Navigation – Plan du site

Vers un renouveau durkheimien au Brésil

Towards a Durkheimian revival in Brazil
Márcio de Oliveira et Raquel Weiss

Texte intégral

  • 1 . Il est à noter que le Professeur Rodrigues n’était pas un théoricien de la sociologie mais plutôt (...)
  • 2 . Voir en annexe électronique « Autres textes », https://sociologie.revues.org/3237.
  • 3 . Introduction et notes au Journal sociologique, d’É. Durkheim, Puf, 1969.
  • 4 . Présentation de V. Karady dans Émile Durkheim, Textes, vol. 1, Éléments d’une théorie sociale, vo (...)

1Les Règles de la méthode sociologique est le premier livre d’Émile Durkheim à avoir été reçu au Brésil, en 1899. Depuis lors, la carrière du sociologue français sous les tropiques brésiliens a été l’objet de disputes et d’utilisations variées en fonction aussi bien des disciplines qui ont accueilli ses œuvres que des aléas que la tradition durkheimienne connaît en France et ailleurs. Ceci pour dire qu’il n’y a pas un seul et unique mouvement qui puisse rendre compte de toute la diversité de la production et des chercheurs brésiliens qui se sont opposés ou qui se sont revendiqués du durkheimisme de la fin du xixesiècle à nos jours. À titre d’exemple, lorsque le principal sociologue brésilien à ce jour, Florestan Fernandes (1920‑1995), le directeur de la collection « Les Grands Auteurs des Sciences Sociales », publiée par l’une des maisons d’édition les plus prestigieuses des années 1970 et 1980, décide de consacrer le premier numéro à É. Durkheim, il ne trouve que son ami et professeur de théorie sociologique à l’Université fédérale de São Carlos, José Albertino Rosário Rodrigues (1928‑1992)1, pour présenter l’œuvre durkheimienne. En analysant la présentation faite en 1978 par le professeur Rodrigues, on ne trouve aucune référence aux articles sur É. Durkheim publiés dans la Revue française de sociologie (1976, 1979)2, sur ceux de Jean Duvignaud (1969)3 ou sur les Textes, publiés par Victor Karady (1975)4.

  • 5 . Nous présentons en annexe électronique une liste complète des traductions des livres d’Émile Durk (...)
  • 6 . Voir à ce propos Martins (1982) et Lowy (1987).

2Ce qui aurait pu être considéré comme un petit manquement facile à expliquer prend de l’ampleur lorsque l’on sait que jusqu’aux années 1970, l’œuvre durkheimienne n’avait pas été entièrement traduite au Brésil5 et que l’auteur avait l’image d’un affreux conservateur qui plaçait l’école au cœur du projet de l’ordre social. En somme, un auteur positiviste, pour qui les conflits sociaux n’existaient pas et qui avait mis en retrait le rôle des individus dans sa théorie de l’action sociale6. Néanmoins, dans les deux dernières décennies du xxesiècle, le sort de la carrière d’É. Durkheim au Brésil commence à changer. Finalement, dans les années 2000, les interprétations sur l’œuvre durkheimienne basculent par l’effet du travail de chercheurs, occupant des postes dans l’enseignement supérieur, qui se mettent à travailler de façon concertée. En un mot, ils commencent à enquêter aussi bien sur les origines de la mauvaise image d’É. Durkheim que sur l’absence de durkheimiens brésiliens à la différence de maints wébériens ou marxistes très présents sur la scène nationale.

De la Faculté de droit à la Faculté de philosophie et à la Faculté de l’éducation : le rôle des professeurs français à l’université de São Paulo

  • 7 . Pour ce qui est de la réception des Règles en France, voir Paoletti (1995) et Berthelot (1995).
  • 8 . Diplomé en droit, P. Egídio a fait sa carrière au barreau de la ville de Limeira (état de São Pau (...)
  • 9 . Paul Fauconnet (1874‑1938) est le seul durkheimien à être venu au Brésil dans le but de prononcer (...)

3À la différence de ce qui s’est passé en France7, au Brésil les Règles n’ont pas été reçues par des scientifiques qui se revendiquaient des sciences sociales. De plus, la première traduction de ce livre ne fut réalisée que dans les années 1930. Mais tout comme en France la définition du crime comme étant un « phénomène social normal » n’a pas fait l’unanimité, loin de là ! En effet, lorsque l’avocat et homme politique Paulo Egídio de Oliveira Carvalho (1846‑1906)8 publie en 1899, « Contribution à l’histoire philosophique de la sociologie », et, au cours de l’année 1900, « À propos de la théorie de Durkheim », « Sur le concept des lois sociologiques » et « Études de sociologie criminelle », la définition de crime est vivement critiquée. Dans ses études, reprenant à son compte les idées de Gabriel Tarde, P. Egídio critique aussi bien la différence entre le fait social « normal » et le fait social « pathologique » que la thèse sur le caractère normal du crime qui, selon lui, ne serait pas approprié ni à la société de São Paulo ni encore compatible avec les mœurs conservatrices « des oligarchies républicaines d’alors » (Alvarez & Salla, 2000, p. 119). Cette première réception de l’œuvre durkheimienne est restée restreinte aux Règles et au champs du droit (Cândido, 1958, 1963, 2006)9. Enfin, jusqu’aux années 1920, l’œuvre durkheimienne ne fut pas mise à jour et, par conséquent, même parmi les professeurs de droit, « Durkheim est tombé dans la routine sans avoir atteint le charisme ou la verticale ontologie d’autres grands penseurs sociaux » (Chacon, 1977, p. 71).

4Au cours des années 1930, c’est grâce à l’effort personnel de Fernando de Azevedo (1894‑1974) que les idées d’É. Durkheim sont davantage connues. Il présente ses idées dans son livre Principes de sociologie (1935). On lui doit encore l’intérêt porté à la publication de la première traduction des Règles, en 1937, précédé d’une présentation de plus de 120 pages faite par Paul Arbousse‑Bastide (1899‑1985), alors professeur de la chaire de sociologie à l’université de São Paulo. Finalement, la publication du deuxième livre de F. de Azevedo, Sociologie éducationnelle (1940) – où il reprend les idées durkheimiennes sur le caractère social de l’éducation – et la traduction d’Éducation et Sociologie (1939) ferment le deuxième le cycle de la réception d’É. Durkheim au Brésil. Cette fois‑ci, la sociologie d’éducation durkheimienne trouve un accueil chaleureux et utile. Néanmoins, cette deuxième réception sera autant fragmentée – L’Évolution pédagogique en France ne sera traduite qu’en 1995 et l’Éducation morale qu’en 2008 – qu’instrumentale car F. de Azevedo s’en est servi pour des raisons politiques liées à son engagement dans le champ éducatif d’alors (da Cunha & Totti, 2004).

