Navigation – Plan du site

« Ça n’a pas de sens de compter comme ça »

Difficultés et limites d’une approche comptable des aides financières et matérielles apportées aux jeunes adultes dans la famille
“It makes no sense to count like that”. Difficulties and limitations of an accounting approach to the financial and material aid provided to young adults by their family
Marie-Clémence Le Pape, Mickaël Portela et Élise Tenret

Résumés

Cet article montre les difficultés auxquelles se heurtent les recherches quantitatives sur les aides financières et matérielles apportées aux jeunes adultes dans la famille. Il repose sur l’analyse secondaire de données issues d’une recherche exploratoire visant à tester, avant la réalisation d’une enquête statistique de plus grande envergure, un outil de comptabilisation des sommes données par leurs parents à leurs enfants. Le perfectionnement d’une approche comptable des aides apportées, qui s’observe plus largement à travers les évolutions de la statistique publique, ne parvient pas, paradoxalement, à réduire certains angles morts de la recherche sur l’entraide familiale, en raison des résistances manifestées par les enquêtés à l’égard de ce mode de questionnement directif des aides matérielles et financières données par le ménage. Toutefois, derrière la façade affichée de l’incommensurable, les parents comptent bien l’aide apportée, mais pas nécessairement au moyen d’une équation simple, dans laquelle les sommes données seraient exclusivement fonction des ressources du ménage. Les besoins perçus du jeune, ses mérites éventuels, les caractéristiques de sa fratrie ou encore l’aide reçue par les parents dans leur propre jeunesse sont autant de facteurs pouvant faire varier la solidarité familiale intergénérationnelle. En analysant ces critères qui modulent l’aide apportée, cet article contribue ainsi à mettre en évidence les normes de solidarité intergénérationnelles qui orientent le mode de calcul des parents et à interroger, in fine, les protocoles permettant de compter l’aide dans les enquêtes statistiques.

“It makes no sense to count like that”. Difficulties and limitations of an accounting approach to the financial and material aid provided to young adults by their family

This article shows the difficulties encountered by quantitative research when investigating the financial and material support given to young adults by the family. It is based on a secondary analysis of empirical materials from an exploratory survey which aimed at testing, before carrying out a larger statistical survey, a tool for counting amounts donated by parents to their children. The improvement of an accounting approach for measuring parental financial support to young adults –observed more widely in the evolutions of public statistics– does not paradoxically reduce some of the blind spots of family support. Indeed, respondents show various forms of resistance to this directive mode of questioning the parental support. However, behind the apparent incommensurability, parents do evaluate their support, but not necessarily using a simple equation, in which the total financial support would exclusively depend on the household resources. The perceived needs of the child, their potential merits, the characteristics of the siblings or the help received by the parents in their own youth are all factors that can impact the parental support. By analyzing all these criteria, this article thus contributes to highlighting the intergenerational standards of solidarity that guide parents’ calculation methods. It ultimately questions protocols for measuring aid in statistical surveys.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Vers le « bon chiffre » ? Des enquêtes statistiques sur les aides matérielles et financières apportées aux jeunes adultes de plus en plus élaborées
La découverte ou redécouverte intéressée de l’entraide familiale
Mesurer statistiquement les transferts : variations et perfectionnement d’une approche comptable
Interroger et comparer ce que dit chaque génération : deux enquêtes expérimentales
Les angles morts de la statistique
Obstacles et résistances à une approche budgétaire de l’aide familiale
Exploiter un matériau préparatoire aux enquêtes statistiques : de l’objectif initial de vérification des sommes données à l’analyse secondaire du refus de l’injonction comptable
Interrogation en miroir et identification d’un aidant principal : deux modalités de passation de l’enquête qui créent de l’embarras
L’intériorisation de l’injonction à l’aide et la peur du jugement
Limites et refus d’une approche quantifiée des aides financières et matérielles
Le « soutien moral », modalité « refuge »
Expliquer l’aide apportée : une équation complexe
L’explication par les ressources, un critère insuffisant ?
Les normes de solidarité sous-jacentes au mode de calcul des parents
Mesurer l’incommensurable : équation et inconnues

Aperçu du début du texte

La question des inégalités et de leur reproduction est au cœur de l’analyse sociologique et suppose de parvenir à mesurer finement les ressources individuelles. Or, parmi les différentes ressources dont disposent les individus, celles qui viennent de la famille représentent une part importante, particulièrement pour les jeunes adultes. Par exemple, en France, en 2014, 30 % des ressources des jeunes de 18-24 ans proviennent de transferts financiers de leurs parents (Castell et al., 2016a). Ils représentent même les trois quarts des ressources pour les jeunes en études et sans activité professionnelle.

Pour les politiques publiques, appréhender ces aides le plus précisément possible est un enjeu, notamment dans une perspective de redistribution. Des grandes enquêtes statistiques nationales se multiplient ainsi depuis une quarantaine d’années afin de comptabiliser ces transferts, allant parfois jusqu’à chercher une compensation monétaire à tout service rendu. Toutefois, un tel perfectio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Clémence Le Pape, Mickaël Portela et Élise Tenret, « « Ça n’a pas de sens de compter comme ça » », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3721

Haut de page

Auteurs

Marie-Clémence Le Pape

Marie-Clemence.LePape@univ-lyon2.fr
Maître de conférences en sociologie, Université Lyon Lumière 2, Centre Max Weber, UMR 5283, DREES - Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 07, France

Mickaël Portela

Mickael.Portela@sante.gouv.fr
Chercheur, Économiste, DREES, Centre d’études de l’emploi et du travail - DREES, Ministère des Solidarités et de la Santé, 14 avenue Duquesne, 75350 Paris cedex 07, France

Élise Tenret

Elise.Tenret@dauphine.fr
Maître de conférences en sociologie, Université Paris Dauphine, Université PSL IRISSO-UMR 7170, Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales - IRISSO, Université Paris Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris cedex 16, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page