Navigation – Plan du site

Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure du big data (Seuil, 2015)

Victor Potier
Référence(s) :

Dominique Cardon (2015), À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure du big data, Paris, Seuil, 112 p.

Texte intégral

1Le sens commun prête aux algorithmes intelligence et pouvoir. Définis comme « une série d’instructions permettant d’obtenir un résultat » (p. 7), ils sont des structures logiques présidant au fonctionnement de calculateurs appliqués à de gigantesques bases de données, les « big data ». Dans le domaine de l’Internet, qui intéresse Dominique Cardon, ces algorithmes sont aujourd’hui nombreux. Par exemple PageRank, l’algorithme organisant le moteur de recherche de Google, classe les résultats selon le nombre de liens hypertextes des pages référencés. D’une autre façon, l’algorithme NewsFeed conçu par Facebook, sélectionne le contenu affiché dans le « Fil d’actualité » de l’usager en fonction de la probabilité qu’il y réagisse. On découvre ainsi dans l’ouvrage les mécaniques internes qui font fonctionner des services aujourd’hui familiers (Google, Twitter, Wikipédia, Facebook, Amazon, Deezer, ou encore Netflix), ainsi que des logiciels moins fameux de cartographie (OpenStreet), ou de prédiction algorithmique du crime (PredPol). Publié dans la collection « La République des idées » au Seuil, l’enjeu socio-politique de l’ouvrage est affiché dès les premières pages : « Nous fabriquons ces calculateurs, et en retour ils nous fabriquent. » Les algorithmes entendent « chiffrer le monde » et le « rendre calculable en tout » (p. 9), opérant une « révolution des calculs » animée par la production massive de données numériques, d’une part, et par le besoin de « donner du sens à ce magma de données brutes », d’autre part (p. 12). Dans un contexte de coproduction des contenus et donc de production massive de données personnelles, l’ouvrage s’attèle à déconstruire la dimension agissante de ces calculateurs sur les pratiques individuelles sans verser néanmoins dans les promesses d’une révolution anthropologique ni dans les craintes d’une toute-puissance panoptique. En se demandant «  À quoi rêvent les algorithmes ? », Dominique Cardon s’approprie l’anthropomorphisme au travers duquel le sens commun tend à se les représenter ; il veut « allonger les algorithmes sur le divan et entendre la variété de leurs désirs », en promouvant le rapprochement au plus près de ces objets pour comprendre les enjeux de leurs usages (p. 13). Aussi le programme de l’ouvrage est-il d’ouvrir les boîtes noires des algorithmes – ou peut-être ne pas les laisser se refermer –, pour mettre au service d’un enjeu démocratique plus large leur déconstruction socio-technique. Ce faisant, l’auteur structure son ouvrage autour de quatre chapitres : « Quatre familles de calcul numérique » (p. 17), « La révolution dans les calculs » (p. 39), « Les signaux et les traces » (p. 55) et « La société des calculs » (p. 89).

