Navigation – Plan du site

Présentation du débat : Une théorie sociale est‑elle encore possible ?

Presentation of the debate: Is a social theory still possible?
Sylvie Mesure et Emmanuel Renault

Texte intégral

1L’idée de théorie sociale se trouve aujourd’hui au cœur d’un vaste ensemble de discussions, où interviennent principalement des sociologues et des philosophes bénéficiant d’une forme d’institutionnalisation dans des réseaux d’associations internationales de sociologie1 et à travers des revues comme l’European Journal of Social Theory2. Le terme même de « théorie sociale » se trouve au demeurant entendu en des sens différents selon la diversité des traditions nationales qui vient surdéterminer les variations procédant des approches disciplinaires. Pour autant, il renvoie toujours à un projet de connaissance du monde social revendiquant une certaine forme de généralité et de systématicité.

  • 3 . Nous disons « françaises » et non « francophones » car l’idée de théorie sociale est entendue au (...)
  • 4 . Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012 ; Alain C (...)

2Si, ainsi comprise, l’expression de « théorie sociale » a rarement été utilisée en un sens positif par les traditions sociologiques françaises3, et est souvent apparue comme synonyme d’un discours trop théorique détaché de l’enquête empirique, il semble qu’elle soit cependant en passe de retrouver une certaine actualité La motivation de ce dossier de la revue Sociologie est précisément d’interroger, en même temps que ses conditions de pensabilité, la pertinence susceptible d’être accordée à une telle forme de réactualisation du théorique, à travers les orientations qui s’y entrecroisent. Ce possible virage s’esquisse principalement dans un contexte marqué par des formes de surspécialisation disciplinaire et d’isolement des paradigmes, par une sorte de désintérêt pour les impulsions théoriques inscrites dans le projet sociologique depuis sa naissance et enfin par la contestation de la sociologie par des disciplines transdisciplinaires (comme les cultural studies, les post‑colonial studies, etc.). C’est à titre de modification de trajectoire que plusieurs sociologues français ont récemment insisté sur la nécessité de réassumer avec plus de force au moins certaines ambitions d’une dimension théorique associée jadis à la sociologie par ses fondateurs, notamment en soulignant l’utilité de formes de théorisation susceptibles d’unifier les différentes sous‑disciplines4.

3Cette actualité proprement sociologique de l’idée de théorie sociale permet également de voir dans cette dernière une occasion de nouvelles formes de dialogue entre sociologie et philosophie, dans la mesure où des dynamiques partiellement indépendantes tendent également à conférer une nouvelle actualité à la théorie sociale en philosophie sociale et politique.

  • 5  Gerard Delanty écrit ainsi : « Today in the UK there are practically three kinds of sociology, qua (...)
  • 6 . Parmi les publications illustrant ce type de réflexions, voir par exemple Jeffrey C. Alexander, B (...)
  • 7Voir par exemple les études réunies dans Alan Sica (dir.), What is Social Theory? The Philosophica (...)

4Que le concept de théorie sociale puisse se voir doté d’une actualité sociologique présuppose ce qu’en France tout particulièrement on est souvent conduit à contester : les projets de théorie sociale appartiennent à l’histoire de la sociologie. Que la théorie sociale appartienne effectivement à la sociologie, voire qu’elle en constitue une sous‑discipline, c’est ce qui semble plus généralement admis en Angleterre, voire aux États‑Unis ou en Allemagne. On a ainsi pu affirmer que dans la sociologie britannique, le terme de théorie sociale désigne quasiment une sous‑discipline sociologique5 dont l’objet est la réflexion sur les conditions de l’unité ou de l’articulation des différents objets et des différentes méthodes sociologiques, la mise en débat des différents paradigmes, et l’identification des spécificités des sociétés modernes6. Dans le contexte américain, ce genre de réflexions sera plus souvent désigné par le terme de « théorie sociologique » lorsqu’il sera développé par des sociologues, alors que le terme de « théorie sociale » désignera plutôt des théorisations du monde social de type interdisciplinaire ou philosophique7. Mais à l’époque de Talcott Parsons et de Robert K. Merton, les termes « social theory » et « sociological theory » étaient souvent pris l’un pour l’autre. Dans le contexte allemand, le concept de théorie sociale (« Theorie der Gesellschaft », « Gesellschaftstheorie », « Sozialtheorie ») a notamment servi à décrire le programme interdisciplinaire de la théorie critique, chez Theodor W. Adorno (à l’époque où il présidait la Société allemande de sociologie), ainsi que le type d’entreprise systématique qu’a proposé Jürgen Habermas dans sa Théorie de l’agir communicationnel, notamment à travers ses débats avec Niklas Luhmann.

