Navigation – Plan du site

Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail (Presses de Sciences Po, 2017)

Gaëlle Krikorian
Référence(s) :

Emmanuel Henry (2017), Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 264 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage Emmanuel Henry entreprend une sociologie de l’inaction publique dans le domaine de la santé au travail. Il s’intéresse aux raisons pour lesquelles l’effet des produits toxiques sur la santé au travail reste globalement absent du débat public et est délaissé par l’action publique.

2Ce livre présente deux grandes qualités. Il dresse, d’une part, un panorama riche, précis et pédagogique des travaux menés de part et d’autre de l’Atlantique dans plusieurs disciplines (science politique, sociologie, histoire) sur les rapports entre expertise et action publique. Il montre ainsi de quelle façon les réflexions sur les problèmes publics et la mise à l’agenda, l’historiographie de maladies professionnelles, ou les analyses de l’usage des savoirs médicaux et scientifiques ont été mobilisées afin d’étudier la rencontre entre toxiques industriels et santé. Il nous livre, également, à partir de l’étude de situations empiriques et en s’appuyant sur une enquête qualitative de longue haleine, une analyse fine de la construction et de l’usage d’instruments destinés à mesurer les conséquences sanitaires de produits toxiques.

  • 1 Le système repose sur des tableaux couvrant des pathologies qui sont mises en regard avec des situa (...)

3Comme le pointe E. Henry, le système de reconnaissance des maladies professionnelles d’abord créé pour des pathologies pour lesquelles une relation évidente a pu être faite avec un produit toxique (le plomb avec le saturnisme, par exemple), n’a pas été réformé pour assurer la reconnaissance des cancers professionnels, qui sont pourtant désormais un des principaux enjeux de la santé au travail. Pour comprendre cette politique publique à la « dérive » (« drift ») (Hacker, 2005), et parce que ce sont « dans les arbitrages les plus techniques, dans les décisions les plus discrètes que se joue l’orientation d’une politique publique » (p. 20), l’auteur porte son analyse au cœur de dispositifs techniques et scientifiques. La première partie de l’ouvrage s’attache ainsi aux dispositifs de quantification des maladies professionnelles et d’indemnisation1. La seconde partie du livre est déployée à partir de l’analyse des valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP). Emmanuel Henry nous plonge notamment dans la boite noire de deux comités d’experts : le Scientific Committee on Occupational Exposure Limits (SCOEL), qui propose des VLEP à la Commission européenne, et le Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle (GISCOP93) qui a pour but de dresser la liste des cancérogènes auxquels ont été exposés les patients atteints de cancers durant leur carrière professionnelle en Seine-Saint-Denis.

4L’ouvrage d’E. Henry travaille plusieurs grandes idées. Sans les passer toutes en revue, certaines peuvent être soulignées. Tout d’abord, dans la continuité de ses recherches précédentes sur l’amiante mais en contraste avec elles, E. Henry soulève l’invisibilité dont sont frappés les enjeux de santé au travail, en dépit de dizaine de milliers de nouveaux cas de cancers professionnels chaque année (p. 88). Comment expliquer cette situation ? Si la redéfinition de l’amiante comme risque environnemental menaçant l’ensemble de la société lui a valu d’émerger comme véritable crise sanitaire dans les années 1990 (Henry, 2007), les politiques de santé au travail correspondent à des dispositifs de dépolitisation qui maintiennent les questions de toxiques professionnels hors du débat public. Conséquences de ces dispositifs, la sous-estimation des effets du travail sur la santé (Thébaud-Monty, 1991) va de pair avec une inertie institutionnelle et une absence de prise en charge de ces enjeux. À la suite des travaux de Michelle Murphy (2004) sur le « régime d’interceptibility » des pollutions chimiques, E. Henry propose d’appréhender l’invisibilisation des effets du travail sur la santé et les degrés de visibilité de ces enjeux en terme de construction d’un régime de visibilité/invisibilité propre aux enjeux de santé au travail au sein d’espaces particuliers et dû à des jeux d’acteurs spécifiques (p. 26).

