Navigation – Plan du site

Annexe électronique de l’article « Sur le chemin de la sérénité. Politique des sentiments dans la planification familiale »

Aurore Dupuy et Sébastien Roux

Texte intégral

Rencontre avec Annick G., responsable départementale de la planification

Présentation

1La docteure Annick G. est responsable départementale de la planification depuis 1984. Je [Aurore Dupuy] l’ai rencontrée pour la première fois à son bureau du Conseil Général en 2013, alors que je cherchais un terrain pour mener ma recherche de master sur la prise en charge en Centre de Planification d’Education Familiale (CPEF). Pendant que je lui présentais les modalités de ma recherche, elle s’exclame : « Ah moi, je ne te prends pas en [observation de] consultation avec moi ! » Malgré son refus initial, elle me propose dès ce premier rendez-vous d’assister à une réunion des professionnelles de la planification le mois suivant, afin de les rencontrer et de négocier avec elles un accès régulier en CPEF. C’est d’ailleurs lors de cette réunion que j’ai fait la connaissance de la professionnelle – Laurence Junac – qui m’a ensuite introduite au CPEF des Berges puis à celui des Saules.

2Un an après cette première rencontre, je recontacte Annick G. avec Aurore Koechlin, sociologue qui mène alors une recherche sur la gynécologie médicale. Nous souhaitons toutes les deux nous entretenir avec elle. La réponse est immédiatement positive, et nous nous rendons le jour même à son bureau.

3Annick G. exerce le métier de « médecin de planification » depuis plus de trente ans. Ses deux parents, brocanteurs, étaient d’anciens résistants durant la Seconde Guerre mondiale et ont bénéficié, à ce titre, d’une pension régulière de l’Etat. Ils étaient tous deux membres du Parti Communiste Français. Annick G. nous explique qu’elle a appris, une fois adulte, que sa mère avait avorté de manière illégale ; certainement l’une des raisons pour lesquelles elle « laissait trainer » chez elle des prospectus du Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF) et veillait ainsi, de manière tacite, à l’éducation sexuelle de sa fille.

4Annick G. obtient son bac en 1968, avant d’entreprendre des études de médecine. Elle commence une première année de Certificat d’Etudes Supérieures (CES) en gynécologie qu’elle suspend lorsque la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS) l’embauche dans un dispensaire du département au sein duquel elle officie toujours aujourd’hui. La conseillère conjugale de ce dispensaire lui fait découvrir le Planning Familial qu’elle rejoint alors pour y conduire des consultations. En 1984, Annick G. est sollicitée pour coordonner les différents centres de planification du département, poste qu’elle a occupé jusqu’à son départ à la retraite en 2016.

5Très rapidement, Annick G. s’est ainsi orientée vers la planification qui correspondait à certain de ses engagements politiques. Elle y jouit d’ailleurs d’une solide réputation de médecin « militante », toujours prompte à s’engager pour l’avancement des droits pour les femmes. Annick G. se dit ouvertement féministe ; elle est aussi une membre active du Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV). Au sein des CPEF que j’ai fréquentés, elle est connue de toutes les employées qui la considèrent comme une figure locale particulièrement respectée.

6Dans l’entretien qui suit, nous revenons sur son parcours, ses origines, et l’interrogeons sur sa pratique ainsi que sur l’organisation du service au niveau départemental. Particulièrement loquace, Annick G. répond avec entrain aux questions qui lui sont adressées. D’après elle, plus on parle des questions de planification et plus les revendications qu’elle formule peuvent aboutir. Visible dans le monde (étroit) de la planification, elle est régulièrement sollicitée par les pouvoirs publics et les personnalités politiques, et a directement participé à l’extension des droits à l’avortement depuis les années 1980. Enfin, si elle est médecin, elle est aussi conseillère conjugale et familiale et cherche constamment dans ses pratiques professionnelles à traiter la question des violences envers les femmes – l’un de ses autres combats – orientant ainsi toute sa pratique professionnelle au service de son combat acharné pour les droits des femmes. L’entretien n’est pas ici retranscrit intégralement, mais correspond environ aux deux tiers de celui-ci. Nous avons choisi les passages qui font directement référence à la pratique professionnelle étudiée et au parcours militant de la docteure.

Entretien

  • 1 L’entretien a été anonymisé et les informations potentiellement identificatoires passées sous silen (...)
  • 2 Nous tenons à remercier Aurore Koechlin pour avoir accepté la publication de cet entretien.

Entretien1 conduit par Aurore Dupuy et Aurore Kœchlin2, relu et édité par Aurore Dupuy et Sébastien Roux.

7Vous disiez [auparavant] que vous avez eu une très grande latitude dans votre travail et que vous avez pu faire ce que vous vouliez faire. Est-ce que dans les autres départements c’est possible aussi ? Ou est-ce que c’est une spécificité [du vôtre] ?

8Alors je vais vous dire, à moi, on m’a toujours dit : « c’est parce que c’est toi ». Partout où je suis et où j’arrive à faire des trucs, on me dit : « Mais c’est parce que c’est toi ». Mais moi je pense que les gens ont la liberté qu’ils se donnent. Alors peut-être qu’il y a des trucs un peu plus contraints mais quand même, globalement, je pense que... [Soupir] Tu défends ton bifteck comme tu le sens, mais si t’as envie de défendre le bifteck, tu l’as ton bifteck.

9Et vous avez des échos d’autres départements ?

10Il y a une collègue de la PMI [du département voisin], l’homologue de ma cheffe, elle était incroyable : « Ah bah, non on ne peut pas ; ah bah, nous on ne sait pas ; ah bah, nous on n’a pas l’énergie de Mme G. »… Oh là là… Alors c’est déprimant comme tout, tu vois. Tout devient très difficile, et elle expliquait qu’elles allaient commencer à faire de l’IVG médicamenteuse dans les centres mais alors seulement deux, etc. Moi, quand j’ai commencé, je n’ai pas dit « seulement deux » ; j’ai dit « tout le monde qui veut, il peut ! » Et, du coup, il y en a eu cinq du premier coup, et après ça a grandi ! Mais si la fille elle dit : « Oh bon c’est cracra, ça va être long, ça va être compliqué, et puis patati patata », alors on n’aura rien du tout. Après ça, il y a eu un médecin généraliste de ce même département qui a expliqué que l’IVG médicamenteuse [voix plus posée, ton grave], c’était long, ça faisait beaucoup de travail, ça faisait des dossiers terribles, que c’était très difficile pour les femmes d’avorter, qu’elles étaient en douleur après… Tu vois, c’était tellement accablant que tu n’avais plus envie ! Donc, si t’es dans des positions comme ça... En fait, c’est la tête que t’as qui fait que les choses avancent ou pas.

