Navigation – Plan du site
Sexualité et sociabilité masculine

Annexes électroniques de l’article « Sexualité et sociabilité masculine. Désir et pratiques de genre dans un club de fessée »

Mathieu Trachman

Texte intégral

1En complément des analyses présentées dans l’article, nous avons souhaité mettre à la disposition des lecteurs un certain nombre de documents supplémentaires qui ne pouvaient pas être intégrés ou joints à sa version papier.

Liste des documents

Annexe 1 : Enquêter en sociologue sur le terrain de la psychanalyse

  • 1 Sur la diversité des rapports entre sciences sociales et usages des notions issues de la psychanaly (...)

2En prenant pour objet la sexualité et plus encore les sexualités déviantes, l’enquête sociologique travaille un champ qui est déjà investi et en partie construit par la psychanalyse : celle-ci est une pratique de prise en charge de la souffrance psychique, une théorisation du psychique dans laquelle la sexualité tient une place centrale et un événement socio-historique qui a des effets sur la manière dont les individus perçoivent et se rapportent à la sexualité (Castel, 2011). Au-delà des rapports entre « Freud » et « la sociologie »1, la discussion avec des concepts ou des textes du corpus freudien est plus précise et plus féconde : c’est ici le cas avec le fantasme de flagellation analysé par Freud dans « ʺUn enfant est battuʺ. Contribution à la connaissance de la genèse des perversions sexuelles » (Freud, 1973 [1919]). La discussion avec ce texte n’est pas évidente, l’enquête sociologique amenant à déplacer le questionnement plus qu’à préciser ou critiquer les analyses freudiennes.

3Mettre en avant la sociabilité comme une clef de compréhension de cette association relève en effet d’un démarcage par rapport à l’approche psychanalytique : alors que Freud s’appuie sur l’analyse de quelques cas pour livrer son interprétation d’un fantasme, c’est l’organisation collective de ce fantasme, les liens et les trajectoires sociales qu’elle suppose qui sont au centre de cet article. Le point de départ de l’analyse est donc radicalement différent, ce qui a des conséquences sur la situation d’enquête et la délimitation de l’objet. Dans l’enquête sociologique, ce n’est pas un individu qui vient à un analyste parce qu’il peine à vivre quelque chose, mais des amateurs qui s’organisent pour mettre leur fantasme en pratique, qui ne considèrent pas nécessairement celui-ci comme problématique ou symptomatique, et qui en témoignent souvent volontiers devant un sociologue. En choisissant de placer l’analyse sociologique au niveau du désir et des fantasmes, cette enquête se situe cependant sur le terrain défini par Freud. Il s’agit ici, après avoir rappelé certains aspects de l’analyse freudienne, de montrer comment l’approche sociologique de la sexualité, qui s’est largement constituée contre la psychanalyse, peut gagner à investir des terrains traditionnellement psychanalytiques.

4Paru en 1919, « ʺUn enfant est battuʺ » a pour point de départ les fantasmes de fustigation recueillis par Freud au cours de ses analyses. Cet article s’inscrit de manière complexe dans les travaux de Freud sur la sexualité, l’agressivité, le masochisme (Laplanche, 2001, chap. 5). Je noterai simplement ici les aspects du texte qui rencontrent directement l’enquête sur le club de fessée. Freud s’appuie sur les cas de six patients (4 femmes, 6 hommes) qui lui ont rapportés des récits de punition subie par des enfants. L’intérêt de Freud ne vient pas seulement de cette récurrence, mais de récits qui font écho à des questions centrales de la psychanalyse : le retour de l’enfance, les rapports des enfants aux adultes, le rapport ambivalent à la violence, la culpabilité. Pour lui, ces récits ne sont pas l’expression d’une perversion mais plutôt une clé pour saisir une structure plus générale de l’inconscient. En second lieu, ces récits ne sont pas considérés par Freud comme des témoignages de violences subies, mais comme des fantasmes qui précèdent d’éventuelles punitions reçues dans l’enfance : c’est pourquoi le cadre scolaire, récurrent dans les récits, est tenu par Freud comme un élément secondaire qui masque la véritable signification du fantasme.