2Dans le premier chapitre, Dominique Cardon présente une typologie opérée « en fonction de la place qu’occupe le calculateur par rapport au monde qu’il entend décrire » (p. 17). La première famille de calculateurs est située « à côté du web ». Ils calculent la popularité et l’audience des contenus, tel que le fait par exemple l’outil Google Analytics avec le nombre de clics sur une page, mais achoppent à analyser conjointement des individus profilés et leurs comportements (p. 23) et à calculer l’efficacité des messages (p. 24). La seconde famille se place « au-dessus du web » et hiérarchise l’autorité des sites en fonction des liens que les pages tissent vers d’autres pages. Axé sur le modèle du référencement scientifique, cette famille de calculateurs – le Page Ranking de Google est pris en exemple – assure « l’autorité des méritants », tout en centralisant les jugements des pairs jusqu’à créer des effets d’exclusion (pp. 26-27) de l’information. La troisième famille se situe « dans le web », et vise à quantifier les interactions entre internautes – les « Likes » sur Facebook par exemple. Cette « fabrique de la réputation » (p. 29) produit une vision du monde social notable et calculable en tout point, mais se réalise au moyen d’une « myriade de calculateurs » produisant une réputation au sein de « bulles », de façon « bien trop contextuelle pour être véritablement commensurable » (p. 32). Enfin, la quatrième famille de calculateur se situe « au-dessous du web » pour opérer de la prédiction par les traces que laissent les usagers, inscrivant les calculateurs dans une entreprise destinée à « disqualifier la sagesse et la pertinence de l’esprit humain » (p. 34). Ce premier chapitre expose un enjeu structurant l’ouvrage ; celui du rapport entre les humains et les machines. Les «  big data » proviennent des traces et des signaux laissés par les individus, des achats sur Internet aux activités sur les «  réseaux sociaux  ». Mais si les capacités machiniques des calculateurs transcendent les limites de l’esprit humain, ce sont pourtant bien des individus de chair et d’os qui les conçoivent et interprètent leur production. En explorant la constitution technique et idéologique de ces objets, l’auteur montre donc l’ampleur des associations humaines et techniques dans lesquels se placent les calculateurs et leurs algorithmes, larges réseaux destinés à rendre intelligibles les traces humaines.

3Le second chapitre met ainsi en lumière les questions sociales, techniques, mais aussi épistémologiques, qui structurent l’analyse de cette « révolution des calculs ». Dominique Cardon montre que les promesses fantasmées des algorithmes, leurs rêves, sont de créer un monde codable, calculable et quantifiable ; à la fois impossible à intégralement coder, calculer et quantifier. L’auteur se demande comment « nos sociétés se représentent à travers leurs chiffres » (p. 39). Il observe que les mesurés deviennent calculateurs, de sorte que « les statistiques entrent dans les subjectivités individuelles pour calculer le réel » (p. 41), ayant pour effet la clôture des boîtes noires et une diminution des capacités de rétroaction sur elles (p. 44). Dans ce mouvement, les catégories et les modèles d’analyse du social (comme les CSP par exemple) se font « déborder » (p. 44) au profit d’une recherche des corrélations individuelles partant des traces et des signaux. Dominique Cardon relève ainsi que le fait de « capturer des évènements bruts » (p. 50) substitue « à une théorie des comportements unifiés […] une mosaïque constamment révisable » (p. 51) : de traces en signaux, les algorithmes prédisent des causes fondées sur les conséquences mêmes de leurs prédictions et cherchent à faire advenir des futurs socio-économiques.

4Le chapitre 3 explore l’ambition des algorithmes de décharger l’usager des parts les plus mécaniques et répétitives de ses actions pour les déplacer sur les machines, tout en montrant de quelle manière ces mêmes machines rétroagissent paradoxalement avec les humains en les mécanisant, en régularisant leurs logiques d’action et de coordinations collectives, voire en les déprenant du sens de leurs actions. Dominique Cardon analyse les calculateurs comme de gigantesques « machines statistiques » destinées à analyser « les signaux et les traces » (le titre du chapitre) de sorte à « coupler des infrastructures de calcul à des habitudes profondément routinières » (p. 65). Si l’auteur remarque ainsi que le prisme de ces machines consiste à observer la société comme un laboratoire empli de cobayes (p. 62) et que parfois la compréhension des actions opérées par les machines apprenantes échappe à leurs propres concepteurs (p. 61), il relève également que « les automates fonctionnent en faisant confiance à l’algorithme de leurs utilisateurs » (p. 65). Par cette métaphore, l’auteur suggère d’inverser l’analyse pour montrer que ces calculateurs prédictifs réifient la structure sociale en posant l’« hypothèse que notre futur sera une reproduction de notre passé » (p. 70), dessinant un « comportementalisme radical » comme produit de l’habitus réifié par la machine. L’apport d’une telle analyse des algorithmes en tant que modèles de logique prescrits permet d’ouvrir la voie à une analyse critique des calculateurs comme modélisations informatiques de mécanismes de reproduction sociale. Par exemple l’utilisation d’un moteur de recherche ou d’une plateforme marchande en ligne oriente l’individu par la mise en visibilité de contenus spécifiquement choisis, sur la base d’actions déjà accomplies, vers la consommation de biens culturels ou vers la structuration de réseaux de sociabilité. Les algorithmes participent-ils alors à rigidifier, voire à renforcer, des inégalités capitalistiques préexistantes ?