11[...]

12On voulait aussi vous poser des questions par rapport à l’hôpital. Parce que j’ai cru comprendre que ce n’était pas très facile de travailler dans un centre de planification... En réunion collective, j’ai entendu plusieurs praticiennes qui disaient qu’à l’hôpital, c’est compliqué. Je me demandais comment ça se passe pour vous concrètement.

13Moi j’ai des conventions avec quatre hôpitaux du département : St-Just, La Vallée, Les Saules et Varde. Pour les centres de planification intégrés dans les hôpitaux de l’Assistance Publique (AP), je n’ai pas de convention parce que l’AP ne voulait pas qu’on aille mettre notre nez, mon nez en l’occurrence, dans leurs affaires. Mais maintenant ils nous demandent ; mais on n’a plus les sous, donc ils vont se faire voir. Mais je mets quand même mon nez dans leurs affaires parce qu’ils ne trouvent pas de médecin avorteur, il faut que je leur trouve. Globalement, j’ai une convention, donc on paie ; et quand tu paies tu regardes ce que tu fais.

14Et donc, ça va ? Vous arrivez à préserver…

15Ça va, ça va, ça pourrait être pire ! Mais ça pourrait être mieux aussi. Par exemple à La Vallée ils nous ont nommé il y a 4 ans une femme qui était contre l’IVG. Elle avait la clause de conscience sur l’IVG. Les cinq premières minutes elle nous a dit : « vous faites 1000 IVG, il va falloir en faire 800 ». C’est clair que dans ce cas-là, moi, quand je vais la voir et qu’elle me fait quand même des sourires, etc. La seule chose que j’ai pu faire c’est faire remonter tout ça pour qu’elle perde son poste.

16Elle, quand elle vous dit 800 plutôt que 1000, elle n’a aucune légitimité à dire ça ?

17Du tout du tout

18Parce que c’est vous qui décidez ?

19Non ce n’est pas moi. Ni le Conseil général. En vrai, jusque-là ce n’était jamais arrivé, je n’avais jamais vu ça. L’objectif c’est de répondre à la demande. Donc si t’as 1000 demandes et bien tu fais 1000 IVG ; si t’en as 1200, tu fais 1200. Mais on te dit : « Je vous en fais 800 alors qu’il y en a 1000 de fait », tu ne vas pas répondre à la demande. À mon avis, comme tout service public, t’es carrant.

20Oui bien sûr. Et donc vous avez fait remonter ça à qui ?

21Partout [très affirmative] alors là je ne me suis pas ratée ! [Rires] A chaque fois que tu vois quelqu’un tu lui dis. Les ministères, l’ARS [Agence Régionale de Santé], le maire, le président du conseil général…

22Et comme ils vous connaissent tous et que vous leur faites un peu peur, ça a eu un petit peu d’impact, c’est ça ? [Sourires]

23Oui. [Rires] Et puis le planning a écrit, et les associations ont écrit aussi, le personnel a râlé, les syndicats ont râlé, partout c’est partout !

24J’avais une autre question. Comment est-ce que vous faites pour recruter des personnels, des médecins en planif ?

25Alors : 1. Je prends des stagiaires SASPA, et les collègues prennent des stagiaires SASPA, c’est à dire des filles qui sont en fin d’internat et qui se destinent à la médecine générale pour les former à la planif ; 2. Je fais soutenir des putains de thèses [Rires] à un putain de nombre d’étudiantes... Et ça, c’est du boulot hein. Et du coup une fois que tu les accroches, que tu leur expliques le machin t’en retrouves... C’est un joli métier. Donc faut que tu leur montres. Je drague, je drague… Faut pas se gourer parce que tu peux draguer des piquées et ça je n’en veux pas.

26Et c’est que des internes de médecine générale ou…

27Globalement oui.

28Pas de gynéco ?

29Ah ça, ça n’existe pas, ça. C’est fini. La gynéco c’est fini, il n’y en a plus. Il y a quelques internes en gynéco mais ils se destinent à la carrière hospitalière [sarcastique].

30Mais c’est eux qui ne viennent pas, les gynécos ?

31Mais y en n’a pas, y en n’a pas. Sur l’internat, je ne sais pas, ils ont 100 postes à l’année sur l’ensemble de la France, ça couvre pas les besoins hospitaliers ! C’est la disparition des gynécos obstétriciens.

32Et ça vous le reliez au fait qu’il y a eu une politique de suppression ?

33De numerus clausus dramatique. Moi, quand j’ai commencé mes études de médecine, t’avais la moyenne tu passais. Et puis juste après, en 1972, ils ont commencé à faire le numerus clausus ; je me souviens, je me suis bien battue contre ce putain de numerus clausus. Et ils expliquaient déjà, les gestionnaires, qu’on diminuerait les dépenses de santé en diminuant le nombre de médecin. C’est un truc vachement malin, ça ! Et c’est encore là. Donc maintenant ils ont un peu augmenté le numerus clausus mais surtout ils font un truc magnifique, ils piquent les médecins aux pays sous-développés qui ont claqué leur blé à les former, c’est génial ! Tu ne dépenses pas de sous pour former et t’en as des tout-cuits qui tombent, et en plus tu les sous-paies au prétexte que... Oh, le bonheur complet au niveau économie mondialisée mais simplement cinglé ! Donc, du coup, nous on ne forme plus de gynécologues médicaux, et quasiment plus de gynéco obstétriciens. Et du coup on ferme les maternités ; c’est bien ça, non ? Et je ne sais pas si vous avez vu, mais l’Angleterre a annoncé la semaine dernière qu’elle allait favoriser l’accouchement à domicile. Alors si t’accouches à domicile, pas de péridurale, hein ! Vas pas te plaindre. Bon voilà, on est quand même dans, [hausse le ton] dans une logique de santé ignoble ! Moi je n’y peux rien, mais c’est comme ça ; moi je recrute des médecins généralistes. De toute façon, je pense que les médecins généralistes c’est largement suffisant pour faire de la gynécologie... Après il y a la chirurgie, mais ça c’est autre chose.

