Navigation – Plan du site

La philanthropie aux États‑Unis et en France

Retour sur une traditionnelle opposition
Philanthropy in the United States and in FranceReconsidering a traditional opposition
Élisa Chelle

Résumés

La philanthropie est une pratique sociale et politique née en Europe et développée aux États‑Unis. L’État français a longtemps contenu ces corps intermédiaires dont les intérêts particuliers étaient entourés de suspicion en ce qu’ils concurrençaient l’administration centrale sur le terrain de la production de l’intérêt général. La France et les États‑Unis sont traditionnellement opposés quant à la forme de l’État, la religion dominante et la conception de la démocratie. Ce bilan critique se propose d’éclairer ces dynamiques socio‑politiques par la nuance. Il montre qu’en France comme aux États‑Unis, la philanthropie est née d’une dissension politico‑religieuse. Les transformations profondes de ces sociétés au xixe siècle appellent à la formation d’une économie politique. Cette réponse morale et scientifique à l’urbanisation est étayée par les organisations philanthropiques aux États‑Unis. En France, le pouvoir central capte cette formulation en contrôlant les fondations plus qu’en les annihilant. Si la philanthropie apparaît aux États‑Unis comme une véritable industrie démocratique, c’est qu’elle matérialise un engagement civique relativement dissocié de la politique. La France quant à elle, en confondant civil et politique, en vient à considérer historiquement les élites philanthropiques non démocratiques. Un refus progressivement levé depuis une trentaine d’années, et plus récemment avec l’entrée des fondations dans les financements publics.

Philanthropy in the United States and in FranceReconsidering a traditional opposition

Philanthropy stands as a social and political organization. Formerly European, it has been developed on an unprecedented scale in the United States. The French state has long contained intermediary organizations, whose private interests rose suspicion as they threatened to weaken the state’s monopoly in the production of the general interest. France and the United States are traditionally opposed as far as conceptions of state, religion and democracy are concerned. This review article proposes to nuance these sociological dynamics. It shows that in both countries, philanthropy was the product of social and political dissent. The profound transformations of these societies over the course of the nineteenth century called for the creation of a political economy. Americans addressed urbanization by developing moral and scientific philanthropic organizations. In France, the central administration concentrated the production of this knowledge for action by controlling the foundations more than by annihilating them. Philanthropy appears as a genuine democratic industry in the US, as it materializes as a civic involvement relatively disconnected from politics. The French tend to assimilate civil and political action; hence a non‑democratic perception of philanthropic initiatives. This historical resistance has been dwindling for the past 30years, and more recently with local authorities being made eligible for philanthropic donations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Une dissension politico‑religieuse
Une réponse morale et scientifique à l’urbanisation
Une industrie démocratique ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le nombre de fonds et fondations sur le territoire français a été multiplié par quatre en quinze ans : il est passé de 1 109 en 2001 à 4 546 en 2016. Dans cette même période, la législation a rendu la fiscalité de ces structures plus favorable. Les collectivités territoriales sont devenues éligibles à recevoir des dons. Faut‑il y voir un tournant ou une inflexion ? Si la France reste en retrait par rapport à d’autres pays européens comme l’Allemagne ou la Suisse, une dynamique est à l’œuvre. Les philanthropes contemporains (Bill Gates, George Soros…) sont entourés d’une aura de prestige, non seulement dans leur pays, mais aussi à l’international. Leur réussite économique impressionne. Leurs capacités financières marquent d’autant plus que les budgets publics se restreignent. La fondation à l’américaine est‑elle aujourd’hui un modèle ou un pis‑aller pour l’action publique française ? Un retour sur les caractéristiques sociologiques et politiques à travers l’histoire s’impose pour com...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisa Chelle, « La philanthropie aux États‑Unis et en France », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 13 janvier 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3365

Haut de page

Auteur

Élisa Chelle

elisa.chelle@univlyon3.fr
Docteur en science politique, université Lyon 3/Sciences Po Paris (LIEPP) - université Lyon 3, Faculté de droit, 1C avenue des Frères Lumière, CS 78242, 69372 Lyon cedex 08, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page