilles, peuplés principalement de travailleurs et familles d’origines algérienne, marocaine et portugaise, se constituent sur le territoire de la ville, comme ailleurs en France (Gastaut, 2004; Sayad, 1995). À la fin des années 1960, les baraques sont détruites et les habitants relogés dans plusieurs cités de transit, construites dans l’urgence, comme dans celle du Viaduc, qui a accueilli de 1971 à 1985 près de 200 familles issues des bidonvilles de Nanterre. Gérées par des bailleurs spécialisés, ces cités étaient censées favoriser l’« assimilation » de leurs habitants par le logement (Cohen, 2013). Ces ensembles de bâtiments préfabriqués se dégradent cependant rapidement et perpétuent une forte ségrégation aux marges de la ville jusqu’au milieu des années 1980. Comme dans le cas des bidonvilles, les procédures de relogement sont ralenties par un conflit important entre la municipalité, la préfecture et différents bailleurs sociaux autour de la responsabilité de ces populations et de leur « juste » répartition entre plusieurs communes (Blanc-Chaléard, 2012; De Barros, 2005). Par ailleurs, certains des habitants des cités de transit se politisent et militent pour obtenir un relogement. En 1982, un voisin de la cité du Viaduc tire sur Abdenbi Guemiah, un jeune habitant qui succombe quelques jours plus tard à ses blessures. L’événement, relayé par la presse nationale, entraîne une très forte mobilisation des habitants et accélère le processus de relogement, à Nanterre ou dans des logements sociaux d’autres villes de la région parisienne.

3À plusieurs égards, ce dispositif numérique en ligne présente des particularités intéressantes. Ni blog affinitaire, politique ou de spécialistes, ni journal intime, « Cite‑du‑viaduc.com » occupe déjà une place relativement à part dans la blogosphère étudiée (Cardon & Delaunay‑Teterel, 2006). Recouvrant différentes formes d’énonciation, il comporte très peu de liens externes vers le web et repose sur un ancrage hors ligne et local. Tout en s’organisant de manière très classique selon la loi de puissance (un très grand nombre d’articles et de commentaires est publié par un très petit nombre d’auteurs), il permet la participation de profils d’usagers ordinairement très peu présents sur Internet (Granjon, 2011), relativement âgés, peu diplômés et féminisés.

  • 6 . Ce dispositif en ligne se rapproche de la sorte des entreprises mémorielles hors ligne décrites p (...)

4Le blog « Cite‑du‑viaduc.com » est également singulier lorsqu’on le compare aux « entreprises de mémoire » (Pollak, 1993) constituées en ligne et hors ligne autour de l’histoire de l’immigration et plus particulièrement des bidonvilles et cités de transit. Aux échelles nationales et locales, on observe depuis le début des années 2000 la tenue de débats autour de la guerre d’Algérie (House & MacMaster, 2008), la publication de témoignages, documentaires et films de fiction, le développement de pages web qui lui sont consacrées (Gebeil, 2014) ou encore l’ouverture de musées, comme celui de l’Histoire de l’Immigration en 2007. Tout en s’inscrivant dans la continuité de ce mouvement d’ouverture, le blog présente la particularité intéressante de constituer une tentative de conversion de l’histoire passée en ressource politique directement mobilisable par ses auteurs6. De fait, il aborde frontalement certains des aspects les plus conflictuels de cette histoire, à l’opposé de la municipalité nanterrienne qui a eu tendance à porter un récit très partiel, ne mentionnant jamais le fait que les habitants algériens et marocains des bidonvilles et cités de transit ont longtemps fait figure d’« indésirables » (Steiner, 2004). Distants des équipes municipales, Karim et Ali bénéficient en outre d’un soutien important des anciens habitants qui assure à leur entreprise un certain succès.

5Ces particularités invitent à interroger la façon dont un dispositif numérique tel que le blog peut façonner différents types de liens sociaux et comment ces liens, en retour, font évoluer le dispositif en fonction des rapports de pouvoir qui le traversent. En effet, tous les acteurs ne participent pas à cette entreprise de la même manière et tous n’en tirent pas les mêmes profits. Ces usages différenciés du dispositif numérique dépendent pour beaucoup des trajectoires socio‑résidentielles et des « rapports sociaux de production et de reproduction dans lesquels la construction des histoires […] est prise » (Billaud et al., 2015, p. 8).

6Dans cet article, j’analyse l’articulation entre trois types de liens : quête de reconnaissance, reconstruction d’une interconnaissance autour de sociabilités passées et mobilisation politique. Après avoir exposé les modalités de l’enquête (Encadré 2), je décris le projet initial des créateurs du blog, Karim et Ali, en soulignant le poids de leurs propres trajectoires d’ascension sociale dans la forme et l’orientation données au dispositif. Je montre ensuite comment ce projet est investi par les autres anciens habitants qui saisissent cette occasion pour renouer des liens détruits par la procédure de relogement de la cité de transit. Enfin, j’explique comment un consensus émerge et unifie temporairement ces deux catégories d’usagers autour de la mobilisation face à la municipalité.

Encadré 2 : L’enquête sur le blog

Cette enquête s’inscrit dans le cadre d’une thèse portant sur les incidences biographiques de l’expérience des bidonvilles et cités de transit de Nanterre et Champigny‑sur‑Marne (Delon, 2017). Plusieurs méthodes ont été mises en oeuvre dans la collecte de matériaux pour cet article : des observations des commémorations et de leurs coulisses ; un travail d’aspiration et d’analyse du texte de tous les articles (n = 206) et commentaires (n = 5 750) publiés de 2012 à 2014 sur le blog ; des entretiens avec les administrateurs et les blogueurs (n = 10).

En parallèle de mon terrain « hors ligne » (Pastinelli, 2011), je me suis rendue pendant cette période plusieurs fois par semaine sur le site pour prendre connaissance des nouveaux articles et commentaires, et j’ai consigné de façon régulière des remarques sur l’évolution du design et sur les interactions en ligne. J’ai également appliqué plusieurs analyses de statistique textuelle à un corpus constitué par les articles et les commentaires, à l’aide des logiciels R.TeMiS et Iramuteq : une analyse de classification descendante hiérarchique, des statistiques descriptives et des calculs de spécificités*. Grâce à ces données, j’ai pu cerner les contours des différents usages du blog et des formes prises par la mémoire de ce passé des bidonvilles et des cités de transit. La CDH a notamment permis d’identifier quatre grands registres de narration et d’interaction en ligne7 : Le récit distancié du passé (Classe 4, 27,8 % des segments), L’hommage municipal (Classe 3, 15,8 %), Les retrouvailles des anciens habitants (Classe 2, 26,1 %) et Le récit collectif du quotidien (Classe 1, 30,3 %). Des analyses de statistiques descriptives et des calculs de spécificité ont ensuite servi à identifier les dynamiques d’évolution temporelle de ces usages ainsi que les lignes de fracture qui les séparent. En étudiant les écarts entre les registres, j’ai pu saisir des différences de contexte temporel (les premiers mois suivant la création du blog, la mobilisation, la période postérieure au vote du conseil municipal sur le baptême des rues), de contexte de rédaction (article ou commentaire) et de profil des blogueurs (sexe, trajectoire socio‑résidentielle et intensité de la participation).

  • 8 . À l’exception d’Ali, l’un des deux frères, rencontré une première fois en 2013, les entretiens av (...)
  • 9 . Ces caractéristiques sont globalement similaires à mes autres interviewés de Nanterre (n = 20), s (...)

Cette phase d’observation et d’analyse des articles et commentaires a été déterminante dans la construction de l’argumentaire de cet article. Elle m’a également permis de repérer et de contacter différents profils de participants. J’ai conduit avec eux des entretiens très peu directifs, abordant à la fois leur parcours, leur rapport à la mémoire et leur implication dans le blog8. Six hommes et quatre femmes ont été rencontrés, tous nés entre 1958 et 1968. Majoritairement originaire d’Algérie, le groupe de ces enquêtés est constitué à la fois d’immigrés et d’enfants d’immigrés (pour plus de la moitié d’entre eux, ils sont nés en France). La plupart de leurs pères étaient ouvriers, aucune mère n’a travaillé. Les fratries sont de taille relativement grande (rarement moins de cinq enfants). Si les deux créateurs du blog ont connu une très forte ascension sociale (après des études dans le supérieur, ils ont atteint des positions d’encadrement dans le privé et le public), les autres blogueurs occupent une diversité de professions : agent de nettoyage, assistante maternelle, conducteur de travaux, secrétaire, agent administratif à la retraite, travailleur social, chauffeur‑livreur… Plusieurs d’entre eux, notamment ceux qui s’impliquent le plus dans la mobilisation, ont des capitaux militants importants, acquis au cours d’expériences syndicales, associatives et politiques. Enfin, ces enquêtés ont tous passé entre quinze et vingt‑cinq années dans les bidonvilles et cités de transit de Nanterre, et notamment à la Cité du Viaduc. Aujourd’hui, ils sont locataires dans des ensembles HLM de différentes communes de la banlieue ouest de Paris et trois d’entre eux sont restés à Nanterre9.

