Navigation – Plan du site

Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation (La Découverte, 2017)

Éric Marlière
Référence(s) :

Fabien Truong (2017), Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, Paris, La Découverte, 238 p.

Texte intégral

Un processus de radicalisation spécifique ? Le cas des « mauvais garçons » de la Nation

  • 1 On peut regretter que l’auteur soit resté avare d’explications concernant le passage de son ancien (...)
  • 2 Là aussi Fabien Truong reste allusif sur la manière dont il a rencontré ces personnes et sur les ra (...)

1Comment des jeunes Français en sont-ils arrivés à commettre des attentats de masse à Paris ? C’est l’objet du livre de Fabien Truong, Loyautés radicales. Répondant à l’appel du CNRS pour contribuer à éclairer le phénomène en prolongement de sa précédente enquête en Seine-Saint-Denis, l’auteur est allé à la rencontre de jeunes de la cité à Grigny1 où a vécu le terroriste Amédy Coulibaly, afin d’appréhender le divorce progressif entre les « mauvais garçons » de la cité et la société française. Si le sociologue affirme avoir rencontré une trentaine de personnes2, il se focalise dans ce livre sur le parcours chaotique de six jeunes ayant côtoyé le jihadiste devenu hélas célèbre à la suite de l’assassinat de policiers et de la prise d’otages du magasin Hyper Cacher, porte de Vincennes, à Paris en janvier 2015. Fabien Truong tente de démontrer en quoi les modes de vie de ces jeunes délinquants pris dans les déterminismes sociaux de l’échec peuvent engendrer des parcours à la fois criminels et terroristes. À travers une étude empirique comprenant entretiens directifs et informels, l’auteur essaye de montrer en quoi l’échec scolaire, les tensions avec les institutions, les conflits avec la police incitent certains jeunes à adopter une culture de rue virile et violente en adéquation avec les activités délinquantes. Il est donc question ici de comprendre les mécanismes sociaux qui conduisent certains jeunes de cité à la radicalisation.

Des « loyautés radicales » aux « damnés de la terre »

2Un premier axe synthétique s’articule autour de la problématique de la radicalisation et de la question de la marginalisation politique et sociale des « quartiers ». Ainsi, Fabien Truong discute de « l’imposition du mot radicalisation » dans le débat public (p. 13), terme qui, selon lui, renvoie à un mythe puisqu’il produit « une conception magique des croyances religieuses, commune à la propagande djihadiste et à la peur occidentale de la radicalisation » (p. 16). Cette approche dialectique permet de dépasser le débat entre perspective de définition et impossibilité d’utiliser la notion. Pour autant, les notions de terrorisme, de jihadisme voire de radicalisation, certes synonymes dans le « sens commun », auraient pu être davantage étayées. D’autant plus qu’à la fin de l’ouvrage, la notion de takfir est abordée sans véritable approfondissement (p. 168) alors que le takfirisme désigne un mouvement violent et sectaire depuis les premiers temps de l’islam (Khosrokhavar, 2009). Afin de pallier les insuffisances liées au terme de radicalisation, l’auteur s’appuie sur Marcel Mauss (2012 [1925]) et son concept de « don et contre-don » (p. 46), optant ainsi pour l’expression de « loyauté radicale » (p. 42). Fabien Truong montre alors comment les destins partagés dans les difficultés créent des amitiés, des solidarités et fait apparaître que l’entraide constitue une condition de survie : ne pas dénoncer, venir en aide au copain en prison, pourvoir aux besoins de sa famille, etc. Ces formes de don et contre-don sont à l’origine de dettes et parfois de contentieux lorsque celles-ci ne sont pas honorées. Mais surtout, la notion de « loyauté radicale » prend une dimension politique lorsque l’auteur souhaite décrire les enjeux empiriques associant histoire migratoire et « conflits de loyautés » (p. 42) : on doit rester fidèle à ses origines, ses « amis » sous peine de trahir, ce qui fait que certains jeunes sont confrontés à des « injonctions paradoxales » (p. 43). Pour Fabien Truong, la « loyauté radicale » s’illustre par exemple à travers le soutien paradoxal d’Adama envers le terroriste Amédy Coulibaly, son copain d’enfance et de « galère », alors qu’il n’a pourtant pas la même trajectoire que ce dernier : « Ces deux carrières opposées ne débouchent jamais sur la moindre querelle. » (p. 42). Adama, ancien délinquant devenu aujourd’hui travailleur social, ne cautionne pas les activités criminelles et terroristes d’Amédy. Néanmoins, il ne peut réduire son ami à cette étiquette : il a connu Amédy dans d’autres circonstances où il aimait plaisanter avec ses copains, se montrait solidaire avec les voisins et respectueux avec les personnes âgées. Nous pouvons dès lors nous demander en quoi cette forme d’amitié est singulière. Cependant, nous n’en saurons rien car les traits constituant la nature des rapports sociaux parmi les jeunes des quartiers ne sont pas suffisamment développés pour appréhender plus finement le concept de « loyauté radicale ». D’ailleurs, Fabien Truong conclut trop rapidement sur le culte du corps viril (p. 96), aspect physique ne constituant qu’une dimension parmi d’autres de la nature de ces rapports.

