Navigation – Plan du site

Marie Duru-Bellat, La Tyrannie du genre (Presses de Sciences Po, 2017)

Emmanuel Beaubatie
Référence(s) :

Marie Duru-Bellat (2017), La Tyrannie du genre, Paris, Presses de Sciences Po, 308 p.

Texte intégral

1Une révolution du genre est-elle possible ? Dans cet ouvrage au ton engagé, Marie Duru-Bellat se penche sur la croyance post-moderne en une possible prolifération des « identités de genre ». Elle avance qu’avec le développement de certaines approches queer, on assiste à la célébration d’une « liberté » d’exprimer son genre indépendamment des modèles de féminité et de masculinité traditionnels. Individualiste, cette tendance psychologisante peut laisser croire à l’existence d’une subjectivité qui préexisterait aux rapports sociaux de sexe. Au risque de l’essentialisme s’ajoute celui du différentialisme, puisque la masculinité et la féminité ne sont plus considérées comme des catégories sociales aux statuts distincts, mais comme de véritables cultures. Face à une obligation contemporaine à se construire comme individu authentique et réflexif, investir ces cultures est source de bien-être personnel autant que de reconnaissance sociale. Mais à force de s’entendre marteler que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus, on en vient, d’après l’auteure, à imaginer des « identités de genre » en apesanteur plutôt qu’ancrées dans le monde social.

2Dans un contexte où la domination se fait de moins en moins explicite, Marie Duru-Bellat nous livre une étude des composantes symboliques des inégalités entre hommes et femmes. Loin de décliner, ces normes et discours « contre lesquels aucune législation ne peut rien ou pas grand-chose » (p. 15) œuvrent toujours, nous dit-elle, sous des habits neufs, à différencier et hiérarchiser deux (et seulement deux) catégories de sexe. Au fil des chapitres, le texte évolue de la description « des conduites genrées à la critique du genre » (p. 16) dans une démarche résolument sociologique, bien que parfois proche de l’essai. Centré sur la construction des normes de féminité, l’ouvrage aborde la littérature sur les pratiques et apprentissages liés au genre et sur les manières dont ce dernier façonne les subjectivités – autrement dit les « identités de genre » – tout en proposant une analyse critique des discours sociaux et scientifiques qui réifient ce rapport social, y compris lorsqu’ils visent à le déconstruire. Car si « la tyrannie du genre » caractérise le poids des normes qui s’exercent sur les individus, en particulier les femmes, elle s’immisce parfois aussi – et c’est là l’analyse la plus originale de l’ouvrage – dans les études et les mobilisations qui entendent la combattre.

3La tyrannie du genre commence dès le plus jeune âge. Différentielle selon le sexe, la socialisation inculque des stéréotypes que l’individu incorpore. Depuis les jouets et les loisirs jusqu’au choix d’orientation et au métier exercé, en passant par le travail du corps et les relations amoureuses et sexuelles, une multitude d’instances – décrites dans le chapitre 1 – prescrivent des pratiques propres à chaque sexe, qui construisent des dispositions et des goûts bien spécifiques. La socialisation de genre forme à des compétences, mais aussi à des incompétences, conduisant à ce que l’auteure appelle la « menace du stéréotype » (p. 50) : le fait pour une fille d’estimer qu’elle a peu de chances de réussir dans un domaine fortement masculinisé affaiblit de fait ses chances d’y arriver. Reproduit par la famille, l’école, le groupe de pairs, les médias, mais aussi, contre toute attente, par certaines mouvances féministes, le genre agit ainsi tel une prophétie auto-réalisatrice, synonyme de « performativité » chez Judith Butler (2006 1990). C’est une succession d’actes prescrits qui forge la différence supposée naturelle entre les sexes.