Se concentrer sur un seul blog restreint sans doute la portée « représentative » de l’enquête, mais ce choix densifie considérablement l’analyse (Small, 2009). Il préserve l’unité de contexte d’énonciation, tout en étant attentif aux liens potentiels avec d’autres espaces numériques ainsi qu’aux pratiques hors ligne. En combinant plusieurs méthodes d’enquête et d’analyse et en adoptant une approche localisée des faits sociaux (Briquet & Sawicki, 1989 ; Laferté, 2014), l’étude d’un espace numérique en particulier permet de tenir compte de la pluralité des usages du dispositif ainsi que de ses dynamiques d’insertion dans des configurations socio‑politiques particulières.

* Ces analyses et leurs résultats sont présentés de façon détaillée en annexe électronique (https://sociologie.revues.org/​2990).

Des mobiles ascendants en quête de légitimité

7Pour les groupes issus des pays colonisés ou anciennement colonisés, stigmatisation et discrimination constituent des éléments structurants du monde social (Kokoreff & Lapeyronnie, 2013 ; Simon, 2010) et des aspects centraux de l’engagement dans les entreprises de mémoire (Hourcade, 2015). À l’exclusion autrefois subie dans les bidonvilles et cités de transit qui a marqué les mémoires ont succédé d’autres formes d’altérisation ethno‑raciale, territoriale, mais aussi religieuse. Centrale dans l’histoire des périphéries urbaines et de dizaines de milliers de travailleurs et de familles d’origine immigrée, cette histoire est en outre restée longtemps « indicible » (Pollak, 1990) pour de nombreuses familles et effacée du paysage urbain (Delon, 2014).

8C’est une situation particulièrement problématique pour les anciens enfants de bidonvilles qui, comme Karim et Ali, ont connu une mobilité sociale ascendante. Le blog est initié dans la perspective de combattre ce stigmate toujours persistant du passé et d’y puiser des ressources valorisantes pour mieux transmettre le récit qu’ils font d’eux‑mêmes à leurs environnements familiaux et professionnels. Cette entreprise exige cependant un travail actif de constitution d’un public qui puisse valider leur entreprise et lui donner une légitimité.

Lutter contre le stigmate à travers le blog

9À 51 ans, Karim occupe une position de cadre supérieur dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées. Ali, 48 ans, a pour sa part créé sa propre entreprise de conseil. Tous deux ont obtenu un baccalauréat général et ont poursuivi leurs études supérieures jusqu’au niveau de la maîtrise. Ils résident aujourd’hui dans les Hauts‑de‑Seine, l’un comme locataire en voie d’accession à la propriété, l’autre comme propriétaire, non loin de leur famille et de l’ancien emplacement du bidonville et de la cité dans lesquels ils ont passé leurs enfance et adolescence.

10Karim, Ali et d’autres font depuis longtemps face à une « tension » propre à leur trajectoire de mobilité (Naudet, 2012) : comment concilier leur enfance et les expériences de marginalisation qui la composent, avec leur position actuelle ? Interpellés par leurs entourages familiaux et professionnels souvent incrédules, ils ressentent des difficultés pour produire un récit cohérent sur leur parcours. Ainsi Samir (49 ans, travailleur social, hébergé par son employeur) me décrit‑il la réaction d’un de ses collègues, qui a habité dans un bâtiment proche de la cité du Viaduc, lorsqu’il apprend où il vivait :

J’ai dit : « Oui. On fouillait vos poubelles pour prendre les jouets dont vous n’aviez plus besoin. Et on avait peur de se faire attraper ». Et je lui ai dit : « Tu sais, Sylvain là maintenant… », il en revenait pas, j’ai dit : « T’es dans mon bureau ». [Rires] Ça, c’est une petite anecdote. Et il n’en revenait pas, et il disait : « Non, mais t’étais à la Cité du Viaduc ? » Je lui ai dit : « Ben oui, tu vois la Cité du Viaduc. Moi, j’ai mordu personne, j’ai tué personne ». Et je lui ai dit : « Puis tu vois, t’es assis dans mon bureau ».

11À l’instar de cette stratégie de retournement du stigmate (Goffman, 1975), l’engagement dans une démarche mémorielle permet d’utiliser l’histoire comme ressource pour rendre sa trajectoire plus légitime (Frigoli & Rinaudo, 2009). C’est ce qu’ont fait Karim et Ali en construisant le blog comme un espace de production et de publicisation d’un récit valorisable sur leur passé. Ce blog devait initialement permettre de « changer les idées que les gens pouvaient avoir sur nous, pour montrer que les enfants des bidonvilles ont pu devenir des avocats, écrivains, politiciens, artistes… » (Ali, notes de terrain, réunion de préparation d’une soirée, printemps 2014). Et à la différence de la plupart des stratégies déployées lors des interactions quotidiennes pour contrer le stigmate, il permet une accessibilité immédiate à un nombre important d’informations écrites et audiovisuelles. Il suffit en effet de « faire un clic [en disant] voilà, vous avez ma vie en quelque sorte là [sur le blog] » (Karim). Partagé, reconnu, le récit du passé est vécu comme plus légitime qu’auparavant : « bibliothèque ouverte pour les nouvelles générations » (Samir), le blog permet de se représenter concrètement l’expérience qu’a pu constituer le fait de vivre dans un bidonville ou une cité de transit.

12Contrairement à des supports plus élitistes comme le livre ou le documentaire, le blog souffre cependant d’un déficit de légitimité culturelle. Dès le début de l’entreprise, ses auteurs s’attachent donc à produire un dispositif rendant crédible son « sérieux », ce qui est une démarche commune à de nombreux concepteurs de sites (Bergström, 2011 ; Brossard, 2013). Cet effort se lit dans les entretiens avec cette catégorie de participants et dans les articles du blog. On y trouve une tendance à raconter le passé d’une manière qui se veut objectif, ce qui rapproche le site du modèle d’« énonciation citoyenne » décrit par Dominique Cardon et Hélène Delaunay‑Teterel (2006). Le contenu de la classe Le récit distancié du passé10 illustre bien cette forme narrative particulière, avec la présence de noms communs et de noms propres liés à ce passé résidentiel et migratoire (France, bidonville, pays, vie, origine, transit, parent, peuple, terrain...), de nombreux articles définis et indéfinis ainsi que l’absence significative de pronoms personnels, des prénoms des blogueurs et du terme même de blog. Karim a notamment tendance à produire un récit impersonnel à portée générale qui le place en position d’expert sur son propre passé. Traitant de thèmes variés (les conditions de vie dans la cité et dans les bidonvilles, les évolutions du territoire nanterrien, le rappel de figures importantes de la cité, les expériences de l’école ou d’autres institutions, etc.), il prend également garde dans ses textes, et notamment dans les articles, à éviter une tonalité trop revendicative, même lorsqu’il rappelle les dérives du gestionnaire de la cité de transit ou de la municipalité. Le récit qu’il produit reste ainsi relativement consensuel, valorisant le courage et les sacrifices consentis par les parents immigrés pour que leurs enfants aient une vie meilleure, la bienveillance des bénévoles et d’une partie des enseignants de l’école « de la République ».

13Cette posture objectivante est renforcée par les nombreuses recherches qu’il mène avec Ali dans différents centres d’archives afin de mieux documenter et illustrer les articles publiés. Au fil de son investissement dans l’entreprise, Karim devient progressivement aux yeux d’autres blogueurs un véritable « livre d’histoire » (Samir) et n’hésite pas à s’appuyer sur son expertise dans des interactions hors ligne, comme lors de l’entretien que je mène avec lui et Ali en 2015 :

Je vous invite à revoir un peu l’article que j’avais écrit dans le blog sur, alors je sais plus quel est le titre, mais sur l’école du petit Nanterre, où j’avais dit qu’on concentrait dans cette école uniquement les enfants des cités de transit, et que c’était une volonté municipale, puisque j’avais retrouvé un ancien numéro de Nanterre‑Info où Yves Saudmont, qui était maire à cette époque, où il parlait de quota, que ce soit dans les HLM, dans les écoles, etc. (Karim).

