Navigation – Plan du site

La postérité d’Émile Durkheim en Amérique du Nord

Émile Durkheim’s posterity in North America
Marcel Fournier

Résumés

Cet article présente les différentes étapes de la réception d’Émile Durkheim en Amérique du Nord, depuis 1895, en particulier pour De la Division du travail social, à l’École de Chicago et au département de sociologie de l’université Harvard. Il évoque sa double visibilité, après 1950, avec Le Suicide qui popularise l’analyse multivariée en recherche quantitative mais fait l’objet de discussions critiques, et avec Les Formes élémentaires et le rituel. De nouvelles traductions permettent l’accès à l’ensemble de l’œuvre (sur l’éducation, la politique, la morale, la théorie de la connaissance, la religion) et c’est la microsociologie qui maintient et renouvelle son influence aux USA. Au Québec francophone, les sociologues formés aux États‑Unis le considèrent comme la meilleure introduction à la démarche théorique en sociologie. La sociologie de la connaissance qui s’y élabore s’inspire de l’approche d’É. Durkheim des représentations collectives et de la culture. L’article montre enfin le renouveau des études durkheimiennes, depuis 1970, avec la création d’un réseau de recherche international (Groupe d’études durkheimiennes en France, lié au Comité de recherche en histoire de la sociologie de l’Association internationale de sociologie ; revue Durkheimian Studies/Études durkheimiennes ; Canadian Network of Durkheimian Studies/Réseau canadien d’études durkheimienne, etc.). Il conclut sur les débats actuels autour de l’œuvre d’É. Durkheim (judaïsme, libéralisme, colonialisme, féminisme, postmodernisme, sociologie culturelle, pragmatisme, religion).

Émile Durkheim’s posterity in North America

This article presents the different stages of Émile Durkheim’s reception in North America, beginning in1895 and particularly for The Division of Labour in Society, at the Chicago School, and at the Department of Sociology at Harvard University. It evokes, after 1950, his double visibility with Suicide, which popularizes multivariate analysis in quantitative research but is the subject of critical discussions, as well as with The Elementary Forms and ritual. New translations allow to access the entire work (on education, politics, morality, theory of knowledge, religion). And it is microsociology that maintains and renews its influence in the United States. In French‑speaking Quebec, sociologists trained in the United States consider it to be the best introduction to the theoretical approach in sociology. The sociology of knowledge developed there is inspired by É. Durkheim’s approach to collective representations and culture. The article also shows the renewal of Durkheimian studies since 1970, with the creation of an international research network (Durkheimian Studies Group in France, linked to the History of Sociology Research Committee of the International Sociological Association; Durkheimian Studies/Études durkheimiennes; Canadian Network of Durkheimian Studies/Réseau canadien d’études durkheimienne, etc.). It concludes with the current debates around É. Durkheim’s work (judaism, liberalism, colonialism, feminism, postmodernism, cultural sociology, pragmatism, religion).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Premières réceptions d’É. Durkheim aux États‑Unis : « La France, patrie de la sociologie »
Harvard vs Chicago : deux lectures
Les années 1950‑1960 : crise et relectures
Une double visibilité
Émile Durkheim conservateur ?
Au nord du 49e parallèle
Un grand regain d’intérêt : les études durkheimiennes
Les études durkheimiennes – suite
Quelques controverses actuelles : judaïsme, libéralisme, colonialisme, féminisme, postmodernisme, sociologie culturelle, pragmatisme
Judaïcité
Schopenhauer
Libéral ?
Colonialisme
Féminisme
Back to The Elementary Forms
Conclusion

Aperçu du début du texte

La postérité : c’est pour un auteur, « le temps qui vient après sa mort », De posteritas en latin. Une telle postérité en appelle au jugement de la postérité (génération à venir). Se trouvent mobilisés ceux et celles qui s’identifient comme les « descendants spirituels » ou les « héritiers » de cet auteur et qui se rallient à la tradition intellectuelle que celui‑ci incarne. L’on parle de filiation, d’influence : tel est l’objet de l’histoire des idées, de l’histoire intellectuelle. Une approche que conteste le sociologue, qui à l’instar de l’historien social, entend historiciser ces « idées » en les inscrivant dans leur contexte d’émergence, de diffusion et de réception. Sont impliquées des institutions (universités, maisons d’éditions, etc.), mais aussi des acteurs, ceux qu’on peut appeler les « passeurs », et parmi ces « passeurs » il y a d’abord les collaborateurs et les disciples. Comme le montre Randall Collins (2000), dans son History of Philosophy, il est rare qu’un penseur,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Fournier, « La postérité d’Émile Durkheim en Amérique du Nord », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 13 janvier 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3372

Haut de page

Auteur

Marcel Fournier

marcel.fournier@umontreal.ca
Professeur titulaire, Département de sociologie, Université de Montréal, Département de sociologie, Pavillon Lionel‑Groulx, 3150 rue Jean‑Brillant, Montréal (QC) H3T 1N8, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page