Navigation – Plan du site

La Loudness War, une évolution collective sans chef d’orchestre

Concurrence généralisée et transformation de la coordination dans le monde du disque
The Loudness War, a collective evolution without a conductor. Generalised competition and transformation of coordination in the music industry
Joël Girès

Résumés

On découvre un phénomène surprenant sur le marché du disque : le volume sonore de la musique croît continuellement depuis plus de 30 ans. Cette augmentation est le produit de l’incertitude de l’emploi dans le monde du disque. Pour attirer l’attention des intermédiaires de marché dont dépend leur succès, les artistes et maisons de disques désirent que le volume de leur musique soit aussi élevé que celui de leurs concurrents, donnant lieu à une véritable « guerre du volume » (loudness war). Observer cette guerre a d’abord l’intérêt de montrer comment la concurrence et ses dispositifs matériels fabriquent de nouvelles conventions dans la production de musique, un volume élevé – associé à une plus grande compétitivité – étant désormais une caractéristique ardemment recherchée. Elle permet ensuite de voir par quels mécanismes une configuration de concurrence mène à une transformation collective des contenus musicaux. La loudness war rend enfin visible l’hétérogénéité des principes agissant dans la production. Elle révèle le conflit entre les conventions émergentes de compétitivité et les conventions esthétiques historiques du monde du disque. En effet, le personnel technique organise une résistance face à cette guerre pour sauvegarder les caractéristiques esthético-techniques de la musique enregistrée, fondement historique de son rôle dans la division du travail.

The Loudness War, a collective evolution without a conductor. Generalised competition and transformation of coordination in the music industry

This article sheds light on a surprising phenomenon on the record market: the sound volume of music has been growing continuously for more than 30 years. This increase is the product of the uncertainty of employment in music industry. To draw the attention of market intermediaries on whom their success depends, artists and record companies want the volume of their music to be as high as that of their competitors, giving rise to a “loudness war.” The analysis of this “war” shows, first of all, how the competition and the material devices it relies on create new conventions in the production of music. Namely, as the high volume has become ever more desirable it is also increasingly associated with a greater competitiveness. Secondly, this analysis allows to see by which mechanisms a configuration of competition leads to a collective transformation of musical contents. Finally, the “loudness war” reveals the heterogeneity of the principles that frame music production. It highlights the conflict between the emerging conventions of competitiveness on the one hand and the historical aesthetico-technical conventions on the other hand in the music industry. Indeed, the technical personnel is organizing a resistance to this “war” in order to protect the aesthetic characteristics of recorded music, the historical foundation of its role in the division of labor.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le monde du disque : concentration du capital et instabilité de l’emploi
La Loudness war : une inflation sonore
La Loudness war : construction d’une nouvelle convention de compétitivité
Concurrence généralisée sur le marché du disque
La construction du volume comme qualité
Logiques mimétique et inflationniste
Conflits sur la nature de la coopération : idéaux esthétiques ou compétitivité ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le monde du disque vit un phénomène étonnant : le volume sonore de la musique enregistrée augmente continuellement depuis une trentaine d’années. Les ingénieurs du son ont ironiquement appelé ce phénomène la loudness war, c’est-à-dire la guerre du volume. Ce phénomène est inextricablement lié à la structuration de l’emploi dans le monde du disque : ses acteurs n’ont pas d’emploi stable ; ils enchaînent au contraire différents projets artistiques au cours du temps. C’est d’autant plus vrai dans le monde de la musique populaire, la viabilité des projets y étant dépendante d’un succès immédiat sur le marché. Ainsi, les carrières artistiques se déroulent comme d’incessantes séquences de compétition, donnant à voir l’emploi artistique comme l’archétype de l’emploi flexible (Menger, 2009). L’augmentation du volume est le produit de cette incertitude dans l’emploi : pour retenir l’attention des intermédiaires de marché dont dépend leur succès, les artistes et maisons de disques désirent qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Girès, « La Loudness War, une évolution collective sans chef d’orchestre », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3647

Haut de page

Auteur

Joël Girès

joel.gires@gmail.com
Assistant en sociologie, centre de recherche METICES, Université Libre de Bruxelles - Centre de recherche Metices, Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, CP 124, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page