Les diverses réceptions d’Émile Durkheim dans la deuxième moitié du xxe siècle

5Le troisième cycle de la réception d’É. Durkheim au Brésil, entre la fin des années 1940 et les années 1980, est celui qui aurait, en quelque sorte, scellé son destin jusqu’au tout récent renouveau. Le personnage central dans cette histoire est Florestan Fernandes.

6En France, Jules Monnerot (1908‑1995) publie chez Gallimard en 1946 Les Faits sociaux ne sont pas des choses, inaugurant ainsi ce que Jean‑Michel Berthelot (1991) appelle le début d’une époque, entre les années 1945 et 1960, qui bascule la sociologie française de l’héritage durkheimien au marxisme et à la phénoménologie. Florestan Fernandes reproduit localement le même cheminement. Élève de Roger Bastide (1899‑1974) et nommé en 1945 professeur assistant à la chaire de sociologie II de l’université de São Paulo alors qu’il finit sa formation, F. Fernandes consacre son premier semestre d’enseignement à la lecture des Règles et à la méthode fonctionnaliste. Les thèses qu’il élabore alors – « L’organisation sociale des Tupinambá » (mémoire de master) et « La fonction sociale de la guerre » (thèse de doctorat) – démontrent l’importance accordée à l’œuvre durkheimienne. Selon lui, le recours à « l’interprétation fonctionnaliste » a eu pour but la « reconstruction des situations sociales et des comportements individuels et collectifs déclenchés par la guerre afin de les relier les uns aux autres et, de façon cohérente, au contexte social pour en expliquer de manière causale le surgissement et les effets sociaux de la guerre » (Fernandes, 1970, p. 17). Les références directes à É. Durkheim ne sont pas vraiment nombreuses. Il y en a davantage à Marcel Mauss (Manuel d’ethnographie et Essai sur le don). Mais à la fin, il réussit à analyser la tribu de Tupinambá comme un fait social total et décide alors d’entamer une recherche sur le milieu syro‑libanais à São Paulo.

  • 10 . La controverse veut que R. Bastide n’a jamais été un disciple d’É. Durkheim. Cependant, il a mené (...)
  • 11 . Il s’agit là de sa thèse de Professeur (dit livre‑docência, « Ensaio sobre o método da explicação (...)

7C’est bien l’invitation de son ancien maître, Roger Bastide10 et la grande recherche sur les Noirs brésiliens – dans le cadre du fameux Projet UNESCO – qui amorce en définitive le changement de thématique de F. Fernandes, en le poussant loin de ces premiers sujets ethnographiques et, par conséquent, d’É. Durkheim et M. Mauss. Mariza G. S. Peirano (1999, p. 229) affirme que le changement thématique chez F. Fernandes – des Tupinambá aux relations raciales – se fait en parallèle à l’émergence de la problématique nationale (développement, société nationale, etc.). Quelques années plus tard, F. Fernandes élabore une vive critique du « fonctionnalisme durkheimien », consolidant par là la rupture théorique et le choix du marxisme pour guider ses recherches ultérieures11.

  • 12 . Voir Dias (1990) et Nogueira (1996).
  • 13 . Sociologie et Philosophie (1970), Le Suicide (1973), Science sociale et action (1975), Sur la div (...)

8Quelque peu abandonné par la sociologie de São Paulo, la réception de la sociologie durkheimienne jusqu’à la fin des années 1950 se résume à deux œuvres traduites – Règles et Éducation et sociologie12. Il n’est donc pas surprenant que le centenaire de la naissance d’É. Durkheim, en 1958, ne trouve écho au Brésil que chez les juristes de la Faculté de droit de la ville de Salvador (Azevedo et al., 1959). Il est dit alors que l’œuvre d’É. Durkheim ne serait pas en phase avec le désir de changement de la société brésilienne. L’image d’un auteur conservateur et positiviste ne fait que s’aggraver et ses autres livres, finalement traduits au cours des années 1960 et 1970, ne font pas l’objet de recensions ni de présentations par des spécialistes13. En 1977, l’un des plus importants sociologues de l’université de São Paulo, Gabriel Cohn (1977), dirige un ouvrage grand public destiné à faire connaître les critiques contemporaines des classiques de la sociologie. En ce qui concerne É. Durkheim, G. Cohn fait appel à Steven Lukes – qui indique les limites conceptuelles de sa théorie sociologique – et Alessandro Pizzorno (1977, p. 84) qui réaffirme le caractère restreint de la « théorie de l’action sociale » d’É. Durkheim pour le définir comme le « sociologue de l’ordre et de l’intégration, le méthodologue positiviste de l’objectivité ». Le sort était jeté. Il a fallu attendre les années 1980 pour le premier renouveau, encore timide, autour d’É. Durkheim. À ce moment, l’image de sociologue de l’ordre va connaître ses premières critiques, ouvrant la voie aux nouvelles études qui seront publiées à partir des années 2000.

La transition pour un renouvellement des études durkheimiennes au Brésil

  • 14 . Sur les traductions des œuvres d’É. Durkheim, ainsi que sur les événements réalisés au cours de c (...)

9Les travaux publiés sur É. Durkheim dans les deux dernières décennies du siècle précédent14 font encore état de l’ambiguïté qui caractérise les moments de transition. D’un côté, nous retrouvons des travaux assez originaux, qui se réfèrent principalement à l’œuvre durkheimienne. Globalement, ces travaux reprennent les interprétations sur le caractère conservateur de son œuvre. De l’autre côté, il y a ceux qui montrent les nouvelles possibilités de l’utilisation de sa théorie, par l’incorporation de nouveaux textes de référence de l’auteur.

10Parmi les premiers, signalons d’abord les travaux d’Héloísa Fernandes, professeur de l’USP. En 1989, elle présente un projet de recherche sur la morale laïque dans l’espace scolaire. Ayant travaillé sur la base des prémices théoriques du livre Éducation morale, elle montre de quelle manière le projet durkheimien produit une hétéronomie et renforce les dispositifs de contrôle social (Fernandes, 1990, 1994, 1996). Le travail de master de João Carlos Salles propose des contributions pour les études durkheimiennes au Brésil (Salles, 1992). Alors qu’il met en lumière les implications philosophiques peu étudiées de cette œuvre, J. C. Salles reprend également les interprétations plus traditionnelles qui mettent en exergue la dimension fonctionnaliste chez É. Durkheim, selon laquelle le tout est plus important que les parties.