5Pour saisir celle-ci, Freud s’attache à identifier la formule du fantasme, les éléments constitutifs de la scène. L’objet de l’analyse se précise : il ne s’agit pas d’analyser la répétition fantasmatique d’une scène vécue mais les transformations successives d’un fantasme. « Un enfant est battu », cette formulation impersonnelle d’une patiente lui apparaît alors comme une piste : il s’agit d’identifier qui bat, qui est battu, devant qui. Freud identifie trois formules, qui apparaissent dans les récits des patientes (il s’en tient aux récits féminins, sans le justifier précisément) : « le père bat l’enfant », « je suis battue par le père », « un enfant est battu ». L’analyse décompose le fantasme pour en identifier le centre, en s’appuyant largement sur les relations familiales et enfantines telles qu’elles sont conçues par Freud : ce sont les jalousies vis-à-vis des autres enfants, la dimension érotique de la punition paternelle, le refus d’admettre cette dimension érotique qui sont déterminants. La seconde formule, refoulée, livre la clé du fantasme, c’est-à-dire un désir incestueux pour le père.

  • 2 Sur les ambivalences de Freud par rapport aux frontières du normal et du pathologique en matière se (...)
  • 3 Sur ce procédé et les réductions familialistes de Freud, voir (Deleuze et Guattari, 1972).

6Freud opère donc, selon un principe archéologique qui traverse toute son œuvre (Schorske, 1992) la genèse d’un fantasme qu’il ramène aux processus généraux du développement psychosexuel, c’est-à-dire le complexe d’Œdipe : il s’agit non seulement de faire droit à la sexualité infantile mais de montrer comment les fantasmes supposés pervers s’ancrent dans l’émergence normale de la sexualité2. L’analyse de Freud repose également sur une boucle, qui s’autorise des logiques de l’inconscient et du refoulement : alors que les première et troisième formules du fantasme mettent en scène un groupe de garçons et un professeur, Freud revient à la relation entre père et enfant, comme si le fantasme explicitait ce que la théorie a initialement posé3.

7Au-delà d’une critique générale de l’analyse psychanalytique, il est plus fécond de montrer comment mon enquête permet d’en discuter deux aspects : la question de la violence et celle du fantasme. Considérer les récits de flagellation avant tout comme des fantasmes et non des expériences de violence subie est un geste central dans la constitution de l’approche psychanalytique, qui a pour origine le renoncement de Freud à la théorie de la séduction : l’idée que ce qui se dit dans ces récits c’est un désir plus qu’une agression. Cette position a fait l’objet de critiques largement issues de la problématisation féministe des violences de genre qui s’est développée au cours des années 1970 : tenir ces récits pour des fantasmes relève d’une occultation des violences réelles et devient une position intenable après le développement des connaissances sur les abus commis sur les enfants (Bulhe, 1998, chap. 6 ; Tort, 2007 [2005], IV, 2).

  • 4 Pour une réflexion plus générale sur la « réalité » des maltraitances infantiles, voir (Hacking, 20 (...)
  • 5 Sur ce point, je me permets de renvoyer à (Trachman, 2016).

8Par rapport à cette question, l’enquête sur le club de fessée permet quelques déplacements. D’une part, alors que Freud analyse la punition en général, l’objet de l’association est plus précis : c’est moins la punition en général que la fessée qui est centrale, même si les échos de ce fantasme (parentaux, scolaires, et plus généralement disciplinaires) sont multiples. D’autre part, alors que Freud s’appuie sur des récits féminins sans les problématiser comme tels, ce sont des socialisations et des récits masculins qui sont l’objet de l’enquête. Les liens entre violences masculines subies dans l’enfance et fantasme de fessée sont complexes : ces violences sont minoritaires dans les entretiens, même si, compte tenu des difficultés à parler et à se remémorer des violences subies dans l’enfance, cela ne préjuge pas de leur existence4. Le lien est thématisé par les membres de l’association eux-mêmes, dans un discours complexe qui note les échos violents du fantasme tout en écartant tout lien systématique avec les expériences enfantines5. Les enquêtés opèrent finalement, comme Freud, un passage dans l’ordre du fantasme qui est à la fois une reprise et une déréalisation des violences subies.