3L’intérêt du livre repose davantage sur l’approche du ghetto (pp. 29-30), influencée par Loïc Wacquant (2006). Fabien Truong résume très bien la difficulté principale rencontrée dans les quartiers populaires : « On peut parler à l’envi du “problème des banlieues”, du “problème de l’islam”, du “problème des prisons” ou du “problème de l’école” mais à prendre ces symptômes pour des causes, le regard restera myope. Ils ne sont que les conséquences délayées des apories du système économique et de sa géopolitique. » (p. 201). L’auteur s’attache alors à désigner le problème de répartition des richesses, l’impact de l’exploitation sans limite ou encore l’absence de sens moral en posant la question suivante : « Jusqu’où supporte-t-on de mettre à l’écart un nombre croissant de personnes de plus en plus combatives et n’ayant plus rien à perdre dans la vie ? » (p. 201). Forme d’interrogation radicale qui pose de manière pertinente un débat politique de fond plus que jamais urgent, bien qu’il ne suffise pas d’avoir un parcours social similaire à celui d’Amédy Coulibaly pour finir terroriste, loin s’en faut. Par ailleurs, un des intérêts majeurs de l’ouvrage consiste à proposer l’hypothèse assez forte selon laquelle il faut distinguer les terroristes partis en Syrie de ceux restés sur place, les « terroristes maison » (p. 19) réputés plus violents. Pourquoi ne pas l’avoir creusée davantage en se référant à l’enquête dirigée par Xavier Crettiez autour du passé violent de certains jeunes ou du goût pour l’« escapisme » chez d’autres (Crettiez et al., 2017) ? Il aurait également été judicieux de se reporter à l’article en ligne d’Elyamine Settoul (2016) sur les vocations militaires avortées des jihadistes les plus connus. Si l’intuition de Fabien Truong se révèle pertinente, elle méritait à mon sens d’être davantage approfondie pour nous orienter sur de nouvelles pistes.

Des « équipes » et des hommes ?

  • 3 Racontée par son copain Adama.
  • 4 En arrière-plan, des personnages comme Yasmina, son ancienne étudiante à l’université, qui joue les (...)

4La seconde thématique traite plutôt des questions relatives aux modes de vie de ces jeunes. Cependant, les analyses du phénomène de ghettoïsation n’ont rien d’original. L’auteur propose en effet une histoire parcellaire et surtout partiale des « quartiers ». D’ailleurs, un passage comme: « il faut apprendre à grandir avec le sentiment d’être enfermé dehors. Les cités françaises sont moins un autre monde que le monde des autres » (p. 30) aurait très bien pu se trouver sous la plume du sociologue Didier Lapeyronnie (2008). En effet, en dépit de méthodes différentes – Didier Lapeyronnie se réfère à la méthode de l’intervention sociologique proposée par Alain Touraine tandis que Fabien Truong défend une conception relationnelle et biographique et procède par cas problématisé et sociologiquement constitué « après coup » – les conclusions de ce dernier accompagnent les constats des travaux antérieurs en se focalisant ici sur le lumpenprolétariat des « banlieues ». Si l’enquête se situe à Grigny et comprend également un jeune de Seine-Saint-Denis, Fabien Truong s’étant concentré au total sur six jeunes à travers les portraits d’Adama, Marley, Tarik, Hassan, Radouane (pp. 33-42) auxquels s’ajoute l’évocation posthume d’Amédy3, il aurait sans doute été utile d’avoir plus d’informations sur les différents groupes de jeunes qui fréquentent la cité afin d’étayer au mieux les parcours quelque peu réducteurs de ceux qui prennent le « sens du chemin » (p. 154), et des autres qui sont dans « l’impasse du cercle » (p. 155). Bien que l’auteur, dans une section de son ouvrage intitulée « un piquet blanc dans une forêt noire » (pp. 47-51) nous présente brièvement les coulisses de l’enquête, nous ne savons absolument rien des obstacles sociaux à la recherche, pourtant essentiels lorsqu’on travaille sur les quartiers populaires4. En effet, tout sociologue averti qui travaille sur ces questions sait pertinemment que le coût d’entrée sur ce type de terrain est élevé. Le fait le plus curieux réside dans la manière dont l’auteur se met constamment en scène, notamment à travers des expressions plutôt gênantes comme « le “végétarien bobo parisien” contre le “mangeur de kebab de cité” » (p. 133), venant ainsi, au cœur d’un ouvrage de recherche, perturber le travail ethnographique et réactiver des poncifs.