  • 15 . Le premier fut publié dans la RBCS (1989) et le second était la préface de la traduction des « FE (...)

11À la même époque, deux autres auteurs importants dans le contexte de la sociologie brésilienne en vinrent à faire un usage original de l’œuvre durkheimienne. Dans les années 1990, Renato Ortiz, professeur à l’université de Campinas, publie deux articles15 : « Durkheim : architecte et héros fondateur » et « Durkheim, un itinéraire intellectuel ». Dans le premier, l’analyse repose tant sur la biographie d’É. Durkheim (Lukes, 1985) que sur les Textes, réunis et publiés par V. Karady en 1975. Il s’appuie encore sur les études de V. Karady (1976) et de Johan Heilbron (1985), mais non sur l’œuvre proprement politique d’É. Durkheim. Dans le second, nous trouvons une analyse féconde qui montre les possibles manques dans l’œuvre d’É. Durkheim. À son tour, Luiz Fernando Dias Duarte, chercheur au Museu Nacional, a bâti une réflexion originale sous forme de dialogue constant avec l’œuvre d’É. Durkheim, en particulier avec ses textes sur le thème des représentations. Cette réflexion lui a permit de placer É. Durkheim à côté de Louis Dumont et de produire une analyse sur les pratiques et principes qui constituent le « culte de la personnalité » et sur le sens de l’individu ouvrant la voie à des discussions autour de la notion d’identité et notamment autour du lien intrinsèque entre la religion et la vie collective (Duarte, 1983, 1986, 1988, 2006).

12Bien que le nombre de recherches n’est pas été vraiment significatif à cette époque, É. Durkheim n’en demeurait pas moins présent dans quasiment toutes les facultés de sciences humaines brésiliennes, dans la mesure où Karl Marx, Émile Durkheim et Max Weber étaient considérés comme les fondateurs de la sociologie et, dès lors, des références incontournables. La sociologie durkheimienne était donc enseignée, mais en règle générale rapidement écartée lorsqu’il était question de comprendre les enjeux de la société brésilienne. Ou bien, É. Durkheim était considéré comme le représentant du structuro‑fonctionnalisme, voire du positivisme, assumant ainsi la fonction d’antagoniste face à K. Marx et à M. Weber. Les motivations de ce genre d’attitude sont difficiles à saisir, mais en disent long sur une certaine interprétation de la sociologie et de la théorie durkheimienne en particulier. En résumé, É. Durkheim reste l’auteur le moins suivi dans la sociologie brésilienne, ce qui explique que les publications sur son œuvre ne soient pas aussi nombreuses que celles sur K. Marx ou M. Weber, moins nombreuses encore étant les recherches théoriques et empiriques qui se prévalent de sa perspective.

La consolidation du domaine des études durkheimiennes au Brésil

  • 16 . Cette période a été marquée par de nouvelles traductions de ses œuvres, de même que par la réalis (...)

13Comme nous l’avons vu, la réception d’É. Durkheim au Brésil est passée par différents espaces disciplinaires et son œuvre, dans chacun d’eux, a été appropriée de manière particulière, de sorte qu’il n’en ait résulté aucune école de pensée, ni même d’étude de grande ampleur. Mais la première décennie du xxiesiècle a marqué un tournant dans cette trajectoire, tournant qui à première vue paraissait largement improbable16. On y assiste à la publication des travaux dont l’objet d’investigation est la pensée même d’É. Durkheim dans ses différents aspects, inaugurant un nouveau moment où il ne s’agit plus de réifier son œuvre à partir d’interprétations cristallisées, mais de la comprendre dans son historicité et dans sa logique interne. À l`évidence, ce mouvement trouve écho dans des processus similaires qui eurent lieu dans plusieurs pays. Malgré cela, des éléments de la dynamique propre de la production sociologique brésilienne ont créé un espace de pluralité des thèmes de recherche, des perspectives théoriques et des stratégies méthodologiques. Enfin, l’émergence des « nouveaux mouvements sociaux » et de la dimension de « reconnaissance » a servi de prétexte, parfois implicite, pour réhabiliter la théorie durkheimienne, en raison de sa contribution significative dans la pensée de la dimension symbolique et morale de la vie collective et individuelle.

Une brève cartographie des études durkheimiennes au Brésil

14Aujourd’hui, il est possible de parler de l’expérience d’un domaine d’études durkheimiennes au Brésil, qui s’étend sur plusieurs régions et champs de connaissance. Les chercheurs qui s’affichent dans ce domaine, curieusement, n’ont pas été formés dans les mêmes universités, pas plus qu’ils n’entretenaient précédemment de contacts. Une des manières de présenter le panorama actuel des études durkheimiennes au Brésil est de le faire à travers l’identification des différents types de production réalisées, lesquelles peuvent être divisées en trois catégories différentes, bien qu’entremêlées dans une certaine mesure : 1) l’histoire et la sociologie des sciences sociales ; 2) la théorie sociale ; 3) les recherches empiriques de matrice durkheimienne.

15Dans le premier groupe, nous pouvons placer Márcio de Oliveira, professeur de théorie durkheimienne à l’Université fédérale du Paraná. C’est grâce à des études comparatives sur l’histoire de la sociologie en France et au Brésil qu’il s’est attaché à comprendre les raisons de la faible importance attribuée à É. Durkheim dans la sociologie brésilienne. Son travail a permis d’enlever à É. Durkheim l’image d’un sociologue conservateur qui lui restait collée, grâce notamment à des traductions encore inédites de textes politiques présentés et publiés dans des ouvrages co‑dirigés (de Oliveira, 2011, 2016 ; de Oliveira & Weiss, 2011).

16Cette section comprend également les travaux de Marcia Consolim, professeur de sociologie de l’Université fédérale de São Paulo, où elle coordonne un projet sur la relation d’auteurs de l’école durkheimienne avec les psychologues (Consolim, 2011a, 2011b, 2015), en particulier Gabriel Tarde et Georges Dumas. En parallèle, elle a mis en place une recherche autour des relations qui permettent de situer la production intellectuelle française dans des espaces différents (Consolim, 2016).

17Signalons encore ici la trajectoire de Rafael Faraco Benthien, professeur d’histoire de l’Université fédérale du Paraná, qui a étudié l’école durkheimienne dans son rapport avec les différents groupes en concurrence au sein du système universitaire français (Benthien, 2011, 2012, 2014, 2015, 2016a, 2016b ; Benthien & Lorre, 2015 ; Benthien & Palmeira, 2016 ; Benthien et al., 2016 ; Bert, 2015 ; Lorre et al., 2015). Au cours de ses recherches, R. F. Benthien a découvert des documents jusqu’alors inconnus, comme les lettres d’É. Durkheim et de M. Mauss adressées à Salomon Reinach et a produit un corpus documentaire et d’analyses historiques qui offrent un nouveau regard sur l’école durkheimienne (Benthien, 2010 ; Weiss & Benthien, 2012).

