Navigation – Plan du site

« Sportif sinon rien ? »

Les destins scolaires des élites sportives engagées dans des études supérieures
“Sport, only sport and nothing else?”. The academic destiny of sports elites engaged in higher education
Bruno Papin et Baptiste Viaud

Résumés

Des rapports ministériels, des articles et reportages grand public, ainsi que des travaux scientifiques récents insistent sur les difficultés rencontrées par les sportifs de haut niveau pour mener à bien une formation scolaire. Une enquête quantitative et qualitative réalisée auprès de sportifs d’élite engagés dans des études supérieures au sein de l’Académie de Nantes invite pourtant au réexamen de cette prétendue concurrence entre projets sportifs et scolaires. Ce que montrent les destins scolaires des élites sportives dans l’enseignement supérieur, ce sont des sports socialement typés, des trajectoires marquées selon les mondes sportifs et autant de chemins empruntés pour faire face à l’impératif sportif. Des effets visibles à l’entrée lorsque les spécialistes des différentes disciplines s’orientent massivement dans les mêmes voies de l’enseignement supérieur au gré des appariements établis localement entre les agents des institutions sportives et des établissements de formation supérieure. Visibles également lorsque la projection d’une carrière professionnelle dans les sports collectifs masculins compromet les poursuites d’études ou, à l’inverse, lorsque les stratégies ajustées aux doubles contraintes sportives et scolaires autorisent le maintien des ambitions scolaires, voire ouvrent des voies inespérées.

“Sport, only sport and nothing else?”. The academic destiny of sports elites engaged in higher education

Ministerial reports, media articles, and recent scientific works insist on the difficulties met by high-level sportsmen to succesfully complete a school education. A quantitative and qualitative research realized with elite sportsmen engaged in higher education at the Academy of Nantes invites nevertheless in the reconsideration of this alleged competition between sports and school projects. The analysis of the higher education outcomes of sports elites reveals socially typified sports, trajectories marked by the worlds of the sports, and different ways of meeting the demands of the sports. Visible effects in the entry when the specialists of the different disciplines massively turn to the same educational according to the matchings established locally between the agents of the sports institutions and institutions of higher education. Visible also when a career projection in men’s team sports compromises the pursuit of studies, or, on the contrary, when the strategies adjusted to the constraints of both sports and educational projects allow for the preservation of academic ambitions, or even open unexpected paths.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Se maintenir parmi les élites sportives et devenir étudiant, une équation à deux inconnues ?
Penser les mondes du sport d’élite, méthode et premiers enseignements
Resserrer l’analyse sur une population d’élites sportives étudiantes
Projeter une carrière sportive professionnelle et faire des études supérieures : un impossible défi ?
« Sportif professionnel » ou la limitation des ambitions scolaires dans l’enseignement supérieur
Les effets différenciés des mondes sportifs sur les destins scolaires
Devenir sportive professionnelle et se maintenir dans le jeu universitaire
Entrer dans l’enseignement supérieur avec des ambitions sportives dans les sports « amateurs »
Entrer dans l’enseignement supérieur. Tous à l’université ?
Une distribution des destins scolaires dans l’enseignement supérieur marquée selon les sports
Quand être sportif de haut niveau se transforme en ressources pour être maintenu dans le jeu scolaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Est-il possible de mener un projet scolaire lorsque le sport est pris au sérieux ? Peut-on raisonnablement cumuler travail scolaire et sportif ? Ce questionnement anime les débats publics en France depuis l’importation du sport moderne. Dès le début du xxe siècle, Georges Hébert, bien connu pour ses charges contre le sport, dénonçait ces « jeunes lycéens [qui] n’hésitaient pas à “tout lâcher” de leurs études pour la vaine gloriole d’être admis aux compétitions futures, et à sacrifier leur avenir » (Hébert, 1927, p. 4). Loin d’être l’unique expression d’un militantisme antisportif, cette inquiétude rencontre une réalité bien repérée par la suite ; celle d’un temps sportif peu compatible avec le maintien d’ambitions scolaires. Au milieu des années 1970, dans une enquête menée sur la pratique du ski de haut niveau, Jean-Michel Faure rappelait ainsi que neuf skieurs sur dix déclaraient donner la priorité au sport sur les études, et ce « quelles que soient les modalités scolaires mises e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Papin et Baptiste Viaud, « « Sportif sinon rien ? » », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 9 |  2018, mis en ligne le 30 août 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/4152

Haut de page

Auteurs

Bruno Papin

bruno.papin@univ-nantes.fr
Maître de Conférences, Université de Nantes, Centre nantais de sociologie (UMR 6025) - Centre nantais de sociologie, 23 rue du Recteur Schmitt, BP 81 227, 44312 Nantes cedex 3, France

Baptiste Viaud

baptiste.viaud@univ-nantes.fr
Maître de Conférences, Université de Nantes, Centre nantais de sociologie (UMR 6025) - Centre nantais de sociologie, 23 rue du Recteur Schmitt, BP 81 227, 44312 Nantes cedex 3, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page