Navigation – Plan du site
Soutenir des mères des classes moyennes

Annexes électroniques de l’article « Soutenir des mères des classes moyennes. Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France »

Marc-Olivier Déplaude et Tania Navarro Rodríguez

Texte intégral

1En complément des analyses présentées dans l’article, nous avons souhaité mettre à la disposition des lecteurs un certain nombre de documents supplémentaires qui ne pouvaient pas être intégrés ou joints à la version imprimée.

Annexe 1 : Méthodologie

  • 1 Nous avons fait le choix de dépouiller deux publications très largement diffusées en France : l’ouv (...)

2Cet article est issu d’une enquête plus large portant sur les mobilisations en faveur de l’allaitement maternel en France. Pour les besoins de cette étude, nous nous sommes appuyés sur deux ensembles de données. Le premier est constitué de sources documentaires de plusieurs sortes : sites internet et documents produits par les autorités sanitaires, des sociétés savantes ou des associations de soutien à l’allaitement maternel (rapports, brochures, périodiques, ouvrages, etc.) ; littérature de prescription parentale1 ; et enfin statistiques sur la pratique de l’allaitement maternel. Ces données nous ont permis de mieux caractériser le contenu de la norme officielle de l’allaitement maternel, la manière dont elle est présentée dans les documents ou ouvrages destinés aux parents, et la façon dont elle se traduit dans les pratiques effectives des mères. Elles ont également apporté des éléments de cadrage préalables sur les associations (statuts, organisation, implantation territoriale, etc.),

3Le second ensemble de données est issu d’un travail ethnographique mené auprès des associations. Notre enquête a porté principalement sur La Leche League France (LLL France), suivie de Solidarilait, soit les deux associations françaises les plus importantes dans le domaine de l’allaitement. En vue de mieux comprendre l’histoire de ces associations, les pratiques et les modes de recrutement de leurs cadres, nous avons mené des entretiens approfondis (N=24) avec des femmes (et plus rarement des hommes) ayant contribué à développer ces associations ou animant des groupes de mères. Parallèlement à ces entretiens, nous avons également observé des réunions de groupe de mères de LLL France (N=12) et Solidarilait (N=4) en région parisienne. Bien que les réunions de ces groupes aient majoritairement lieu dans des communes ou des quartiers aisés, nous avons aussi observés des groupes situés dans des zones d’habitat plus populaire.

4Les observations que nous avons réalisées initialement à l’occasion de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, en octobre 2014, ont été déterminantes pour l’accès au terrain. Ce contexte a été favorable à la présentation de notre projet de recherche et à l’établissement de premiers contacts au sein des associations, qui nous ont aidé ensuite à identifier les premières personnes que nous avons interviewées. Notre présence aux réunions a été acceptée à la condition de maintenir une attitude d’observation passive, discrète et respectueuse des discussions, notamment en raison du caractère intime de certaines des informations échangées. Dans le cas de Tania Navarro-Rodriguez, l’accès et la réalisation du travail de terrain a été facilité par son statut de jeune chercheuse étrangère non statutaire et de mère potentielle. Cela a éveillé, tant chez les mères que parmi les cadres des associations, une certaine sympathie et envie d’aider, qui s’est traduite concrètement par les démarches entreprises par certaines d’entre elles pour faciliter notre travail.

Annexe 2 : Données statistiques

Tableau 1 – Taux d’initiation à l’allaitement maternel en France, en pourcentages (1972-1981 et 1995-2010)

Année

1972

1976

1981

1995

1998

2003

2010

Allaitement exclusif au sein

31,7

39,5

47,5

40,5

43,9

55,4

60,2

Allaitement mixte

4,8

6,8

6,2

11,1

8,0

6,9

8,5

Exclusivement préparations pour nourrissons

63,5

53,7

41,5

48,4

48,1

37,7

31,3

  • 2 Blondel B., Lelong N., Kermarrec M. & Goffinet F. (2012), « Trends in perinatal health in France fr (...)

Sources : les données correspondant aux années 1972-1981 sont issues des enquêtes nationales sur la grossesse et l’accouchement, réalisées par l’INSERM auprès d’échantillons nationaux représentatifs. Les données relatives aux années ultérieures proviennent des enquêtes nationales périnatales réalisées par le ministère de la Santé à partir des données issues des carnets de santé2. Il n’existe pas de données similaires pour la période 1981-1995.