14Le design même de « Cite‑du‑viaduc.com » reflète cette forte exigence de sérieux. La palette de couleurs employée est initialement sobre (du bleu et du blanc), et le design s’affine dans les premiers mois d’existence du blog avec la création de rubriques, d’un logo ou encore d’un fond de page spécialement dessinée autour de l’hommage à Abdenbi Guemiah (une rue avec une plaque à son nom). Ali soigne particulièrement l’image d’indépendance et d’objectivité de l’entreprise, en finançant lui‑même l’hébergement du site par une plateforme de blogs, pour éviter tout soupçon de « récupération politique ». Il rachète d’ailleurs le nom de domaine afin de faire disparaître la mention de « blog » dans l’adresse. L’affirmation d’une expertise passe enfin par un travail d’institutionnalisation du blog. À partir de mi‑juillet 2012, « la Rédaction » s’adresse directement aux lecteurs pour promouvoir un certain modèle de participation. Des élections du « meilleur blogueur » récompensant l’« assiduité et la contribution » sont organisées trois mois de suite, un « questionnaire de satisfaction » est passé, plusieurs articles incitent à davantage d’implication des blogueurs et une « charte de bonne conduite » est rédigée. Ces pratiques incitent à considérer de plus près les contraintes qui pèsent sur cet espace, du point de vue de Karim et d’Ali qui ont besoin de recruter un public correspondant à leur quête de reconnaissance, et du point de vue des blogueurs qui investissement progressivement cet espace.

Recruter un public « sérieux »

  • 11 . Il faut préciser que, contrairement à un modèle d’intercitation où les auteurs forment des «  néb (...)

15Dès les premiers mois d’existence du blog, Karim et Ali sont confrontés à la nécessité de recruter une audience afin de donner une assise à leur entreprise. Dans un contexte où la ressource rare est l’attention des destinataires (Beaudouin, 2009), ils ont cherché à construire un espace en ligne qui puisse être suffisamment attractif pour que d’autres internautes s’y investissent de façon durable. Cela s’est traduit par un important travail d’animation nécessaire à la fidélisation de l’audience (avec par exemple une actualisation pluri‑hebdomadaire du blog durant la plus grande partie de la période étudiée) mais aussi par un effort soutenu de recrutement, par le bouche‑à‑oreille, fondé sur les liens préexistants à l’entreprise (familiaux, de voisinage ou d’amitié sur des réseaux sociaux) et par la sollicitation des habitants des bidonvilles et cités qui se sont manifestés sur d’autres sites11. Les premiers articles et commentaires sont ainsi porteurs de nombreuses injonctions à participer : les lecteurs sont appelés de manière répétée à « raviver la mémoire de la cité » (article, juin 2012), à travers le don de photographies et surtout à travers le récit écrit du passé.

16Très inclusive, cette démarche repose sur de fortes attentes envers les internautes qui consulteraient le blog. Dans l’esprit de Karim et d’Ali, les participants qui sont uniformément qualifiés de « blogueurs » doivent contribuer significativement, de manière qualitative et quantitative, à l’émergence d’un récit collectif destiné à une plus large audience. De ce point de vue, l’entreprise rencontre un succès qui restera toujours mitigé aux yeux des administrateurs. Ils sont surpris et se réjouissent de la massification rapide de la participation (dès le mois de juillet 2012, 433 commentaires sont publiés12), mais ils regrettent sa forme restreinte et le fait que, malgré leurs encouragements, très peu d’auteurs de commentaires rédigent des articles13.

17Le maintien d’une distinction forte entre auteurs d’articles et de commentaires, entre Karim, Ali et les autres, n’est pas anodin. Il fait intervenir plusieurs types de « rapports sociaux de production et de reproduction » d’histoires sur le passé et de récit de soi en ligne. Comme l’a montré Baptiste Brossard (2013, p. 193) en se référant aux travaux de Claude Poliak sur les manières profane de se raconter, la « perception de sa propre légitimité à écrire “quelque chose d’intéressant” » n’est pas uniformément répartie dans la population. Karim et Ali interdisent en outre l’anonymat dans les commentaires, ce qui a pu accroître les réticences à parler de soi en ligne. L’investissement dans le blog et plus largement dans l’entreprise mémorielle dont il est le support dépend ainsi de trajectoires et de compétences particulières14. La majeure partie des articles, d’un niveau de langage élevé, sans fautes d’orthographe ou presque15, est rédigée par des auteurs masculins, diplômés du supérieur, qui occupent des positions d’encadrement. Dans l’espace même des commentaires, leurs textes sont sensiblement plus fournis et ils intègrent davantage de mots longs et très longs16.

  • 17 . Sur les mobilisations des descendants d’immigrés en quartier populaire, voir les travaux d’Abdell (...)

18Si Karim et Ali deviennent de la sorte des « porte-paroles » des anciens habitants des bidonvilles et cités de transit de Nanterre17, ce n’est cependant pas seulement du fait de leurs études supérieures. À l’instar des membres du comité qui se constitue autour d’eux pour négocier avec la municipalité, ils ont connu des expériences associatives, professionnelles ou politiques au cours desquelles ils ont acquis des dispositions susceptibles d’être « réactualisées » dans l’action militante (Lahire, 1998). Ali, qui a créé sa propre entreprise, adopte par exemple une posture de chef de projet : il s’agit d’établir un « plan de route », de mettre en place un « comité de travail », de ne pas laisser d’autres personnes « prendre le lead » ou encore de bien évaluer « l’envergure des travaux ». Il prend cependant assez peu la parole publiquement et s’investit moins dans le récit généralisant du passé que Karim, son frère. Cadre supérieur, ancien soutien d’un candidat d’opposition aux élections municipales, ce dernier fait montre de véritables capacités d’écriture et d’animation, s’exprimant sans embarras au micro et rédigeant rapidement articles sur le blog et discours pour les cérémonies.

19La plupart des anciens habitants des bidonvilles et cités de transit ne disposent pas d’autant de dispositions favorables à un tel investissement. Confrontés à ce public, Karim et Ali tentent donc de le transformer, tout en reconsidérant leurs aspirations initiales. Ils instaurent dès le mois de juillet une « charte de bonne conduite » : « 1/ Un principe fondamental : pensez à ceux qui vous lisent ; 2/ Évitez les commentaires anonymes ; 3/ Privilégiez la bonne humeur et la pertinence des commentaires ! ; 4/ Ne postez pas un commentaire sans aucun rapport avec le sujet ; 5/ Évitez les discussions de type « MSN » ; « 6/ Ne donnez pas de fausses informations délibérément ! ; 7/ N’écrivez pas de propos à caractère discriminatoire ! […] ».

20Pour promouvoir un tel modèle de débat public civique, impersonnel et universel, Karim et Ali ont aussi gardé la main sur l’administration du blog. Ils sont maîtres du design du site, du rythme de publications des articles et surtout de la modération des commentaires, qui s’effectue a priori. Ainsi, les auteurs qui ne répondraient pas à l’objectif de sérieux et de « pertinence » sont : ou censurés (ce qui se produit également dans le cas où des « concurrents » mémoriels rédigent des commentaires) ; ou ignorés, les administrateurs s’investissant prioritairement dans des fils de commentaires où la forme de l’échange argumenté d’idées prédomine ; ou réprimandés par Karim ou Ali qui rappellent, sous le titre de modérateur, les règles définies par la charte. Des tensions se cristallisent ainsi autour des plaisanteries : agacée par les rappels à l’ordre incessants et la suppression de plusieurs de ses commentaires, une blogueuse s’insurge « Relax, Monsieur le Modérateur, cela est juste un blog. Vous ne dirigez pas la NASA ». Ce à quoi le modérateur répond :

Je suis au regret de vous informer que ce blog n’est pas un lieu d’amusement ou de divertissement. Il est au contraire un lieu d’échange et d’information. Il a pour but de rassembler des souvenirs et témoignages des habitants des bidonvilles et des cités de transit de Nanterre.

21En créant le blog, Karim et Ali ont construit un espace où ils espéraient puiser des ressources en termes de légitimité pour conforter leur trajectoire d’ascension sociale. Si la rencontre avec le public des blogueurs qu’ils parviennent à recruter modifie pour partie ce projet et provoque des conflits, il n’en reste pas moins que le récit qu’ils livrent dans les articles et dans les photographies mis en ligne influence durablement les narrations d’un nombre important d’anciens habitants des bidonvilles et cités de transit.

Reconstituer des sociabilités perdues

22« Oublier une période de sa vie, c’est perdre contact avec ceux qui nous entouraient alors », écrivait Maurice Halbwachs dans La Mémoire collective (1997 [1950], p. 60). Cette citation décrit particulièrement bien la situation des anciens habitants des bidonvilles et cités de transit lorsqu’ils découvrent le blog. Alors qu’ils disposaient de peu d’occasions d’évoquer cette partie de leur passé, ils font tout à coup face à un espace où ils retrouvent des personnes avec lesquelles ils ont grandi et qu’ils avaient perdues de vue depuis des années.