18Le désir de remettre en question l’image d’É. Durkheim apparaît également dans des travaux théoriques. À titre d’exemple, on peut citer la recherche pionnière d’Alexandre Massella sur la dimension épistémologique et méthodologique d’É. Durkheim, surtout dans ses relations avec Stuart Mill (Massella, 2000), et sur le sens du naturalisme méthodologique durkheimien (Massella, 2006, 2011). À partir de 2006, il a repris le poste de professeur de sociologie à l’université de São Paulo, où il développe des recherches qui lient la dimension citée avec des thèmes spécifiques et l’interprétation de l’école durkheimienne (Massela, 2009, 2014, 2015, 2016). De même, rappelons les premiers articles de Márcio de Oliveira sur le thème des représentations. Inspiré par les travaux de Serge Moscovici, M. de Oliveira cherchait à comprendre les raisons par lesquelles les sociologues brésiliens, à la différence des anthropologues et des psychologues sociaux, ne s’intéressaient guère à la théorie durkheimienne des représentations collectives (de Oliveira, 1999, 2001). 

19Toujours dans le champ théorique, nous signalons la présence de José Benevides Queiroz, professeur de sociologie de l’Université fédérale du Maranhão. Initialement, dans le cadre de son doctorat, il a réalisé une recherche sur la critique morale de la sociologie durkheimienne à l’économie de matrice libérale (Queiroz, 2006). Il a ensuite développé des recherches sur la sociologie économique de matrice durkheimienne, contribuant ainsi à la rénovation de la compréhension de la sociologie durkheimienne auprès du public brésilien, au‑delà de ses études sur la réception d’É. Durkheim au Brésil (Queiroz 2011a, 2011b, 2014 ; Queiroz & Weiss 2013 ; Steiner, 2016).

20Raquel Weiss, à la suite de son master en sociologie en 2006, et de son doctorat en philosophie en 2011, s’est consacrée à la compréhension des présupposés et des implications de la théorie durkheimienne. Elle a développé des recherches sur la théorie politique et philosophique durkheimienne et sur le thème de la morale, dans son interaction avec la religion et l’éducation (Weiss, 2005, 2007, 2008, 2009, 2011a, b, 2012a, b, c, 2016 ; Weiss & Benthien, 2012 ; Benthien & Weiss, 2013a, b, c, d, e ; Queiroz & Weiss, 2013 ; Weiss & Ramos, 2015). Professeure à l’Université fédérale du Rio Grande do Sul depuis 2011, elle travaille à la consolidation des études durkheimiennes au Brésil, s’attachant à déconstruire les interprétations réductionnistes de cette œuvre et creusant de nouvelles possibilités interprétatives.

21Sidnei Ferreira de Vares, docteur en Éducation, travaille sur l’œuvre d’É. Durkheim, et notamment sur la notion d’éducation, depuis son master (Vares, 2010, 2011a, b, 2012, 2013). Dans une phase postérieure, il a étudié la relation entre les concepts de « sociologisme » et d’« individualisme », pour faire face aux interprétations, très courantes au Brésil, selon lesquelles l’œuvre d’É. Durkheim ne laisse pas de marge au rôle de l’individu au sein de la société (Vares, 2014a, b, 2016a, b ; Vares & Bortulucce, 2014 ; Boechat & Vares, 2015).

22Un autre noyau pertinent de la production théorique sur l’œuvre durkheimienne s’est constitué au Sociofilo17, un groupe de recherche coordonné par Frédéric Vandenberghe au sein de l’Instituto de Estudos Sociais e Políticos. À titre d’exemple André Magnelli a analysé la rhétorique mobilisée dans l’œuvre d’É. Durkheim, à partir de la théorie de l’argumentation développée par Chaïm Perelma et Lucie Olbrechts‑Tyteca (Magnelli, 2011). À son tour, Rodolfo Amaro s’est consacré à l’étude théorique de l’œuvre d’É. Durkheim dans son rapport avec le spiritualisme français, en particulier avec Jean‑Marie Guyau (Amaro, 2014).

23Dans le domaine des recherches empiriques de matrice durkheimienne, nous signalons le travail de Mara Rovida autour de la communication sociale. Partant du livre De la division du travail social, que lui a permit de travailler le lien entre le concept de solidarité organique et celui de dialogue journalistique, M. Rovida affirme que le journaliste a potentiellement la capacité de créer des espaces de dialogue entre les individus révélateurs de la diversité sociale (Rovida & Coelho, 2010 ; Rovida, 2011, 2015a, b, 2016a, b).

  • 18 . Le but de cette collection est de produire des éditions critiques et bilingues de textes d’É. Dur (...)

24Au‑delà de ses travaux théoriques, Raquel Weiss s’est également consacrée au domaine des études appliquées, élaborant ainsi une sociologie de la morale de matrice durkheimienne (Benthien & Weiss, 2014 ; Weiss & Peres, 2014 ; Rosati & Weiss, 2015). Cette recherche lui a permis de diriger maints travaux empiriques dans le but de comprendre le phénomène moral dans des espaces sociaux tels que le système juridique, la religion et la sexualité. Signalons finalement le rôle du Centro Brasileiro de Estudos Durkheimianos, créé en 2012. Outre la réalisation d’événements et d’échanges intellectuels, le principal projet collectif du centre est la production de la Biblioteca Durkheimiana, une collection de livres organisée avec des partenaires nationaux et internationaux18.

Considérations finales

25La présence d’É. Durkheim sous les tropiques brésiliens possède une longue histoire. Dans toutes les phases de celle‑ci, la manière dont l’œuvre de l’auteur a été incorporée par les sciences sociales brésiliennes est tributaire de la forme particulière dont ce champ d’investigation s`est constitué au fil du temps. Au risque de forcer le trait, on pourrait dire que les chercheurs actuels sont toujours hantés par le désir d’arracher à É. Durkheim les images traditionnelles qui lui ont été associées et d’en restituer sa diversité. Force est de constater les limites de l’action menée. Mais on doit reconnaître que la sociologie durkheimienne est de plus en plus présente au Brésil. Cela montre que le pari des chercheurs cités s’avère payant. Les nouvelles générations ont de quoi s’en réjouir.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez M. C. & Salla F. (2000), « Paulo Egídio e a sociologia criminal em São Paulo », Tempo Social. Revista de Sociologia da USP, vol. 12, no 1, pp. 101‑122.