Tableau 2 – L’évolution des taux d’allaitement maternel après la naissance, en pourcentages (2011-2012)

Type d’allaitement

À la naissance

1 mois après la naissance

6 mois après la naissance

12 mois après la naissance

Allaitement au sein prédominant ou exclusif

59,0

43,2

9,9

2,9

Allaitement mixte

11,5

n.c.

9,3

2,4

Total

70,5

n.c.

19,2

5,3

  • 3 Wagner S., Kersuzan C., Gojard S., Tichit C., Nicklaus S., Geay B., Humeau P., Thierry X., Charles (...)

Source : ces données sont issues de l’enquête Elfe, portant sur un échantillon de 18 000 nourrissons nés en 20113.

Tableau 3 – Les taux d’initiation à l’allaitement maternel suivant la catégorie socio-professionnelle des mères, en pourcentages (2011).

Catégorie socio-professionnelle des mères

Allaitement mixte ou exclusif

Allaitement exclusif

Ouvrière

63,3

51,0

Employée

66,4

54,8

Sans profession

67,2

51,6

Indépendante

70,5

61,5

Profession intermédiaire

79,0

70,1

Cadre ou profession intellectuelle supérieure

81,3

73,4

Ratio cadres/ouvrières

1,28

1,44

  • 4 Kersuzan C., Gojard S., Tichit C., Thierry X., Wagner S., Nicklaus S., Geay B., Charles M.-A., Lior (...)

Source : enquête Elfe4.

Tableau 4 – Caractéristiques socio-professionnelles des animatrices interviewées dans le cadre de l’enquête

Animatrices

(N = 17)

Conjoints

(N = 17)

Emplois exercés

Cadre ou profession intellectuelle supérieure

9

12

Chefs d’entreprise

0

1

Professions intermédiaires

6

2

Autres

1

0

Sans profession

1

0

Non connu

0

2

Travaillant dans le secteur public

12

7

Ont pris un congé parental

10

n.c.

Sans activité professionnelle au moment de la naissance de leur enfant

2

n.c.

Nombre moyen d’enfants

3,1

Remarque : parmi ces dix-sept animatrices, onze appartenaient à LLL, et six à d’autres associations. Les données ont été principalement recueillies dans le cadre des entretiens et des observations, et parfois complétées en consultant certains réseaux sociaux (tels que LinkedIn). Qu’elles fussent ou non membres de LLL, les animatrices de l’échantillon présentaient des caractéristiques socio-professionnelles comparables.

Tableau 5 – L’implantation géographique des groupes de soutien LLL en Île-de-France suivant les revenus de la population par commune ou arrondissement en 2012.

Revenu médian par unité de consommation dans la commune ou l’arrondissement (Paris) *

Nombre de groupes LLL

(N=32)

De 87 à 100

7

De 101 à 120

8

De 121 à 140

10

De 141 à 165

7

* Revenu médian par unité de consommation en Île-de-France = 100 (22 180 € en 2012, soit 46 580 € pour une famille composée de deux adultes et deux enfants).

Sources : site internet de LLL et INSEE.

Annexe 3 : Observation d’une réunion d’un groupe de mères de La Leche League en région parisienne5

  • 5 Cette réunion a été observée par Marc-Olivier Déplaude en octobre 2015. Ce compte rendu a été relu (...)

5C’est la quatrième fois que je me rends à une réunion de ce groupe, qui se réunit environ une fois par mois, le samedi, à partir de 10h00. J’assiste aux réunions, sans prendre part aux échanges, en essayant d’être aussi discret que possible (sauf durant le buffet, où les discussions prennent un tour plus informel). Les participantes ont été informées en début de réunion, par l’une des animatrices, des raisons de ma présence.

6Les participantes

7Les animatrices

  • 6 Tous les prénoms ont été modifiés.

8Le groupe est animé par trois animatrices. La première, Béatrice6, mariée et mère de trois enfants (âgés respectivement de neuf, douze et quatorze ans à la date de la réunion), est animatrice de La Leche League (LLL) depuis 2008. Ayant d’abord travaillé à temps plein pour une agence de communication, elle poursuit aujourd’hui cette activité à temps partiel. Sous le statut d’auto-entrepreneuse, elle propose des consultations en lactation (représentant 50 % de son temps de travail) et en soins énergétiques (20 % de son temps de travail). En 2009, elle a fondé le groupe LLL qu’elle anime toujours aujourd’hui.