23Ce dispositif numérique permet donc une communication jusqu’alors empêchée, qui prend un sens fort pour les anciens habitants. Dans cette partie, je montre comment l’espace des commentaires de « Cite‑du‑viaduc.com » est investi comme un espace de retrouvailles et comment la reconstitution de cette interconnaissance perdue conduit les habitants à se lancer dans des formes partielles de récit de soi en ligne.

Reconstituer le groupe, réparer le traumatisme de la dispersion

24En 1985, la résorption de la cité du Viaduc est achevée : les dernières familles ont été relogées et les bâtiments sont détruits à la tractopelle. La procédure a cependant laissé un goût amer aux habitants. Alors que beaucoup auraient souhaité rester à Nanterre afin d’y maintenir les sociabilités formées au fil des années, la plupart ont été dispersés dans la région parisienne. Cette absence de maîtrise sur la procédure, décrite par Colette Pétonnet (1979) pour d’autres bidonvilles et cités, a occasionné de nombreux refus des propositions de relogement. « Coupure », « déchirure » (Hakim, 53 ans, ouvrier qualifié, HLM) : la perte brutale des liens a pour beaucoup (et notamment pour les parents) été difficile à supporter et nourrit, trente ans plus tard, des discours très nostalgiques sur Nanterre. Plusieurs enquêtés ont effectué, sans succès pour la plupart, des demandes de logements sociaux dans la ville. D’autres, qui cherchaient à acheter en région parisienne, ont été freinés par la montée importante des prix de l’immobilier dans ce territoire devenu attractif du fait de sa proximité avec le quartier d’affaires de la Défense.

  • 18 . Ils ont ainsi compensé la «  dispersion spatiale  » du groupe (Carmagnat et al., 2004, p. 178).
  • 19 . Les extraits de commentaires du blog sont ici reproduits sans modification de leur orthographe.

25Dans ce contexte, on peut comprendre que la découverte du blog ait suscité autant d’enthousiasme. En créant un site consacré exclusivement aux souvenirs des bidonvilles et cités de transit de Nanterre, les administrateurs ont ouvert un véritable espace de retrouvailles18. S’il semble difficile d’évaluer la proportion d’anciens habitants qui se connectent et commentent les photographies et articles publiés par Karim et Ali, il est indéniable que les premiers mois sont marqués par une fréquentation assidue du blog. Les échanges sont plutôt brefs, mais quotidiens. Pour les auteurs de commentaires, il s’agit de se retrouver, de se reconnaître, et ce faisant de réaffirmer leur appartenance commune à un groupe de pairs ayant joué un rôle socialisateur central. « Salam, Super l’idée du blog sa fais plaisirs de rencontrer des gens de la cité deviner qui [c’est] !19 » écrit par exemple un commentateur début juillet 2012. Cet enthousiasme est redoublé lorsque sont organisés des événements à Nanterre :

On a revu pas mal de monde qui était éparpillé, et quand on les a revus, on s’est serrés comme… comme si on… quand on les serrait, on s’imaginait comment ils étaient petits et là comment ils ont maintenant tous 50 ans. Enfin on avait les larmes, on pleurait, on pleurait. On se serrait contre nous. On se rappelait des souvenirs qu’on a passés ensemble (Rabia, 58 ans, agent d’entretien à la retraite, HLM).

  • 20 . Annexe électronique, Figure 1, Classe 2, 26,1  % des segments  : https://sociologie.revues.org/29 (...)
  • 21 . À l’échelle locale, ces sociabilités se sont développées autour d’espaces publics tels que les gr (...)

26Cet aspect rappelle que la mémoire est d’abord un « fait de communication » (Bloch, 1925). Elle s’insère jusque dans les moments de sociabilité les plus banals (Degnen, 2007), comme en témoigne la part importante des échanges de nouvelles, des interpellations, des plaisanteries ou encore des condoléances dans les commentaires. Ce mode de participation – qui a pu être qualifié de « conversation continue » (Cardon & Delaunay‑Teterel, 2006) – est caractérisé par la classe Les retrouvailles des anciens habitants20 : y sont surreprésentés les prénoms des commentateurs, des pronoms personnels (tu, toi, je) ainsi que des formes lexicales liées à l’univers du dialogue interpersonnel (salam, bientôt, souhaiter, merci, bonjour, cher). Le dispositif numérique permet à ces sociabilités de se structurer : les commentateurs se répondent, parfois d’une page à l’autre, s’excusent quand ils s’absentent pour une période prolongée. Ainsi, l’espace des commentaires fortement investi vient participer à l’entrelacement d’autres formes de communication qui se déploient dans le voisinage21 ou dans les réunions familiales, au téléphone, sur les réseaux sociaux ou plus rarement par courrier électronique (Cardon et al., 2005).

27Peu de blogueurs semblent cependant avoir pris l’habitude de se revoir en dehors des cérémonies et réunions organisées autour du blog, hormis ceux qui entretenaient déjà des relations. Il faut également préciser que si les espaces numériques contribuent parfois à la déségrégation des sociabilités résidentielles, en faisant se rencontrer des personnes issues d’univers hétérogènes (Oppenchaim, 2011), le blog peine à recruter au‑delà des frontières de l’expérience partagée et parfois même de la Cité du Viaduc.

28En fin de compte, c’est un petit noyau de commentateurs qui s’investit dans la vie du blog. Alors que l’aspiration des données fait apparaître plus de 500 auteurs différents, le recodage et l’analyse montrent que les commentateurs uniques représentent une très faible part des commentaires (moins de 4 %), et que 65 % des commentaires ont été rédigés par quinze auteurs seulement22. À la différence du groupe des auteurs d’articles, les femmes sont bien plus présentes (6 sur 15) et les profils socio‑économiques plus diversifiés.

29Pour ces participants, le blog se charge de significations davantage liées à la force protectrice d’un groupe construit sur le modèle familial, qui permet de se protéger d’un monde extérieur hostile. Cette densité des liens (affirmer la cohésion du groupe, le défendre lorsqu’il est attaqué) crée des conditions particulièrement favorables à la réussite de l’entreprise de mémoire. Elle encourage d’autres habitants à s’exprimer et à se lancer, eux aussi, dans le récit des bidonvilles et cités de transit.

Les fils de commentaires comme espace de dicibilité

Ça nous permet aussi de nous retrouver quelque part, tout en restant chacun dans son intimité si tu veux, t’es… t’es pas… Derrière un écran, c’est sûr que c’est plus facile de… Quand t’es insomniaque, par exemple à deux heures du matin, tu te lâches plus facilement que si t’es devant un parterre d’anciens camarades (Samir).

30Ainsi que le montre cet extrait d’entretien, les espaces numériques peuvent favoriser l’émergence de récits de soi. Si la littérature a mis en avant le rôle de l’anonymat dans le fait de se livrer à une introspection en ligne (Cardon & Delaunay‑Teterel, 2006), je voudrais ici défendre une perspective différente : c’est parce que les auteurs de commentaires se sont trouvés dans un milieu rassurant qu’ils ont autant investi cet espace et que certaines barrières « structurelles » (Lepoutre, 2005) à la participation des moins diplômés d’entre eux ont pu être levées.

31Ce milieu n’a pas émergé spontanément. Il est l’œuvre d’un petit nombre de commentateurs et surtout de commentatrices qui, comme on l’a vu, reconstruisent petit à petit un réseau d’échange dense et familier et qui ouvrent la voie au récit collectif du passé dans l’espace des commentaires. Dans la classe Le récit collectif du quotidien23, on retrouve ainsi très peu les deux administrateurs, Karim et Ali (ou leur avatar « La Rédaction »), qui figurent dans les antiprofils. Ce sont (à l’exception de Fred) des auteures féminines qui sont sur­représentées. Les textes de Latifa, par exemple, se concentrent sur les souvenirs du quotidien, de la famille et sur la description des conditions de vie matérielle, autant d’aspects représentatifs du rapport au passé souvent dévolu aux femmes. À l’instar des configurations familiales décrites par Sybille Gollac et Solène Billaud (Billaud et al., 2015), l’espace numérique du blog a aussi été construit de manière moins ostensible par des femmes qui ont pris en charge certains aspects de la vie collective du groupe, et notamment la création de références communes liées au passé24.