34Alors maintenant mes questions c’est plus par rapport à l’IVG…

35Vas-y.

36Il y a combien de médecins de planif’ dans votre département ?

37Je ne sais pas bien.

38Vous ne savez pas ?

39Je ne sais pas bien.

40En tout cas, il n’y en a pas tant que ça qui pratiquent l’IVG.

41Ah si !

42Par aspiration, hein.

43Ah non, pas par aspiration. Mais les médecins avorteurs, ils font aussi des avortements médicamenteux.

44Bien sûr, mais là je vous parle des avortements par aspiration.

45Alors là, non, pas toutes le font. Mais tu sais qu’on a comme envie récente de faire des petites aspirations dans les centres de planification ? Ça, c’est le dernier jeu. Mais pour faire ce jeu-là, il faut changer la loi. Ce n’est pas une mauvaise période puisque ça va être les 40 ans de la loi Veil et qu’ils ont envie de faire des annonces. Mes potes au conseil-machin, ils ont fait ça comme recommandation : que toutes les associations un peu militantes sur ces histoires-là on fasse cette revendication. On a nous dit : « on va commencer un peu pour leur montrer que c’est possible ». Alors que tout le monde sait que c’est possible… Moi j’ai fait ça il y a 20 ans et ça marche très bien. Donc on a fait une formation ; il y avait 35 médecins qui ont appris, et là ils sont en train de suivre une formation pratique avec la médecin des Saules. […]

46C’est par appréhension, vous pensez, qu’il y a peu de médecins qui pratiquent l’aspiration ?

47Tous les trucs nouveaux ça fout un peu les jetons... Mais ce n’est pas compliqué.

48D’où vient cette idée d’aspiration précoce ?

49En centre de planification ? Moi j’en ai fait il y a 20 ans. Il y a 20 ans, l’idée c’était déjà de faire ça dans les centres de planification. C’est d’une facilité redoutable, ce n’est pas plus compliqué que de mettre un stérilet. Et c’est juste un truc amusant de sortir complètement l’avortement de l’hôpital ; après, c’est un acte normal que tu fais sans t’emmerder plus que ça. On a fait ça en 1985 ou 1986, avec le Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF) ; à l’époque ça devait être la fin de la gauche en 1984, et en 1986 il y a eu Chirac ou un truc comme ça. Donc en 1984 on a décidé avec le MFPF de faire ce qu’on appelle des aspirations précoces ; ce qui n’est rien d’autre que des IVG. Et les dames, quand elles étaient enceintes, faisaient elles-mêmes leurs tests de grossesse. Très rigolo.

50Au MPEF ? Parce que vous y étiez ?

51Moi j’y suis ! Je suis une vieille militante du planning, moi ! J’ai commencé ici dans les consultations départementales et, tout de suite, il y a une conseillère planning qui m’a dit : « Viens chez nous ! » Donc j’y ai été, et j’ai fait les consultations de planning pendant longtemps. C’était rigolo un pied là et l’autre là-bas… Après je n’ai plus eu le temps mais je le fais temps en temps quand même.

52Et militer ?

53Ça, militer, t’inquiètes pas, ça marche, je le fais encore. Mais les consultations, maintenant j’en fais plus qu’à mi-temps.

54C’est quoi la différence justement entre cette structure là et les CPEF ?

55Alors c’est un mouvement militant, le MFPF. Ça a été créé en 1956 ; à l’époque ça s’appelait la Maternité Heureuse. C’était pour le droit à la contraception. Et puis, à l’époque, c’était illégal de se contracepter ; donc si t’étais adhérent du mouvement tu pouvais t’acheter des diaphragmes, des capotes, etc. Autrement c’était interdit, c’était passible de prison. Il y a eu un gros moment du Planning, parce que elles vendaient des tas de diaphragmes, des tas de crèmes, etc. Et puis après elles ont obtenu la loi Neuwirth sans décret d’application, on est resté 4 ans sans décret d’application ; et ensuite elles se sont battues pour l’avortement. Elles ont participé aux MLAC ou à ces choses-là.

56Et vous vous avez intégré le MFPF à cette époque-là ? Ou après ?

571974, 1975

58Juste après la loi en fait.

59Voilà, c’est ça. Et puis après ça il y a eu une association départementale ; moi j’ai travaillé là-bas. Après, le chef de service de l’époque m’a recrutée parce que je travaillais au planning.

60Mais qui est-ce qui s’occupe des médecins du planning ?

61C’est des médecins du conseil général. C’est des collègues qu’on a titularisées ; elles font ça en plus d’autres vacations ailleurs. Elles travaillent en permanence pour le conseil général et quelques fois au planning.

62Et avant ça fonctionnait comment ?

63Avant la création des centres de planification, la médecin-cheffe de l’époque, Mme M., avait mis des conseillères planning dans les centres de PMI pour parler régulation des naissances alors que ce n’était pas encore légal. On a toujours été un peu à la pointe [dans ce département].

64D’accord. Et pour revenir à cette histoire d’avortement par aspiration ?

