Navigation – Plan du site

Devenir interprète bénévole dans des associations de solidarité pour demandeurs d’asile et sans‑papiers

Temporalités biographiques et institutionnelles
Becoming a voluntary interpreter for non‑profit solidarity organizations concerned with asylum seekers and undocumented immigrants. Biographical and institutional temporalities
Anaïk Pian

Résumés

Dans les travaux sur les associations de solidarité à l’égard des demandeurs d’asile et plus largement des étrangers, il est des acteurs dont on parle peu, alors que leur rôle est fondamental: il s’agit des interprètes bénévoles qui, souvent, ont eux‑mêmes une expérience de l’exil. En s’intéressant à la manière dont ces interprètes bénévoles s’approprient un rôle très peu formalisé, l’article éclaire la diversité de leurs logiques d’engagement, marquées par une dialectique de proximité et de distance tant vis‑à‑vis des associations concernées, des usagers que de leur propre parcours. À travers ces logiques d’engagement, n’entrent pas seulement en jeu des logiques identitaires, mais aussi et surtout un rapport aux institutions étatiques prenant place et prenant sens au sein d’une expérience migratoire singulière.

Becoming a voluntary interpreter for non‑profit solidarity organizations concerned with asylum seekers and undocumented immigrants. Biographical and institutional temporalities

Works dealing with non‑profit solidarity organizations concerned with asylum seekers and with foreigners at large very seldom speak of a certain category of actors despite the fact that their role is critical. This category concerns voluntary interpreters who, quite often, have experienced exile themselves. By focusing on the way these volunteer interpreters take over a highly informal role, this paper highlights the diversity of their engagement logics, which are marked by a dialectic of proximity and distance, both towards the users, the associations involved, as well as towards their own life experience. Through these engagement logics, it is not only identity logics that come into play, but also and above all a relationship to state institutions, which is taking place and making sense within a singular migratory experience.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Des chemins de l’exil à l’interprétariat bénévole
D’une expérience migratoire précaire à l’entrée dans la carrière
Confier à, se confier à …
Un apprentissage des « ficelles du métier » sur le tas
S’approprier le rôle d’interprète bénévole : des logiques d’engagements différenciées
« Se battre toute sa vie contre les injustices » : Endrina, un engagement comme combat
« Écoute, on n’est pas ami. […] » : Yéghissapète, un engagement circonscrit
« Ne pas y sacrifier toute sa vie » : Yvan, un engagement limité
« Un stage à mettre dans le CV » : Batir, l’engagement comme tremplin
Remettre « sur le droit chemin » : asymétrie entre offre et besoins en interprétariat
Gagner une reconnaissance sociale et institutionnelle : intérêts et rétributions de l’engagement
Conclusion

Aperçu du début du texte

En France, les années 1970 marquent de nouveaux rapports entre les pouvoirs publics et les milieux associatifs engagés dans la cause des étrangers, notamment demandeurs d’asile et sans‑papiers. Dans un contexte marqué par la réorientation des politiques d’immigration après la phase d’ouverture des Trente Glorieuses et un processus de décentralisation privilégiant des partenariats locaux, les associations de défense des étrangers sont investies d’un rôle délégataire de mission de services publics (Bourgeois & Brachet, 2003 ; Frigoli, 2004 ; Kobelinsky, 2010 ; d’Halluin‑Mabillot, 2012). En première ligne dans les prises en charge sociale et/ou juridique de ces populations, elles deviennent un intermédiaire privilégié entre des étrangers en demande de droits et les institutions chargées de statuer sur leur sort. Ce « rôle de chainon » (Pette, 2014, p. 408) où, à l’échelle locale, les associations deviennent un acteur des politiques migratoires, entraîne des modifications du travail bén...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïk Pian, « Devenir interprète bénévole dans des associations de solidarité pour demandeurs d’asile et sans‑papiers », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 07 janvier 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3349

Haut de page

Auteur

Anaïk Pian

pian@unistra.fr
Maître de conférence en sociologie, université de Strasbourg (DynamE), Le Patio, 22 avenue René Descartes, 67000 Strasbourg, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page