  • 8 . Anthony Giddens, La Constitution de la société, Paris, Puf, 1987.
  • 9  Jeffrey C. Alexander, Action and its environments. Toward a New Synthesis, New York, Columbia Univ (...)
  • 10  Talcott Parsons, Essays in Sociological Theory, Glencoe, The Free Press, 1954, chap. 11 et 17.
  • 11  Robert K. Merton, Social Theory and Social Structure, Glencoe, The Free Press, 1968, chap. 1 et 2.
  • 12 . Theodor W. Adorno et Karl Popper, De Vienne à Francfort. La querelle allemande des sciences socia (...)
  • 13 . Sur les obstacles au développement de la théorie sociale en France, voir notamment F. Vandenbergh (...)

5En dehors de France, l’idée de théorie sociale est ainsi associée à de grands débats ayant marqué le développement de la sociologie : controverse entre T. Parsons et R. K. Merton sur le statut de la théorie sociologique, confrontation de la théorie de l’action et de la théorie des systèmes chez J. Habermas, efforts en vue d’élaborer une synthèse des paradigmes sociologiques chez Anthony Giddens8 ou Jeffrey C. Alexander9. Si la « théorie sociale » a ainsi bénéficié plus souvent d’un droit de cité en dehors de France, c’est sans doute parce que dans la sociologie anglophone aussi bien que dans la sociologie allemande, l’insistance sur la théorie sociale semble initialement avoir eu pour objectif de lutter contre des tendances positivistes qui conduisaient à disqualifier la théorie au profit de la recherche empirique, ou bien à la réduire à des dispositifs hypothético‑déductifs de mise à l’épreuve des hypothèses. C’est en ce sens par exemple que T. Parsons a cherché à défendre la théorie sociale en soulignant que la scientificité passe par la systématisation théorique des résultats empiriques10, position ensuite critiquée par R. K. Merton qui a soutenu que la théorie sociologique ne devait pas viser immédiatement la systématisation la plus générale, mais concentrer son attention sur les « théorisations de moyenne portée11 ». En Allemagne, c’est également pour lutter contre le positivisme de la sociologie allemande, et contre la diffusion de l’épistémologie post‑positiviste poppérienne dans les sciences sociales, que T. W. Adorno a cherché à défendre l’importance de la théorisation et à définir le programme d’une théorie sociale adaptée aux spécificités de la recherche sociale12. D’Émile Durkheim à Pierre Bourdieu, la sociologie française a quant à elle toujours affiché ses ambitions théoriques, ce qui explique que le concept de « théorie sociale » n’ait eu à remplir sa fonction de correctif, et qu’il ait été surtout associé à des entreprises non sociologiques. D’où ce paradoxe : des auteurs comme Pierre Bourdieu ou Luc Bolstanski apparaissent hors de France comme des références majeures de la théorie sociale contemporaine, alors que leurs propositions théoriques n’apparaissent pas ici comme relevant de la théorie sociale, quand elles ne sont pas tout simplement jugée antinomiques avec tout projet de théorie sociale13. Dans la mesure toutefois où la sociologie française n’affiche plus si souvent ses ambitions théoriques, où par ailleurs différents processus d’internationalisation des savoirs sociologiques sont à l’œuvre qui la confrontent à des pratiques de la sociologie thématisant davantage leurs dimensions théorisantes, voire transdisciplinaires, les conditions apparaissent remplies pour qu’aux yeux des sociologues français également, le terme de « théorie sociale » puisse valoir comme correctif d’une forme actuelle de déficit théorique.

  • 14 . Pour une défense de la théorie sociale, comme projet sociologique, contre ces types de disqualifi (...)
  • 15 . Franck Fischbach, Manifeste pour une philosophie sociale, Paris, La Découverte, 2009 ; Emmanuel R (...)
  • 16 . Voir par exemple les travaux de Christian Lazzeri sur les théories de l’estime sociale (et notamm (...)