5Les sociologues des sciences ont étudié la façon dont l’ignorance pouvait être délibérément produite ou la science ralentie à dessein (Proctor & Schiebinger, 2008 ; Gross & McGoey, 2015), notamment par des acteurs économiques. Emmanuel Henry insiste lui sur les aspects structurels et durables de la production de l’ignorance. S’inscrivant dans la perspective développée par les recherches sur une « undone science » (Frickel et al., 2010), il prend en compte les facteurs d’inégalités entre groupes d’acteurs qui conduisent à une distribution inégale des connaissances. Certains ont en effet plus de moyens, pour réaliser des études et produire des données ; les industriels disposent d’une capacité (moyens humains, techniques et financiers) à maintenir une vigilance permanente sur certaines questions avec laquelle d’autres acteurs (syndicats, associations, etc.) ne peuvent rivaliser. En outre, si les initiatives militantes produisent des données et une réflexion critique, il existe de fortes tensions avec les experts institutionnels et aucune dynamique durable ne s’est constituée entre le mouvement syndical, associatif ou militant et les acteurs scientifiques légitimes qui pourraient peser sur les définitions juridico-administratives – contrairement à d’autres mobilisations engageant la science, comme celle des malades du sida. L’une des conséquences est qu’aucun dispositif de mesure alternatif ne parvient à proposer une forme de quantification concurrente à celle qui prévaut et alimente les représentations dominantes (comme le montre le second chapitre du livre).

6La question des ressources est liée à celle des relations de pouvoir entre acteurs et des arènes dans lesquelles elles sont produites. Comme le note E. Henry, Pepper D. Culpepper (2010) a montré que des « politiques silencieuses » (« quiet politics »), produites hors du débat public et privilégiant le point de vue des acteurs économiques, ne s’expliquent pas tant par d’intenses efforts de lobbying ou des stratégies explicites de groupes d’intérêt, que par la promotion, dans le cadre d’un processus informel, de politiques favorisant leurs intérêts. Ces efforts sont d’autant plus efficaces dans l’ombre que les problèmes sont peu saillants dans l’espace public (et l’esprit des électeurs). S’éloignant du point de vue structuraliste, E. Henry considère que, pour comprendre la dépolitisation des politiques de santé au travail, il est nécessaire de s’intéresser aux relations entre les groupes d’acteurs, à leur évolution dans le temps (en l’occurrence leur maintien) et à l’intériorisation par les groupes de ces relations comme étant une forme d’« état normal » au sein d’un espace d’activités (pp. 86-87). Des mécanismes de domination enchevêtrés s’appuient sur des inégalités structurelles et durables de ressources et de positions au sein du système d’acteurs, mais aussi sur une forme de compromis sur la façon de gérer les risques professionnels qui n’est globalement pas remise en question mais constitue une forme d’équilibre. C’est ainsi que la santé au travail dans la société française s’est trouvée invisibilisée durablement.

7La comparaison dans l’analyse de formes d’expertise différentes, révélée par l’étude ethnographique des comités d’experts, permet de traiter un aspect absent des recherches sur l’expertise et la sociologie des sciences : la façon dont des connaissances scientifiques sont associées à l’action publique. Comme le fait remarquer E. Henry, si, d’une façon générale, les politiques publiques s’appuient de façon croissante sur des connaissances scientifiques et des processus d’expertise, il convient d’interroger le type de connaissances et de recherches mobilisées, la façon dont elles sont produites, construites et dont elles sont associées à la décision des institutions publiques, notamment au sein des agences publiques d’expertises (pp. 115-119). Dans un premier temps, parce que la modalité de définition des maladies professionnelles adoptée est limitée aux maladies pour lesquelles il est possible d’établir une relation univoque entre l’exposition à un produit et la pathologie, la plupart des cancers ne peuvent être pris en compte – puisqu’il n’est souvent pas possible de leur imputer une cause unique. La progression du raisonnement épidémiologique introduit la notion de risque attribuable – attribuer un x % des cancers du poumon à une cause particulière, par exemple –, qui modifie l’articulation entre science, négociation sociale et décision publique (pp. 53-59). Cependant, le cas des maladies plurifactorielles met en évidence le caractère d’arbitrage social des définitions adoptées dans les tableaux de pathologies et son autonomie, voire sa contradiction, par rapport à une causalité statistique construite par l’épidémiologie. La logique patronale de restriction des tableaux de maladies convergeait avec celle des médecins qui privilégie la précision clinique et de fait va tendre à limiter les cas reconnus de pathologies à indemniser. Après la crise de l’amiante, elle encourage une autonomisation de l’expertise épidémiologique dans le dispositif. Paradoxalement, ceci s’accorde bien avec le fait que, pour assurer une forme d’indépendance vis-à-vis de l’industrie, dans le processus d’élaboration des VLEP, une phase d’instruction scientifique est organisée en amont et séparément d’une phase de concertation et de prise de décision (p. 163). L’association des connaissances scientifiques à la décision se trouve ainsi modifiée, mais conduit toujours à favoriser l’intérêt des industriels. Par ailleurs, la soumission de la logique de la recherche scientifique à celle de la science réglementaire exigée par le comité d’experts qui cherche à fixer des VLEP favorise également la sous-évaluation des risques : la volonté de s’appuyer sur des données scientifiques absolument certaines conduit à établir des valeurs de seuils élevées et donc à ignorer de nombreuses situations. Là encore les industriels n’ont pas à manipuler les experts (produire des fausses controverses ou à semer des doutes), il suffit de laisser opérer les interactions sociales et d’exiger lorsque cela est nécessaire une place croissante à l’expertise scientifique (p. 175). Le choix de se placer sur le terrain techno-scientifique est stratégique pour les industriels et doublement avantageux de leur point de vue. Il fragilise leurs opposants en les emmenant sur un terrain qui ne leur est pas familier : sortir l’exposition aux produits toxiques des questions relatives aux conditions de travail et redéfinir le risque en termes de valeur limite établie sur des bases scientifiques rend plus difficile son appropriation par les acteurs syndicaux. Cela procure aux industriels une capacité décuplée à peser sur les orientations à venir de ces politiques.