Amaro R. (2014), Guyau, Durkheim e o problema científico da moralidade: por uma via sociológica de mediação para o impasse entre liberdade e determinismo, Rio de Janeiro, Instituto de Estudos Sociais e Políticos, Universidade do Estado do Rio de Janeiro,

Arbousse‑Bastide P. (1937), « Introdução à tradução das “Regras do Método Sociológico” de Durkheim », in Durkheim E., As Regras do Método Sociológico, São Paulo, Cia Editora Brasileira, pp. 5‑127. Traduction par Murillo Mendes.

Azevedo F. de (1940), Sociologia Educacional, São Paulo, CEN.

Azevedo T., Machado Neto A. L. & Sampaio N. S. (1959), A atualidade de Durkheim, Salvador‑Vitória.

Bastide R. (1951), « Os suicídios em São Paulo segundo a cor », Estudos afro‑brasileiros, Boletim, FFCL, no 121, pp. 1‑49.

Benthien R. F. (2010), « Lettres d’Émile Durkheim à Salomon Reinach », Durkheimian Studies, no 16, pp. 19‑35.

Benthien R. F. (2011), Les Sociologues parmi les antiquisants : les contributions d’Henri Hubert et de Paul Huvelin au Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines 1, Toulouse, Anabases, pp. 145‑159.

Benthien R. F. (2012), « Os Durkheimianos no Musée des Antiquités Nationales: Sobre Redes Intelectuais e diálogos Interdisciplinares (França, Terceira República) », Revista de História, no 167, pp. 53‑74.

Benthien R. F. (2014), « Sociólogo e Arqueólogo: Henri Hubert à luz de suas resenhas », in Rodrigues da Silva H. (dir.), Circulação das Ideias e Reconfiguração dos Saberes, Blumenau, Edifurb, t. 1, pp. 147‑166.

Benthien R. F. (2015), « Les Durkheimiens et le Collège de France (1897‑1918). The Durkheimians and the Collège de France (1897‑1918) », Revue européenne des sciences sociales, vol. 53, no 2, pp. 191‑218.

Benthien R. F. (2016a), « Sociologue et archéologue. Henri Hubert à la lumière de ses compte‑rendus », in Dahan‑Gaida L. (dir.), Circulation des savoirs et reconfiguration des idées, 1ère édition, Lille, Presses universitaires du Septentrion, tome 1, pp. 281‑297.

Benthien R. F. (2016b), « Tempo Social e Categorias do Entendimento », in Benthien R. F., Palmeira M. S. & Turin R. (dir.), Estudo Sumário da Representação do Tempo na Religião e na Magia, São Paulo, Edusp, pp. 111‑121.

Benthien R. F. & Lorre C. (2015), « Entre sociologues et anthropologues : la position d’Henri Hubert envers le totémisme », in Bert J.‑F. (dir.), Henri Hubert et la Sociologie des Religions. Sacré, Temps, Héros, Magie, Liège, Presses universitaires de Liège, pp. 245‑255.

Benthien R. F. & Palmeira M. S. (dir.) (2016), Meillet, Antoine. Como as Palavras Mudam de Sentido (Edição bilíngue e crítica), São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo.

Benthien R. F. & Weiss R. (2013a), « Perspectivas sobre a política na teoria de Émile Durkheim », Revista Brasileira de Informação Bibliográfica em Ciências Sociais, no 71, pp. 45‑67.

Benthien R. F. & Weiss R. (2013b), « O Sagrado e a Moralidade Laica na Teoria Moral Durkheimiana », Revista Pós Ciências Sociais, no 10, pp 47‑68.

Benthien R. F. & Weiss R. (2013c), « Efervescência, dinamogenia e a ontogênese social do sagrado », Mana, no 19, pp. 157‑179.

Benthien R. F. & Weiss R. (2013d), « Do mundano ao sagrado: o papel da efervescência na teoria moral durkheimiana », Horizontes Antropológicos, no 19, pp. 395‑421.

Benthien R. F. & Weiss R. (2013e), « Sociologia e Direito na Teoria Durkheimiana », in Silva F. G. & Rodriguez J. R. (dir.), Manual de Sociologia Jurídica, São Paulo, Saraiva, pp. 35‑50.

Benthien R. F. & Weiss R. (2014), « As Manifestações sob a Ótica da Sociologia da Moral », in Cattani A. D. (dir.), #protestos ‑ Análises das Ciências Sociais, Porto Alegre, Tomo Editorial, pp. 93‑102.

Benthien R. F., Palmeira M. S. & Turin R. (dir.) (2016), Hubert, Henri. Estudo Sumário da Representação do Tempo na Religião e na Magia (Edição Bilíngue e Crítica), São Paulo, Edusp.

Bert J.‑F. (dir.) (2015), Henri Hubert et la Sociologie des Religions. Sacré, Temps, Héros, Magie, Liège, Presses universitaires de Liège

Berthelot J.‑M. (1991), La Construction de la sociologie, Paris, Puf.

Berthelot J.‑M. (1995), 1895. Durkheim. L’Avènement de la sociologie scientifique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Besnard P. (1979), « La formation de l’équipe de l’Année Sociologique », Revue française de sociologie, vol. 20, no 1, pp. 7‑31.

Boechat N. & Vares S. F. (2015), « Entre a sociedade e o indivíduo: o problema da liberdade em Durkheim e Sartre », Revista Alabastro, no 1, pp. 5‑25.

Cândido A. (1958), « Informações sobre a sociologia em São Paulo », in Cândido A. et al., Ensaios paulistas, São Paulo, Anhembi, pp. 510‑521.

Cândido A. (1963), « Tendências no desenvolvimento da sociologia da educação », in Pereira L. & Forachi A. M. (dir.), Educação e Sociedade, São Paulo, Editora Nacional, pp. 7‑12.

Cândido A. (2006), « A Sociologia no Brasil », Tempo Social. Revista de Sociologia da USP, vol. 18, no 1, pp. 271‑301.

Oliveira Carvalho P. E de (1900), Estudos de sociologia criminal: do conceito geral do crime segundo o método contemporâneo (a propósito da teoria de E. Durkheim), São Paulo, Tipografia e Edição da Casa Eclética.

Chacon W. (1977), História das Ideias Sociológicas no Brasil, São Paulo, EdUSP/Grijalbo.

Cohn G. (dir.). (1977), Para ler os clássicos, Rio de Janeiro, São Paulo, LTC.

Consolim M. G. (2011a), « Um Concorrente de Durkheim: René Worms e a Revue Internationale de Sociologie », in Oliveira M. de & Weiss R. (dir.), David Émile Durkheim: a atualidade de um clássico, Curitiba, Ed. UFPR, pp. 25‑54.

