Navigation – Plan du site

François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot, Sabine Rozier (dir.), L’Ordinaire du Politique. Enquêtes sur les rapports profanes au politique (Presses universitaires du Septentrion, 2016)

Thomas Chevallier
Référence(s) :

François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot, Sabine Rozier (dir.) (2016), L’Ordinaire du Politique. Enquêtes sur les rapports profanes au politique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 412 p.

Texte intégral

version postprint

1Depuis le début des années 2000, la sociologie politique francophone connaît un renouvellement des approches de la politisation et du rapport au politique des citoyens dits « ordinaires » ou « profanes », c’est-à-dire des non-professionnels de la politique. Un ensemble de travaux discutent l’approche par la seule compétence politique qui conduirait à voir chez la majorité des non-professionnels de la politique un déficit voire une absence de rapport au politique. Cet ouvrage constitue une contribution à ce débat épistémologique, ou plutôt apporte des contributions plus ou moins hétérogènes quant aux positionnements respectifs de leurs auteurs par rapport à ce débat.

2Après une introduction générale des codirecteurs et codirectrices, la majeure partie de l’ouvrage est scindée en « cadres élémentaires » ou « dimensions » du rapport ordinaire à la politique : les « milieux sociaux du vote : des beaux quartiers aux cités » ; l’« inscription du vote dans les territoires périurbains et ruraux » ; les sociabilités professionnelles ; les sociabilités au quotidien ; les rapports aux élus ; les rapports aux médias ; la communication politique ordinaire. Pour chacune de ces dimensions, deux contributions issues de travaux individuels sont proposées, ainsi qu’un bref résumé croisé par l’un-e des codirecteurs-trices qui permet d’en bien cerner les apports communs et spécifiques. Dans la dernière partie, les co-directeurs de l’ouvrage restituent certains aspects d’une enquête par entretiens panélisés qu’ils ont mené ensemble. Par manque de place, cette recension se concentrera sur l’introduction générale et les contributions nous semblant les plus innovantes.

3Dans l’introduction générale, François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot et Sabine Rozier posent les enjeux du débat épistémologique et défendent une position commune. S’ils reconnaissent les vertus des approches dites « extensives », qui conduisent à se départir d’une conception strictement cognitiviste et légitimiste de la politisation en prenant la communication ordinaire comme terrain d’investigation à part entière, ils en critiquent la tendance à « oublier la domination » et à diluer la spécificité même de l’objet politique. En effet, en mettant l’accent sur les capacités de résistance des dominés, les approches extensives tomberaient dans l’écueil du populisme décrit par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989). Or, entre populisme et misérabilisme, les codirecteurs choisissent le second : pour « prendre la mesure des effets, ségrégatifs et excluants, de nos systèmes démocratiques » (p. 15), il convient de traiter du rapport à la politique institutionnelle comme un champ d’activité spécifique.

4En revanche, ils défendent une extension de l’approche par l’« ordinaire ». Cette catégorie est entendue en plusieurs sens. En plus de désigner un certain type de public : les « profanes » de la politique, elle renvoie aussi à certaines caractérisations de situations sociales. Le rapport « ordinaire » au politique peut s’étudier dans des situations et pratiques « instituées » ayant lien avec la politique institutionnelle, comme le vote, la campagne électorale, les émissions politiques télévisées, les lettres de démarchage des élu-e-s, etc. En ce sens, s’intéresser à l’ordinaire ne conduit pas à exclure les moments rares, tels qu’une campagne électorale ou un référendum. En croisant ces différents sens, l’ouvrage montre l’intérêt scientifique qu’il y a à étudier le rapport à la politique institutionnelle des individus au plus proche de ce qui constitue leur vie quotidienne et leur monde social. Si les contributions dans l’ouvrage témoignent de positionnements différents dans le débat entre approches de la politisation, elles ont en commun cette dimension d’approche par l’ordinaire.