8L’ouvrage souligne enfin le renforcement de la transnationalisation du processus d’expertise, à l’œuvre dans un nombre croissant de secteurs d’intervention publique, affermissant la position dominante des industriels qui sont très impliqués dans les milieux scientifiques de la toxicologie à l’échelle européenne et mondiale (p. 209). Prolongement de ce travail, une analyse des circulations des normes et instruments relatifs aux expositions à des toxiques entre différents contextes nationaux pourrait permettre de mesurer encore plus finement l’importance et l’impact de ces processus, mais aussi la façon dont les acteurs industriels en bénéficient et y contribuent.

9Les sciences sociales ont souvent cherché à expliquer la production de problèmes publics, de controverses, leur mise à l’agenda. Ce livre explore au contraire les modalités de gouvernement qui conduisent à éviter les débats publics et les controverses. Cette problématique soulevée dans le cadre de politiques publiques dont l’objet est la réglementation d’activité économique se pose également dans d’autres domaines. Dans des contextes où l’implication et l’action des industriels est secondaire, on peut cependant vouloir chercher à analyser les conditions de l’absence d’un débat public, de controverses, voire de politiques publiques là où elles font défaut. On pourrait alors étudier plus avant le rôle des agencements spécifiques d’impératifs techniques, scientifiques et politiques dans les nouvelles formes de gouvernement y compris dans des domaines où la logique économique n’est pas portée au premier plan par des acteurs industriels.

Haut de page

Bibliographie

Culpepper P. D. (2010), Quiet Politics and Business Power. Corporate Control in Europe and Japan, New York, Cambridge University Press.

Frickel S., Gibbon S., Howard J., Kempner J., Ottinger G. & Hess D. J. (2010), « Undone Science: Charting Social Movement and Civil Society Challenges to Research Agenda Setting », Science, Technology & Human Values, vol. 35, no 4, pp. 444-473.

Gross M. & McGoey L. (dir.) (2015), Routledge International Handbook of Ignorance Studies, London, Routledge.

Hacker J. (2005), « Policy Drift: The Hidden Politics of US Welfare State Retrenchment », in Streeck W. & Thelen K. (dir.), Beyond Continuity. Institutional Change in Advanced Political Economies, Oxford, Oxford University Press, pp. 40-82.

Henry E. (2007). Amiante : un scandale improbable, sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Murphy M. (2004). « Uncertain Exposures and the Privilege of Imperception: Activist Scientists and Race at the US Environmental Protection Agency », Osiris, no 19, pp. 266-282.

Proctor R. & Schiebinger L. (dir.) (2008), Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford, Stanford University Press.

Thébaud-Mony A. (1991), De la reconnaissance des maladies professionnelles en France. Acteurs et logiques sociales, Paris, La Documentation française.

Haut de page

Notes

1 Le système repose sur des tableaux couvrant des pathologies qui sont mises en regard avec des situations de travail susceptibles de les provoquer et un délai maximum de prise en charge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Krikorian, « Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail (Presses de Sciences Po, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3430

Haut de page

Auteur

Gaëlle Krikorian

gaelle.krikorian@gmail.com
Sociologue, post-doctorante à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris, UMR CNRS-Inserm-EHESS-UP13) - IRIS-EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page