Consolim M. G. (2011b), « Émile Durkheim e Gabriel Tarde: aspectos teóricos de um debate histórico », História. Questões e Debates, no 53, pp. 39‑65.

Consolim M. G. (2015), « Tarde e as Ciências Sociais Francêsas: afinidades eletivas 7, Mana, no 14, pp. 269‑298.

Consolim M. G. (2016), « O Século das “Grandes Revistas” Parisienses: a Revue des deux mondes e a Revue bleue antes do Affaire », in Consolim M., Oliveira M. de & Weiss R. (dir.), O Individualismo e os Intelectuais, São Paulo, EDUSP, pp. 75‑84.

Cunha M. V. da & Totti M. A. (2004), « Do “Manifesto dos Pioneiros” a “Sociologia Educacional”: ciência social e democracia na educação brasileira », in Xavier M. do C. (dir.), Manifesto dos pioneiros da educação: um legado educacional em debate, Rio de Janeiro, FGV, pp. 257‑270.

Dias F. C. (1990), « Durkheim e a sociologia da educação no Brasil », Em Aberto, ano 9, no 46, pp. 33‑48.

Duarte L. F. D. (1983), « O Culto do Eu no Templo da Razão », Boletim do Museu Nacional, no 41 [Três Ensaios Sobre Pessoa e Modernidade].

Duarte L. F. D. (1986), « Classificação e Valor na Reflexão sobre Identidade Social », in Cardoso R. (dir.), A aventura antropológica. Teoria e pesquisa, Rio de Janeiro, Paz e Terra, pp. 69‑92.

Duarte L. F. D. (1988), Da Vida Nervosa (nas classes trabalhadoras urbanas) (2a ed.), Rio de Janeiro, Jorge Zahar Editor/CNPq.

Duarte L. F. D. (2006), « O Sacrário Original. Pessoa, Família e Religiosidade », Religião e Sociedade, vol. 26, no 2.

Fernandes F. (1963), Organização social dos Tupinambá (2ª ed. Revista e ampliada), São Paulo, Difel.

Fernandes F. (1967), Fundamentos empíricos da explicação sociológica, São Paulo, CEN.

Fernandes F. (1970), A função social da guerra na sociedade Tupinambá (2a ed.), São Paulo, EdUSP/Livraria Editora.

Fernandes H. R. (1990), « Dispositivo de moralização laica e sintoma social dominante (Um estudo da educação moral em Émile Durkheim) », Tempo Social. Revista de Sociologia da USP, vol. 2, no 2, pp. 165‑186.

Fernandes H. R. (1994), Sintoma social dominante e moralização infantil, São Paulo, Escuta.

Fernandes H. R. (1996), « Um século à espera de regras », Tempo Social. Revista de Sociologia da USP, vol. 8, no 1, pp. 71‑83.

Heilbron J. (1985), « Les métamorphoses du durkheimisme, 1920‑1940 », Revue française de sociologie, vol. 26, no 2, pp. 203‑237.

Karady V. (1976), « Durkheim, les sciences sociales et l’Université : bilan d’un demi‑échec », Revue française de sociologie, vol. 27, no 2, pp. 267‑311.

Lorre C., Benthien R. F. & Bert J.‑F. (2015), « Henri Hubert, un historien à la croisée des disciplines », in Bert J.‑F. (dir.), Henri Hubert et la Sociologie des Religions. Sacré, Temps, Héros, Magie, Liège, Presses universitaires de Liège, pp. 5‑35.

Lowy M. (1987), As aventuras de Marx contra o Barão de Münchaussen, São Paulo, Cortez.

Lukes S. (1977), « Bases para a interpretação de Durkheim », in Cohn G. (dir.), Para ler os clássicos, Rio de Janeiro, São Paulo, LTC, pp. 15‑46.

Lukes S. (1985), Émile Durkheim: His Life and Work. A Historical and Critical Study, Stanford, CA, Stanford University Press (Translated into Spanish).

Magnelli A. (2011), « As razões da vida: a justificação sociológica dos valores em E. Durkheim », Rio de Janeiro, Dissertação de Mestrado defendida no programa de pós‑graduação em Sociologia do IESP‑UERJ.

Martins C. B. (1982), O que é sociologia, São Paulo, Brasiliense, Coleção Primeiros Passos.

Massella A. B. (1999), « Representação social e simbolismo: contribuições à sociologia brasileira », Revista de Ciências Humanas, vol. 7/8, no 67, pp. 173‑193.

Massella A. B. (2000), « Stuart Mill, Durkheim e a prova de relações causais em Sociologia », Ciência e Filosofia, no 6, pp. 61‑157.

Massella A. B. (2001), « Representações sociais: uma teoria para a Sociologia? », Estudos de Sociologia, vol. 7, no 1‑2, pp. 71‑94.

Massella A. B. (2006), O Naturalismo Metodológico de Émile Durkheim, São Paulo, Associação Editorial Humanitas.

Massella A. B. (2009), « Leituras da Escola Durkheimiana », in Massela A. B., Pinheiro F. F., Oliva M. H. O. A. & Weiss R. (dir.), Durkheim: 150 anos, Belo Horizonte, Argvmentvm, pp 69‑89.

Massella A. B. (2011), « O problema da definição em Durkheim », in Oliveira M. de & Weiss R. (dir.). David Émile Durkheim: a atualidade de um clássico, Curitiba, Ed. Ufpr, pp. 67‑92.

Massella A. B. (2014), « A realidade social e moral do direito: uma perspectiva durkheimiana », Lua Nova, no 93, p. 267.

Massella A. B. (2015), « Apresentação », in Émile Durkheim. Sociologia e Filosofia (1 ed.), São Paulo, Edipro, pp. 7‑18.

Massella A. B. (2016), « Suicídio e Sociologia da Moral », Cadernos Ceru (USP), no 27, pp. 9‑18.

Nogueira O. (1994) « Homenagem a Albertino Rodrigues », Tempo Social, Revista de Sociologia da USP, vol. 4, no 1‑2, pp. 199‑203.

Oliveira M. de (1999), « Representações sociais e simbolismo », Revista de Ciências Humanas, no 7‑8, pp. 173‑193.

Oliveira M. de (2001), « Representações sociais: uma teoria para a sociologia ? », Estudos de Sociologia, vol. 7, no 2, pp. 71‑94.

Oliveira M. de (2011), « O Estado. Emile Durkheim », in Oliveira M. de & Weiss R., David Émile Durkheim a atualidade de um clássico, Curitiba, Ed. da UFPR, pp. 95‑101.