32Tel qu’on le lit sur le blog et dans les termes les plus caractéristiques de la classe Le récit collectif du quotidien, le récit se fait sur une forme souvent commune (emploi privilégié du pronom personnel « on ») et porte principalement sur des aspects matériels ou familiaux du quotidien (surreprésentation des formes « eau », « maison », « mère », « terre », « manger »…). Le cadre d’échanges instauré par l’espace des commentaires contribue à encourager et à structurer le rappel des souvenirs. En se replaçant du « point de vue du groupe » de référence (Halbwachs, 1994 [1925], p. 343), l’individu est mieux à même de s’engager dans le récit du passé dans la mesure où il sait pouvoir être compris par ses interlocuteurs ayant vécu une expérience en grande partie similaire. S’accomplit ainsi un travail de filtration et d’interprétation des souvenirs. En s’interrogeant, en se complétant, en se contredisant parfois, les anciens habitants qui se livrent à l’exercice des commentaires participent à la construction d’un récit à portée collective, mais sous une forme qui demeure fragmentaire (Welzer et al., 2002). La mise en ligne de très nombreuses photographies, pour beaucoup inédites, a également été un atout important de l’entreprise. Rares, et particulièrement recherchées par les anciens habitants, celles‑ci permettent aux blogueurs de se reconnaître, de reconnaitre leurs proches, et de mieux se représenter leur passé s’ils en ont gardé peu d’images. Elles ont un rôle de réduction de la distance aux souvenirs (Lavabre, 1994) et d’aide‑mémoire pour la reconstitution du groupe (Gobille, 1997). « Walla, sa fait un boum au cœur », « grâce à toi, j’ai fais un bon de 35 ans en arrière », écrivent en réaction à des photographies des commentateurs en juillet 2012.

33Plus partiel, moins distancié que dans les articles, le récit des bidonvilles et cités de transit livré dans l’espace des commentaires comporte également une part d’onirique et de divertissement assumé par ses auteurs. Fred et Fatima ont ainsi tendance à rédiger des commentaires plutôt longs qui parfois sous une forme poétique, parfois sous une forme de plaisanterie, partent de références communes, du passé ou qui se sont créées sur le blog (comme des surnoms de blogueurs), pour se mettre en scène dans des situations souvent imaginées et interpeller d’autres blogueurs. Autour d’images récurrentes et avec pour public les autres blogueurs, ils dialoguent longuement, dans le fil de commentaires « Petites causeries et autres bavardages », ou dans l’espace de commentaires d’articles sur d’autres sujets, ce qui leur vaut parfois les réprimandes des administrateurs.

34Dans l’ensemble de ces cas de figure, les récits produits restent consensuels et positifs : des thèmes comme la délinquance, la drogue et les overdoses qui l’accompagnent, incontournables dans les entretiens, ressortent beaucoup moins à la lecture des commentaires. Cet écart fait ressortir la nature des contraintes qui pèsent sur le récit de ce passé en ligne : encouragés à occulter ces aspects par la façon dont Karim et Ali ont construit dès le début du blog des cadres de narration et de participation distanciées et qui les valorisent, les anciens habitants‑blogueurs ont aussi pu être réticents à livrer de manière non anonyme des épisodes douloureux et stigmatisants sur un espace accessible par tous.

35Ces aspects – dimension collective du rappel des souvenirs, appui sur des supports photographiques, création de références communes, occultation des difficultés – ne sont en rien spécifiques aux activités de remémoration en ligne. Ils sont cependant renforcés par le fait que, sur un espace comme le blog, ils donnent lieu à des traces relativement figées et visibles par le plus grand nombre, jusqu’à ce que les articles et/ou le blog disparaissent. À l’instar des artères municipales qui ont été nommées en référence à cette histoire, photographies et récits livrés en ligne constituent des supports de mémoire qui permettent de transmettre ses souvenirs à des personnes qui n’ont pas vécu cette expérience, en particulier les enfants, qui consultent parfois le blog.

Se mobiliser face à la municipalité

36Le succès du site en termes de participation dès l’été 2012 infléchit durablement le dispositif technique et le projet des administrateurs. Avec un tel soutien, il devient envisageable d’élargir la portée de l’entreprise et de s’engager dans une démarche de publicisation et de légitimation de l’histoire des bidonvilles et cités de transit. À la rentrée 2012, Karim et Ali proposent de rendre hommage à un adolescent de la cité assassiné trente ans plus tôt, Abdenbi Guemiah. Cette entreprise inaugure l’entrée dans un rapport de force avec la municipalité et avec d’autres acteurs mémoriels locaux, auprès desquels il s’agit d’obtenir la reconnaissance de cet événement et, de manière plus large, de cette histoire résidentielle très conflictuelle. Pour l’occasion, le public du blog, dont on a vu l’hétérogénéité, se mobilise fortement, mais de façon temporaire.

Le blog contre la mairie de Nanterre

37Pour beaucoup d’anciens habitants des bidonvilles et cités de transit, le rapport à Nanterre est ambivalent. L’affirmation d’un fort enracinement local – y compris pour ceux qui sont partis (« je suis ni Algérien, ni Français, moi. Je suis Nanterrien » dit par exemple Hakim) – n’empêche pas la tenue d’un discours très critique envers la façon dont la municipalité a géré cette histoire (Masclet, 2006). Les souvenirs des injustices subies sont nombreux : stigmatisation par certains élus, concentration dans des écoles ségrégées, absence d’entretien par la Ville de l’environnement des cités de transit ou encore refus d’accès à certains équipements municipaux.

38Ces tensions au long cours ont animé plusieurs mobilisations antérieures centrées sur la reconnaissance de la guerre d’Algérie et plus spécifiquement du 17 octobre 1961 (Collet, 2012), sans que ce passif entre la municipalité et les habitants des bidonvilles et cités qu’elle a refusé de reloger soit explicité. La commémoration du trentième anniversaire de la disparition d’Abdenbi Guemiah a ainsi pu être vécue par l’ensemble des habitants – et non plus seulement ceux qui connaissent une ascension sociale – comme un moyen d’obtenir la reconnaissance des discriminations passées et l’intégration dans l’histoire officielle locale.

  • 25 . On peut faire l’hypothèse que c’est cette posture d’«  outsiders  » qui favorise le recours à Int (...)

39L’ancrage de l’entreprise, et par là du dispositif numérique qui la supporte, est donc résolument local. C’est par rapport à la municipalité et à un ensemble de concurrents municipaux que le comité de blogueurs mené par Karim et Ali se positionne. Peu insérés dans les réseaux clientélaires traditionnels de l’équipe municipale en place, héritière de la gestion communiste, ils sont soupçonnés de faire le jeu des candidats de droite, d’autant que les élections municipales sont alors toutes proches25.

40Conscients de ces rapports de concurrence politique et mémorielle, Karim et Ali ont, en tant qu’administrateurs, verrouillé l’espace du blog. Certains noms, remarque un commentateur, dans un échange aujourd’hui supprimé, sont « rayés de l’histoire » portée par le blog alors qu’ils ont joué un rôle important dans la mobilisation autour du relogement des habitants de la cité. Lorsque nous abordons la question de ses pratiques de modération, Ali m’explique ne pas valider un certain nombre de messages injurieux de personnes « jalouses ». Il a en outre fait en sorte que le blog soit très protégé : le « clic droit » est interdit et un copyright avec l’adresse du site est superposé au centre de nombreuses photographies.

41Lors du premier hommage à Abdenbi Guemiah commémorant les trente ans de sa disparition, ces rapports concurrentiels sont à leur comble : deux demi‑journées sont organisées, l’une par le blog, l’autre par des acteurs mémoriels avec qui la municipalité a l’habitude de travailler (l’un d’entre eux est d’ailleurs conseiller municipal). Face au succès rencontré par le premier hommage, le deuxième groupe s’efface néanmoins, laissant dans les mois qui suivent le comité de blogueurs seul face à la municipalité pour revendiquer le fait que le nom d’Abdenbi Guemiah soit donné à une artère ou à un bâtiment de la ville.

42Pendant près de six mois, le dispositif technique devient le support d’une intense campagne de pression sur la municipalité. À l’hiver 2012‑2013, le design du site est modifié, avec un compteur intégré sur la page d’accueil mentionnant le « nombre de jours en attente d’un rendez‑vous avec M. Patrick JARRY, Maire de Nanterre ». Dans les commentaires, les adresses directes au Maire sont nombreuses : « Je vous en prie Monsieur le maire, réfléchissez ! » (Fatima, février 2013). C’est néanmoins dans l’espace des articles que s’incarne le plus explicitement la mobilisation, en particulier dans les segments que regroupe la classe L’hommage municipal 26. La mention d’Abdenbi Guemiah est étroitement liée à cette entreprise politique locale, en témoignent les termes « Nanterre », « maire », « municipal », « élu », « boulevard », « ville », « hommage », « cérémonie », « inscrire », « Jarry », « conseil » ou encore « initiative ». On peut également noter qu’alors que le terme de « mémoire » est peu présent ailleurs, il fait partie des termes qui contribuent le plus à définir cette classe27. La mobilisation apparaît comme essentiellement portée par « La Rédaction » qui s’attache à promouvoir une image de neutralité politique et d’objectivité derrière cette figure anonyme (on note aussi le sous‑emploi des pronoms personnels, qui figurent dans les antiprofils de la classe). « Dans un souci de transparence et de démocratie » (article, janvier 2013), « La Rédaction » rend également publiques les lettres qu’elle adresse au maire et aux autres membres du conseil municipal.