65On avait dit qu’on allait leur montrer que c’était possible. C’était une bonne période avec la gauche au pouvoir, pour avancer, soi-disant. On a lancé l’idée de faire des aspirations précoces. La règle du jeu c’était : la dame vient, avec moins de 15 jours de retard de règles et un test de grossesse positif, c’est tout. Elle papote avec nous, dans la salle d’attente et puis au fur et mesure… On ne leur fait pas en anesthésie, rien du tout. On avait une sonde de base comme toutes les canules d’avortement, petite (puisque ce n’est pas gros à ce moment-là), et puis on faisait le vide avec une grosse seringue qui avait un bloqueur. C’est un peu physique. Mais c’est très facile, pas du tout douloureux, puisque sur les 200 femmes qu’on a fait à l’époque, 80 % avait eu moins mal que des règles. Ça s’est su très très vite. On n’a pas fait de pub, puisque c’était illégal, mais tous les jours on en avait 7 ou 8 à faire. Et puis dans ces histoires-là, moi j’ai des souvenirs… [Un jour,] une dame monte sur la table, je l’aspire. Ça fait mal. Souvent, ça fait mal quand c’est vide, parce que je n’aspire rien, tu vois ? Donc je lui dis : « pour moi, vous n’êtes pas enceinte, on va refaire le test. Il était négatif ; mais cette dame, elle était montée sur la table en disant qu’elle n’aurait pas dû tromper son mari, et j’avais déconné en lui disant : « j’espère que c’était bien au moins » ou un truc comme ça. Elle descend [de la table], on fait le test, il est négatif. Je me dis quand même, celle-là, elle avait vraiment envie de se punir… Et puis 15 jours après arrive une femme qui me dit : « je n’aurais pas dû tromper mon mari », alors moi je dis « halte là on fait le test ! ». Il était négatif. C’était très rigolo. Et puis après Chirac repasse, la droite repasse et on se dit qu’on arrête parce qu’on va se retrouver en taule. Donc on arrête, et des bonnes femmes reviennent en disant « quoi ! Vous m’aviez fait ça y a deux mois, moi je reviens pour ça ! Comment ça se fait que vous faites plus ? ». C’était extraordinaire ; donc on sait que c’était facile. On en a fait trois, [c’était] des vierges avec des spéculums de vierges, encore vierges à la sortie. Le bonheur total. Oui, c’était vraiment pratique et bien.

66Et comment expliquez-vous que ça n’ait pas été remis sur le tapis avant ?

67Et bien, c’est à dire que ça a été remis en 2001 mais ça n’est pas passé. Ce qu’on a réussi à faire en 2001 c’est sortir l’avortement de l’hôpital, avec la médicamenteuse. Ça a été une bataille incroyable parce que ces cons-là ils ont des normes [qui précisent] l’endroit où y a écrit le produit que tu dois donner […]. Ils n’avaient pas mis les centres de planif’, il a fallu se battre. […]

68Donc, concrètement, en 2001 vous avez essayé de remettre [l’aspiration] dans les centres de planif’ ?

69Oui, en 2001 on a sorti de l’hôpital l’avortement, mais l’aspiration ce n’est pas passé. Donc là on recommence. Parce qu’en vrai c’est vachement bien l’aspiration, c’est beaucoup plus rapide. En deux minutes un quart t’as fini.

70Je connais quelqu’un qui a avorté avec le Planning en Hollande au moment où c’était illégal ; elle m’a décrit comme : « Oh, mais ça prend cinq minutes ». Elle m’a parlé d’une seringue. Et moi quand je suis allée voir un avortement à Varde, j’ai été un peu surprise ; je m’attendais à voir une seringue…

71C’est pour ça que je te dis qu’il faut que tu ailles à La Vallée, parce qu’ils font les seringues. Et c’est le bonheur.

72Cette pratique-là elle existe depuis longtemps

73Oui, oui

74Donc avant même qu’elle soit légalisée. Qu’est-ce qui s’est passé au moment de la légalisation, est-ce qu’elle a été formellement interdite ?Est-ce que c’est dit explicitement qu’on n’a pas le droit ?

75Non, pas du tout, pas du tout, on a totalement le droit.

76Alors qu’est ce qui s’est passé pour que ça devienne un aspirateur plutôt qu’une seringue ?

77Parce que l’aspirateur ça fait plus docteur… C’est ce que je dirais. Moi je suis allée faire des avortements en Roumanie. J’avais une grosse valoche pleine de seringues mais c’est vrai que les collègues, eux, ils auraient préféré qu’on leurs apporte un bel aspirateur...

78Mais vous en tant que militante du MFPF vous n’avez pas dit : « La, il y a un souci, ça va compliquer la chose, alors autant utiliser la seringue ? » Pour la légaliser…

79Mais elle est légale ! A l’hôpital. Par exemple on a commencé les aspirations à l’hôpital de La Vallée, on n’est pas dans l’illégalité du tout.

80D’accord je vois. Mais quelque part ça rend l’acte encore plus médical, ça rend plus difficile de le sortir de l’hôpital.

81Ah oui ! Parce que moi par exemple je ne vais pas acheter 122 aspirateurs ; mais avec la même somme je peux acheter mille seringues. Ça coute onze dollars une seringue.

82Et en 1984 qu’est-ce qui avait motivé que vous recommenciez à utiliser cette méthode ?

83Moi je passe ma vie à penser à ça, je trouve ça trop bien. En vrai les Amerloques, à une époque militante, les premiers mouvements féministes dernière génération, elles se faisaient des aspirations chaque mois les filles, ça s’appelait…

84L’extraction menstruelle.

85Oui, genre. Et sans savoir si elles étaient enceintes ou pas ; tous les mois elles mettaient la seringue, terminé. C’est rigolo, bon. C’est des trucs qui sont possibles quoi ; et au fond ça te flingue la limite entre contraception et avortement ; tant que tu ne veux pas d’enfants tu fais comme tu veux.

86Donc c’est une décision politique de ne pas promouvoir ça ?

87Bien sûr. C’est une médicalisation qui empêche une pratique assez accessible…

88[…]

89Les praticiennes que j’ai rencontrées m’ont toutes dit qu’elles n’étaient pas engagées […] Chaque fois que je leur ai demandé si elles étaient engagées dans une organisation politique type MFPF, elles me disaient que non. J’ai l’impression qu’elles voient plus leur pratique professionnelle comme quelque chose qui relève de l’engagement, plus qu’un engagement qui doit être porté sur le plan politique ou dans d’autres organisations. Je me demandais ce que vous vous en pensez. Vu que la contraception et l’avortement sont légalisés, d’après vous, la lutte se fait-elle plus sur le terrain de la pratique, ou bien faut-il pouvoir aussi la porter sur un plan politique ?