9Jessica, également mariée, a deux enfants âgés de trois et six ans. Travaillant comme assistante de direction, elle a pris un congé parental après la naissance de son deuxième enfant. Elle est devenue animatrice LLL en 2013, soit environ un an après la naissance de son dernier enfant.

10Nadia, mariée et mère de deux enfants de quatre et sept ans, est enseignante en école maternelle et est devenue animatrice LLL en 2010.

11Les mères ou futures mères

12Ce jour-là, le public est composé exclusivement par des femmes (à l’exception de l’observateur). En dehors des animatrices, douze femmes sont présentes (trois d’entre d’elles étant arrivées après le début de la réunion). Parmi ces participantes, trois sont enceintes. Les autres, ayant déjà accouché, sont venues (à une exception près) avec leur enfant. Parmi les huit enfants présents, six ont moins de six mois, un a environ neuf mois et un autre environ quinze mois.

13Il ne m’a pas été possible d’identifier les professions exercées par toutes les participantes. Quatre d’entre elles ont mentionné leur profession durant la réunion, tandis qu’une cinquième me l’a précisé lors d’une réunion précédente. Toutes exercent des professions nécessitant plusieurs années d’études supérieures (avocate, orthophoniste libérale, enseignante du secondaire, inspectrice dans une administration publique, traductrice). Durant la réunion, il apparaît que toutes les participantes s’expriment avec aisance, parfois en employant un vocabulaire technique très précis. Il me semble que toutes les participantes ont fait des études supérieures et constituent un groupe socialement très homogène, caractérisé par une appartenance aux classes moyennes à fort capital culturel. Bien que la réunion du groupe ait lieu dans un quartier d’une grande diversité ethnique, toutes les participantes sont blanches, à l’exception d’une femme d’origine asiatique. La grande majorité d’entre elles ont entre 30 et 40 ans, quelques-unes paraissant plus jeunes. Seule une femme de nationalité étrangère est présente : de nationalité américaine, elle maîtrise parfaitement le français.

14Parmi ces participantes, seules deux sont déjà venues à l’une des trois réunions précédentes auxquelles j’ai assisté. La grande majorité d’entre elles semblent donc venir pour la première fois. Certaines sont venues à la suite du conseil d’une amie ou d’une collègue, ou après avoir consulté le site internet de LLL. Aucune n’indique n’avoir été incitée à venir à cette réunion par un(e) professionnel(le) de santé.

15Lieu et organisation de l’espace

16La réunion a lieu dans l’appartement de Claire, une mère membre de LLL, où elle vit avec son mari et leurs trois jeunes enfants. Claire est employée dans une administration ministérielle, son mari travaillant comme ingénieur pour un grand organisme de recherche. Leur appartement, situé dans un grand immeuble de logements sociaux construits dans l’entre-deux-guerres, est vaste. Il est meublé et décoré simplement. La réunion a lieu dans une grande pièce comportant une partie salon, où des chaises ont été disposées en cercle à côté du canapé, et une partie salle à manger, où plusieurs participantes ont déposé des mets et des boissons pour le buffet organisé à l’issue de la réunion. Il n’y a pas suffisamment de sièges pour tout le monde, si bien que des animatrices s’assoient par terre.

17À l’issue de la réunion, j’ai demandé à Jessica si la réunion avait lieu dans un appartement faute de local associatif. Elle m’a répondu que trouver un tel lieu suppose des démarches compliquées, coûteuses en temps. Un peu après, Claire me fait remarquer que les locaux municipaux ont souvent un côté un peu froid. Les salles proposées aux associations sont parfois en sous-sol : ce n’est pas toujours très chaleureux. Venir chez quelqu’un, c’est plus adapté, surtout pour aborder des questions très intimes.

18Sur le meuble de télévision sont posés des porte-revues comportant des livres ou des revues sur l’allaitement. Il s’agit de la bibliothèque du groupe. Comme le précise Béatrice durant la réunion, seules les participantes cotisant à LLL peuvent emprunter des livres et des revues. Certains peuvent également être achetés. Un ouvrage du gynécologue-obstétricien Michel Odent, Bien naître (1976), est placé bien en évidence.