4La différence des sexes est une invention moderne, rappelle l’auteure, citant Thomas Laqueur (1992). Mais ce qui distingue particulièrement notre époque, c’est une libéralisation qui laisse croire à un libre jeu des « identités » dans lequel chacun-e pourrait endosser le genre qui lui convient, voire pas de genre du tout. Cette illusion du choix personnel contraint plus qu’elle ne libère. La célébration post-moderne de l’« identité de genre » produit de nouvelles injonctions envers les femmes, sans pour autant que les contraintes sociales et matérielles qui pèsent sur elles ne s’amenuisent. Ainsi, censées être désormais libres, les femmes sont pleinement responsabilisées pour les fonctions qui sont toujours bel et bien assignées à leur sexe, et que Marie Duru-Bellat passe méticuleusement en revue dans le chapitre 2. Si elle entend faire gagner les femmes en pouvoir d’agir, la culture féministe du girl power (quelque peu uniformisée par l’auteure) les renvoie dans le même temps à l’apparence physique qu’elles sont tenues d’entretenir pour rester séduisantes aux yeux des hommes. Quant à la contraception, souvent présentée comme une révolution, elle les oblige à une disponibilité sexuelle constante auprès de leurs partenaires masculins, ainsi qu’à une abnégation parfaite vis-à-vis de leurs enfants, qu’elles auraient pu choisir de ne pas avoir. Dans ce contexte, il importe, selon Marie Duru-Bellat, de ne pas surestimer la réduction des inégalités entre hommes et femmes, d’autant plus que la rhétorique de l’« identité » tend à essentialiser leurs prétendues différences.

5L’auteure décrit une recrudescence du naturalisme. Bénéficiant d’un reclassement contemporain, les sciences dites dures sont amenées à se prononcer sur de nombreux enjeux de genre et de sexualité. Dans un bref chapitre 3, Marie Duru-Bellat décrit leurs discours sur la différenciation sexuée des corps, mais également ceux des sciences humaines qui, en prenant le contre-pied de ces sciences « dures », peuvent réifier à leur tour l’idée d’un sexe biologique comme donnée naturelle préexistant au genre. Car en laissant croire à l’existence d’« identités » certes transgressives mais dissociées de toute socialisation, les études sur le genre en viennent parfois à les présenter comme une essence.

  • 1 Les trans’ sont des personnes qui ne s’identifient pas au sexe qui leur a été assigné à la naissanc (...)

6L’« identité » est toujours « intimement sociale », défend Marie Duru-Bellat dans un chapitre 4 particulièrement puissant. Il n’est pas de substance intérieure à l’individu qui ne soit socialement construite. Pour preuve, l’auteure avance la variabilité de l’« identité de genre » en fonction des cadres sociaux de l’interaction, notamment selon que l’environnement est mixte ou non. Invoquant les trans’1 comme contre-exemple, puisqu’ils-elles ne s’identifient pas au sexe qui leur a été assigné, la sociologue pointe qu’ils-elles respectent malgré tout les normes de leur sexe d’arrivée (une analyse qui aurait mérité davantage de nuance au vu de la mobilité sociale qu’ils-elles expérimentent). En d’autres termes, les rapports sociaux de sexe modèlent les subjectivités de genre. Dans un contexte où la domination se fait symbolique plus que coercitive – bien que la plupart de ses aspects matériels ne se trouvent pas diminués – le discours du consentement se démocratise, instrumentalisant parfois même certaines rhétoriques féministes. Convoquant Nicole-Claude Mathieu (1991), l’auteure rappelle cependant que « céder n’est pas consentir » (p. 220) : les recompositions de la domination la rendent certes moins visible mais non moins violente.

7Dans ce contexte, penser l’émancipation des femmes est complexe. Le chapitre final de l’ouvrage s’interroge sur les stratégies pertinentes à ce propos : faut-il privilégier l’égalité dans la différence ou l’indifférenciation de genre ? D’un côté, la libération des mœurs, productrice de nouvelles injonctions, n’émancipe pas vraiment les femmes. De l’autre, le dépassement du genre voulu par certains mouvements queer tend à invisibiliser des rapports sociaux de sexe toujours bien présents, omettant ainsi de les dénoncer et de les combattre. Marie Duru-Bellat invite donc à « militer avec le genre » (p. 271), mais au sens du système de production et de hiérarchisation des catégories de sexe. « Même si la notion de genre est incontestablement utile voire nécessaire en termes de mobilisation et bien sûr de recherche, magnifier le genre avec sa contrepartie psychologique entretient les formes symboliques de la domination masculine en ce qu’elle enferme les personnes des deux sexes dans des identités prédéfinies » (p. 270). Revenant sur un dilemme classique des mouvements féministes (et plus généralement, des luttes menées par les groupes minorisés), l’auteure réaffirme que la notion de genre demeure pertinente dans le cadre des mobilisations collectives et des recherches, puisqu’elle permet d’objectiver les inégalités, mais qu’il convient de prendre garde au différentialisme et à la naturalisation.

