Navigation – Plan du site

La théorie sociale comme projet et comme institution (traduction par Emmanuel Renault)

Social theory as a project and as an institution (translation by Emmanuel Renault)
Craig Browne

Résumés

Cet article soutient que la théorie sociale est conditionnée par un certain nombre de tensions constitutives et que celles‑ci génèrent une pluralité d’antinomies. L’une de ces antinomies est celle qui se manifeste entre la théorie sociale comme projet et la théorie sociale comme institution. Le projet de théorie sociale a trouvé une forte impulsion dans le « nouveau mouvement théorique » associé aux travaux des théoriciens sociaux qui ont initié de nouveaux paradigmes et perspectives, comme Jürgen Habermas, Niklas Luhmann, Cornélius Castoriadis, Anthony Giddens et Michel Foucault. On soutiendra que ce développement de la théorie sociale a été conditionné par les clivages de la société capitaliste de la seconde moitié du xxe siècle et que cela s’est traduit par la centralité à ses yeux de certains problèmes comme celui du rapport entre individus et structures. L’importance des travaux de cette génération de théoriciens sociaux a été telle qu’elle a façonné l’institutionnalisation de la théorie sociale comme un espace spécifique de discussion dont on peut voir les signes évidents dans la création de nouvelles revues et associations de recherche. Pourtant, la période contemporaine semble connaître, en partie en raison de nouveaux défis, une intensification des antinomies entre la théorie sociale comme projet et comme institution, ce qui se traduit par une certaine désorientation de la théorie sociale. L’analyse cherche à clarifier la manière dont il est possible de résoudre ces nouveaux dilemmes et soutient, sans en mettre en doute la pertinence, qu’il est nécessaire pour la théorie sociale d’acquérir une meilleure compréhension de ses buts interdépendants mais cependant différents.

Social theory as a project and as an institution (translation by Emmanuel Renault)

This paper argues that social theory is conditioned by a number of constitutive tensions and that these generate a variety of antinomies. One of these antinomies is that between social theory as a project and as an institution. The project of social theory gained strong impetus from the “new theory movement” associated with the work of social theorists that initiated new paradigms and perspectives, like Jürgen Habermas, Niklas Luhmann, Cornelius Castoriadis, Anthony Giddens, and Michel Foucault. It will be argued that this development in social theory was conditioned by the cleavages of capitalist society in the later half of twentieth century and that this was reflected in the centrality to it of problems like that of the relation of action and structure. The significance of the works of this generation of social theorists is such that it shaped the institutional formation of social theory as a distinctive space of discussion, evident in such things as the founding of journals and research associations. Yet, the contemporary period appears to be one in which the antinomies of social theory as project and institution have intensified, partly owing to new challenges, and that this has produced a certain sense of disorientation in social theory. This analysis clarifies how these dilemmas can be addressed and argues that, while the relevance of social theory is not not in doubt, there is a need for social theory to achieve a better understanding of how it can meet its interdependent, yet different, purposes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La situation paradoxale de la théorie sociale
Quand le projet de la théorie sociale entre en tension avec son institutionnalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’avenir de la théorie sociale dépend d’un ensemble d’antinomies et de dilemmes. La théorie sociale cherche à expliquer, interpréter et évaluer les différentes facettes de la vie sociale par la mise en perspective des relations sociales et des institutions. Avec les sciences sociales, elle partage l’objectif d’une extension de la connaissance du monde social, mais elle formule également des notions et des thèses qui ont une validité plus générale que le savoir produit par les sciences sociales et a pour ambition de structurer les recherches empiriques. La théorie sociale est confrontée à différentes antinomies parce qu’elle est traversée par des tensions théoriques constitutives, comme celle qui consiste à affirmer à la fois que le monde social est marqué par la contingence et des régularités structurantes et, d’autre part, parce qu’elle entretient des rapports complexes avec le monde social qu’elle cherche à expliquer, interpréter et critiquer. Cette relation avec le monde social p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Craig Browne, « La théorie sociale comme projet et comme institution (traduction par Emmanuel Renault) », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3531

Haut de page

Auteur

Craig Browne

craig.browne@sydney.edu.au
Senior Lecturer, Department of Sociology and Social Policy, University of Sydney A26 ‐ R.C. Mills, The University of Sydney, NSW 2006, Australia

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page