19Le déroulement de la réunion

20La réunion se déroule en trois temps. L’une des animatrices du groupe présente d’abord l’association et le mode de fonctionnement du groupe. Puis les mères sont invitées à se présenter et à exposer les raisons de leur venue. Après chaque présentation, une discussion menée par les animatrices s’ensuit jusqu’à ce que le sujet soit épuisé, la parole passant ensuite à une autre mère. Lors de cette réunion (mais c’était moins marqué pour les précédentes), les mères s’expriment principalement quand vient leur tour, et prennent rarement la parole à propos des questions soulevées par d’autres participantes. Après ces échanges, de plus de deux heures, les participantes sont invitées à prendre part à un buffet constitué par les plats et boissons qu’elles ont amené. Ce dernier temps, plus informel, dure environ une heure, jusqu’à ce que chacune des participantes soit partie.

21Le déroulement de la réunion est parfois interrompu par les enfants, nécessitant parfois des soins de leurs mères, qui leur donnent le sein ou se lèvent pour les changer. Les enfants les plus âgés se déplacent à travers la pièce, suscitant à plusieurs reprises des commentaires ou des manifestations attendries des participantes.

22Le lancement et l’animation de la réunion

23C’est Béatrice, assise par terre, qui lance la réunion, pratiquement à l’heure, car elle ne devra pas partir trop tard pour pouvoir amener ensuite l’un de ses enfants au train. Elle introduit la réunion sur le mode de l’humour, par des plaisanteries sur la réputation de LLL. « Bienvenue chez les ayatollahs de l’allaitement », dans la « secte », là où on va vous forcer à allaiter ! Elle mentionne le livre d’Élisabeth Badinter (Le conflit. La femme et la mère, publié en 2010), qui a caricaturé LLL.

24Dans un premier temps, Béatrice présente LLL et son histoire, depuis sa création aux États-Unis dans les années 1950 jusqu’à aujourd’hui. En France, environ 350 animatrices sont engagées bénévolement pour LLL. « Notre credo, c’est le maternage par l’allaitement ». Elle indique qu’historiquement, on a dit « La Leche » plutôt que « breastfeeding » en raison du puritanisme de l’époque. Parler publiquement de seins aurait pu choquer les contemporains.

25Béatrice insiste ensuite sur le caractère bénévole du travail effectué par les animatrices : ce sont des bénévoles qui ont fait le site internet de LLL, ou qui éditent les revues de LLL. Celles-ci sont au nombre de deux : Allaiter aujourd’hui, qui comporte principalement des témoignages recueillis auprès des mères sur un thème propre à chaque numéro, et les Dossiers de l’allaitement, destinés plutôt aux professionnels de santé, et effectuant un suivi de la littérature académique. Béatrice rappelle que bien que les études scientifiques soient un guide, le savoir vient des mères. Aujourd’hui, beaucoup de recommandations de l’OMS viennent des mères elles-mêmes.

26Béatrice ajoute que LLL organise aussi des congrès, car les animatrices doivent suivre une formation continue. LLL organise notamment la « Journée internationale de l’allaitement », dont la prochaine aura lieu en avril prochain : ces journées, auxquels sont invités des experts étrangers, sont destinées avant tout aux professionnels de santé. LLL a aussi une page Facebook, comprenant maintenant 11 000 membres, et animée par 6 personnes. Enfin, LLL vit grâce aux cotisations de ses membres, qui permettent notamment de financer les formations des animatrices.

27Dans un second temps, Béatrice présente le fonctionnement des réunions : LLL travaille sur le mode des Alcooliques anonymes. Chacune des participantes se présente à tour de rôle, et les discussions portent sur les questions soulevées par chacune d’entre elles. Elle indique que ce groupe n’organise pas de réunions thématiques : « on a essayé à une époque, mais ça ne marchait pas » (probablement en raison de la forte proportion de mères ne venant pas d’une réunion sur l’autre). Les questions sur les techniques de portage, les couches, etc. ne sont pas abordées durant la réunion elle-même, mais peuvent l’être lors du repas qui suit la réunion. Béatrice me présente enfin aux participantes, et leur explique rapidement l’objet de ma recherche.

28Béatrice termine son introduction en se présentant comme une maman de trois enfants (quatorze, douze et neuf ans). Puis Nadia se présente (deux enfants, sept et quatre ans, qui ont été allaités tous les deux). La troisième animatrice, Jessica, arrivée un peu après le début de la réunion, se présente comme étant animatrice pour LLL depuis six ans et demi, et comme co-administrant la page Facebook de l’association.

