Navigation – Plan du site

« C’est génétique » : ce que les twin studies font dire aux sciences sociales

“It’s genetic”: what twin studies do to the social sciences
Julien Larregue

Résumés

Cet article est une analyse des effets de l’utilisation de la génétique en sciences sociales à travers l’un de ses principaux instruments génériques, les twin studies, méthode qui consiste à quantifier l’influence des facteurs génétiques et environnementaux sur un comportement humain donné en utilisant des jumeaux monozygotes et dizygotes. Conséquence immédiate de la stratégie de générosité intéressée des généticiens analysée par Aaron Panofsky (2014), les twin studies facilitent la recherche interdisciplinaire entre sciences sociales et les collaborations entre sciences sociales et sciences naturelles. De façon notable, le moment de son apparition en sciences sociales est constant à travers quatre disciplines (criminologie, économie, sociologie, science politique). Au-delà de la standardisation scientifique qu’il entraîne, l’instrument générique twin studies prend des formes locales intra-disciplinaires. À l’inverse des généticiens, les chercheurs en sciences sociales ont tendance à mobiliser des versions méthodologiques simplifiées du modèle twin studies, ce qui est concordant avec le concept de « distance sociale » développé par le sociologue des sciences Harry Collins dans son étude de la découverte des ondes gravitationnelles en physique (2010).

“It’s genetic”: what twin studies do to the social sciences

This article investigates the consequences of the use of genetics in social sciences through one of its main generic instruments, twin studies, a method which consists in quantifying the influence of genetic and environmental factors on a given human behavior by using monozygotic and dizygotic twins. A direct product of geneticists’ strategy of interested generosity analyzed by Aaron Panofsky (2014), the twin studies facilitate interdisciplinary research within social sciences and collaborations between social and natural sciences. Notably, the twin studies appear simultaneously in four different disciplines of the social sciences (criminology, economics, sociology, political science). Beyond the scientific standardization which it entails, the generic instrument of twin studies takes intra-disciplinary local forms. Contrary to geneticists, social scientists tend to use a simplified methodological version of the twin studies model, which is consistent with the concept of « social distance » developed by sociologist of science Harry Collins in his study of the discovery of gravitational waves in physics (2010).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’instrument générique comme pont entre communautés scientifiques
Les twin studies hier et aujourd’hui
Un cadeau empoisonné ? L’impérialisme « généreux » des généticiens
Les twin studies et la standardisation des sciences sociales
Distance sociale et flexibilité interprétative des twin studies
Conclusion

Aperçu du début du texte

Génétique du crime (Beaver, 2008), génétique des opinions politiques (Alford et al., 2005), génétique de la fertilité (Tropf et al., 2015b), génétique des investissements financiers (Cesarini et al., 2010). Malgré les apparences, ces travaux ne sont pas l’œuvre de généticiens ou biologistes, mais de chercheurs en sciences sociales respectivement formés à la criminologie, à la science politique, à la sociologie et à l’économie. Loin d’être anecdotiques, ces quelques exemples illustrent l’apparition, depuis une quinzaine d’années, d’une lingua franca génétique, c’est-à-dire d’un langage interdisciplinaire et flexible qui prend sa source dans la génétique. De façon croissante, sociologues, politistes, économistes ou criminologues anglophones mobilisent des théories, des concepts et des méthodes issus de la génétique. Cet attrait est rendu possible grâce – en même temps qu’il contribue – au rapprochement des sciences sociales et naturelles. Comme l’a expliqué Maurizio Meloni (2016a, b),...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « « C’est génétique » : ce que les twin studies font dire aux sciences sociales », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3526

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

larregue.julien@uqam.ca
Post-doctorant, Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences, Université du Québec à Montréal - Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie, Université du Québec à Montréal, CP 8888, succ. Centre-ville, Montréal (Québec), H3C 3P8, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page