Navigation – Plan du site

Cédric Hugrée, Étienne Penissat, Alexis Spire, Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent (Agone, 2017)

Pierre Blavier
Référence(s) :

Cédric Hugrée, Étienne Penissat, Alexis Spire (2017), Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Marseille, Agone, 272 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage porte sur les inégalités de classes sociales en Europe. Il s’agit d’un sujet très important quand on connaît la situation contemporaine (Brexit, montée de l’extrême-droite dans beaucoup de pays européens, grave récession de 2008). Pourtant, il avait jusqu’ici été rarement abordé en tant que tel et à cette échelle, hormis le récent numéro de la revue Actes de la recherche en sciences sociales (2017, no 219, coordonné par Étienne Penissat et Yasmine Siblot), qui adopte une perspective similaire mais de manière plus technique et moins synthétique. Le livre Euro-clash de Neil Fligstein porte aussi sur les classes sociales dans l’Union Européenne, mais laisse assez largement de côté la question empirique des inégalités de conditions de vie.

2Pour cela, les auteurs s’appuient, d’un côté, sur des analyses statistiques de quatre bases de données européennes (European Union-Survey on Income and Living Conditions, Labour Force Survey, Adult Education Survey et European Working Conditions Survey), et d’un autre, sur une large littérature d’études plus nationales voire régionales ou sectorielles. C’est donc une contribution solide et originale, à la croisée des études européennes et de l’étude empirique des inégalités sociales. Elle renoue ainsi avec l’investigation statistique de ces dernières, qui a aujourd’hui tendance à être de plus en plus délaissée par les sociologues au profit d’études économiques, comme en témoigne d’ailleurs les nombreuses références de sciences économiques sollicitées par les auteurs. Toutefois, la spécificité de l’approche sociologique consiste à donner plus d’épaisseur à la notion d’inégalités sociales, au-delà des inégalités de revenus monétaires souvent très verticales et numériques, en les complétant par un ensemble d’autres dimensions, par exemple la culture ou le rapport à l’international. Celles-ci peuvent être appréhendées via le volet « participation culturelle » de l’enquête SILC ou la maîtrise de langues étrangères renseignée dans l’enquête européenne Adult Education Survey.

3L’introduction pose clairement la portée politique de l’ouvrage, consistant à s’interroger sur « les conditions de possibilité d’un mouvement social européen » (p. 10) et à rompre avec les discours aseptisés de la Commission européenne qui esquivent très largement les divisions de classes. Dès lors, la position socioprofessionnelle constitue un indice synthétique de l’appartenance de classe, qui est ensuite utilisé comme fil directeur de l’ouvrage. Une de ses principales limites est que l’information est le plus souvent manquante dans les enquêtes européennes pour les chômeurs ou les retraités (p. 23), ce qui oblige les auteurs à ne travailler que sur les actifs occupés. Ceci est bien entendu dommageable, mais il s’agit d’une contrainte fixée par les enquêtes européennes. De manière étonnante, Eurostat ne diffuse pas cette information, alors qu’elle est pourtant disponible pour plusieurs pays dans le versant national de ces enquêtes.

4Le premier chapitre identifie trois grands groupes sociaux qui sont ensuite déclinés dans chacun des chapitres suivants, en les définissant par la nomenclature des groupes professionnels European socio-economic group (annexes 2 et 3), récemment élaborée par l’Insee comme alternative à la Classification internationale du travail et des professions (CITP) d’inspiration anglo-saxonne. Ces trois strates sont construites de manière multidimensionnelle (analyse factorielle) : les classes populaires (agriculteurs, ouvriers, employées des services à la personne), les classes moyennes (professions intermédiaires, enseignants, employés administratifs) et les classes supérieures (cadres, chefs d’entreprise, avocats, médecins).

5Un découpage en seulement trois catégories est forcément assez fruste, mais la suite de l’ouvrage montre qu’elles sont réellement clivantes. Toutefois, au-delà d’être schématique, le premier inconvénient de ce découpage est que la hiérarchie entre ces trois strates est effectivement respectée dans tous les pays, mais à des niveaux très différents. Dès lors, on peut se demander si ce découpage ne conduit pas à une simplification de la structure sociale et à une homogénéisation de situations en réalité très différentes : jusqu’à quel point peut-on mettre les ouvriers dannois ou slovènes dans une même catégorie ? L’ouvrage ne tranche pas franchement cette difficile question de l’articulation entre classes et nations – qui, en termes statistiques plus techniques, renvoie à la distinction entre variances « intra » et « inter ». Les auteurs proposent plutôt de décrire empiriquement comment s’articulent ces deux niveaux selon plusieurs dimensions (les conditions de vie, de travail, etc.). Le second inconvénient de cette partition, comme le signalent les auteurs, est d’être mal adapté aux travailleurs indépendants sur lesquels un flou persiste.

6Le premier chapitre rappelle l’inégale répartition géographique de ces classes sociales : les classes populaires sont plus présentes dans les pays du Sud, de l’Est et en zones rurales, tandis que les classes supérieures sont en Europe du Nord, de l’Ouest et dans des villes. Cette représentation s’explique pour partie par la division internationale du travail eu Europe, que les auteurs illustrent à travers plusieurs exemples. Ils montrent aussi que la répartition des trois classes entre rural et urbain est en fait assez différente d’un pays à un autre.