5Le dernier chapitre, enfin, dévoile dans son ampleur l’interrogation politique qui structure l’ouvrage : quels avenirs démocratiques les futurs de l’intelligence artificielle dessinent-ils ? À parler de machines, l’ouvrage traite en réalité des humains : ceux qui produisent des données pour les algorithmes, mais aussi ceux qui travaillent à produire du sens et à interpréter les résultats issus des processus machiniques. Dans la mesure où ces objets « idiots » (p. 84) n’incorporent que la morale de leurs concepteurs, Dominique Cardon traite de ce qui est fait des algorithmes autant que de ce qu’ils sont. Il montre que la « coordination virale de l’attention » permet, paradoxalement, de permettre « aux individus de se sentir de plus en plus libres de leur choix » (p. 91). Il relève que l’exacerbation des métriques méritocratiques permet aux « excellents de faire sécession » (p. 94), mais aussi de renouveler les formes de l’action collective (p. 97). Finalement, l’auteur invite à « passer en manuel », pour reprendre la main sur ce qu’il appelle « l’environnement technique invisible », souhaité par les algorithmes pour « nous orienter sans nous contraindre » (p. 100).

  • 1 Au sens de Gilbert Simondon (1958), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

6En ce sens, Dominique Cardon tisse les enjeux politiques de son ouvrage au fil de ce qui apparaît être une critique simondienne1 du monde des algorithmes. Mais « les rêves des algorithmes ne sont que de rêves » (p. 100), et au contraire de leurs promoteurs, sans doute ne rêvent-ils pas. L’ouvrage anthropomorphise ces « machines statistiques » pour amener le lecteur à considérer les ambitions politiques et économiques qu’ils encapsulent. En résulte le postulat implicite que l’évolution de ces objets techniques n’est pas concomitante à celle de leur environnement social, mais en devient la cause. Observé par le judas de la machine, l’individu apparaît comme un flux, une entité définie par ses signaux et ses traces. Mais quid de la capacité d’appropriation et d’action des usagers ? Dominique Cardon décrit des internautes capables de « multiplier les comportements de jeu » avec les métriques de calcul pour augmenter leur visibilité en ligne (p. 98), des individus « vagabonds, diversifiés, stratèges », qui oscillent entre « confort du guidage » et débrayage « pour explorer et se perdre » (p. 103). À notre sens, cette évocation des logiques quotidiennes de l’action humaine, face à laquelle « l’emprise des calculateurs […] semble s’évaporer » (idem) soulève la problématique plus large de l’analyse des usages de ces objets par des individus qui, dans la réalité, parfois se déconnectent ou tombent dans l’addiction, échappent au girond panoptique des algorithmes ou se jouent même des logiques machiniques. Or, la question de l’action humaine – mais c’est le jeu d’un ouvrage sur les algorithmes – n’est posée qu’en second plan. L’arrivée tardive de ces réflexions dans l’économie générale de l’ouvrage presse alors davantage de futures interrogations sur l’habitus et sur les devenirs socio-politiques à l’heure des machines qui font faire. En ce sens, Dominique Cardon livre un ouvrage passionnant qui ouvre davantage la réflexion qu’il ne la ferme.

Haut de page

Notes

1 Au sens de Gilbert Simondon (1958), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Potier, « Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure du big data (Seuil, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3446

Haut de page

Auteur

Victor Potier

victor.potier@univ-tlse2.fr
Docteur de sociologie, Laboratoire CERTOP (UMR CNRS), Université Toulouse 2 Jean Jaurès - Maison De la Recherche, 5 allée Antonio Machado, 31000 Toulouse, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page