90Les deux.

91J’ai entendu dire que certaines praticiennes en planif’ (je ne parle pas que des médecins, je parle aussi des conseillères) sont anti-IVG. Est-ce que c’est vrai ? Vous avez jamais vu ça ?

92Moi je fais très gaffe quand je recrute. Je peux me gourer de temps en temps

93Ah c’est vous qui recrutez les conseillères aussi ?

94Oui

95Donc, a priori, il n’y en a pas.

96Je peux m’être gourée. Là, j’en ai une petite dans le collimateur ; ça me fait de la peine hein, mais... Je pense que... C’est dommage parce qu’elle a fait sa thèse et puis, tout d’un coup, elle dit qu’elle veut plus faire d’IVG donc...

97Comment vous gérez les relations avec ces personnes-là ?

98Et bien, par exemple, elle elle n’est pas recrutée.

99Mais comment vous faites pour vous rendre compte...

100Je demande, je demande.

101Si la personne est pro ou anti-IVG ?

102Non, je demande si elle veut bien aller faire des IVG le lendemain. Si elle dit « non », moi je dis « et bien il n’y a plus de place ». Ça fait partie de la fiche de poste.

103Mais dans les faits tout le monde ne pratique pas l’IVG…

104Dans les faits, tout le monde ne s’y est pas encore mis. Mais personne ne m’a dit que c’était par conviction. Il y a des gens qui ont peur des actes, mais globalement... […]

105J’ai demandé aux conseillères comment elles étaient formées, et j’ai appris qu’il y a l’institut dont je ne sais plus le nom et qu’il y a aussi un institut catholique.

106Oui.

107Est-ce que vous avez des conseillères formées dans cet institut ?

108Oui, et elles font des IVG

109D’accord. Donc vous vous assurez qu’elles sont pro IVG ?

110Oui, quand je les recrute. Je me souviens d’une [conseillère] que j’avais recrutée a une époque… Elle avait fait la formation chez les cathos, elle avait dans son curriculum du scoutisme à plus savoir qu’en faire… Ho ! Celle-ci je me suis dit « je ne vais pas pouvoir ». Et bien pendant l’entretien elle m’a dit : « je viens d’un hôpital où j’ai participé à plein d’IVG, je trouve ça vachement bien et tout ». Ça a été une fille formidable ; elle est partie à la retraite mais elle était vraiment formidable. Mais il y a une aberration dans la formation des CCF [Conseillères Familiales et Conjugales], parce que les seuls organismes de formations sont des organismes privés, le seul public est la faculté catholique de Strasbourg, c’est quand même irritant. Donc, moi, un de mes projets c’est de faire un diplôme universitaire de CCF public – ça n’existe pas encore. Là elles paient 5000 euros par an pour un boulot ou elles vont gagner 200 balles, enfin j’exagère mais pas beaucoup !

111Dans votre travail, vous êtes amenée à rencontrer d’autres professionnels et notamment des professionnels du travail social, des Assistantes Sociales [AS] par exemple. Comment ça se passe avec eux ?

112On organise des formations régulières et le MFPF aussi...

113Pour qu’ils soient formés sur ces questions-là ? Et ça se passe bien le travail en commun ?

114En principe oui… Euh… Les derniers recrutements avec quelques petites jeunes femmes intégristes commencent à poser question cependant.

115Intégristes ?

116Là je suis allée à l’école d’AS. Il y en avait deux voilées… Je me suis même posé la question de comment elles pouvaient être en cours ; mais apparemment ça ne gênait personne.

117Mmmm.

118Bah, ça va gêner au boulot. Et nous ici on a quelques centres ou on a recruté des auxiliaires de puériculture avec un une témoin de Jehova-machin, elles te foutent en l’air les équipes hein !

119Mais à quel niveau ?

120Niveau pas de rendez-vous, « ah non Mme, l’avortement pas ici », « ah la pilule »… Si t’es là, ça va ; si t’es pas là, elles te sabotent le truc. Donc y a une vraie vigilance à avoir !

121J’ai remarqué dans mes entretiens et mes observations que les médecins en PMI faisaient aussi des interventions dans des collèges.

122Oui ça fait partie de leur mission

123C’est décidé au niveau du département ?

124Comme je te disais dès le départ, un centre de planification ça fait des consultations médicales, des entretiens de conseil conjugal et des animations collectives. Et quand elles sont à la PMI elles sont dans le centre de la PMI, elles ne sont pas en PMI, elles sont dans le centre de planification. Moi, le centre de planification je l’ai intégré partout où je pouvais ; il y en a aussi dans les centres de santé, dans les universités, dans les hostos. […] S’ils veulent avoir le libellé « centre de planif’« ils sont obligés d’aller faire des animations, il doit y avoir des animations collectives. Ça peut être à l’école mais je me souviens avoir fait des trucs a Carrefour, Mammouth, pour le personnel… Faut que tu fasses des animations collectives sur l’information autour la contraception, la sexualité…

125Ça ce n’est pas forcément les médecins qui le prennent en charge.

126Non mais ça en fait partie. Quand on négocie les emplois du temps il y a du temps pour ça. […]

127Et comment vous envisagez le rôle d’une conseillère par rapport à un médecin au niveau de la coopération ? Est-ce que vous pensez qu’il y a des taches séparées ? Comment vous voyez ça ? De la complémentarité, ou de la collaboration ?

128Je pense que des tas de fois on est bien à deux. Sans ça on peut y aller, soit la conseillère soit le docteur, je m’en fous moi. Il y a des fois, pour des trucs un peu compliqués, t’as besoin d’un docteur pour faire… s’écraser les péteux, tu vois ? Parce que des fois, t’as des gens qui ont besoin de se faire… euh, tu vois. L’autorité médicale peut servir à quelque chose.

129Et vous, par rapport à votre pratique, quand vous êtes médecin en planif’, vous vous voyez comme une technicienne ou aussi comme quelqu’un à qui on peut se confier ? Enfin, est-ce que pour vous c’est vraiment séparé ? J’imagine que non, mais est-ce que vous vous dites : « Non, là j’ai des limites » ou « là ce n’est plus de mon ressort, je ne suis pas trop capable de gérer ça, il vaut mieux que ce soit la conseillère » ?

