Navigation – Plan du site

Frédéric Rasera, Des footballeurs au travail. Au cœur d’un club professionnel (Éditions Agone, 2016)

Colin Giraud
Référence(s) :

Frédéric Rasera (2016), Des footballeurs au travail. Au cœur d’un club professionnel, Marseille, Éditions Agone, 312 p.

Texte intégral

version postprint

Un sociologue au vestiaire

  • 1 L’Olympique est un club professionnel de Ligue 2 récemment entré dans l’espace du football professi (...)

1À partir d’une enquête ethnographique de plusieurs mois, l’ouvrage de Frédéric Rasera propose une analyse sociologique du travail des footballeurs d’un club professionnel français fréquentés, observés et interrogés pendant de longs mois. Si les footballeurs et le football suscitent un certain nombre de mythes et de fantasmes sociaux (l’image des jeunes badboys surpayés, le sport comme vocation et passion) F. Rasera cherche à s’en éloigner dès l’introduction en saisissant avant tout le football comme un travail qui implique un marché, une organisation collective, des contrats et des parcours professionnels. C’est ce parti pris théorique et méthodologique qui fait l’originalité du livre et sa force. En partageant le quotidien du club de l’Olympique1, en observant sportifs et encadrants au travail, mais aussi parfois, en dehors de leur temps de travail, le livre souligne combien ce travail est soumis à des contraintes avec lesquelles les individus parviennent plus ou moins à composer. Il contribue ainsi à de nombreux domaines de la sociologie : celle du sport et celle du travail bien sûr, mais aussi celles du corps, des milieux populaires et des identités masculines. Ces apports sont d’autant plus convaincants qu’ils sont servis par une écriture soignée, précise et limpide, qui rend la lecture des sept chapitres du livre passionnante.

Morale du vestiaire

2Les trois premiers chapitres décrivent les cadres formels (notamment juridiques et contractuels) dans lesquels s’inscrit l’activité des footballeurs. Négociant et signant des contrats fortement individualisés, les joueurs forment cependant un collectif de travail soumis à l’autorité sportive du coach et engagé au service d’une cause : la réussite sportive du club, passant par celle de sa « vitrine », l’équipe première. Optimiser les performances sportives demande un engagement collectif intense et multiforme, dont le coach apparaît comme le chef d’orchestre. S’engager c’est respecter les horaires et le travail physique demandé, mais aussi adhérer au groupe que compose le « vestiaire » et le montrer : saluer les membres du vestiaire, célébrer les victoires en respectant les rituels collectifs, montrer et démontrer aussi son « envie » de football, au risque de se voir suspecté dans son investissement professionnel et affectif. L’auteur montre ici les tensions permanentes dans lesquelles sont pris les footballeurs entre des contraintes individuelles (carrières, contrats), d’un côté, une mobilisation et des injonctions collectives, de l’autre. Ces tensions s’aiguisent à travers l’analyse des mécanismes de sélection des joueurs au sein du collectif. Le pouvoir du coach est ici décisif. Chaque semaine ou presque, il remet à l’épreuve le travail des joueurs, les intégrant dans l’équipe première, vitrine du club et consécration professionnelle, ou les reléguant à jouer des matchs moins prestigieux en équipe réserve, obligation contractuelle à respecter. L’incertitude dans laquelle travaillent les footballeurs est d’autant plus grande que cette sélection peut souvent s’éloigner des critères sportifs et des performances sur le terrain. On peut ainsi titulariser un joueur peu performant pour qu’il « se montre », parce qu’on cherche en fait à s’en débarrasser au club le plus offrant. Frédéric Rasera éclaire ici l’incertitude du travail quotidien de footballeur, le caractère aléatoire de ses gratifications et reconnaissances. Certains s’en plaignent, d’autres ont intégré avec le temps cette dimension de leur activité, tous doivent, pour un temps et d’une manière ou d’une autre, s’y soumettre. Le troisième chapitre élargit encore le panel des contraintes en étudiant celles qu’exercent « les publics extérieurs » : les supporters, la population et les personnalités locales. Si certains joueurs se constituent une petite notoriété, « être une star locale » amène aussi certaines obligations sociales et morales, tâches supplémentaires du travail de footballeur. L’ouvrage analyse alors, de façon remarquable, le travail de représentation et les attendus normatifs qu’il comporte. Auprès des notables locaux et des soutiens financiers du club, comme auprès des supporters, le footballeur représente le club et doit alors combler certaines attentes sociales (être « disponible » pour les supporters, être un « bon garçon », sympathique et souriant, faire plaisir aux sponsors du club, notamment). S’en écarter ou s’en affranchir expose souvent à des rappels à l’ordre. Un footballeur doit être sociable, sympathique et disponible mais ne saurait parler politique par exemple, comme le montre l’observation des dîners et soirées organisées par le club après les matchs. Ces contraintes multiples renvoient à l’organisation de l’activité et à son inscription dans un cadre contractuel et marchand. Mais elles se révèlent aussi dans les dimensions les plus physiques et les plus concrètes de l’activité des footballeurs.