5Néanmoins, l’un des intérêts de cet ouvrage porte sur la notion de « seconde zone » qui caractérise la petite voyoucratie et ses pratiques. L’auteur propose une définition convaincante de la catégorie de « seconde zone » pour caractériser des trajectoires délinquantes spécifiques et minoritaires, éprouvées dans le temps long, au sein desquelles le chemin vers la désistance devient progressivement impensable. La notion de « seconde zone » définit alors davantage un processus social qui configure des trajectoires personnelles plutôt qu’elle ne restitue la nature des rapports sociaux et des interactions. Cependant, l’usage du terme religieux de taqiya (p. 192) pour désigner la question du secret associée aux activités déviantes est nettement moins opportun. En effet, ce qui paraît curieux dans l’usage de ce terme qui renvoie à une pratique consistant à dissimuler ses activités politiques ou religieuses, c’est qu’il est habituellement attribué aux chiites et non aux sunnites. Or, c’est ce dernier courant qui caractérise les orientations de la majorité des jeunes des cités. De plus, ce terme se voit directement importé des médias, sans un véritable travail de déconstruction. Par ailleurs, Fabien Truong se réfère au concept de société secrète (p. 193) qu’il emprunte à Georg Simmel (1996 [1908]). Cette comparaison équivoque avec l’univers des loges oublie un peu vite l’histoire sociale des quartiers populaires urbains dont ces jeunes ont hérité, socialisés en mode de générations de « jeunes de cité » (Beaud & Masclet, 2006) depuis trois décennies, ce qui implique de leur part une grande méfiance envers les institutions comme la police, l’école, l’étranger, etc. Enfin, s’appuyant sur la catégorisation théorique du sentiment d’injustice (pp. 174-175) de Zygmunt Bauman (2013), l’auteur peine à en dessiner les contours concrets malgré les paroles entendues et des ouvrages pourtant déjà publiés sur cette question spécifique.

Un islam de rupture au centre de la dichotomie « Eux/Nous »

  • 5 L’auteur explique que les conversions constituent un moyen de déstabiliser les professeurs et d’inv (...)

