Navigation – Plan du site

« Nous, on n’est pas la préfecture ! »

Le travail des agents en charge de l’accueil des étrangers « primo-arrivants »
“We are not the prefecture !”. The work of the agents in charge of welcoming foreigners “newcomers”
Camille Gourdeau

Résumés

Cet article propose, à partir d’une enquête ethnographique menée dans cinq directions territoriales de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), de réfléchir aux pratiques des auditeurs, les agents du bureau d’accueil et d’intégration. Leur travail est traversé par une contradiction entre une conception de leur rôle plutôt tendue vers le travail social et une autre qui le cantonnerait à un travail administratif. L’article montre, dans un premier temps, que cette tension structure la manière dont les agents investissent ce rôle. S’ils prétendent assurer un accueil de qualité et s’ils apprécient le contact avec le public, ils n’en dénoncent pas moins l’aspect répétitif et prescriptif de leur travail. Dans un second temps, l’article examine comment cette tension intervient dans les rapports que les auditeurs entretiennent avec les signataires du contrat d’accueil et d’intégration (CAI). Ils ont généralement une attitude bienveillante envers ces derniers, toutefois, leur relation s’inscrit dans un rapport inégalitaire et contraint. Cet article se penche ainsi sur la façon dont ils exercent l’obligation juridique que constitue le CAI.

“We are not the prefecture !”. The work of the agents in charge of welcoming foreigners “newcomers”

Based upon an ethnographic study of five territorial departments of the French Office for Immigration and Integration (OFII), this article questions the practices of the agents of the OFII reception and integration departments. Their practices are indeed by a tension between administrative management and social work. The article starts by showing how this tension structures the professional roles the agents take on. Even though they pretend to be committed to the quality of reception and to appreciate the direct contact with the public, they denounce the repetitive and prescriptive nature of their work. The article then shows how this tension influences the relationship between OFII agents and signatories of the Contract of Reception and Integration (CAI). Although their attitude towards the signatories is generally sympathetic, the relationship is inherently unequal and forced. This article thus looks at the practical exercise of the legal obligation imposed by the CAI.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Faire signer le CAI : une mission investie de façon plurielle
Le profil des auditrices
Le rôle d’auditrice
Le rapport au travail d’« audit »
La relation des auditrices de l’OFII aux signataires du CAI
Un accueil bienveillant
L’exercice de la contrainte

Aperçu du début du texte

Dans son ouvrage fondateur, Michaël Lipsky (2010 [1980]) met en lumière le rôle des agents dans les street‑level bureaucracies, c’est‑à‑dire les écoles, la police, les services sociaux, les tribunaux et les agences publiques. Il montre que ces agents de base des services publics, les frontline workers, situés en première ligne, qui sont en contact direct avec le public, ont une marge d’appréciation dans la délivrance d’une prestation ou d’une allocation. Leurs actions ont des effets directs sur les personnes concernées par la politique publique. Michaël Lipsky mentionne une seconde caractéristique des street‑level bureaucrats  : ils ne peuvent réaliser leur travail selon la conception idéale qu’ils ont de leur métier du fait des contraintes dans lesquelles ils sont eux‑mêmes pris. Leur pouvoir discrétionnaire et leur relative autonomie par rapport à la hiérarchie confèrent à ces agents un rôle décisif dans l’application des politiques publiques. En effet, leurs décisions, les routin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Gourdeau, « « Nous, on n’est pas la préfecture ! » », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 18 juillet 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3812

Haut de page

Auteur

Camille Gourdeau

camillegourdeau@gmail.com
Socio‑anthropologue, chercheure associée à l’Urmis, Université Paris Diderot - Université Paris‑Diderot‑Paris 7/URMIS, Case 7027, 75205 Paris cedex 13, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page