7Le deuxième chapitre porte sur les classes populaires, qui sont essentiellement constituées d’ouvriers et employés peu qualifiés, ainsi que de petits indépendants. Elles se caractérisent par leur situation plus précaire sur le marché du travail que les autres classes sociales : chômage accru, mauvaises conditions d’emploi (temps partiel, contrat à durée déterminée) et de travail. Les classes populaires sont aussi plus d’origine étrangère, globalement moins mobilisées (syndicalisation moindre que dans les deux autres classes) et moins riches, ce qui se répercute sur leur consommation et leurs accès restreints aux soins de santé ou au numérique. Ce ne sont pas là des découvertes, mais il est bon de le rappeler et les auteurs précisent certaines configurations, comme par exemple les difficultés des foyers monoparentaux. Toutefois, en dressant un tel portrait les auteurs font comme si ces classes populaires avaient inéluctablement connu une dégradation de leurs conditions de vie ces dernières décennies, tantôt de manière implicite tantôt en parlant de « déstabilisation » (p. 85), d’« accroissement de la précarité » (p. 43) ou d’« effets de la crise » (p. 41). Cette idée sous-tend manifestement tout l’ouvrage. Cette hypothèse est possible, mais à aucun moment les auteurs ne recourent à des séries historiques qui permettraient de la confirmer. Au contraire, l’exploitation des enquêtes européennes EU-SILC (2004-2015) et ECHP (1994-2001) suggèreraient un tableau plus ambivalent, avec un réel déclin de plusieurs indicateurs de précarité (impossibilité d’accès à une alimentation protéinée, à des biens comme une voiture ou un ordinateur) en Europe des années 1990 à la récession de 2008, autrement dit une réelle amélioration des conditions de vie, surtout en Europe de l’Est dans les années 2000. La grande récession, qui a touché l’Europe de plein fouet, inverse certes cette tendance et met fin à la réduction des inégalités de conditions de vie qui avait marqué cette période, mais dans quelle mesure est-elle vraiment un tournant ? Les auteurs font comme si cela était évident, alors que « désenclaver » les effets récessifs de tendances de plus long terme n’est pas toujours simple. De plus, les courbes de niveaux de différents indicateurs de précarité d’Eurostat, quelque soient leurs limites, montrent des évolutions étonnamment parallèles selon les groupes professionnels. Faute d’une perspective historique assumée, et concrètement de données longitudinales, sur ce point précis l’ouvrage en reste à un parti pris assez politique mais peu documenté. L’expression de « nouvelles inégalités » que contient le titre semble ainsi assez peu justifiée au-delà d’une contrainte éditoriale.

8Les troisième et quatrième chapitres portent respectivement sur les classes moyennes et supérieures. Les premières sont floues par définition, prises entre les classes populaires et le haut de la hiérarchie sociale, mais les auteurs montrent certaines de leurs particularités laborieuses (contact avec le public) ou culturelles (forte hétérogénéité de leurs pratiques de lecture par exemple).

9Concernant les classes supérieures, les auteurs insistent sur leurs « multiples formes de domination » : autonomie et édiction des règles au travail, accumulation de la richesse économique facilitée par des exonérations d’impôts de gouvernements qu’elles composent très largement (à l’instar des députés d’un parti comme En marche en France), main mise sur l’institution scolaire et rapports décomplexés à la culture et à l’international (notamment à travers leur meilleure maîtrise de langues étrangères). Nous assisterions à la mise en place d’une « patrimonialisation de biens immobiliers ou de territoires […] tournée en priorité vers les plus riches » (p. 144) dont les goûts culturels seraient satisfaits par une masse de « travailleurs intellectuels précaires » aux conditions d’emploi très dégradées (les auteurs renvoient ici aux travaux récents de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre).

10Enfin, le cinquième chapitre propose une synthèse des constats opérés précédemment, avec de nombreux cas empiriques dans différentes parties de l’Europe, en sollicitant à nouveau une littérature très européenne (soit de comparaisons statistiques internationales, soit d’études de cas comme par exemple en Roumanie, au Portugal ou en Pologne) et en s’appuyant sur une représentation graphique présentant utilement les contrastes dans la capacité de partir en vacances entre pays et classes sociales (graphique 2, p. 173). Il est dommage que la construction de l’espace social européen de l’annexe 2 ne soit pas mieux explicitée, comme cela aurait été possible par le renvoi à une notice disponible sur internet. Dans ce dernier chapitre puis dans la conclusion, les auteurs relèvent certaines limites des comparaisons agrégées (voir par exemple celles à grands traits pp. 71, 101, 130) et des données européennes pour saisir les conditions de vie des ménages européens. Les revenus non-salariaux sont ainsi sous-estimés (p. 88), toute la « partie submergée du bas de la hiérarchie sociale » (p. 208), leurs modes de vie pratiques, l’articulation des activités et des revenus entre différents individus d’un ménage : tout cela demeure invisible, comme sous les radars de la statistique européenne.

11Mais ce n’est pas là le propos central de l’ouvrage, qui constitue une excellente et inédite synthèse sur les inégalités à l’échelle européenne, qui mobilise une impressionnante littérature internationale et interdisciplinaire (d’où les nombreux « focus » qui ancrent l’analyse au fil du texte) et qui a l’énorme mérite de donner une profondeur politique et sociologique à ce qui est souvent ramené à une dimension purement économique des inégalités. Cela vient compléter le travail éditorial de diffusion des sciences sociales qu’accomplit la collection « L’ordre des choses » des éditions Agone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Blavier, « Cédric Hugrée, Étienne Penissat, Alexis Spire, Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent (Agone, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3514

Haut de page

Auteur

Pierre Blavier

pierre.blavier@ens.fr
Assistant de recherche à l'Université de Lausanne, doctorant au Laboratoire de sociologie quantitative (LSQ-CREST) - Faculté des sciences sociales et politiques de l’université de Lausanne, 1022 Chavannes-près-Renens, Lausanne, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page