Navigation – Plan du site

Soutenir des mères des classes moyennes

Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France
Supporting middle‑class mothers. Breastfeeding self‑help groups in France
Marc‑Olivier Déplaude et Tania Navarro Rodríguez

Résumés

À partir du milieu des années 1970, diverses associations de mères se sont constituées en France pour soutenir les femmes souhaitant allaiter leur enfant, notamment au moyen de groupes d’entraide. À travers une analyse du recrutement social de certaines de ces associations et du travail qu’elles accomplissent auprès des mères ou futures mères, cet article montre que ces associations se démarquent d’une approche purement médicale de l’allaitement, par une meilleure prise en considération de l’expérience subjective des femmes et des difficultés qu’elles sont susceptibles de rencontrer. Néanmoins, elles n’incitent pas les mères à prendre conscience de l’ordre patriarcal et à le contester, tant dans la sphère domestique que sur les lieux de travail. En cela, malgré certains points communs, les groupes de mères que nous avons observés diffèrent fortement des groupes de self‑help féministes radicaux des années 1960‑1970. Ils constituent des lieux où certaines femmes des classes moyennes et supérieures peuvent trouver un soutien et des solutions pratiques à leurs difficultés, et non des espaces où le patriarcat est significativement remis en question.

Supporting middle‑class mothers. Breastfeeding self‑help groups in France

As from the 1970s, diverse mothers’ associations have been founded in France to bring support to women willing to breastfeed their children, in particular by organising self‑help groups. Through an analysis of the social recruitment of some breastfeeding associations and of the work with mothers or future mothers, this article shows that those associations distinguish themselves from an exclusive medical approach of breastfeeding, by way of a better consideration of the subjective experience of women and of the difficulties they may encounter. However, they do not incite mothers to become aware of the patriarchal order and to contest it, as well in the domestic sphere as in the workplace. Considering that point, and in spite of common traits, the groups of mothers we have observed strongly differ from the radical feminist self‑help groups of the 1960s‑1970s. They constitute places where some middle and upper‑class mothers can get some support and some practical solutions to their difficulties, and not places were patriarchy is significantly challenged.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’allaitement maternel, une norme sociale devenue plus contraignante
« Breast is best »
Une norme inégalement suivie
Des associations ancrées dans les classes moyennes et supérieures
Un paysage associatif dominé par La Leche League
Le recrutement social des associations
Une offre ajustée aux attentes des femmes des classes moyennes et supérieures
Soutenir des mères
Transmettre des savoirs et savoir‑faire en puériculture
Rendre l’allaitement compatible avec d’autres engagements sociaux
Apporter un soutien moral
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 2010, Élisabeth Badinter publie un essai intitulé Le Conflit. La Femme et la Mère, qui caracole rapidement en tête des ventes. Dans ce livre, elle dénonce le retour d’une norme maternelle très exigeante et contraignante, dont l’injonction à allaiter serait le symbole. Elle s’en prend plus particulièrement à certaines organisations promouvant l’allaitement maternel, telles que La Leche League, une association d’origine américaine implantée en France depuis le milieu des années 1970. La pratique de l’allaitement au sein, promue aujourd’hui par le gouvernement français et par des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), s’inscrirait dans un ensemble plus vaste de normes touchant les soins aux nourrissons et aux jeunes enfants (alimentation, portage, activités d’éveil, etc.) qui exigent un investissement considérable des parents et plus particulièrement des mères. Défendues au nom du bien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc‑Olivier Déplaude et Tania Navarro Rodríguez, « Soutenir des mères des classes moyennes », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 29 mars 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3379

Haut de page

Auteurs

Tania Navarro Rodríguez

tania.navarrorodriguez@parisdescartes.fr
Post‐doctorante en sociologie, Université Paris Descartes‐CERMES3 (UMR CNRS INSERM EHESS Université Paris Descartes)
Chercheuse associée au Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (CURAPP‐ESS) CERMES3, Université Paris Descartes, 45 rue des Saint‐Pères, 75270 Paris cedex 06, France

Marc‑Olivier Déplaude

marcolivier.deplaude@ivry.inra.fr
Chargé de recherche en sociologie - IRISSO (UMR CNRS INRA Paris‐Dauphine), PSL Research University - IRISSO, Université Paris‐Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page