Corps au travail

3Les deux chapitres qui suivent s’orientent alors vers une sociologie du football comme mise au travail du corps. À travers l’observation des séances d’entraînement, du travail corporel engagé au club (préparation physique, travail médical) et l’analyse des blessures des joueurs, le livre montre combien le corps des footballeurs est traversé et travaillé par des logiques sociales et des rapports de pouvoir. De ce point de vue, l’entraînement est un moment-clé. Footballeurs et entraîneurs travaillent ici minutieusement à la mise en condition optimale de cet outil de travail : le choix des tenues, le respect des horaires, la pose des « strappings » en font partie, de même que, du côté du coach et du staff technique, l’élaboration technique et la conduite réglée des séances d’entraînement. Loin du « jeu libre » et ludique ou de la seule passion, le football apparaît ici comme un exigeant travail corporel mêlant conditions physiques et discipline technique, savoirs médicaux et sciences du geste. Si le pouvoir du staff technique est à nouveau important, son discours plus ou moins expert et ses choix tactiques peuvent être contestés au sein du vestiaire. Plus encore, l’enquête montre les ressources et les tactiques de certains joueurs face à ces contraintes et ce pouvoir s’exerçant sur leurs corps. Si certains peuvent chercher à « se montrer » et se faire particulièrement remarquer à l’entraînement, d’autres vont surtout « lever le pied » en fonction de leurs intérêts personnels et de leur position relative dans le vestiaire. De même, le corps des footballeurs est souvent affecté par des blessures et des atteintes physiques avec lesquelles le vestiaire doit composer. Composer car le chapitre 5 montre que la blessure du sportif est une production sociale qui engage bien plus que la seule affectation physique. Les atteintes corporelles sont médiatisées par les sensations des joueurs, le regard du médecin sportif, les enjeux sportifs et compétitifs du moment, ainsi que la position du joueur au sein du collectif et même sur le marché du travail footballistique. Entre l’atteinte physique réelle et la catégorisation du joueur comme « blessé » incapable de jouer, interviennent donc d’autres intérêts, enjeux et effets sociaux. C’est ce qui explique les pratiques de « deal » entre personnel médical et joueurs consistant à construire des arrangements pour dissimuler, minimiser ou au contraire insister sur l’ampleur de maux et d’atteintes du corps. Ces pratiques viennent non seulement rompre les hiérarchies habituelles du vestiaire (elles se font souvent « dans le dos » du coach), mais elles montrent aussi combien le corps sportif est une production sociale. S’il cristallise les contraintes auxquelles les footballeurs sont soumis, le livre insiste, à nouveau ici, sur leurs capacités de résistance et de jeu avec les contraintes.