29Béatrice est l’animatrice qui s’exprime le plus souvent durant la suite de la réunion. S’étant présentée avec humour comme une personne « qui parle beaucoup », elle anime une grande partie des échanges. Jessica apporte régulièrement des compléments d’information sur certains points, Nadia s’exprimant plus rarement.

30Les échanges avec les mères ou futures mères

31Après l’exposé introductif de Béatrice, c’est Laetitia, assise à sa gauche, qui s’exprime la première. Elle attend son deuxième enfant et est entrée dans son huitième mois de grossesse. Elle a allaité brièvement son premier enfant. C’est une amie qui lui a conseillée d’aller à cette réunion. Elle a apporté une écharpe de portage, car elle aimerait être « briefée » sur ce point.

32Isabelle, avocate, mère d’un enfant âgé de quinze mois et âgée de moins de trente ans, s’exprime à son tour. Elle est déjà venue à une réunion LLL où j’étais présent. Elle a repris le travail. Elle se pose la question de sevrer son enfant la nuit. Il tète encore deux fois par nuit, et elle est visiblement très fatiguée, bien qu’elle se rendorme très vite après les tétées. Béatrice lui indique que le sevrage n’a pas toujours pour conséquence que l’enfant fasse ses nuits. Néanmoins, elle lui indique qu’elle peut réduire le nombre de tétées (de deux à une). Pour pratiquer un sevrage, il faut également impliquer le père, pendant environ quinze jours, le temps que l’enfant s’habitue. Mais si, après trois jours, l’enfant continue à pousser de longs hurlements, c’est qu’il n’est pas prêt à être sevré. Béatrice montre également aux participantes un tout nouveau livre édité par LLL et traduit de l’anglais, intitulé Dormir avec son enfant. Jessica, qui vient tout juste d’arriver et de se présenter, enchaîne en rappelant des éléments généraux sur la question du sevrage. Béatrice indique à Isabelle que LLL va lui prêter le numéro d’Allaiter aujourd’hui sur le sommeil : « il y a plein de témoignages ». Elle se demande comment les pédiatres se forment sur le sommeil : ce motif représente un huitième des consultations pédiatriques.

33Ninon se présente à son tour. Elle est venue avec sa fille (quatre mois), toujours allaitée. Enseignante, elle doit avoir à peine trente ans. Elle est très maigre, très pâle. Elle explique : « L’allaitement est très compliqué pour moi. J’ai du mal à en parler sans pleurer. Mon enfant est très glouton. L’allaitement est souvent pénible pour lui. Ce n’est pas tout doux, comme pour d’autres mamans dans mon entourage. »

34Jessica et Béatrice lui posent des questions pour mieux identifier ses difficultés : les tétées sont-elles douloureuses ? Combien donne-t-elle de tétées par jour à son enfant ? Depuis combien de temps l’enfant s’agite-t-il et prend-il moins de poids ? Béatrice rappelle que plus le bébé est allaité souvent, plus cela favorise la lactation. « Tu as peut-être été victime d’un environnement défavorable, où l’on t’a fait des remarques du genre “ton bébé tète trop souvent”, “il est trop glouton”, etc. Il faut au contraire lui donner le sein plus souvent, ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas épuisant. »

35Ninon explique qu’elle a repris le travail. Elle a dû donner à son enfant un complément à base de lait de vache, mais son enfant est apparemment allergique aux protéines du lait de vache. Elle a voulu lui donner un lait spécial, mais il le rejette, probablement en raison de son goût amer. Par conséquent, elle tire son lait, mais c’est épuisant. Elle a acheté un tire-lait portatif, mais les séances de tirage sont interminables : trois-quarts d’heures pour des quantités très faibles.

36Béatrice reprend la parole et lui répond que son tire-lait n’est probablement pas assez puissant. Cela ne devrait pas durer plus d’un quart d’heure. Elle pourrait prendre un tire-lait électrique en location.