130Il y a des limites… D’abord, moi je suis conseillère aussi.

131Ah, d’accord !

132Voilà ! Ensuite… Enfin, dans tous les cas… […] Je pense, par exemple, que les femmes victimes de violences, c’est bien s’il a plusieurs personnes qui leurs disent la même chose. Au fond, si t’as été sous l’emprise d’un tortionnaire, d’un méchant qui t’a traitée de gourde ou d’imbécile pendant 20 ans, si le docteur te dit : « Mais non, vous n’êtes pas gourde vous allez y arriver », ça me va, c’est bien. Mais si le docteur et la CCF disent la même chose c’est mieux. Et le docteur, la CCF et la psychomotricienne le disent c’est encore mieux. On a besoin d’être plusieurs avec ce genre de fille.

133Du coup, pour vous, être médecin de planification ça veut dire forcément qu’on fait un travail social aussi ?

134Je ne sais pas ce que ça veut dire social.

135Ça veut dire qu’on n’est pas là juste avec des compétences médicales.

136Mais moi je pense que c’est une compétence médicale que de savoir aider à sortir les gens de la violence. C’est pour ça que je suis emmerdée avec votre histoire.

137Non, mais ce n’est pas forcément moi, c’est des catégories qu’on a construites et je voulais justement savoir ce que vous en pensez. Par exemple si je pense à J. qui m’a dit : « Moi j’aime bien pratiquer l’IVG parce que c’est un acte technique, je sais que j’ai une technique qui peut servir à la personne. J’envisage pas du tout mon métier comme de la pure technique parce que sinon je ne ferais pas ça, mais de fait même pour moi au niveau de ma sensibilité ça m’arrange de me dire moi je suis de ce côté-là, et y a d’autres personnes, par exemple la conseillère, qui sont plus à même de par leurs formations de s’occuper d’autres aspects.

138J. elle n’est pas forcément à l’aise avec les histoires de violences, c’est vrai…

139Voilà, donc c’est pour ça que je me pose la question. J’aurais peut-être dû commencer par-là, je m’intéresse particulièrement dans le cadre de mon sujet aux échanges émotionnels qu’il peut y avoir entre les praticiennes et les femmes qui viennent en consultation. Et du coup je me pose aussi la question de si vous vous diriez qu’il faut, pour faire ce métier, pouvoir mettre à distance ses émotions, ou est-ce que c’est une ressource dans la prise en charge que vous proposez ? Et est-ce que vous pensez qu’il y a une mise à distance qui est nécessaire pour avoir une bonne pratique ? Ou pas. C’est compliqué comme question ! [Sourires]

140Non, mais c’est la réponse qui est compliquée. Je pense que je suis intéressée par l’émotion de la dame, et que les miennes n’ont rien à voir dans cette histoire-là. C’est à dire que je peux travailler en partie à la prise en charge des personnes victimes de violence, dont je m’occupe quand même beaucoup. Mais moi, ça ne me fait rien qu’elle ait été violée, j’en ai rien à foutre ! Par contre, ce qui m’intéresse, c’est de l’aider à ranger ses émotions, à en faire quelque chose, et à ce qu’elle comprenne que maintenant quand elle a ses bouffées d’angoisse, elle risque rien, elle n’est pas en danger, qu’elle a un vieux syndrome post-traumatique qu’on va pouvoir l’aider à dépasser. Mais moi, ça ne m’atteint pas, ou il faudrait... Non, il y a très très longtemps que je n’ai pas eu d’émotions...

141Parce que vous avez appris à ne pas en avoir aussi, j’imagine.

142Parce que je suis dissociée complètement. Si tu veux, si je pleure avec la dame ça va lui servir à rien. « Oh, bah ma pauvre madame, ce que vous avez subi, comme on est triste toutes les deux ! » Ça, ça sert à rien. Justement, ce qui fait que tu peux durer dans ce type de pratique, c’est que tu n’absorbes pas l’émotion de l’autre ; sans ça, t’es foutu. Et c’est ça qu’on voit. Quand les gens absorbent les émotions, très rapidement, ils arrêtent de s’occuper de ces histoires-là. Moi, quand la madame me raconte son merdier, tout çà est traduit par : « Bah voilà, comment est-ce qui faut que je réagisse pour l’aider ? »

143Et ça vous l’avez appris en le faisant, ou…

144Il n’y a nulle part ailleurs

145Par exemple, durant la formation de conseillère, on donne quelques outils ou pas du tout ?

146De mon temps, les gens ne s’occupaient pas du tout de violences. Quand j’ai commencé, et qu’on a commencé à entendre les premières personnes victimes de violences, tu ne pouvais l’envoyer nulle part la bonne femme, personne n’en voulait. Ça n’intéressait absolument personne. Les psychiatres ne répondaient qu’aux malades ; et si tu l’envoyais chez la CCF elle te disait : « Je n’y connais rien, moi je fais conseil de couple pour qu’ils se rabibochent ». Donc, tu vois, c’est quelque chose qui a grandi avec nous.

147Mais si on considérait que les conseillères s’occupaient avant tout de rabibocher des couples, du coup, j’imagine qu’il y avait de la psychologie ou de la sexologie… et rien sur les violences ?

148Ma formation de CCF, je l’ai faite au MFPF, donc c’était complètement différent de ce qu’on peut faire à l’institut. Et par ailleurs vraiment on a été les premières à s’occuper et à inventer des techniques.

149Inventées sur le tas.

150Oui.

151Mais par contre j’imagine que vous en parlez entre vous ?

152Ah oui complètement. Au planning, il y a un vieux machin qui s’appelle « analyse de la pratique », et ça, moi, j’aime beaucoup. Tu fais le truc et puis après tu vas en causer… T’aurais pu faire mieux mais c’est comme ça que tu grandis.

153Et vous n’avez jamais pensé que vous pourriez mettre ça en place dans le département ?