Mobilisation et démobilisation du public du blog

43Pour le comité de blogueurs, et notamment pour Karim et Ali, l’enjeu est d’apparaître autant que possible comme une force de pression crédible. Cela passe par un effort de mobilisation important du public du blog, qu’il faut parvenir à faire coïncider avec un public hors ligne, susceptible de peser sur le processus politique municipal.

44Les administrateurs travaillent d’abord à l’organisation d’événements qui fidélisent leur public et le rendent visible dans l’espace local, comme des journées d’hommage, des soirées‑débat, des dîners d’anniversaire et des réunions du comité de blogueurs qui accompagne ensuite la famille Guemiah aux rendez‑vous avec le maire. Le blog leur permet ensuite d’amplifier la participation de ce public hors ligne en la mettant en scène dans des photographies et vidéos diffusées en ligne. De la même manière, une campagne de courts entretiens filmés avec des anciens habitants et des figures locales de Nanterre expliquant leur soutien au projet est réalisée.

  • 28 . Cette unification sert également l’adoption de connaissances et de normes communes (Akrich, 2010)

45Mais c’est surtout à travers la figure unificatrice d’Abdenbi Guemiah que la mobilisation du public prend réellement effet. À travers la revendication d’inscrire le nom de cet adolescent assassiné dans le patrimoine municipal, c’est la fonction synthétisante de la mémoire (Welzer et al., 2002) qui se donne à voir. Pour les animateurs du blog, qui expliquent ne s’être rendus compte de ce « hasard du calendrier » qu’assez tardivement, l’hommage à Abdenbi Guemiah a donné un « surcroît de légitimité » (Karim) au blog. Il a également permis de formaliser l’entreprise en unissant de manière temporaire récits et participants dans une même lutte. La référence à Abdenbi Guemiah ne doit cependant pas être résumée à une éventuelle dimension instrumentale : son assassinat a constitué pour cette génération d’habitants, d’un âge proche du sien, un véritable événement traumatique, qui accélère en outre le processus de relogement. Comme dans le cas des mouvements féministes étudiés par Marion Charpenel (2012, p. 92), le travail de « cadrage », de création d’« une interprétation de l’événement cohérente avec le projet collectif » a permis de faire de cette figure le symbole du groupe et d’assurer sa politisation à travers l’espace des articles et des commentaires28. « Abdenbi, c’était à Nanterre, c’est notre référence. Voilà quoi : la référence d’injustice », souligne Hakim.

46Cet effort de production d’un public uni et mobilisé s’avère payant. Les records de participation sont atteints pendant la période de mobilisation et le petit groupe de négociateurs avec la mairie a pu se prévaloir d’une forte participation à l’hommage organisé et surtout d’une fréquentation importante du blog (la 100 000e visite est atteinte et célébrée pendant cette campagne). Lors du conseil municipal de juin 2013, le public est fourni (une cinquantaine de personnes, à la surprise des employés municipaux présents) pour voir et écouter neuf élus (sur les cinquante‑trois que compte l’assemblée) prendre la parole afin de défendre le projet de nommer non pas une, mais deux artères en lien avec cette histoire, le boulevard Abdenbi Guemiah et la rue de la Cité du Viaduc.

47« Production interactive » (Cardon & Delaunay‑Teterel, 2006, p. 8), la constitution de cette audience n’a cependant pas été sans difficultés et la fin de l’entreprise mémorielle a également été celle de ce consensus temporaire. Les « écarts d’engagement » (Beaudouin & Pasquier, 2014, p. 147) entre les auteurs d’articles et ceux des commentaires, entre les femmes et les hommes, qui ont eu tendance à prendre en charge les aspects les plus politisés de l’entreprise, entre les militants et les non‑militants se sont manifestés avec force, rendant visibles les tensions qui étaient restées sous‑jacentes pendant la mobilisation. Il est d’ailleurs assez significatif que la participation ait sensiblement baissé après le conseil municipal de juin29. Le public du blog semble relativement délité, et ne se manifeste qu’à de rares occasions, comme la publication de condoléances lors de parutions annonçant le décès d’anciens habitants.

48Quelles ont été les logiques de fractionnement de cette entreprise mémorielle ? Outre les différents niveaux de ressources déjà mentionnés, le public du blog est divisé sur le plan des expériences militantes antérieures. Tous n’ont ni la même motivation ni la même manière de se mobiliser. Au sein même du comité de blogueurs les plus engagés, la division des tâches est importante. Karim et Ali, qui prennent le parti d’adopter une posture très consensuelle de manière à pouvoir entrer dans une relation de travail avec la municipalité, sont rejoints par d’autres blogueurs qui sont, pour certains, plus déterminés à mettre la municipalité face à ses responsabilités. « On lâche rien », répète l’un d’entre eux, tandis que Hakim m’explique son engagement – qui se poursuit aujourd’hui par une aide aux familles « roms » installées à Nanterre – par le fait qu’il « n’aime pas l’injustice ».

49La recherche du consensus trouve ses limites lorsque le sens de l’engagement des blogueurs devient trop éclaté. Lors d’une projection‑débat et de l’inauguration du boulevard Abdenbi Guemiah, un membre du comité d’organisation se fait remarquer par la virulence de ses propos contre la municipalité : au micro, il entame une longue dénonciation de la façon dont la municipalité a géré l’histoire des bidonvilles et cités de transit, en finissant par comparer sa position à celle du Front national. Pour beaucoup, cette intervention – qui ne reflète pas la tonalité des discours des autres organisateurs et notamment de la fratrie qui anime le blog – marque une « fracture » susceptible d’expliquer le « ralentissement » de la participation par la suite (Samir). Plusieurs interviewés m’ont expliqué ne pas avoir apprécié la tournure « trop politique » (Salima, 48 ans, assistante maternelle, HLM) prise à ce moment‑là et s’être mis en retrait de l’entreprise. S’ils avaient manifesté leur soutien au projet de rendre hommage à Abdenbi Guemiah, ils envisageaient surtout le blog comme un lieu neutre où il était possible de se retrouver entre pairs. Que ce comportement puisse être interprété comme un sentiment d’illégitimité à se mobiliser ou non, il est certain qu’il rejoint la tendance de certaines fractions des classes populaires à résister à la politisation (Collovald & Sawicki, 1991 ; Schwartz, 1991).

50La rentabilité politique de cette entreprise mémorielle s’est également avérée différenciée. Pour l’ensemble des anciens habitants, le fait que le thème de la mémoire des bidonvilles et cités de transit soit parvenu à s’imposer dans le débat local est source de bénéfices symboliques. Nombreux sont ceux qui prennent la parole pour remercier, dans différents contextes, Ali et Karim, d’avoir pris cette initiative, parce qu’elle a permis de renouer des liens et, pour certains, de « raconter » afin de pouvoir « tourner la page » (Meryem, 50 ans, employée administrative, HLM). Par opposition au caractère souvent « fragmentaire » de la connaissance de l’histoire migratoire (Tebbakh, 2007), les participants au blog ont acquis une conscience de leur passé plus affirmée, qui permet d’ailleurs d’autres formes d’appropriation du dispositif. Outre la « reconnaissance » de Nanterre acquise « à travers Abdenbi » (Farid, 53 ans, conducteur de travaux, propriétaire), le blog a pu agir pour certains habitants comme support de transmission aux enfants des valeurs de persévérance, de courage, dans l’espoir que ces derniers accomplissent la mobilité sociale dont leurs parents ont été privés. Et ces enfants, en particulier les plus âgés, peuvent également transformer ces récits du passé en ressources interprétatives pour faire face aux expériences racistes qu’ils subissent (Eberhard & Rabaud, 2013).

