Navigation – Plan du site

« Je préfère les dealers à une rue déserte » : coexistence et familiarisation en milieu urbain

« I prefer dealers to an empty street »: Coexistence and process of familiarisation in urban context
Maxime Felder et Loïc Pignolo

Résumés

Comment des citadins peuvent‑ils tolérer, voire valoriser, la présence de revendeurs de drogue dans leur rue ? Sur la base d’une enquête ethnographique auprès de résident‑e‑s, de commerçant‑e‑s et de « dealers » dans deux rues de Genève (Suisse), cet article se propose d’étudier les dynamiques permettant la coexistence entre ces catégories d’acteurs. Nous plaçons au cœur de notre analyse un processus de familiarisation. À travers celui‑ci, un individu apprend progressivement, par la fréquentation répétée d’un environnement et des individus qui l’habitent, à en identifier la normalité, c’est‑à‑dire les conditions dans lesquelles cet environnement ne présente pas de menace immédiate. Ce processus repose sur le maintien des « apparences normales » (Goffman, 1973), et sur des normes morales que les « dealers » tentent de respecter. Nous soulignons la dimension spatiale de ce processus, à partir du cas de l’école primaire jouxtant un espace public fréquenté par les dealers. Enfin, nous montrons que la coexistence est en partie autorégulée, mais repose aussi sur la répression ainsi que sur une médiation organisée par des acteurs associatifs qui permettent un dialogue entre les représentant‑e‑s de l’école, les résident‑e‑s, la police et les dealers.

« I prefer dealers to an empty street »: Coexistence and process of familiarisation in urban context

How can urbanites tolerate, and even see an advantage in, the presence of drug dealers on their streets? Based on an ethnographic study and interviews with residents, shopkeepers and drug dealers on two streets of Geneva (Switzerland) city centre, this paper analyses the dynamics allowing these actors to coexist. We focus on what we call a process of familiarisation. It happens when an individual progressively learns, by getting used to a certain environment, what its normality is, and when he or she should worry. Upholding “normal appearances” is central, as well as moral norms, which drug dealers try to respect. We highlight the spatial dimension of the familiarisation process, by focusing on the close proximity between an elementary school and a public space in which drug dealers congregate. Finally, we show that this coexistence is partly self‑organised, although it is also supported by policing and by community workers who help school representatives, residents, the police force and drug dealers to maintain a dialogue.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Drogues, interaction, ville

Keywords :

City, Drugs, Interaction
Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les dealers et la « culture de la rue »
Des migrants devenus dealers
Le « problème des dealers » vu par les commerçant‑e‑s
Une tolérance sous conditions
Un processus de familiarisation
La familiarité, une construction collective
Réduire l’incertitude
Se rendre tolérable : un consensus moral
Le rôle des frontières
Une coexistence organisée
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les dealers ont l’air assez inoffensifs a priori. Ça vient peut‑être de mes années à Paris, mais je trouve qu’un quartier où il y a toujours du monde à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, c’est plus rassurant qu’un quartier qui serait désert le soir, quand tu rentres tard. […] Les cris qu’on entend le soir, c’est ceux qui ont quelques grammes d’alcool dans le sang, plutôt que les dealers qui, à mon avis, n’ont pas trop intérêt à se faire remarquer.

Marie, la trentaine, a grandi dans le nord de la France et vit à Genève depuis quatre ans où elle travaille dans une organisation non gouvernementale (ONG). Les « dealers » dont elle parle, nous les avons rencontrés à maintes reprises au cours de notre enquête ethnographique dans deux rues de Genève. Seuls ou en groupes, discutant ou passant le temps sur leur téléphone portable, ils attendent leur clientèle de jour comme de nuit. Ces personnes sont originaires d’Afrique de l’Ouest et, dans la plupart des cas, se sont vues refuser...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Felder et Loïc Pignolo, « « Je préfère les dealers à une rue déserte » : coexistence et familiarisation en milieu urbain », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3401

Haut de page

Auteurs

Maxime Felder

Maxime.Felder@unige.ch
Sociologue et doctorant, Département de sociologie, Université de Genève Département de sociologie, Université de Genève, boulevard du Pont d’Arve 40, 1211 Genève, Suisse

Articles du même auteur

Loïc Pignolo

Loic.Pignolo@unige.ch
Assistant de recherche et d’enseignement, Département de sociologie, Université de Genève Département de sociologie, Université de Genève, boulevard du Pont d’Arve 40, 1211 Genève, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page