  • 6 Cette piste rejoint des questionnements déjà anciens et internes à la psychanalyse (Herzog, 2017, c (...)

9Prendre en compte un spectre plus large de violences interpersonnelles et symboliques, sans les réduire aux maltraitances infantiles permet sans doute de poser la question en écartant des causalités simplistes, et sans postuler une autonomie de la vie fantasmatique. La définition des frontières de la masculinité, les rapports affectifs, tactiles et sexuels entre hommes et l’ambivalence à l’égard de l’homosexualité éclairent un fantasme où se mêlent punition et amitié, douleur et plaisir, marques d’humiliation et d’attention. Ce sont dans les difficultés des socialisations masculines plus que dans les maltraitances infantiles que se situent certains ressorts de ce fantasme. De ce fait, le père n’est qu’une des figures que travaille le fantasme : on peut supposer que celui-ci s’alimente non seulement des rapports familiaux, mais aussi d’autres espaces de socialisation. Chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes en particulier, les bars, lieux de rencontre extérieurs, institutions scolaires, sportives peuvent avoir plus d’importance que les rapports familiaux. On peut faire l’hypothèse que la vie fantasmatique varie socialement et historiquement selon la diversification des parcours conjugaux et professionnels, les possibilités de rencontres sexuelles, l’accès à des représentations culturelles variées qui tendent à multiplier les figures de genre significatives6.

10La question des fantasmes est un second point de rencontre entre cette enquête et le texte de Freud. Les fantasmes n’ont pas fait l’objet d’un traitement très approfondi dans la sociologie de la sexualité, sans doute parce que celle-ci s’est largement définie contre la psychanalyse. L’approche des scripts sexuels développées par Simon et Gagnon, qu’on peut tenir pour la première formulation générale de l’approche sociologique de la sexualité, en est un exemple (Gagnon et Simon, 1973 ; Gagnon, 2008). Cette approche aborde la sexualité comme un ensemble de scripts, des récits qui guident les relations sexuelles et permettent une sexualisation des interactions. Gagnon et Simon distinguent plusieurs niveaux de scripts (la vie mentale ou les scripts intrapsychiques ; les interactions avec le ou les partenaires, ou scripts interpersonnels ; des normes et codes plus ou moins partagés, ou scripts culturels), mais aussi des scripts différents selon les individus ou les groupes sociaux, qui peuvent être plus ou moins singuliers, plus ou moins contraignants.

  • 7 La conception freudienne des pulsions est sans doute plus complexe que la présentation qu’en donnen (...)

11Dans cette perspective, Freud apparaît comme un adversaire à une compréhension sociale de la sexualité parce que ses analyses occultent le fait que « la pratique du sexe (même solitaire) nécessite un apprentissage détaillé et progressif qui emprunte largement à d’autres domaines de la vie et un processus d’étiquetage qui rend possible la coordination des corps et des significations dans de nombreuses circonstances » (Gagnon et Simon, 1973, p. 8-9, ma traduction). Réduire, comme le fait Freud selon les sociologues, la sexualité à des pulsions incontrôlables et indépendantes du sujet, c’est occulter ce bricolage ordinaire qui explique les processus d’érotisation7. C’est également situer l’émergence de la sexualité dans l’enfance, alors que l’apprentissage sexuel n’a pas encore eu lieu. C’est enfin donner une place centrale aux causes et aux origines du désir dans l’analyse, alors que la description précise des interactions sexuelles n’est pas menée. Cette voie s’inspire et sera suivie par les études les sexualités déviantes, l’exigence descriptive et le refus de la symptomatisation ou de la recherche de l’origine ayant, dans un contexte de pathologisation et de stigmatisation, unesignification politique et éthique (Rubin, 2010, chap. 7 ; Love, 2015). Dans cette perspective, enquêter sur les sexualités déviantes c’est « comprendre, non pas les sources de ces désirs, mais les univers construits pour les vivre » (Rubin, 2014, p. 42), rendre compte de l’étendue et des conditions sociales de possibilité d’une diversité sexuelle.