51Il ne faut toutefois pas surestimer la portée commune des profits matériels et symboliques de l’entreprise. Tous les anciens habitants ne peuvent se reconnaître, ni dans le récit positif porté par le blog et la figure d’Abdenbi Guemiah, lycéen modèle, ni dans la façon dont il a été promu, dans la mesure où il laisse dans l’ombre plusieurs pans et protagonistes de cette histoire. Le fait que des rues soient baptisées en souvenir de la cité de transit dans laquelle ils ont vécu n’est pas susceptible de transformer les conditions de vie de ceux dont le quotidien est marqué par des discriminations beaucoup plus directes que celles que subissent les personnes en situation de mobilité sociale. Et du point de vue des « rétributions personnelles du militantisme mémoriel » (Hourcade, 2015, p. 80), tous les blogueurs n’ont également pas tiré les mêmes avantages de la participation au blog, en termes de capital politique. C’est en effet l’un des frères de Karim et d’Ali qui a pu profiter de l’entreprise en étant intégré sur la liste du maire sortant en 2014. Cela l’a conduit à remplacer une conseillère municipale démissionnaire en 2015 et à siéger au conseil d’administration de l’office municipal HLM, rapprochant en fin de compte la fratrie de l’endocratie locale (Retière, 1994).

Conclusion

52Cette enquête a montré l’importance de la mémoire dans les dynamiques de construction des groupes. De manière interne, la mémoire contribue à structurer des liens autour du rappel d’expériences passées qui ont marqué les individus. De manière externe, elle unifie le groupe à travers la promotion d’une interprétation du passé et d’identités collectives, qui peuvent devenir des causes à faire reconnaître. Dans ce processus, certains groupes sont plus dominés que d’autres. Immigrés et enfants d’immigrés – ainsi que, plus généralement membres des groupes dominés – tendent à être « parlés » (Bourdieu, 1977) et à être assignés à des images sociales négatives. À cet égard, les dispositifs numériques peuvent permettre de retrouver une certaine maîtrise des représentations portées sur le groupe et de s’engager dans des sociabilités sélectives. Dans le cas du blog, ils ont rendu possible l’émergence et le succès d’une entreprise de mémoire qui a favorisé la reconnaissance et l’inclusion dans une citoyenneté locale des anciens habitants. Les dispositifs en ligne comportent néanmoins des contraintes qui contribuent à la reproduction d’inégalités entre les usagers. L’enquête a ainsi mis en évidence le poids de différentes dispositions sociales dans la participation au blog et à la mobilisation. Derrière l’image consensuelle et homo­généisante d’enfants des bidonvilles et des cités de transit, les logiques d’engagement se différencient selon les socialisations passées et selon les intérêts à se positionner dans cette lutte symbolique. Ces dynamiques de redistribution symbolique laissent en outre dans l’ombre la problématique de la lutte contre les inégalités matérielles (Hourcade, 2015). Si Karim et Ali occupent aujourd’hui une position relativement privilégiée dans les « espaces sociaux localisés » (Laferté, 2014), d’autres groupes, comme les familles dites « roms » habitant en bidonville, connaissent une expérience de marginalisation urbaine et de stigmatisation très proche, parfois dans les mêmes espaces. Nouveaux exclus de la citoyenneté locale, leur cas vient rappeler qu’« à trop gouverner par les morts et le symbolique, on peut finir par oublier les vivants, les luttes ou la situation de ces nouvelles populations étrangères ou catégorisées comme telles, moins visibles ou moins enracinées sur le territoire » (Collet, 2013, p. 624).

Haut de page

Bibliographie

Akrich M. (2010), « From Communities of Practice to Epistemic Communities: Health Mobilizations on the Internet », Sociological Research Online, vol. 15, no 2, http://www.socresonline.org.uk/15/2/10.html.

Beaudouin V. (2009), « Les dynamiques des sociabilités », L’Évolution des cultures numériques, Paris, FYP, pp. 21‑28.

Beaudouin V. & Pasquier D. (2014), « Organisation et hiérarchisation des mondes de la critique amateur cinéphile », Réseaux, no 183, pp. 125‑159, http://www.cairn.info/revue‑reseaux‑2014‑1‑page‑125.htm.

Bergström M. (2011), « La toile des sites de rencontres en France. Topographie d’un nouvel espace social en ligne », Réseaux, no 166, pp. 225‑260, https://www.cairn.info/revue‑reseaux‑2011‑2‑page‑225.htm.

Billaud S., Gollac S., Oeser A., & Pagis J. (dir.) (2015), Histoires de famille : les récits du passé dans la parenté contemporaine, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Blanc‑Chaléard M.‑C. (2012), « Les quotas d’étrangers en HLM  : un héritage de la guerre d’Algérie ? Les Canibouts à Nanterre (1959‑1968) », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Les‑quotas‑d‑etrangers‑en‑HLM‑un.html.

Bloch M. (1925), « Mémoire collective, tradition et coutume. À propos d’un livre récent », Revue de synthèse historique, nos 118‑120, pp. 73‑83.

Bourdieu P. (1977), « Une classe objet », Actes de la recherche en sciences sociales, no 17, pp. 2‑5.

Briquet J.‑L. & Sawicki F. (1989), « L’analyse localisée du politique », Politix, no 7, pp. 6‑16.

Brossard B. (2013), « La dynamique historique des espaces en ligne », Terrains & travaux, no 22, pp. 183‑199.

Bué N. (2011), « Le web partisan dans une ville moyenne. Une ressource d’usage limité », in Greffet F. (dir.), Continuerlalutte.com : les partis politiques sur le web, Paris, Presses de la FNSP, pp. 215‑230.

Cardon D. & Delaunay‑Teterel H. (2006), « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, no 138, pp. 15‑71.

Cardon D., Smoreda Z. & Beaudouin V. (2005), « Sociabilités et entrelacement des médias », in Moati P. (dir.), Nouvelles technologies et modes de vie, Paris, Éditions de l’Aube, pp. 99‑123.

Carmagnat F., Deville J. & Mardon A. (2004), « Une vitrine idéalisante : les usages des sites familiaux », Réseaux, no 123, pp. 175‑203.

Charpenel M. (2012), « Quand l’événement crée la continuité : l’intégration de Sohane Benziane dans les mémoires féministes en France », Sociétés contemporaines, no 85, pp. 85‑109.

Cohen M. (2013), « Des familles invisibles : politiques publiques et trajectoires résidentielles de l’immigration algérienne (1945‑1985) », thèse de doctorat en histoire, université Panthéon‑Sorbonne‑Paris‑I.

Collet V. (2011), « De la ressource intellectuelle à la cause politique : Les différentes vies d’Abdelmalek Sayad », Politix, no 94, pp. 153‑178.

Collet V. (2012), « Nanterre ne veut plus oublier. De l’oubli à la reconnaissance municipale du 17 octobre 1961 », Métropolitiques, no 4, http://www.metropolitiques.eu/Nanterre‑ne‑veut‑plus‑oublier‑De‑l.html.

Collet V. (2013), « Du bidonville à la cité. Les trois âges des luttes pro‑immigrés : une sociohistoire à Nanterre (1957‑2011) », thèse pour le doctorat en science politique, université Paris‑Ouest‑Nanterre.

Collovald A. & Sawicki F. (1991), « Le populaire et le politique. Quelques pistes de recherche en guise d’introduction », Politix, no 13, pp. 7‑20.

De Barros F. (2005), « Des “Français musulmans d’Algérie” aux “immigrés”. L’importation de classifications coloniales dans les politiques du logement en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 159, pp. 26‑53.

Degnen, C. (2007), « Mémoire des lieux et lien social à Dodworth », Ethnologie française, vol. 37, no 2, pp. 285‑293.

Delon M. (2014). « Faire mémoire(s) de lieux disparus. Le cas des bidonvilles et cités de transit de Nanterre », Ethnologie française, vol. 44, no 2, pp. 341‑353.

Delon M. (2016), « Un espace à trois dimensions », SociologieS, http://sociologies.revues.org/5542.

Delon M. (2017), « Les incidences biographiques de la ségrégation. Trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles de l’après-guerre en France », thèse pour le doctorat en sociologie, Paris. Sciences Po.

Eberhard M. & Rabaud A. (2013), « Racisme et discrimination : une affaire de famille », Migrations société, no 147, pp. 83‑96.

Frigoli G. & Rinaudo C. (2009), « Les usages sociaux de l’histoire de l’immigration. Enquête auprès d’un cercle militant », Revue européenne des migrations internationales, vol. 25, no 1, pp. 137‑161, http://remi.revues.org/4888.

Gastaut Y. (2004), « Les bidonvilles, lieux d’exclusion et de marginalité en France durant les trente glorieuses », Cahiers de la Méditerranée, no 69, http://cdlm.revues.org/index829.html.

Gebeil S. (2014), « Les mémoires de l’immigration maghrébines sur le web français (1996‑2013) », Migrations société, no 151, pp. 165‑179.