5Ivan Sainsaulieu, Muriel Surdez et Éric Zufferey restituent une enquête par entretiens sur la place de la politique dans trois milieux professionnels distincts en Suisse. Ils explorent l’hypothèse selon laquelle certains milieux professionnels seraient plus favorables à la discussion politique et au vote. Par exemple, ils montrent à propos d’un petit nombre d’ingénieurs en Suisse que leur socialisation « scientifique » les conduit à ne pas se positionner pour un camp, ni sur un sujet sans avoir le sentiment d’être assez informé dessus ; ils valorisent la discussion, mais n’en reconnaissent l’intérêt que si elle est « constructive » donc non-conflictuelle.

6Éric Agrikoliansky relate une partie de son enquête par entretiens téléphoniques auprès d’habitants du seizième arrondissement de Paris. Il montre que la « logique de l’oblique » par laquelle Richard Hoggart (1970) caractérisait le rapport à la politique et à la culture des classes populaires – une combinaison de méfiance et de distance – peut s’appliquer aux classes supérieures : « La force de l’évidence avec laquelle une fraction importante de la bourgeoisie s’identifie à la droite semble paradoxalement produire des formes de dépolitisation ou de refus de la référence au politique, relevant de ce qu’on pourrait nommer un apolitisme politisé. » (p. 32).

7Éric Darras et Sandra Vera Zambrano discutent le traitement scientifique des rapports ordinaires aux médias et leur influence politique, notamment sur les classes populaires. Ils critiquent le fait que les universitaires ne s’intéressent pas à la réception des médias people, partant du principe qu’ils sont vecteurs de dépolitisation. À rebours de ces approches, ils rappellent que, lorsqu’on prend au sérieux et qu’on étudie les pratiques médiatiques ordinaires : « On se trouve souvent face à ce paradoxe d’un profond désintérêt pour la compétition politique qui accompagne pourtant le discrédit et l’ironie sur les leaders politiques et une sacralisation du système politique, spontanément jugé important, voire très important. » (p. 278). Plutôt qu’une absence de rapport à la politique, la distance et l’indifférence dont ces médias témoignent, relèvent finalement d’une forme de consentement, de reconnaissance de la légitimité du pouvoir et de la domination. Dans l’ensemble des contributions, le rapport à la politique est ainsi montré au-delà du seul vote, comme complexe voire potentiellement contradictoire.

8Les différentes contributions se rejoignent également dans l’effort de « réencastrer » l’analyse du rapport à la politique des individus dans leurs trajectoires biographiques et leurs relations sociales. Les rapports à la politique sont façonnés par les réseaux, les sociabilités, les milieux sociaux et les interactions quotidiennes. Julien Audemard montre l’intérêt de la démarche d’« échantillonnage en boule de neige » pour comprendre l’influence des relations sur le vote et les opinions. Cette méthode consiste à faire passer des questionnaires à une première vague d’enquêté-e-s proches du chercheur, puis à leur demander de faire passer ces questionnaires à d’autres individus, qui feront de même, avant de revenir avec eux-elles par entretiens sur les différents choix et péripéties de leur enquête. En cherchant à objectiver les logiques régissant la sélection des personnes interrogées, les interactions lors des passations de questionnaires, J. Audemard montre que ses enquêteurs-trices recruté-e-s ont tendance à passer le questionnaire à des personnes assez proches d’eux-elles (il mobilise l’expression de « liens forts ») pour minimiser la dimension politique et donc le risque de conflictualité.