37Ninon précise qu’elle est enseignante et travaille à 80 %. Béatrice lui demande si elle a beaucoup de préparations de cours. Ninon lui répond que ce sont surtout les corrections de copies qui sont lourdes. Béatrice résume le problème : le problème principal, c’est la fréquence des tétées : « Tu pourrais prendre des plantes pour améliorer ta lactation. Mais tu dois surtout augmenter le nombre de tétées. » Elle lui indique une plante utile, le fénugrec et un complément alimentaire appelé Moringa oleifera, « L’arbre de vie », vendu uniquement chez certains herboristes comme celui du Palais Royal (elle indique qu’elle n’a pas l’habitude de faire de la publicité). Bref, « le programme c’est : open bar pour ton enfant ! Il faut que ce week-end tu délègues au maximum à ton mari. En utilisant une écharpe de portage tu peux aussi allaiter tout en corrigeant tes copies : une super maman comme Claire te montrera comment faire. »

38Béatrice insiste : « Les plantes, ce n’est pas miraculeux, mais c’est indiqué dans ce cas-là : tu travailles, tu es épuisée, ta lactation a baissé. Les tisanes du commerce, elles, ne servent pas à grand-chose. Il serait bon également que tu demandes une ordonnance pour la location d’un tire-lait à un professionnel de santé. »

39Le bébé de Ninon commençant à s’agiter, Béatrice lui dit que « super Jessica » va l’aider. Claire leur propose d’utiliser sa chambre pour être plus au calme. Jessica s’y rend avec Ninon.

40Abigail, de nationalité américaine, prend la parole à son tour. Très à l’aise, elle s’exprime dans un français parfait. Traductrice, elle va partir vivre avec son mari à Atlanta, aux États-Unis, dans un mois. S’exprimant avec aisance et humour, elle dit qu’en France, on n’est pas très pro-allaitement. « Je suis féministe mais je suis aussi pour l’allaitement maternel ». Elle mentionne une anecdote. Aux États-Unis, les personnes qui visitent les femmes venant d’accoucher leur apportent des plats cuisinés ; en France, quand sa belle-sœur est venue la voir, elle ne lui a rien apporté à manger.

41Abigail a accouché à la maternité des Bluets. Son allaitement se passe bien mais elle a des petits problèmes : son lait gicle jusqu’au bout de la pièce ! Béatrice sort un numéro d’Allaiter aujourd’hui, avec une photo en couverture. Abigail lui répond que oui, c’est exactement ça.

42Béatrice lui explique qu’il s’agit d’un réflexe d’éjection fort. Elle lui conseille de changer un peu de position d’allaitement, en plaçant la bouche de son enfant légèrement au dessus du sein, de manière à ce que le jet ait moins de force. Elle peut aussi modifier son alimentation, par exemple en mangeant moins de chocolat et moins d’amandes (or, Abigail dit adorer ça et en consommer beaucoup).

43Remerciant Béatrice, Abigail recommande pour finir le livre Dormir avec son bébé, que Béatrice a montré peu de temps auparavant à propos du problème de la fatigue soulevé par Isabelle. Elle l’a lu en anglais. Ce livre donne beaucoup d’arguments scientifiques pour défendre ses choix face aux autres. Béatrice renchérit en évoquant ces personnes qui se permettent de donner des conseils en matière d’allaitement, alors que souvent elles n’y connaissent rien.

44La parole passe ensuite à Bénédicte, mère d’une petite fille âgée de trois semaines. Arrivée après le début de la réunion, elle porte son enfant dans un cosy. Elle est très mince, porte de grandes montures en écailles, les cheveux regroupés en chignon. Elle dit qu’elle a du mal à s’occuper de sa fille durant la nuit. Elle a tendance à perdre patience. Elle a la chance d’avoir son compagnon à la maison en ce moment, mais habituellement il se déplace très souvent, pour des durées de plusieurs semaines. Elle est très fatiguée. Elle a pleuré ce matin.

45Béatrice lui dit qu’il est normal d’avoir beaucoup d’émotions à ce moment de la vie, il y a beaucoup de fluctuations hormonales. Elle lui demande où son bébé dort. Bénédicte lui répond qu’elle vit dans un deux pièces, l’enfant dormant dans la chambre des parents.

46Béatrice commente avec empathie : « On est toutes passées par là ! » Une autre maman évoque aussi la question de l’épuisement, de l’agressivité parfois.

47Lucie, âgée de trente-cinq ans, s’exprime à son tour. Elle est à la fin de son huitième mois de grossesse et attend des jumeaux. Elle doit accoucher à l’hôpital X. Ce sont ses premiers enfants. Elle a toujours voulu allaiter. Mais comment allaiter des jumeaux ? Elle se pose des questions sur la manière de s’y préparer, sur les positions d’allaitement, etc.