12Si les scripts intrapsychiques ouvrent une sociologie des fantasmes, c’est d’abord aux interactions et aux normes sexuelles que Gagnon et Simon ont consacré la plupart de leurs analyses initiales. Cette conception plutôt interactionnelle de la sexualité a fait l’objet de critiques sociologiques qui ont plaidé pour une meilleure intégration des apports de la psychanalyse ou une attention plus fine aux logiques du désir (Epstein, 1991 ; Green, 2008). Certes mineures dans les travaux de Gagnon et Simon, ces pistes ont cependant été explorées au sein de l’approche des scripts. En 1998, Gagnon souligne l’importance croissante de la vie intrapsychique dans les sociétés actuelles. Notant l’écart de plus en plus important entre la production de fantasmes et les pratiques sexuelles des individus, il souligne qu’il ne faut pas y voir un rapport de causalité ou des tensions entre ces deux mondes, mais la spécificité du monde intrapsychique : « le fantasme est sans frottement » (Gagnon, 2004, p. 285, ma traduction). Les dimensions matérielles et interactionnelles des scripts sont ici levées. De ce point de vue, ce n’est pas seulement la distinction entre différents niveaux de scripts qui importe, c’est la place relative et historiquement variable des différents niveaux de scripts.

13D’autre part, les liens entre les scripts intrapsychiques et les rapports sociaux, en particulier les appartenances ethniques ou raciales, mais aussi les rapports de genre, sont abordés dans le cadre de la théorie des scripts, et amènent Simon à revenir sur ses liens avec la psychanalyse. Dans son dernier article (Whittier et Simon, 2001), il souligne que la théorie des relations d’objet (l’intégration dans la vie psychique d’éléments du monde extérieur) est un point commun entre certains développements de la psychanalyse et la théorie des scripts, qui permet d’analyser l’excitation sexuelle. Il y a une « matrice confuse » du désir (Id., p.142), dont les déterminants et les buts sont souvent multiples et difficilement identifiables, mais qui sont souvent liés aux trajectoires biographiques des individus.

14Le cas du club de fessée prolonge ces deux pistes de recherche en montrant comment la place des fantasmes, et plus précisément l’autonomisation d’une sphère fantasmatique, est ici liée au développement d’espaces de sociabilité ; comment l’exercice d’une sexualité déviante ne relève pas seulement de la satisfaction d’un désir ou de la réalisation d’un plaisir, mais est une manière de travailler certains rapports sociaux, et particulièrement ici de faire du genre. Prendre au sérieux les fantasmes, c’est essayer de les situer par rapport aux autres strates de la vie sociale, c’est aussi se donner les moyens d’objectiver des ambivalences. En effet, si l’établissement de liens entre les différents aspects de la vie sociale d’un individu repose souvent sur un postulat de cohérence, les fantasmes expriment nettement les clivages, les identifications désirées ou refusées, les points de résistances qui peuvent être vus comme les dimensions psychiques des difficultés ou des ratés des socialisations. Ils sont également l’écho de situations sociales symboliquement et affectivement chargés, comme la sexualité, le genre ou la violence par exemple. De ce point de vue, comme le suggère l’historienne Dagmar Herzog dans son analyse des reconfigurations et des ancrages sociaux des mouvements psychanalytiques après la Seconde Guerre mondiale, les outils psychanalytiques sont précieux pour analyser certains phénomènes comme les conflits et l’agressivité dans les relations intimes, les ressorts de l’excitation et de la satisfaction, les effets psychiques des évolutions structurelles (Herzog, 2017, p. 16)

Bibliographie de la note méthodologique

15Assoun P-L., Lavabre M-C., Maître J., Vernier B., Memmi D., Pudal B. (1995), « Transferts disciplinaires. Psychanalyse et sciences sociales. Table rond avec : Paul-Laurent Assoun, Marie-Claire Lavabre, Jacques Maître, Bernard Vernier, introduite par Dominique Memmi & Bernard Pudal », Politix, vol. 8, n° 29, pp. 186 – 221.

16Buhle M. J. (1998), Feminism and Its Discontents. A Century of Struggle with Psychoanalysis, Cambridge et Londres, Harvard University Press.

