Navigation – Plan du site

Échantillonner des populations rares

Une expérimentation du Respondent Driven Sampling en milieu musical
Sample rare populations. A Respondent Driven Sampling experimentation among musicians
Pierre Bataille, Marc Perrenoud et Karen Brändle

Résumés

L’échantillonnage de populations dont il est impossible de connaître a priori les contours avec précision constitue un défit majeur en sciences sociales. Certaines solutions ont néanmoins été proposées pour tenter de produire des données fiables dans ce type de cas. Parmi les procédures d’échantillonnage alternatives, c’est indubitablement la méthode du Respondant Driven Sampling (RDS) – «  échantillonnage guidé par les répondants » –, apparue à la fin des années 1990 qui a connu la plus forte audience. L’ambition de cet article sera de présenter les points forts et les faiblesses de cette procédure, à travers un retour sur expérience dans le cadre d’une recherche sur des «  musicien‑ne‑s ordinaires » suisses romand‑e‑s. Il s’agira premièrement de présenter l’outillage théorique, méthodologique et statistique qui structure cette procédure d’échantillonnage. Dans un deuxième temps, on montrera comment le RDS permet de construire des données originales et de qualité par rapport à d’autres procédures plus souvent utilisées – notamment l’enquête «  en ligne » – pour des recherches sur des populations «  rares ». Enfin, on reviendra sur les limites de l’échantillon recruté, du point de vue de la structuration du réseau complet des collaborations musicales sur une année de référence.

Sample rare populations. A Respondent Driven Sampling experimentation among musicians

Sampling populations without clear administrative boundaries is a major issue in social sciences. Some solutions have, however, been proposed in order to gather reliable data on this kind of populations. The Respondant Driven Sampling (RDS) undoubtedly figures as the most widespread of alternative sampling techniques. The main goal of this article is to discuss the strengths and the weaknesses of this procedure through our field work experience on Swiss “ordinary musicians.” The theoretical, methodological and statistical tools involved in this kind of procedure will be presented first. Secondly, the article turns to discuss the originality and robustness of data gathered by the RDS method as compared with other more common procedure (like online surveys) in research on “rare” but not necessarily “hard to reach” populations. Finally, the article evaluates the limits of the sample by analysing the structuration of the whole network of musical collaborations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le Respondent Driven Sampling  : principes, limites et perspectives d’amélioration
Une méthode d’échantillonnage et d’estimation
Une approche en débat
Un manque crucial d’expérimentations empiriques
Un design d’enquête «  mixte » pour échantillonner des «  musicien‑ne‑s ordinaires »
Contourner le double biais des enquêtes quantitatives sur les travailleurs et travailleuses artistiques
Procédure(s) d’enquête(s)
Partir d’une définition indigène
Le choix des graines
Récolter des réseaux complets
De l’efficacité du RDS
Des modes de diffusion différents au sein de la population cible
Une réponse aux limites des enquêtes par internet
Un recrutement plus central
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’échantillonnage de populations dont il est impossible de connaître a priori les contours avec précision constitue un défi majeur en sciences sociales. Ces populations «  difficiles à atteindre » du fait de certaines de leurs caractéristiques potentiellement stigmatisantes (comme les usagers de drogues, les personnes LGBTQ…), ou plus simplement «  rares » car trop spécifiques pour être saisies par les outils statistiques officiels sont en effet au cœur de nombreuses enquêtes. Les chercheur‑e‑s sont dans les faits bien souvent obligé‑e‑s de «  bricoler » en croisant sources secondaires et données de première main au risque d’abandonner tout espoir de voir leurs conclusions «  prétendre à l’assise du raisonnement probabiliste » (Schiltz, 2005, p. 30).

Certaines solutions ont néanmoins été proposées pour tenter de produire des données fiables sur ce type de population dans le cadre d’un raisonnement inférentiel. Le champ de recherche autour des méthodes d’échantillonnage «  adaptatives...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, Marc Perrenoud et Karen Brändle, « Échantillonner des populations rares », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 22 juillet 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3336

Haut de page

Auteurs

Pierre Bataille

Pierre.bataille@ulb.ac.be
Post‐doctorant FNS, sociologue, ULB - Centre METICES, Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles, Belgique

Marc Perrenoud

Marc.Perrenoud@unil.ch
Maître d’enseignement et de recherche, sociologue, UNIL - LACCUS, UNIL, Quartier UNIL‐Mouline, Bâtiment Géopolis, 1015 Lausanne, Suisse

Karen Brändle

karen.brandle@unil.ch
Doctorante, psychologue sociale, UNIL - LINES, UNIL, Quartier UNIL‐Mouline, Bâtiment Géopolis, 1015 Lausanne, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page