Gobille B. (1997), « La mémoire à demi‑mots. Analyses d’une commémoration impossible », Genèses, no 28, pp. 95‑110.

Goffman E. (1975), Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit.

Granjon F. (2011), « Fracture numérique », Communications, no 88, pp. 67‑74.

Hadj Belgacem S. (2016), « Reconquérir la jeunesse des cités ? Enjeux et contradictions d’un conseil local des jeunes dans une municipalité communiste », Mouvements, no 85, pp. 95‑103.

Hajjat A. (2013), La Marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Éditions Amsterdam.

Halbwachs M. (1994 [1925]), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Halbwachs M. (1997 [1950]), La Mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Hourcade R. (2015), « Militer pour la mémoire », Politix, no 110, pp. 63‑83.

House J. & MacMaster N. (2008), Paris 1961 : les Algériens, la terreur d’État et la mémoire, Paris, Taillandier.

Kokoreff M. & Lapeyronnie D. (2013), Refaire la cité : l’avenir des banlieues, Paris, Seuil.

Laferté G. (2014), « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, no 4, 423‑439.

Lahire B. (1998), L’Homme pluriel. Les Ressorts de l’action, Paris, Nathan.

Lavabre M.‑C. (1994), Le Fil rouge : sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP.

Lepoutre D. (2005), Souvenirs de familles immigrées, Paris, Odile Jacob.

Masclet O. (2006), La Gauche et les Cités. Enquête sur un rendez‑vous manqué, Paris, La Dispute.

Naudet J. (2012), Entrer dans l’élite : parcours de réussite en France, aux États‑Unis et en Inde, Paris, Puf.

Oppenchaim N. (2011), « Les pratiques de sociabilité urbaine et sur l’Internet des adolescents de Zones Urbaines Sensibles franciliennes », Flux, no 83, pp. 39‑50.

Pastinelli M. (2011), « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et Sociétés, vol. 35, nos 1‑2, pp. 35‑52.

Pétonnet C. (2012 [1979]), On est tous dans le brouillard. Suivi d’Espaces Habités, Paris, CTHS.

Pollak M. (1990), L’Expérience concentrationnaire : essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié.

Pollak M. (1993), Une identité blessée : études de sociologie et d’histoire, Paris, Métailié.

Retière J.‑N. (1994), Identités ouvrières : histoire sociale d’un fief ouvrier en Bretagne 1909‑1990, Paris, L’Harmattan.

Sayad A. (1995), Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Paris, Autrement.

Schwartz O. (1991), « Sur le rapport des ouvriers du Nord à la politique. Matériaux lacunaires », Politix, no 13, pp. 79‑86.

Steiner A. (2004), « Figures de l’immigré à Nanterre : d’un habitat stigmatisé à l’autre », in Gotman A. (dir.), Villes et hospitalités, Paris, Maison des sciences de l’homme, pp. 331‑353.

Simon P. (2010), « 27. Race, ethnicisation et discrimination : une répétition de l’histoire ou une singularité postcoloniale ? », in Mbembe A. et al. (dir.), Ruptures postcoloniales, Paris, La Découverte, pp. 357‑368, https://www.cairn.info/ruptures‑postcoloniales‑‑9782707156891‑page‑357.htm.

Small M. L. (2009), « “How Many Cases Do I Need?” On Science and the Logic of Case Selection in Field‑Based Research », Ethnography, vol. 10, no 1, pp. 5‑38.

Tebbakh S. (2007), « Une transmission discrète et fragmentaire. De l’histoire migratoire dans les familles maghrébines », Temporalités, no 6/7, https://temporalites.revues.org/200.

Welzer H., Moller S. & Tschuggnall K. (2013 [2002]), « Grand‑père n’était pas un nazi » : National‑socialisme et Shoah dans la mémoire familiale, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 . Je tiens à remercier Yannick Savina pour son aide précieuse dans l’extraction des données du blog. Je remercie également pour leurs relectures les évaluateurs de ce numéro ainsi que Lorraine Bozouls, Louise Caron, Clémentine Gaide, Gaspard Lion et Alice Olivier.

2 . Le nom de la cité (et donc du site), ainsi que des enquêtés, a été changé.

3 . Cette période correspond à celle pendant laquelle l’enquête a été menée (voir Encadré 2).

4 . Annexe électronique, Graphiques 1 et 2 : https://sociologie.revues.org/2990.

5 Pour une revue des études sur Nanterre, voir par exemple l’annexe « L’ascension de la nanterrologie » de la thèse de Victor Collet (2013, p. 877).

6 . Ce dispositif en ligne se rapproche de la sorte des entreprises mémorielles hors ligne décrites par Victor Collet (2011) à Nanterre au sujet

d’Abdelmalek Sayad et par Renaud Hourcade (2015) à Nantes et Bordeaux sur le thème de l’esclavage.

7 . Annexe électronique, Figure 1 : https://sociologie.revues.org/2990.

8 . À l’exception d’Ali, l’un des deux frères, rencontré une première fois en 2013, les entretiens avec les blogueurs ont tous été réalisés en 2015‑2016, soit après le pic d’activité le plus important du blog.

9 . Ces caractéristiques sont globalement similaires à mes autres interviewés de Nanterre (n = 20), si ce n’est que ces derniers sont un peu plus âgés et qu’ils ont connu des trajectoires résidentielles plus diversifiées.

10 . Annexe électronique, Figure 1, Classe 4, 27,8  % des segments  : https://sociologie.revues.org/2990.

11 . Il faut préciser que, contrairement à un modèle d’intercitation où les auteurs forment des «  nébuleuses  » de contacts possibles à travers des blogrolls étendues (Cardon & Delaunay‑Teterel, 2006, p. 35), l’ouverture sur l’extérieur du blog est très limitée.

12 . Annexe électronique, Graphique 1  : https://sociologie.revues.org/2990.

13 . Annexe électronique, Tableaux 2 et 3  : https://sociologie.revues.org/2990.

14 . Un certain nombre de personnes a ainsi participé au blog tout en ayant très peu de ressources culturelles et informatiques (Rabia n’a par exemple pas d’adresse électronique). De ce fait, l’espace des commentaires se transforme souvent en espace de formation et de résolution des problèmes techniques par les modérateurs.

15 . Annexe électronique, Tableau 1 : https://sociologie.revues.org/2990.

16 . Annexe électronique, Tableau 5  : https://sociologie.revues.org/2990.

17 . Sur les mobilisations des descendants d’immigrés en quartier populaire, voir les travaux d’Abdellali Hajjat (2013) et de Samir Hadj Belgacem (2016).

18 . Ils ont ainsi compensé la «  dispersion spatiale  » du groupe (Carmagnat et al., 2004, p. 178).

19 . Les extraits de commentaires du blog sont ici reproduits sans modification de leur orthographe.

20 . Annexe électronique, Figure 1, Classe 2, 26,1  % des segments  : https://sociologie.revues.org/2990.

21 . À l’échelle locale, ces sociabilités se sont développées autour d’espaces publics tels que les grands marchés alimentaires – pour lesquels des habitants des villes voisines se déplacent souvent de façon hebdomadaire – ou encore les cafés. Pour une analyse du rapport entre trajectoires résidentielles des enfants des bidonvilles, mémoire et espace des sociabilités, voir Delon (2016, 2017).

22 . Annexe électronique, Tableau 3  : https://sociologie.revues.org/2990.

23 . Annexe électronique, Figure 1, Classe 1, 30,3  % des segments classés  : https://sociologie.revues.org/2990.

24 . Annexe électronique, Tableau 4  : https://sociologie.revues.org/2990.

25 . On peut faire l’hypothèse que c’est cette posture d’«  outsiders  » qui favorise le recours à Internet faute d’autres moyens de se rendre visibles (Bué, 2011).

26 . Annexe électronique, Figure 1, Classe 3, 15,8  % des segments classés  : https://sociologie.revues.org/2990.

27 . Annexe électronique, Graphique 5  : https://sociologie.revues.org/2990.

28 . Cette unification sert également l’adoption de connaissances et de normes communes (Akrich, 2010).

29 . Annexe électronique, Graphique 1  : https://sociologie.revues.org/2990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Delon, « Les liens de la mémoire », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 29 avril 2017, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2970

Haut de page

Auteur

Margot Delon

margot.delon@sciencespo.fr
Doctorante, Sociologie, Observatoire Sociologique du Changement (Sciences Po/CNRS, Paris) ; boursière Marie Curie, ITN INTEGRIM, Instituto de Geografia e de Ordonamento do Territorio (Universidade de Lisboa, Portugal) - OSC, Sciences Po, 98 rue de l’université, 75007 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search