6Les dichotomies établies entre l’école et la rue, la prison et l’université éclairent judicieusement les parcours parallèles entre jeunes en réussite et jeunes en difficulté. Le second point fort du livre réside dans les descriptions de conversions ou de reconversions des « mauvais garçons » autour de la « ré-esthétisation du monde » (p. 167) et de « l’achèvement de la vérité » (p. 167). L’analyse des trajectoires est pertinente de ce point de vue. Pour ces jeunes, l’islam joue non seulement un rôle de médiateur mais constitue aussi un acte d’affiliation « […] qui agit comme un gage de fidélité (“voici d’où je viens”), un certificat de singularité (“voilà qui je suis”) et un imaginaire politique flottant (“nous sommes ce que nous croyons et nous croyons à ce que nous sommes”) » (p. 120). Ainsi, pour les jeunes de la « seconde zone » qui sont dans l’« impasse du cercle » (p. 153), ce que l’on nomme radicalisation « tient de la rencontre entre une représentation de sa trajectoire » (p. 167) et « une entrée dans l’islam fascinée par le geste de la volte-face et le spectacle de la rupture » (p. 167). Mais qu’en est-il des autres cas de conversions ? Des filles ? Des étudiants du quartier ? Des « Français de cité » ? De même, la question de la conversion et reconversion (voire de « double conversion » pour les jeunes délinquants en rupture) appréhendée comme « rassurant[e], pas nécessairement structurant[e] » (p. 62) est comparée à la démarche des jeunes néo-nazis en Allemagne de l’Est5. Dans la continuité, Fabien Truong, s’appuyant sur une forme de crapulerie exercée par les délinquants appartenant à la « seconde zone », compare ces derniers aux fonctionnaires allemands sous le nazisme à travers la notion de « banalité du mal », en référence à Hannah Arendt. La philosophe démontre en effet que le « “refus de penser” permet de se détacher de toute intention morale en survalorisant le savoir-faire, dans une attitude tenant plus de la médiocrité et de la routine que de la méchanceté. Il y a, dans la seconde zone, quelque chose de l’ordre de cet automatisme pratique et de ce systématisme en acte » (p. 85). Pourquoi pas ? Mais ces deux analogies avec le nazisme sont plus que surprenantes dans un ouvrage de recherche. En effet, un travail comparatif de cette envergure aurait sans doute mérité un effort d’explication conceptuel plus rigoureux, surtout dans un contexte politico-médiatique qui cherche à faire un lien systématique entre fascisme et islam. L’analogie entre jeunes des cités/islam et nazisme est pour le moins hasardeuse dans la mesure où elle est déjà manipulée par des essayistes et autres éditorialistes peu consciencieux quand il s’agit de diaboliser les habitants des quartiers ou les musulmans.

  • 6 Et pourtant, Amédy Coulibaly, personnage intelligent, intuitif et charismatique, comme semble le mo (...)
  • 7 Comme le montre le récent ouvrage de Romain Caillet et Pierre Puchot (2017), les porte-paroles de D (...)

7Certes, nous rejoignons l’auteur sur l’impact du rôle de la conversion à l’islam, que ce soit pour les jeunes en réussite ou ceux qui stagnent dans l’« impasse du cercle », qui s’oppose à l’ordre social car elle constitue un enjeu d’opposition et de stigmatisation vis-à-vis des institutions. C’est sans doute à ce niveau qu’il faudrait orienter l’analyse : que faire des diplômés ou des jeunes des cités qui ont accepté les règles de la méritocratie et qui se retrouvent également disqualifiés, à un degré moindre certes, comme le sont des « mauvais garçons » du quartier ? Ainsi, c’est l’exemple insuffisamment analysé de Radouane (pp. 33-34), à travers son sentiment d’injustice malgré sa réussite scolaire, qui nous indique où se joue à coup sûr la « rupture » avec la société. Cette recherche interroge la place du curseur au sujet de l’impact des déterminismes sociaux. Or, si Fabien Truong le situerait sans doute au niveau des jeunes délinquants sous-prolétarisés6, nous sommes en droit de nous interroger sur les conséquences des effets liés au déclassement social des bons élèves des quartiers populaires ou des enfants des petites classes moyennes qui n’hésitent pas, pour certains, à s’engager en Syrie ou dans l’hexagone à travers des activités violentes et terroristes7. Cette difficulté à repenser la place du curseur est probablement due au fait que l’auteur est encore à la recherche d’enjeux relatifs à l’ancien système de luttes de classes qui caractérisait la société industrielle alors que les recompositions actuelles, comme le montre Slavoj Zizek (2016), témoignent d’une dichotomie nouvelle et reconfigurent de nouveaux rapports de luttes où les aspects identitaires et culturels viennent concurrencer les anciens conflits de classe.

  • 8 Remarque d’autant plus surprenante que l’auteur, dans d’autres travaux, a su montrer la complexité (...)

8Cet ouvrage agréable à la lecture s’avère indispensable pour comprendre les impasses du capitalisme et de sa géopolitique (pp. 201-202). Cependant, cette recherche stimulante au premier abord échappe difficilement à l’écueil du misérabilisme, malgré une méthodologie que l’auteur présente comme innovante. En effet, ce livre renforce parfois les stéréotypes8 et pose également des interrogations méthodologiques, notamment sur l’essentialisation de la question « jeunesse des banlieues » ou encore sur la manière dont l’auteur se met en scène en réifiant des catégories.

Haut de page

Bibliographie

Bauman Z. (2013), La Vie liquide, Paris, Hachette.