8En conclusion, Marie Duru-Bellat invite à mettre ce féminisme réflexif en pratique. Elle pointe les limites des revendications qui, selon elle, réassignent les femmes à leur sexe, comme l’écriture inclusive (bien qu’elle l’utilise partiellement) ou la parité. La sociologue préconise plutôt de s’attaquer au développement exponentiel d’un différentialisme heureux, notamment dans le domaine de l’éducation familiale et scolaire. Car dans un contexte de convergence objective entre les trajectoires sociales des hommes et des femmes (chose que des sociologues plus matérialistes pourraient contester), la « face subjective du genre » (p. 280) constitue, selon l’auteure, le bastion de la domination masculine le plus résistant de notre époque. Pour Marie Duru-Bellat, c’est de cette dimension identitaire dont il est urgent de se défaire. Cependant, elle ne suggère pas de renoncer à toutes les facettes de l’« identité ». En effet, elle imagine une transition d’un monde où le genre est un mode de vie à un univers fait de « genres de vie tous différents » (p. 290), dans lequel l’identité se construirait sur d’autres registres que celui de l’appartenance de sexe (une utopie qui peut sembler contredire sa critique de l’illusion du choix individuel de l’« identité »). L’auteure plaide ainsi pour une pluralité de modes de subjectivation, pourvu qu’ils ne se réfèrent pas au genre.

9L’ouvrage de Marie Duru-Bellat apporte une contribution inédite aux analyses sociologiques sur le genre. Il se penche sur une notion venue de la psychologie états-unienne et que beaucoup de sociologues ont adoptée, ou n’osent critiquer : l’« identité ». Si les chercheur-e-s sont réticent-e-s à la questionner, c’est entre autres parce qu’elle touche au sujet sensible des trans’, ou encore de ceux-celles qui ne se disent ni homme, ni femme. Marie Duru-Bellat mentionne ces populations tout au long de l’ouvrage, même si l’on peut regretter que, constituant un simple contrepoint d’analyse, elles se trouvent homogénéisées. En effet, on peut penser que, comme chez les femmes, il existe chez les trans’ une diversité de rapports, socialement situés, aux normes de genre. De manière générale, si l’auteure déroule de riches analyses sur la domination symbolique, on regrette qu’elles ne soient plus intersectionnelles, ne serait-ce que parce que la domination est plus ou moins symbolique selon les milieux sociaux. Ce parti pris est toutefois justifié par sa position quant à la nécessité de penser un « nous, les femmes » dans le cadre de la recherche et des mouvements féministes. Mais on s’interroge alors sur la description de certaines revendications – dont la parité ou l’écriture inclusive – comme étant contre-productives en cela qu’elles réifient la catégorie femme. Les écueils du différentialisme ou de l’essentialisation étant de toute façon inévitables, n’est-il pas préférable d’en prendre le risque plutôt que de laisser perdurer une coûteuse invisibilité ? Traditionnelle dans le champ des études et mobilisations féministes, cette question manque peut-être de réponses nouvelles dans l’ouvrage. Toutefois, elle est finement actualisée, l’auteure démontrant qu’à la problématique classique de la diversité sociale interne au groupe des femmes s’ajoute celle, plus contemporaine, de la diversité subjective des « identités de genre », avec tous les risques de dispersion qu’implique leur prise en compte excessive. Les analyses de Marie Duru-Bellat sont ainsi particulièrement éclairantes à une époque où les études de genre en viennent parfois à perdre de leur sens.

Haut de page

Bibliographie

Butler J. (2006 1990), Trouble dans le genre. Le Féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte.

Laqueur T. (1992), La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard.

Mathieu N.-C. (1991), L’Anatomie politique, Paris, Côté femmes.

Haut de page

Notes

1 Les trans’ sont des personnes qui ne s’identifient pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance et qui entreprennent d’en changer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Beaubatie, « Marie Duru-Bellat, La Tyrannie du genre (Presses de Sciences Po, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3434

Haut de page

Auteur

Emmanuel Beaubatie

emmanuel.beaubatie@gmail.com
Sociologue, docteur de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (EHESS-CNRS-INSERM-Paris 13) - IRIS-EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page