Le football et la vie

4Les deux derniers chapitres s’aventurent en dehors des terrains pour poser la question de ce que le travail footballistique produit aussi dans la vie privée et la sociabilité des joueurs. L’enquête montre alors l’emprise du football sur les couples et les familles des joueurs et son influence sur leurs sociabilités et leurs amitiés. Cette emprise passe d’abord par une « hygiène de vie » en grande partie intériorisée par les joueurs : s’ils ne mènent pas une « vie de curé », leurs pratiques de sommeil, d’alimentation et de sorties sont largement soumises aux contraintes sportives. De même, leur vie conjugale et familiale est marquée par les rythmes et les normes du vestiaire. Le football professionnel consacre surtout des modèles traditionnels et fortement genrés du couple : unions et parentalité précoces, division des tâches, rôles domestiques. En fait, le rôle des femmes apparait essentiel dans la réussite des joueurs : prenant en charge le travail domestique mais aussi la mise en condition mentale et affective des sportifs, elles exercent un vrai travail de care, reproduisant largement une division genrée des rôles conjugaux et familiaux. Par ailleurs, le football produit aussi des injonctions à la sociabilité qui débordent le cadre du terrain sportif. Créer et entretenir des liens forts avec ses coéquipiers, investir affectivement et amicalement le groupe du vestiaire, tout cela constitue des normes professionnelles valorisées. Bien sûr, tous ne se plient pas aussi facilement et docilement à ces normes. Frédéric Rasera montre qu’en fonction de leurs parcours et de leurs propriétés sociales, les relations d’amitié et les affinités électives sont plus ou moins développées, investies et approfondies. Le fait d’être originaire de la région ou non, de partager des origines sociales ou migratoires communes, l’âge et la position dans la carrière sportive et le cycle de vie, constituent ici des facteurs importants dans la création des liens d’amitié et de proximité au sein du vestiaire. L’influence du football déborde donc le cadre purement sportif et s’observe, plus généralement, dans l’emploi du temps, les pratiques et les relations sociales des individus. En même temps, le football est lui aussi traversé par d’autres logiques sociales qui permettent à certains de contourner ou jouer avec les contraintes que produit l’activité.

5Des footballeurs au travail est un livre de sociologie passionnant et particulièrement réussi. La première grande qualité du livre tient à son écriture limpide et aboutie, nourrie par une approche ethnographique particulièrement maitrisée. À la différence de certaines dérives ethnographiques, aucune mise en scène de soi, ni fausse réflexivité ici. Aucun narcissisme sociologique, mais au contraire, une présence discrète du sociologue laissant la place aux individus, lieux et interactions qu’il observe avec attention. On comprend alors réellement ici en quoi l’ethnographie permet d’approcher et de voir des pratiques et des faits qu’on ne verrait pas autrement. Un autre intérêt du livre est de resituer le footballeur-travailleur, ses pratiques et ses aspirations, à l’intersection de multiples configurations : le marché du travail, le club et son organisation, le vestiaire et ses hiérarchies, la trajectoire sociale et la carrière sportive, l’espace local et les origines géographiques, la famille et le couple. Pris dans différents systèmes de contraintes et mobilisant plusieurs types de ressources, les footballeurs ne composent plus un groupe homogène. Loin des figures idéalisées de sportifs de haut-niveau vivant grassement de leur passion, le sociologue leur rend aussi leurs singularités sociologiques et la complexité de leurs parcours et trajectoires sociales et sportives. C’est ce qui suscite souvent la curiosité du lecteur et amène parfois à vouloir en savoir plus essentiellement sur deux aspects. D’une part, si les rapports entre football et vie familiale sont abordés dans le chapitre 4 par le prisme du couple, on aimerait en savoir davantage sur l’ensemble des configurations familiales, notamment la socialisation primaire, les rapports aux parents et à la fratrie de ces joueurs professionnels. L’implication et l’engagement demandés par le football concerne-t-il aussi ces membres de la famille ? Depuis quand ? À quel titre, à quels niveaux ? D’autre part, le livre et l’enquête amènent assez logiquement à s’interroger sur l’après, c’est-à-dire la suite des trajectoires et l’épineuse question de la reconversion. Le moment observé dans le livre est à la fois bref dans le temps, mais intense en termes d’engagement, on se demande donc comment s’opère le virage vers une autre vie, une fois que l’on quitte ce fameux « vestiaire ».

Haut de page

Notes

1 L’Olympique est un club professionnel de Ligue 2 récemment entré dans l’espace du football professionnel. Club « moyen » de Ligue 2, il n’est donc pas un grand club de Ligue 1, son budget est nettement plus faible (9 millions d’euros annuels). Très variables, les rémunérations des joueurs s’étalent entre 2 700 euros et 35 000 euros bruts mensuels, avec un salaire brut médian de 8 500 euros mensuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colin Giraud, « Frédéric Rasera, Des footballeurs au travail. Au cœur d’un club professionnel (Éditions Agone, 2016) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 24 juillet 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3876

Haut de page

Auteur

Colin Giraud

giraud.colin@gmail.com
Maître de conférences à l’Université Paris-Nanterre, Cresppa-CSU, 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page