Beaud S. & Masclet O. (2006), « Des “marcheurs” de 1983 aux émeutiers de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 61, no 4, pp. 809-843.

Caillet R. & Puchot P. (2017), « Le Combat vous a été prescrit ». Une histoire du jihad en France, Paris, Stock.

Crettiez X., Sèze R., Ainine B. & Lindemann T. (2017), « Saisir les mécanismes pour une analyse processuelle et biographique des engagements violents », Rapport de recherche pour la mission de recherche Droit et Justice, Paris, Ministère de la Justice.

Khosrokhavar F. (2009), Inside Jihadism, The Yale Cultural Sociology Series, Boulder, Paradigm Publishers.

Lapeyronnie D. (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Mauss M. (2012 [1925]), Essais sur le don, Paris, Puf.

Settoul E. (2016), « La fratrie comme arme de combat », The Conversation, https://theconversation.com/la-fratrie-comme-arme-de-combat-57581.

Simmel G. (1996 [1908]), Secret et sociétés secrètes, Belval, Circé.

Truong F. (2017), « Des scènes, des trajectoires et des cas. Enquête auprès des “jeunes de banlieue” », in Guérandel C. & Marlière É. (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, pp. 31-44.

Wacquant L. (2006), Parias urbains. Ghetto, Banlieue, État, Paris, La Découverte.

Zizek S. (2016), La Nouvelle Lutte des classes. La vraie cause des réfugiés et du terrorisme, Paris, Fayard.

Haut de page

Notes

1 On peut regretter que l’auteur soit resté avare d’explications concernant le passage de son ancien terrain au nouveau, d’autant plus qu’il revendique une certaine continuité entre ces deux terrains.

2 Là aussi Fabien Truong reste allusif sur la manière dont il a rencontré ces personnes et sur les raisons qui l’ont conduit à opérer un tel choix de réduction.

3 Racontée par son copain Adama.

4 En arrière-plan, des personnages comme Yasmina, son ancienne étudiante à l’université, qui joue les « entremetteuses » (p. 48) avec un de ses personnages clés, Marley. Ou bien encore Abdou (frère d’Adama, autre personnage important du livre) ou Abderrahmane (p. 48) qui font office de caution morale locale pour l’auteur. Mais tout ceci reste bien vague et ne permet pas vraiment de comprendre comment le sociologue est parvenu à se faire « accepter » pour mener un travail en immersion dans un quartier.

5 L’auteur explique que les conversions constituent un moyen de déstabiliser les professeurs et d’inverser l’ordre des choses. Mais la comparaison avec le nazisme commence ici, je cite : « C’est une façon de reprendre la main en mettant les enseignants en posture défensive. Tout comme en Allemagne certains élèves en difficulté peuvent se réclamer en classe du nazisme, c’est un geste de dépit in situ avant d’être le signe d’un ferme ralliement à une idéologie concurrente. » (p. 62).

6 Et pourtant, Amédy Coulibaly, personnage intelligent, intuitif et charismatique, comme semble le montrer la restitution effectuée par Fabien Truong, prend conscience des blocages institutionnels et des dysfonctionnements de notre société démocratique. Le problème est que l’auteur mobilise la notion de haine qui édulcore hélas les motivations politiques de notre « terroriste maison ». En effet, A. Coulibaly élabore à travers son parcours personnel un faisceau d’indices structurants à partir d’embûches et d’injustices qui le conduisent sans aucun doute à se construire une représentation cohérente de la société en fonction d’une subjectivité politique du ressentiment.

7 Comme le montre le récent ouvrage de Romain Caillet et Pierre Puchot (2017), les porte-paroles de Daesh sont des convertis ou bien des jeunes de cité ayant effectué des études universitaires.

8 Remarque d’autant plus surprenante que l’auteur, dans d’autres travaux, a su montrer la complexité des trajectoires des jeunes qu’il a rencontrés (voir Truong, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Marlière, « Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation (La Découverte, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3345

Haut de page

Auteur

Éric Marlière

eric.marliere@univ-lille3.fr
Maitre de conférences à l’Université de Lille et chercheur au CeRIES (Centre de Recherche « Individus, Épreuves, Sociétés ») EA 3587 – Laboratoire CeRIES, Université Lille 3, Domaine universitaire du Pont de Bois, BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page