154C’est mis en place. Régulièrement, en réunion, on a des discussions où l’on parle de pratiques. Et on a des réunions autour des pratiques autour des violences. […]

155Il y a une question qu’on n’a pas encore abordée c’est... Bon, D. m’a raconté un peu comment elle était devenue médecin de planif’…

156Elle a été en stage chez moi, avec une collègue.

157Elle m’a dit : « C’est elles qui m’ont formée, ça m’a réconciliée avec la médecine ».

158Oui, c’est vrai.

159Elle me disait qu’elle adore comment elle fait son métier aujourd’hui, mais que le seul truc qu’elle trouve difficile c’est qu’elle se sent assez seule parce qu’il n’y a pas beaucoup de gens finalement qui ont le même type de pratique. Et elle me disait que des personnes comme vous, c’est des personnes qui vont bientôt partir à la retraite, et elle m’a dit : « Moi je sais qu’au niveau personnel je vais me sentir seule une fois qu’elles ne seront plus là. »

160Elle nous enterre déjà ! [Rires]

161Non, mais ça m’a fait écho a d’autres choses que j’ai pu entendre en PMI, ou je demandais « comment vous arrivez à faire passer ça ? » Et on me répondait : « C’est Annick G. ! Mais quand Annick G. ne sera plus là… »

162Il y aura une autre Annick !

163En tout cas, il y a comme une angoisse. Je l’ai ressenti… Elle se concentre sur votre figure, mais aussi sur la génération des personnes qui se sont battues. Et la nouvelle génération n’est pas dans la même optique.

164Ce n’est pas vrai ! D., qui est à La Vallée, est une femme magnifique ! Elle est en train de se battre pour ouvrir une Maison des femmes, dans laquelle on va faire réparation de vulve, etc. Là, elle va trouver un endroit magnifique pour fleurir, il y a plein de gens. Moi je trouve que la génération des gamines, toutes ces petites... Alors, après, c’est : « comment on va trouver un endroit pour qu’elles ne soient pas toutes seules ? » Une fille comme D., avec ses deux ou trois lardons, son boulot permanent, etc. Elle a la tête dans le guidon, même si elle est magnifique… Donc comment on la sort de l’isolement ? C’est ce que j’avais essayé de faire avec les aspirations dans lesquelles elle est bien mouillée. C’est un truc où elle se retrouve.

165Et vous ne pensez pas que le fait de ne pas être dans des organisations comme le MFPF…

166Mais moi je comprends assez ça parce que le MFPF, de nos jours il est un peu... Ménagères tristounes, je dirais ; et elles ont du mal à s’y sentir… Non, elles n’ont pas de mal à s’y sentir les militantes de choc, en vrai elles ont du mal à fédérer les autres. Ça c’est dommage, parce qu’il y a eu une époque où c’était ça le planning. Mais des choses comme l’ANCIC – l’Association Nationale des Centres d’IVG et de Contraception, c’est une organisation de professionnelles militantes – là on est bien, on est plein ; les gens de REVHO – le Réseau Entre la Ville et l’Hôpital pour l’Orthogénie – c’est quand même aussi des gens militants, c’est des gens vachement bien […].

167Donc vous ne ressentez pas de disproportion générationnelle dans l’engagement féministe ? Parce qu’il y a toute cette génération qui a vécu la bataille pour la contraception et l’avortement, et c’est vrai que ça a soudé toute une génération…

168Chez les professionnels t’avais aussi les toupies, des gynécos-tartes… Dans notre génération on n’était pas très nombreuses à être féministes… Il y a plus de féministes maintenant qu’il y en avait de mon temps. Moi quand j’ai commencé et que j’ai commencé à parler de violences, on me traitait comme une folle ! On te disait : « T’es féministe ! », et je peux te dire que ça t’invalidait tous tes raisonnements. Attends, on était quatre, on était très peu !

169Donc pour vous il y en a plus maintenant qu’avant ?

170Ah bah oui, oui ! Une fille comme D., des filles comme J., M., toutes ces filles-là sont évidemment féministes. En vrai il y en a plein !

171Oui mais en vrai elles sont féministes, mais elles ne se revendiquent pas comme ça, c’est ce qui est un peu étonnant ; J. ne dira jamais qu’elle est féministe.

172J., si tu lui demandes si elle est féministe, elle te répondra que oui.

173Oui, mais si je lui demande si elle est engagée dans une organisation féministe, elle va me dire que non.

174Elle va te dire non.

175Elle va me dire : « J’ai mon métier ».

176Voilà ! Elle n’est nulle part, mais elle a une vraie position ! […] Elles ne militent pas, mais à chaque fois que tu leur demandes de venir manifester a un truc féministe elles viennent.

177Ok. Et pour conclure, vous, comment êtes-vous devenue féministe ?

178Moi je suis née dedans. Ouais, je pense, parce que sur mes photos de classe de 4e il y a déjà écrit « à notre petite copine féministe ». [Rires] Donc je ne peux pas te dire comment ça m’a pris.

179Votre mère se définissait comme ça ?

180Je ne crois pas… Mais n’empêche que chez ma mère il y avait les bouquins de la Maternité Heureuse, qu’elle avait fait un avortement, qu’elle n’en avait pas un bon souvenir… si le droit des femmes ça l’intéressait.

181Elle vous avait parlé de son avortement ?

182Non ! Non ! [Rires] C’était une époque où on ne parlait pas des choses comme ça ; non, ah non ! J’ai même découvert ça assez tard. Mais par contre c’était une femme assez pudique ; son mode d’éducation sexuelle c’était de laisser trainer les petits livres de la Maternité Heureuse pour que je les lise si je voulais, mais pas en parler, parce que ça… C’était des battants mes parents, tous les deux avaient été résistants , c’est des gens qui...qui avaient des envies de bataille.

183[...]

184Est-ce que pour vous quand la loi est passé, ça a été une victoire ? Je sais que pour certaines militantes féministes ça a été une victoire mitigée au sens où il y avait des choses qu’elles auraient aimé qui se fassent autrement, par exemple…

185Moi, je ne suis pas la fille d’un grand soir, je suis une fourmi ; on gagne petit à petit.