9Les contributions de l’ouvrage sont particulièrement attentives aux biais induits par la relation d’enquête. Leurs analyses réflexives produisent elles-mêmes des résultats ou hypothèses. Ainsi, Philippe Aldrin et Marine de Lassalle, en revisitant les matériaux d’une enquête d’opinion par entretiens semi-directifs sur le rapport profane à l’Europe, analysent le « parler politique » (du côté de l’enquêté) et le « faire parler politique » (du côté de l’enquêteur) (p. 300). Les situations de sollicitation d’opinions telles que la situation d’entretien sont contraintes par des « effets d’auditoire » dont découlent des impératifs de justification, de cohérence des opinions, de coopération avec l’interlocuteur ou encore de « dialogisme ». Or, les individus apprennent tout au long de leur vie, par l’expérience plus ou moins effective et répétée de ces situations, à plus ou moins répondre à ces impératifs. Les auteurs parlent de « disposition à la socio-individuation des opinions » pour désigner la capacité à s’auto-positionner dans une cartographie du monde social spécifique à soi et y appuyer ses opinions. Cette disposition serait nécessaire pour répondre sans malaise à l’entretien d’opinion. Si elle n’est pas indexée à la compétence (« l’alphabétisation ») politique, elle se révèle néanmoins inégalement répartie car certains individus fréquentent peu d’espaces interactionnels propices à l’expérience (de discours) d’identifications et de production d’opinions.

10Céline Braconnier s’intéresse quant à elle aux impensés et implications épistémologiques des travaux consacrés à l’influence des conversations ordinaires sur les rapports ordinaires à la politique. À l’encontre de l’usage des focus groups en laboratoires, C. Braconnier établit, en s’appuyant sur les travaux de Diana Mutz (2006), que « de telles expérimentations sous verre se privent en effet des moyens de réalisme sociologique » (p. 328) en ce qu’elles extraient les individus des milieux sociaux dans lesquels ils (re)produisent leurs identifications, opinions et positions (électorales). Céline Braconnier en vient à valoriser l’ethnographie comme méthode privilégiée pour accéder au quotidien : « Le gros avantage de ce retour au terrain réside dans les possibilités qu’il ménage de travailler sur les conversations en comprenant de quoi elles sont faites concrètement. Car dans cette littérature qui met en œuvre le paradigme conversationnel, on observe une sorte de trou noir [qui expliquerait] une très (trop) grande liberté d’interprétation. » (p. 329). Pour autant, aucune des contributions ne proposent la restitution d’une enquête ethnographique. Et pour cause, C. Braconnier comme les codirecteurs mettent en avant, notamment en s’appuyant sur l’article de N. Mariot (2010), les difficultés et coûts de l’approche ethnographique, qui par ailleurs justifieraient le report de la recherche sur d’autres méthodes d’enquête innovantes, comme l’entretien de groupe in situ, l’échantillonnage en boule de neige présenté par F. Audemard, ou encore la revisite développée dans la contribution de Christèle Marchand-Lagier, ou l’enquête d’opinions par entretiens panélisés dont un exemple est présenté par les codirecteurs en fin d’ouvrage. Ce livre constitue donc un apport certain aux débats scientifiques portant sur la question du rapport ordinaire au politique. Mais la diversité des contributions qu’il assemble ne conduit pas à construire un positionnement clair dans ces débats. Dans plusieurs contributions, on voit comment une approche au départ restrictive de la politisation, en passant par l’ordinaire, débouche sur une approche plus extensive. Ce cheminement dialectique atteste de la pertinence de combiner les deux types d’approche, comme ont par exemple pu le proposer Sophie Duchesne et Florence Haegel (2004).

Haut de page

Bibliographie

Duchesne S. & Haegel F. (2004), « La politisation des discussions, au croisement des logiques de spécialisation et de conflictualisation », Revue française de science politique, vol. 54, no 6, pp. 877-909.

Grignon C. & Passeron J.-C. (1989), Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard/Seuil.

Hoggart R. (1970), La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit.

Mariot N. (2010), « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, vol. 92, no 4, p. 165.

Mutz D. C. (2006), Hearing the Other Side: Deliberative versus Participatory Democracy, Cambridge, New York, Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Chevallier, « François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot, Sabine Rozier (dir.), L’Ordinaire du Politique. Enquêtes sur les rapports profanes au politique (Presses universitaires du Septentrion, 2016) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3438

Haut de page

Auteur

Thomas Chevallier

thomas.chevallier@univ-lille2.fr
Doctorant en science politique, université Lille 2 (Ceraps-UMR 8026)/Centre Marc Bloch (Humboldt Universität zu Berlin) - CERAPS, 1 place Déliot, BP 629, 59024 Lille cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page