48Béatrice lui répond que les professionnels ont rarement confiance dans les mamans, et plus particulièrement à l’hôpital X, où ils sont enclins à donner le biberon. Au début, un enfant boit très peu de lait. Elle illustre son propos en montrant des petites boules représentant les tailles successives de l’estomac des nourrissons. Les professionnels de santé n’ont qu’une obsession : que l’enfant reprenne du poids et que la mère quitte la maternité au plus vite ! Le principe de base, c’est que les seins s’adaptent : plus vite ils sont vidés, plus vite ils sont remplis.

49Lucie demande si on peut échapper aux douleurs. Béatrice lui répond que les douleurs sont un symptôme, et qu’il y a des manières de les réduire.

50Jessica ajoute qu’on ne peut pas être complètement contre les compléments ! Mais on ne peut pas partir du principe a priori qu’on ne peut pas faire face à des jumeaux. Et si on complémente, il ne faut pas le faire au biberon, mais à la cuillère, à la seringue ou avec une sonde (ce dernier outil est difficile à trouver, mais il permet de donner un complément au sein tout en stimulant le sein). Béatrice sort l’appareil et fait une petite démonstration.

51La parole passe ensuite à Nelly, qui est venue avec Frédérique depuis la Seine-et-Marne. Nelly n’a pas allaité sa première fille, car elle a eu une césarienne, et l’allaitement l’écœurait. C’est Frédérique qui l’a convaincue d’allaiter son deuxième enfant, âgé de deux mois et demi. Frédérique est orthophoniste en libéral. Son enfant va en crèche et elle tire son lait pour la crèche. Elle a été suivie par une sage-femme qui l’a conseillée pour le choix du tire-lait. Elle se demande si elle pourra continuer à allaiter en tirant son lait, car actuellement elle ne tire son lait qu’une fois par jour, ce qui risque de ne pas être suffisant.

52Béatrice lui répond qu’il y a plusieurs orthophonistes dans le groupe (c’est-à-dire parmi les mères se rendant régulièrement aux réunions, ou intervenant sur la liste de discussion privée du groupe). Elle lui donne une astuce permettant de fixer la téterelle du tire-lait, de manière à ce qu’elle puisse travailler en même temps. Frédérique se dit prête à réduire sa patientèle pour pouvoir mieux tirer son lait plutôt que d’utiliser des compléments de lait artificiel.

53Béatrice lui indique également des moyens de se relaxer afin de faciliter la lactation : écouter de la musique avec des bruits d’eau, ou mettre près de soi un vêtement ayant l’odeur de sa fille par exemple.

54S’il faut ajouter un complément au lait maternel, Frédérique explique qu’elle préférerait diversifier sa fille. Jessica précise qu’on diversifie vers six mois, voire sept ou huit mois. Béatrice intervient à son tour et dit qu’on ne diversifie pas à quatre mois. C’est le lobbying de l’industrie qui nous pousse à diversifier tôt. La diversification, à son début, n’aide pas à faire prendre du poids à un enfant, au contraire, car les premiers aliments de diversification (pommes, courgettes, carottes) contiennent beaucoup d’eau. Elodie, une mère enceinte qui est déjà venue à une réunion précédente de LLL, se joint à la conversation et raconte comment elle a diversifié son enfant précédent. Elle dit n’être pas trop « pédiatre et compagnie ». Pendant ce temps, Béatrice montre à Frédérique un petit livre de Claude Didierjean-Jouveau (également animatrice LLL et auteure de nombreux livres sur l’allaitement), Petit guide pour l’allaitement des mamans qui travaillent, mais Frédérique ne s’en aperçoit pas.

55Jessica reprend ensuite la parole : le lait maternel est beaucoup plus nourrissant que les petits pots.

56Nelly fait part au groupe des réflexions que lui a faites sa nounou : le fait qu’elle allaite toujours sa fille a choqué cette dernière, étonnée qu’elle ne l’ait pas encore sevré. Si sa fille est toujours allaitée, comment va-t-elle se séparer de sa mère ? L’allaitement maternel long est considéré souvent comme un problème. Isabelle prend alors la parole et explique qu’elle voulait allaiter son enfant durant six mois, sans être contrainte par la fin de son congé maternité. D’où son emploi du tire-lait.