6Un mouvement comparable est perceptible du côté des philosophes. La défense philosophique de l’idée de théorie a surtout été portée, en France, dans les années 1960‑1970 par l’althussérisme qui était hostile aussi bien à la mise en discussion des paradigmes (il cherchait à refonder le marxisme sur des bases structuralistes bien plutôt qu’à effectuer une synthèse entre les différents paradigmes en conflit à l’époque) qu’à l’idée d’interdisciplinarité. La période qui suivit ne fut pas davantage propice à la théorie sociale. Les disqualifications post‑moderne et déconstructionniste de la théorie et le thème, foucaldien et pragmatiste, de la validité seulement contextuelle des savoirs14, s’accompagnèrent chez les philosophes d’un abandon des projets d’unification théorique de la connaissance du monde social. On observera également un désintérêt des approches normatives pour la connaissance du social : théorie de la justice et théorie de la démocratie. La situation cependant a commencé à changer en ce début de siècle15. Différentes impulsions ont conduit de différentes manières à un regain d’intérêt philosophique pour la théorie sociale16.

  • 17 . Comme A. Giddens, La Construction de la société, op. cit., p. 27 : « L’imprécision de l’expressio (...)

7Il semble donc que le contexte contemporain soit propice à la théorie sociale aussi bien du côté de la sociologie que du côté de la philosophie. Il ne fait pas de doute que l’idée de théorie sociale répondra à des intérêts de connaissance diversifiés et qu’elle désignera des projets différents, selon qu’elle sera investie par des sociologues ou des philosophes. Mais il est vrai également que dans les théorisations sociologiques les plus ambitieuses, la distinction entre ce qui est sociologique et ce qui relève d’une dimension philosophique perd de son évidence. L’idée de théorie sociale peut de ce fait être entendue comme un espace de discussion interdisciplinaire, entre sociologie et autres sciences sociales, entre sociologie et philosophie. Ceux qui tiennent à distinguer « théorie sociale » et « théorie sociologique » y verront une faiblesse, d’autres pourront faire de la bidimensionalité sociologico‑philosophique de la théorie sociale l’une de ses forces17.

8Ce dossier de Sociologie voudrait contribuer à la mise en discussion de cette triple actualité de la théorie sociale, comme projet sociologique, comme projet philosophique, et comme espace de débats possibles entre la sociologie, les autres sciences sociales et la philosophie. Il réunit donc des textes de sociologues et de philosophes dont les points de vue définissent différentes manières de poser le problème comme sociologue et comme philosophe. Différentes manières sociologiques de le poser puisqu’on constatera que l’approche d’un sociologue français qui revendique l’ancrage de son propos dans la tradition sociologique, comme Bernard Lahire, comporte bien des différences avec l’approche transdisciplinaire d’un sociologue australien investi dans les réseaux internationaux de théorie sociale, comme Craig Browne. Différentes manières philosophiques de poser le problème aussi puisqu’on verra Emmanuel Renault définir la philosophie sociale à partir de questions épistémologiques posées par les sciences sociales, alors qu’Axel Honneth la conçoit comme un moyen de résoudre des problèmes normatifs principalement philosophiques.

9Dans sa contribution, Emmanuel Renault propose une définition générale de la théorie sociale, et une analyse des débats relatifs à la pertinence des projets de théorie sociale en sociologie et en philosophie. Il nous livre une cartographie critique des différents modes de théorisation du monde social – théorie sociologique, théorie sociale, philosophie sociale – ainsi qu’une analyse des oppositions qui peuvent être établies à partir de ces formes de théorisation : théorie ancrée vs théorie spéculative, théorie à portée moyenne vs théorie générale, ontologie sociale ou épistémologie des sciences sociales vs théorie sociale, philosophie politique vs philosophie sociale, théorie sociale disciplinaire vs interdisciplinaire. Mais cet effort de clarification conceptuelle ne constitue pas pour Emmanuel Renault une fin en soi ; il vise à développer des arguments en faveur de la défense de la théorie sociale dont la fonction se devrait d’être à ses yeux résolument « dialogique » et « correctrice » en ouvrant un espace de dialogue rationnel entre les différents paradigmes, disciplines et sous‑disciplines, et en luttant contre la fragmentation des connaissances du monde social induite pas la dynamique de « sur‑spécialisation » à l’œuvre aussi bien en philosophie que dans les différentes sciences sociales. Cette fonction dialogique de la théorie sociale a ainsi le double mérite aux yeux d’Emmanuel Renault de nous prémunir, dans le champ des sciences sociales, contre les effets pervers résultant de l’isolement des paradigmes et des disciplines que sont le dogmatisme (« croyance que seul un paradigme ou une discipline possède la vue correcte du monde social ») et le réductionnisme (« croyance que tous les objets du monde peuvent être suffisamment expliqués à partir des objets privilégiés par un paradigme ou une discipline »). Dans le domaine de la philosophie, la théorie sociale sert à lutter contre les abstractions d’une philosophie politique normative trop distante par rapport au savoir produit par les sciences sociales. Se réclamant de Theodor W. Adorno, Emmanuel Renault défend ainsi l’idée que la philosophie doit maintenir un lien constant avec l’ensemble des sciences sociales.