Oliveira M. de (2016), « Os invidualismo e os intelectuais », in Consolim M., de Oliveira M. & Weiss R. (dir.), O Individualismo e os Intelectuais, de Émile Durkheim, São Paulo, EDUSP, no 1, pp. 37‑65.

Oliveira M. de & Weiss R. (2011), « David Émile Durkheim no Brasil », in Oliveira M. de & Weiss R. (dir.), David Émile Durkheim: a atualidade de um clássico, Curitiba, Editora da UFPR, pp. 11‑21.

Ortiz R. (1989), « Durkheim, arquiteto e herói fundador », RBCS, vol. 4. , no 11, pp. 5‑26.

Ortiz R. (1990) « Prefácio: Durkheim, um itinerário intelectual », in Durkheim E., As formas elementares da vida religiosa, São Paulo, Ed. Paulina.

Ortiz R. (2002), Ciências Sociais e trabalho intelectual, São Paulo, Olho dágua.

Paoletti G. (1995), « La réception des Règles en France, du vivant de Durkheim », in Borlando M. & Mucchielli L. (dir.), La sociologie et sa méthode. Les Règles de Durkheim un siècle après, Paris, L’Harmattan, pp. 247‑283.

Peirano M. G. S. (1999), « Antropologia no Brasil », in Miceli S. (dir.), O que ler na ciência social brasileira, São Paulo/Brasília, ANPOCS/Ed. Dumaré, CAPES, vol. 2, pp. 225‑266.

Pereira De Queiroz M. I. (1983), « Nostalgia do outro e do alhures: a obra sociológica de Roger Bastide », in Pereira De Queiroz M. I. (dir.) Roger Bastide: sociologia, São Paulo, Ática, Col. Grandes Cientistas Sociais, vol. 37, pp. 7‑75.

Pizzorno A. (1977), « Uma leitura atual de Durkheim », in Cohn G. (dir.), Para ler os clássicos, Rio de Janeiro, São Paulo, LTC, pp. 47‑84.

Queiroz J. B. (2006), « Durkheim em busca da (re)moralização da economia », tese de doutorado, Campinas.

Queiroz J. B. (2011a), « A concepção durkheimiana de regulação da economia in Dilemas », Revista de estudos de conflitos e controle social, IFCS‑UFRJ, vol. 4, no 1, pp. 141‑159.

Queiroz J. B. (2011b), « Outro Durkheim. Perspectivas », Revista de Ciências Sociais, no 40, pp. 225‑226.

Queiroz J. B. (2014), « A sociologia de Durkheim no Brasil », in Reis E. T. & Grill I. G. (dir.), Estudos Sobre Elites Políticas e Culturais, São Luís, Edufma.

Queiroz J. B. & Weiss R. (2013), « Cem Anos de Publicação d’As Formas Elementares da Vida Religiosa », Revista Pós Ciências Sociais, no 10, pp. 9‑14.

Rodrigues J. A. (1978), « A sociologia de Durkheim », in Rodrigues J. A., Émile Durkheim: sociologia, São Paulo, Ática, Col. Grandes Cientistas Sociais, vol. 1, pp. 7‑37.

Rosati M. & Weiss R. (2015), « Tradição e autenticidade em um mundo pós‑convencional: uma leitura durkheimiana », Sociologias, no 17, pp. 110‑159.

Rovida M. F. (2011), « Fragmentação ou segmentação social? Durkheim, Debord e o jornalismo segmentado », Estudos de Sociologia (São Paulo), no 16, pp. 37‑57.

Rovida M. F. (2015a). A segmentação no jornalismo – sob a ótica durkheimiana da divisão do trabalho social, Saarbrücken, Novas edições acadêmicas.

Rovida M. F. (2015b), « Diálogo social solidário: a ampliação da solidariedade orgânica pela dialogia jornalística », Revista Alterjor, no 1, pp. 166‑181.

Rovida M. F. (2016a), « Para além do espetáculo e do “povo na rua”: a organização dos grupos profissionais durante 
as manifestações brasileiras de junho de 2013 », in Coeho C. N. P. & Castro V. J. de (dir.). Cultura, comunicação e espetáculo, São Paulo, Paulus, pp. 169‑183.

Rovida M. F. (2016b), « O encontro da dialogia e da solidariedade social », in Medina C. (dir.), Ato presencial – mistério e transformação, 1 ed., São Paulo, Casa da Serra, pp. 98‑103.

Rovida M. F. & Coelho C. N. P. (2010), « Verbete Anomia », in Hohlfeldt A., Moreira S. V. & Barbosa M. (dir.), Enciclopédia Intecom de Comunicação, São Paulo, Intercom, pp. 83‑84.

Salles J. C. (1992), « O tempo lógico da sociologia geral: pressupostos filosóficos da sociologia de Émile Durkheim », Dissertação de Mestrado em Filosofia, UFBA.

Steiner P. (2016), A Sociologia de Durkheim, Petrópolis, Vozes.

Teixeira R. R. (2002), « Três fórmulas para compreender “O Suicídio” em Durkheim », Interface. Com., edu. e saúde, vol. 6, no 11, pp. 143‑152.

Vares S. F. (2010), « A importância das corporações‑profissionais no pensamento político de Émile Durkheim », Teoria & Sociedade (UFMG), vol. 18, no 1, pp. 38‑65.

Vares S. F. (2011a), « A educação como fato social: uma análise sobre o pensamento pedagógico de Durkheim », Revista Educação (Guarulhos), no 6, pp. 29‑44.

Vares S. F. (2011b), « Sociologismo e individualismo em Émile Durkheim », Cadernos do CRH , no 24, pp. 435‑446.

Vares S. F. (2012), Durkheim: o legado de um fundador, Jundiaí, House/Padrões Culturais Editora.

Vares S. F. (2013), « Solidariedade Mecânica e Solidariedade Orgânica em Émile Durkheim: dois conceitos e um dilemma », Mediações‑Revista de Ciências Sociais, no 18, pp. 148‑171.

Vares S. F. (2014a). « Durkheim e o sentido da modernidade: interfaces entre política, moral e cidadania », Revista Alabastro, no 2, pp. 29‑50.

Vares S. F. (2014b), « Durkheim, o Caso Dreyfus e o republicanismo liberal na Terceira República Francesa » Contemporânea‑Revista de Sociologia da UFSCar, no 4, pp. 481‑505.

Vares S. F. (2016a), « Os fatos e as coisas: Émile Durkheim e a controversa noção de fato social », Ponto‑e‑Vírgula (PUCSP), no 2, pp. 104‑121.