57Répondant à Nelly, Béatrice lui dit : « Si tu as décidé d’allaiter, c’est ton choix ». Nelly raconte qu’elle a réussi à convaincre la nounou de la nécessité des tétées de départ (quand elle laisse l’enfant le matin) et de bienvenue (quand elle le récupère le soir). Elle a dit à sa nounou : « Pour se séparer, il faut d’abord s’attacher ».

58Béatrice propose ensuite à deux autres mamans, arrivées un peu en retard, de s’exprimer à leur tour.

59Feng, mère d’un enfant de 15 mois, le met régulièrement en halte-garderie. Elle voudrait arrêter l’allaitement, car son enfant continue à téter le sein par plaisir, et non pour se nourrir. Il a une alimentation totalement diversifiée. Comment faire ? Béatrice déconseille le recours aux médicaments à ce stade (ce ne sera pas efficace, elle ne souffrira que des effets secondaires). Elle ne lui conseille pas non plus (comme Feng l’a envisagé) de le laisser trois jours chez ses grands-parents, ce serait trop brutal.

60Lucie, mère d’un enfant de quatre ans et d’un autre de trois mois est venue en voisine (elle habite l’étage du dessous). Elle travaille à son compte. Elle va bientôt devoir reprendre le travail et prévoit de tirer son lait. Béatrice plaisante en lui disant qu’avec Claire à côté, elle a une experte à demeure.

61Béatrice met ensuite fin à la réunion, vers 12h45, car elle doit partir assez tôt. Elle propose de poursuivre les discussions autour du repas.

62Le buffet

63La grande majorité des mamans présentes restent pour le buffet – qui est copieux. La discussion collective cède la place à des échanges entre deux ou trois personnes, portant généralement sur des questions pratiques liées à l’allaitement ou aux soins aux enfants. Les maris de Claire, de Jessica et de Lucie nous rejoignent à ce moment-là. Je discute longuement avec le mari de Claire, qui me dit qu’il est devenu quasiment végétarien : il est sensible à la question de la souffrance animale, à la mauvaise alimentation des animaux d’élevage, à l’impact carbone de l’élevage. Il a une vision très critique des industries, avec qui il est contraint de collaborer dans le cadre de son travail.

64Je m’en vais vers 13h45 ; seules sont encore présentes Nadia, Jessica, Claire, les maris de ces deux dernières et leurs enfants.

Haut de page

Notes

1 Nous avons fait le choix de dépouiller deux publications très largement diffusées en France : l’ouvrage J’élève mon enfant de Laurence Pernoud (dont la première édition remonte à 1965), et la brochure L’enfant du premier âge, éditée par le Comité national de l’enfance et distribuée à la quasi-totalité des mères à la naissance de leur enfant. Imprimée chaque année à près de 800 000 exemplaires, elle est éditée depuis 1956 pour le compte de la Sécurité sociale.

2 Blondel B., Lelong N., Kermarrec M. & Goffinet F. (2012), « Trends in perinatal health in France from 1995 to 2010. Results from the French national perinatal surveys », Journal de gynécologie obstétrique et biologie de la reproduction, vol. 41, n° 4, pp. e1‑e15.

3 Wagner S., Kersuzan C., Gojard S., Tichit C., Nicklaus S., Geay B., Humeau P., Thierry X., Charles M.-A., Lioret S. & de Lauzon-Guillain B. (2015), « Durée de l’allaitement en France selon les caractéristiques des parents et de la naissance. Résultats de l’étude longitudinale française Elfe », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 29, pp. 522‑532.

4 Kersuzan C., Gojard S., Tichit C., Thierry X., Wagner S., Nicklaus S., Geay B., Charles M.-A., Lioret S. & de Lauzon-Guillain G. (2014), « Prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement. Résultats de l’Enquête Elfe maternité, France métropolitaine, 2011 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 27, pp. 440‑449.

5 Cette réunion a été observée par Marc-Olivier Déplaude en octobre 2015. Ce compte rendu a été relu par l’une des animatrices de la réunion.

6 Tous les prénoms ont été modifiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Olivier Déplaude et Tania Navarro Rodríguez, « Annexes électroniques de l’article « Soutenir des mères des classes moyennes. Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France » », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 24 janvier 2018, consulté le 17 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3388

Haut de page

Auteurs

Marc-Olivier Déplaude

Tania Navarro Rodríguez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page