17Butler J. (2002 [1997]), La vie psychique du pouvoir. L’assujettissement en théories, Paris, Léo Scheer.

18Castel R. (2011 [1981]), La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Les éditions de Minuit.

19David-Ménard M. (2002), « Les pulsions caractérisées par leur destin : Freud s’éloigne-t-il du concept philosophique de Trieb ? », Revue germanique internationale, n° 18, pp. 201-219.

20Davidson A. (2005 [2001]), L’émergence de la sexualité. Epistémologie historique et formation des concepts, Paris, Albin Michel.

21Deleuze G. & Guattari F. (1972), L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, 1, Paris, Les éditions de Minuit.

22Epstein S. (1991), « Sexuality and identity : The contribution of object relations theory to a constructionnist sociology », Theory and Society, n° 20, pp. 825-873.

23Freud S. (1973 [1919]), « ʺUn enfant est battuʺ. Contribution à la connaissance de la genèse des perversions sexuelles », in Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, pp. 219-243.

24Gagnon J. H. & Simon W. (1973), Sexual Conduct. The social source of human sexuality, Chicago, Aldine.

25Gagnon J. H. (2004), An Interpretation of Desire. Essays in the study of sexuality, Chicago, Chicago University Press.

26Gagnon J. H. (2008), Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot.

27Green A. I. (2008), « Erotic Habitus: Toward a Sociology of Desire », Theory and Society, n° 37, pp. 597–626. 

28Hacking I. (2008 [1999]), Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte.

29Halperin D. M. (2015 [2014]), L’art d’être gay, Paris, EPEL. 

30Herzog D. (2017), Cold War Freud. Pyschoanalysis in an Age of Catastrophes, Cambridge, Cambridge University Press.

31Lahire B. (2018), L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte. 

32Laplanche J. (2001), Vie et mort en psychanalyse, Paris, Flammarion « Champs ». 

33De Lauretis T. (2007), Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute. 

34Love H. (2015), « Doing Being Deviant : Deviance Studies, Description, and the Queer Ordinary », differences, vol. 26, n° 1, pp. 74-95. 

35Rubin G. (2010), Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, textes réunis et édités par Mesli R., Paris, EPEL.  

36Rubin G. (2014), « Le sexe gai dans la ville post-industrielle : hommes cuir, San Francisco et géographie de l’espace cuir », in Viltard M. (dir.), Chérir la diversité sexuelle. Gayle Rubin à Paris juin 2013, Paris, EPEL « Cahiers de l’Unebévue », pp. 37-82.

37Schorske C. E. (1992) ; « Vers les fouilles égyptiennes. Freud explorateur des cultures occidentales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 95, pp. 2-12. 

38Tort M. (2007 [2005]), La fin du dogme paternel, Paris, Flammarion « Champs ». 

39Trachman M. (2016) « Un fantasme ambigu. L’émergence d’un club de fessée entre hommes en France », Corps & psychisme, n° 2, pp. 37-55.

40Whittier D. K. & Simon W. (2001), « The Fuzzy Matrix of ʺMy Typeʺ in Intrapsychic Sexual Scripting », Sexualities, vol. 4, n° 2, pp. 139-165. 

Annexe 2 : Les « conseils d’un fesseur »

41Ecrit par l’un des fondateurs de l’association, ce texte ouvre le numéro 0 de la « lettre intime » du club. Il illustre le travail de définition du fantasme mené par les responsables de l’association et certains membres, travail régulièrement repris dans les numéros suivants.

42https://journals.openedition.org/​sociologie/​4654

Annexe 3 : Un exemple du courrier des adhérents

43Ce travail de définition de la fessée a notamment lieu dans le courrier des lecteurs publié par la lettre du club. Dans cet échange entre un adhérent et le président du club, paru en 1994, la question porte sur les différentes dimensions de la fessée et la frontière entre fessée et sexualité. L’échange montre aussi que les adhérents définissent pour une part leur exercice de la fessée au regard des pratiques existantes au sein du club.