Vares S. F. (2016b), « Sociologia durkheimiana e a tradição conservadora: elementos para uma revisão crítica », Revista Brasileira de Ciência Política, no 1, pp. 79‑119.

Vares S. F. & Bortulucce V. B. (2014), « O sentido da educação em Émile Durkheim e Max Weber », Ciências Sociais em Perspectiva, no 13, pp. 78‑104.

Weiss R. (2005), « Indivíduo, razão e liberdade: uma análise comparativa de Habermas e Durkheim », Revista Plural, São Paulo, no 12, pp. 105‑122.

Weiss R. (2007), « Apresentação: o ensino da moral na escola primária: apresentação » Novos Estudos CEBRAP, no 78, pp. 59‑61.

Weiss R. (2008), « Estado, sociedade civil e indivíduo na teoria política de Émile Durkheim » in Martins P. H., Matos A. & Fontes B. (dir.). Limites da Democracia. (1 ed.), Recife, Editora UFPE, pp. 245‑258.

Weiss R. (2009), « A concepção de educação de Durkheim como chave para a passagem entre positivo e normativo », in Weiss R., Massella A., Augusto, M. H. & Filho F. P. (dir.). Durkheim: 150 anos, Belo Horizonte, Argvmentvun, pp. 169‑189.

Weiss R. (2011a), « Émile Durkheim e a revolução copernicana no conceito de moral », in Oliveira M. de & Weiss R. (dir.), David Émile Durkheim: a atualidade de um clássico, Curitiba, Editora da UFPR, pp. 131‑161.

Weiss R. (2011b), « Émile Durkheim e a Fundamentação Social da Moralidade », Tese de Doutorado em Filosofia, USP, São Paulo.

Weiss R. (2012a), « From Ideas to Ideals: Effervescence as the Key to Understanding Morality », Durkheimian Studies, no 18, pp. 81‑97.

Weiss R. (2012b), « O Sagrado, a dualidade humana e a natureza social da religião », Debates do NER, no 13, pp. 17‑26.

Weiss R. (2012c), « Durkheim e as formas elementares da vida religiosa », Debates do NER, no 13, pp. 95‑119.

Weiss R. (2016), « Durkheim, um “intelectual” em defesa do “ideal Humano” », in Consolim M., de Oliveira M. & Weiss R. (dir), O Individualismo e os Intelectuais, de Émile Durkheim, São Paulo, EDUSP, no 1, pp. 95‑106.

Weiss R. & Benthien R. F. (2012), « A redescoberta de um sociólogo: considerações sobre a correspondência de Émile Durkheim a Salomon Reinach », Novos Estudos CEBRAP, pp. 133‑149.

Weiss R. & Peres P. S. (2014), « Beyond the Altruism‑Egoism Dichotomy: A New Typology to Capture Morality as a Complex Phenomenon », in Jeffries V. (dir.), Handbook of Altruism, Morality and Social Solidarity, New York, Palgrave MacMillan, pp. 40‑60.

Weiss R. & Ramos L. H. (2015), « A finalidade moral do fazer sociológico: sobre os sentidos do conceito de normal em Émile Durkheim », Mediações‑Revista de Ciências Sociais, no 20, pp. 312‑339.

Haut de page

Notes

1 . Il est à noter que le Professeur Rodrigues n’était pas un théoricien de la sociologie mais plutôt un professeur d’histoire de l’économie au début de sa carrière et un sociologue spécialisé dans l’étude des méthodes en sociologie et dans l’histoire du syndicat au Brésil (Nogueira, 1994).

2 . Voir en annexe électronique « Autres textes », https://sociologie.revues.org/3237.

3 . Introduction et notes au Journal sociologique, d’É. Durkheim, Puf, 1969.

4 . Présentation de V. Karady dans Émile Durkheim, Textes, vol. 1, Éléments d’une théorie sociale, vol. 2, Religions, morales, anomie, vol. 3, Fonctions sociales et institutions, Paris, Minuit, 1975.

5 . Nous présentons en annexe électronique une liste complète des traductions des livres d’Émile Durkheim au Brésil : https://sociologie.revues.org/3237.

6 . Voir à ce propos Martins (1982) et Lowy (1987).

7 . Pour ce qui est de la réception des Règles en France, voir Paoletti (1995) et Berthelot (1995).

8 . Diplomé en droit, P. Egídio a fait sa carrière au barreau de la ville de Limeira (état de São Paulo) où, par la suite, il occupa le poste de procureur. En tant qu’homme politique, il a été élu député en 1891 et sénateur en 1894). Voir Alvarez & Salla (2000).

9 . Paul Fauconnet (1874‑1938) est le seul durkheimien à être venu au Brésil dans le but de prononcer deux conférences sur le thème de l’éducation, pour la création de la Faculté d’éducation et de l’université de São Paulo.

10 . La controverse veut que R. Bastide n’a jamais été un disciple d’É. Durkheim. Cependant, il a mené une recherche (1951) sur le suicide chez les Noirs brésiliens et a contribué à la deuxième traduction des Règles (1960), signée par Maria Isaura Pereira de Queiroz, l’une de ses étudiantes.

11 . Il s’agit là de sa thèse de Professeur (dit livre‑docência, « Ensaio sobre o método da explicação funcionalista em sociologia »), soutenue en 1953.

12 . Voir Dias (1990) et Nogueira (1996).

13 . Sociologie et Philosophie (1970), Le Suicide (1973), Science sociale et action (1975), Sur la division du travail social (1977).

14 . Sur les traductions des œuvres d’É. Durkheim, ainsi que sur les événements réalisés au cours de cette période, voir l’annexe électronique (https://sociologie.revues.org/3237).

15 . Le premier fut publié dans la RBCS (1989) et le second était la préface de la traduction des « FEVR » (1990). Tous deux ont été republiés dans Ortiz (2002).

16 . Cette période a été marquée par de nouvelles traductions de ses œuvres, de même que par la réalisation d’événements commémoratifs de grande répercussion.

17http://sociofilo.iesp.uerj.br.

18 . Le but de cette collection est de produire des éditions critiques et bilingues de textes d’É. Durkheim et d’auteurs de l’école durkheimienne qui, pour la plupart, restent peu connus dans notre pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Márcio de Oliveira et Raquel Weiss, « Vers un renouveau durkheimien au Brésil », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3233

Haut de page

Auteurs

Raquel Weiss

weiss.raquel@gmail.com
Professeure de sociologie à l’Université fédérale du Rio Grande do Sul (Brésil)

Márcio de Oliveira

marciodeoliveira62@gmail.com
Professeur de sociologie à l’Université fédérale du Paraná (Brésil)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page