10Les deux articles suivants défendent la théorie sociale en tant que projet sociologique. Bernard Lahire souligne la nécessité d’approches théoriques assez générales pour pouvoir unifier les sous‑disciplines sociologiques, mettre en dialogue les différents paradigmes les uns avec les autres, et fournir un cadre aux emprunts de la sociologie à d’autres sciences sociales. Non sans avoir repéré les différents obstacles rencontrés dans l’élaboration d’une théorie générale de la société, Bernard Lahire invite ainsi la sociologie à ne pas renoncer à ses ambitions les plus théoriques sans pour autant déroger au principe d’ouverture à la réalité empirique. « Science théorico‑empirique de la réalité sociale », elle se doit, pour être fidèle à elle‑même, d’éviter le double écueil de la « théorie théoricienne » dont le lien avec les réalités historiques et sociales est plus qu’incertain et de l’empirisme le plus pointilleux. Pour lui, comme pour Emmanuel Renault, les synthèses théoriques produites par la sociologie ouvrent la possibilité d’une mise en perspective dialogique des différents programmes de recherche comme des disciplines et sous‑disciplines, et sont créatrices « d’effets de sens » nouveaux et originaux qui font progresser l’intelligibilité du social. À la question posée par notre dossier, « Une théorie sociale est‑elle encore possible ? », le sociologue répond donc par l’affirmative, sous certaines conditions cependant, en se référant pour les pointer à la démarche qu’il a lui‑même suivie dans ses nombreux travaux.

11Craig Browne quant à lui propose une vue synthétique des débats qui traversent la théorie sociale contemporaine telle qu’elle est aujourd’hui institutionnalisée dans des réseaux thématiques d’association sociologiques internationales et dans des revues spécifiques. Alors qu’en France, la théorie sociale semble devoir être défendue, principalement au sein de la sociologie et de la philosophie, comme une possibilité de dialogue entre sciences sociales et entre sciences sociales et philosophie, les discussions hors de France se sont institutionnalisées sous une forme qui leur donne une quasi‑autonomie. Il s’agit pour Craig Browne de faire apparaître les grandes lignes de ces discussions, et plus précisément, de réfléchir à l’actualité de la théorie sociale en analysant les tensions qui surgissent entre son projet et ses modes d’institutionnalisation.

12En conclusion du dossier, on trouvera un entretien avec Axel Honneth conduit par Emmanuel Renault. Axel Honneth, dont on peut rappeler qu’il est aujourd’hui l’un des principaux défenseurs d’une philosophie sociale entendue comme théorie sociale normative, qu’il occupa une chaire de sociologie dans les années 1990, et qu’il dirige un institut de recherches interdisciplinaires (l’Institut de recherches sociales de Francfort) précise comment il a entendu l’idée de théorie sociale aux différentes étapes du développement de son projet philosophique, et plus généralement, quelle est selon lui l’actualité de la théorie sociale et à quelles collaborations entre sociologie et philosophie elle peut donner lieu.

Haut de page

Notes

1 .  http://www.social-theory.eu/about.html  ; https://www.isa-sociology.org/en/research-networks/research-committees/rc16-sociological-theory/ ; http://www.socialtheory.org/index.html ; https://tasa.org.au/thematic%20groups/groups/social%20theory/.

2 . Pour une liste non exhaustive, voir http://www.socialtheory.org/social‑theory‑journals.html.

3 . Nous disons « françaises » et non « francophones » car l’idée de théorie sociale est entendue au Québec en un sens plus positif, comme en témoignent les travaux de Michel Freitag (et notamment Dialectique et société, vol. 1 ; La Connaissance sociologique, vol. 2. ; Introduction à une théorie générale du symbolique, vol. 3 ; Culture, pouvoir, contrôle , Montréal, Liber, 2011, 2011, 2013).

4 . Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012 ; Alain Caillé, La Sociologie malgré tout. Autres fragments d’une sociologie générale, Nanterre, Presses universitaires de Paris‑Ouest‑Nanterre‑La Défense, 2015 ; Alain Caillé et Frédéric Vandenberghe, Pour une nouvelle sociologie classique, Lormont, Le Bord de l’eau, 2016.