44https://journals.openedition.org/​sociologie/​4659

Annexe 4 : Un « éditorial en forme de mise au point »

45Les éditoriaux publiés dans le magazine permettent aux membres du bureau de commenter la vie du club. Celui-ci relève d’un rappel à l’ordre concernant la distinction entre la fessé et le SM, les échanges tarifés et plus généralement l’esprit de convivialité qui doit prévaloir entre les membres. Les bonnes pratiques de sociabilité ne sont pas nécessairement spontanées, elle demande la fixation de règles qui dépassent la satisfaction d’un désir sexuel.

46https://journals.openedition.org/​sociologie/​4667

Annexe 5 : Les petites annonces

47Dès ses débuts, le club permet à ses adhérents de se rencontrer par l’intermédiaire d’un fichier de petites annonces diffusés aux membres. Pour assurer l’anonymat, les lettres étaient envoyées au club qui faisait l’intermédiaire entre les correspondants, ce qui permettait de ne pas communiquer d’informations personnelles avant de décider d’une rencontre. Les petites annonces reprennent une trame commune suggérée par club, en particulier concernant les informations nécessaires concernant les désirs et limites de chacun. Elles illustrent également les variations du fantasme de la fessée et ses frontières de genre.

48https://journals.openedition.org/​sociologie/​4674

Annexe 6 : Deux récits de fantasme

49Dès des débuts, le magazine publie les récits de fantasme de certains des adhérents. Certains contributeurs sont récurrents, mais ils sont assez nombreux pour nourrir les pages du magazine pendant 16 ans. Le passage à l’écrit et la mise en récit permet de saisir certaines variations fines des scènes de fantasme, il montre également une relative autonomie de l’ordre des fantasmes par rapport à celui des rencontres. Dans « Caroline. Une histoire vraie », paru en 1989, le souvenir d’enfance se double de jeux avec le genre qui concernent les personnages comme les objets. « Fessées en famille », publié en 1996, illustre l’érotisation des violences paternelles, la répétition des scènes de fessées qui permet l’accumulation de détails, et les manières dont le narrateur suggère la dimension excitante des scènes sans qu’elles le soient clairement pour les personnages.

50https://journals.openedition.org/​sociologie/​4679

Annexe 7 : Un jeu sérieux

51Paru en 1997, l’extrait de ce roman-photo permet d’avoir une idée du déroulement d’une séance de fessée, caractérisée par une progressivité, un fétichisme des vêtements et des fesses, et un certain sérieux ; il illustre également l’esprit potache et ludique du club, sans que ces deux dimensions soient contradictoires.

52https://journals.openedition.org/​sociologie/​5062

Haut de page

Notes

1 Sur la diversité des rapports entre sciences sociales et usages des notions issues de la psychanalyse, voir par exemple (Assoun et al., 1995).

2 Sur les ambivalences de Freud par rapport aux frontières du normal et du pathologique en matière sexuelle, voir (Davidson, 2005 [2001]).

3 Sur ce procédé et les réductions familialistes de Freud, voir (Deleuze et Guattari, 1972).

4 Pour une réflexion plus générale sur la « réalité » des maltraitances infantiles, voir (Hacking, 2008 [1999], chap. 5).

5 Sur ce point, je me permets de renvoyer à (Trachman, 2016).

6 Cette piste rejoint des questionnements déjà anciens et internes à la psychanalyse (Herzog, 2017, chap. 1). Voir également pour des formulations théoriques de cette question, (Butler, 2002 [1997] ; de Lauretis, 2007 ; Lahire 2018, chap. 3). Sur certaines spécificités des trajectoires gaies, notamment du point de vue de genre, voir (Halperin, 2015 [2014]).

7 La conception freudienne des pulsions est sans doute plus complexe que la présentation qu’en donnent Gagnon et Simon (David-Ménard, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Trachman, « Annexes électroniques de l’article « Sexualité et sociabilité masculine. Désir et pratiques de genre dans un club de fessée » », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3679

Haut de page

Auteur

Mathieu Trachman

mathieu.trachman@ined.frChargé de recherche, sociologie, Institut national d’études démographiques - INED, 133 boulevard Davout, 75980 Paris cedex 20, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page