186Donc pour vous ce n’était pas tout gagné en 1974 ?

1871974 c’était quand même formidable ! La possibilité, de faire un avortement pour la fille qui le veut, attend, c’est une victoire formidable ! Après, on savait qu’il y avait des réserves sur lesquelles il faudrait revenir. D’abord c’est la première loi votée à l’essai ; cette loi a été la première et assez longtemps la seule loi votée à l’essai ! Pour cinq ans, donc c’était en plus une menace… Après, il y en a eu une sur les nouvelles techniques de procréation, donc c’est toujours sur les mêmes questions, quoi. Mais à l’époque ça a été la première fois ! Jamais on n’avait fait ça, voter une loi à l’essai. Cinq ans, vous avez cinq ans. Après ça, ça va redevenir comme avant. Ça aurait pu ! C’était vachement inquiétant ! Donc y avait ça en 1974. La loi Neuwirth c’est une loi de 1967, elle n’était pas à l’essai, elle a mis cinq ans avant d’avoir des décrets d’application, sortis en 72 ; la loi sur l’IVG elle a été votée en 1974, journal officiel 17 juin 1975, pour cinq ans […]. Et il y a eu les lois d’après : 1979, donc, nouvelle loi. 1983, remboursement par la sécu. Moi j’ai pris mon poste en 1984 ; quand j’ai pris mon poste l’une des premières choses que je me suis dite c’est « je vais voir comment c’est remboursé ». J’ai appelé les centres de sécu ; la moitié des centres de sécu en mars 1984 n’appliquaient pas la loi, c’est te dire à quel point ils ont résisté ! Je suis arrivée dans un truc, je me suis dit : « Mais on est dans un truc de fou ! » C’est te dire l’ambiance de l’époque. Et puis après on a eu une grosse bataille parce qu’on avait gardé les prises en charge parce qu’on voulait que ce soit facile pour les femmes. Et puis après la loi de 2001 ; ça a été tout le temps des batailles. On a gagné en 1992 avec la réforme du code de procédure pénale, là-dedans ils ont tranquillement enlevé le droit des étrangers.

188Là, je suis perdue.

189Dans la loi de 1975 il y avait cinq mesures restrictives : d’abord tu n’allais pas au-delà de dix semaines d’aménorrhées ; après, si t’étais mineure, tu ne pouvais pas le faire sans autorisation parentale ; puis tu ne pouvais faire ça qu’à l’hôpital ; après, tu ne pouvais pas faire d’IVG si tu étais étrangère avec résidence de moins de trois mois en France ; et après tu devais avoir eu un délai de réflexion de huit jours. Les étrangères ont sauté dans la réforme de 1994 du code pénal sans que personne n’y voie rien. C’est tombé comme ça, pas avec une loi sur l’IVG. Les mineurs sont tombés en 2001 ; c’est passé à douze semaines en 2001, le délai de réflexion est resté...

190Donc il est resté dans la loi ?

191Toujours oui, tu dois réfléchir huit jours ; moi ça ne me dérange pas. Je pensais qu’ils avaient enlevé l’expression, même si ça revient au même puisque les deux consultations doivent être espacées de huit jours. Il doit y avoir huit jours entre le moment où tu as exprimé ton vœu et le moment de l’IVG. Je ne trouve pas ça fou, parce qu’il y a des filles qui reviennent une semaine plus tard et si tu leur avais sauté dessus tout de suite elles auraient…

192C’est l’exprimer devant n’importe qui pas forcément un médecin.

193Et c’est ça le problème, et c’est ce qu’ils sont en train de changer, ils vont laisser le délai, y a un train de mesures qui sont en train d’être prises. En l’occurrence, par exemple, que la sage-femme pourra faire des IVG […] Quand j’ai commencé moi j’ai viré tous les... le texte pour ouvrir un centre de planif’, il fallait, un psychiatre, un pharmacien, un gynéco, une conseillère conjugale, une AS, une sage-femme, et un autre truc j’ai oublié, moi j’ai viré tout le monde ; et les sages-femmes c’était des harpies, elles étaient atroces !

194Donc vous, en tant que médecin départemental de PMI coordonnant l’activité des centres de planif’, vous avez pu décider ça ?

195C’est à dire que nous, quand on a commencé, on avait ce texte-là ; et on s’est battue au niveau du ministère pour dire que ça sert à rien ça, ça sert à rien, etc.

196[…]

197C’est comment le titre de vos mémoires...

198Nous on a une problématique qui change jusqu’à la fin de …

199Et t’as une idée ?

200La régulation émotionnelle (…) parce que la manière d’exprimer les émotions, elle est socialement située.

201C’est planétairement situé parce que franchement quand à Bondy je travaillais à côté du centre des immigrés primo-arrivants alors je peux te dire… On accueille un bateau d’Argentines qui avaient été torturées ou autres, alors là, « oh la la ! » et elles pleuraient deux heures… Et après on a pris les boat people qui avaient vécu les mêmes choses, et elles : « ça va très bien, mon mari mon frère mon machin sont morts ». C’est vraiment très culturel.

202[Silence] En gros, c’est ça.

Haut de page

Notes

1 L’entretien a été anonymisé et les informations potentiellement identificatoires passées sous silence.

2 Nous tenons à remercier Aurore Koechlin pour avoir accepté la publication de cet entretien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Dupuy et Sébastien Roux, « Annexe électronique de l’article « Sur le chemin de la sérénité. Politique des sentiments dans la planification familiale » », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3525

Haut de page

Auteurs

Aurore Dupuy

aurore.dupuy360@gmail.com
Doctorante en sociologie, LIRTES (EA 7313) - Université Paris-Est Créteil Val de Marne, LIRTES, Bâtiment La Pyramide, 80 avenue du Général de Gaulle, 94009 Créteil cedex, France

Articles du même auteur

Sébastien Roux

sebastien.roux@ehess.fr
Chargé de recherche au Cnrs, sociologie, LISST-Cas (UMR 5193) - LISST-Cas, Maison de la recherche, Université Toulouse Jean Jaurès, 5 Allée Antonio Machado, 31058 Toulouse, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page