5  Gerard Delanty écrit ainsi : « Today in the UK there are practically three kinds of sociology, quantitative sociology, qualitative sociology, and an interdisciplinary social theory. Much of British social theory, […] of course also occurs outside sociology, for example in cultural studies, but unlike in North America a good deal of British sociology contains a strong link with social theory, which often simply includes general sociology » (Handbook of Contemporary European Social Theory, Londres/New York, Routledge, 2006, p. XVIII).

6 . Parmi les publications illustrant ce type de réflexions, voir par exemple Jeffrey C. Alexander, Bernhard Giesen, Richard Munch et Neil J. Smelser (dir.), The Micro‑Macro Link, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 1987 ; Walter G. Runciman, A Treatise on Social Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; Jeffrey C. Alexander, Fin de Siècle Social Theory: Relativism, Reduction and the Problem of Reason, Londres/New York, Verso, 1995 ; Peter Wagner, Theorizing modernity. Inescapability and attainability in social theory, Londres, Sage Publications, 2001.

7Voir par exemple les études réunies dans Alan Sica (dir.), What is Social Theory? The Philosophical Debates, Malden, Blackwell, 1998.

8 . Anthony Giddens, La Constitution de la société, Paris, Puf, 1987.

9  Jeffrey C. Alexander, Action and its environments. Toward a New Synthesis, New York, Columbia University Press, 1988.

10  Talcott Parsons, Essays in Sociological Theory, Glencoe, The Free Press, 1954, chap. 11 et 17.

11  Robert K. Merton, Social Theory and Social Structure, Glencoe, The Free Press, 1968, chap. 1 et 2.

12 . Theodor W. Adorno et Karl Popper, De Vienne à Francfort. La querelle allemande des sciences sociales, Bruxelles, Complexes, 1979. Les contributions de T. W. Adorno à cette polémique viennent d’être récemment retraduites dans Le Conflit des sociologies. Théorie critique et sciences sociales, Payot, Paris, 2016.

13 . Sur les obstacles au développement de la théorie sociale en France, voir notamment F. Vandenberghe, « The age of epigones: post‑Bourdieusian social theory in France », in G. Delanty, Handbook of Contemporary European Social Theory, op. cit., pp. 69‑81.

14 . Pour une défense de la théorie sociale, comme projet sociologique, contre ces types de disqualification de la théorie, voir Steven Seidman et David G. Wagner (dir.), Postmodernism and Social Theory. The Debate over General Theory, Cambridge, Blackwell, 1992. Il est symptomatique que la théorie sociale ait été le principal lieu de défense de la théorie comme forme de connaissance spécifique, et que des sociologues plus souvent que des philosophes se soient lancés dans cette défense.

15 . Franck Fischbach, Manifeste pour une philosophie sociale, Paris, La Découverte, 2009 ; Emmanuel Renault, Souffrances sociales. Sociologie, psychologie, politique, Paris, La Découverte, 2008 ; Guillaume Le Blanc, L’Invisibilité sociale, Paris, Puf, 2009 ; Stéphane Haber, Penser le néocapitalisme. Vie, capital, aliénation, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013.

16 . Voir par exemple les travaux de Christian Lazzeri sur les théories de l’estime sociale (et notamment le récent dossier de la revue Terrain/Théorie, no 4, 2016, coordonné par Alice Le Goff et Christian Lazzeri, et consacré à cette question) ou encore le travail de Marie Garrau sur les théories de la vulnérabilité (L’Importance de la vulnérabilité. Vers une politique de la vulnérabilité, Paris, CNRS éditions, 2018).

17 . Comme A. Giddens, La Construction de la société, op. cit., p. 27 : « L’imprécision de l’expression “théorie sociale” est fort utile. En effet, pour moi, la théorie sociale soulève des questions qui renvoient à la philosophie, sans pour autant que son développement constitue d’abord une tâche philosophique ; cela dit, les sciences sociales sont perdues si ceux ou celles qui les font ne les relient pas directement à des problèmes philosophiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Mesure et Emmanuel Renault, « Présentation du débat : Une théorie sociale est‑elle encore possible ? », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 29 mars 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3404

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Renault

emmanuel.renault@wanadoo.fr
Professeur de philosophie, université Paris Nanterre, laboratoire Sophiapol - Université Paris Nanterre, département de philosophie, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre cedex, France emmanuel.renault@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Sylvie Mesure

mesure.sylvie@wanadoo.fr
Directrice de recherche au CNRS, Groupe d’études des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne GEMASS, 20 rue Berbier‐du‐Mets, 75013 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page