Navigation – Plan du site

Stéphane Beaud, La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017) (La Découverte, 2018)

Mickael Chelal
Référence(s) :

Stéphane Beaud (2018), La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017), Paris, La Découverte, 352 p.

Texte intégral

version postprint

  • 1 À la différence majeure qu’Oscar Lewis s’efface totalement pour fournir des récits bruts.

1Dans La France des Belhoumi Stéphane Beaud entreprend de relater la biographie d’une famille issue de l’immigration algérienne en retraçant les trajectoires de chaque membre de la fratrie en recueillant leurs témoignages par la méthode des entretiens biographiques. En se penchant, durant cinq années, de 2012 à 2017, sur cette famille composée de cinq filles et trois garçons, l’auteur a pour objectif de présenter un autre regard sur les enfants d’immigrés à rebours des représentations médiatiques en racontant « l’histoire ordinaire d’une famille algérienne ordinaire en France » (p. 12). Par cette approche monographique, à l’image de celle réalisée par l’anthropologue Oscar Lewis (1963) interrogeant une famille mexicaine1, l’auteur souhaite développer chez ses enquêtés une réflexivité autant sur l’histoire personnelle de chacun-e que sur l’histoire familiale à l’instar de ce qu’il avait réalisé au début des années 2000 dans Pays de malheur ! avec Y. Amrani à travers une sorte d’« auto-socio-analyse » sur sa condition sociale (Amrani & Beaud, 2004). Dès lors, cet ouvrage s’inscrit dans la droite ligne des précédents travaux de Stéphane Beaud observant, depuis plus d’une vingtaine d’année, les parcours d’enfants de milieux populaires, en particulier immigrés, depuis 80 % au bac... et après ?, et leurs places dans la société française (Beaud, 2002). À la différence notable que cette nouvelle recherche prend en compte le vécu féminin de la catégorie des enfants d’immigrés qui était jusqu’alors, dans ses travaux, très souvent tournés vers les garçons en proie à des difficultés scolaires. Par ces différentes approches le sociologue relate les parcours des membres de la fratrie marqués par une mobilité sociale ascendante pour en comprendre les ressorts et les différences individuelles, notamment de genre.

Les trajectoires genrées de l’ascension sociale des enfants Belhoumi

2Les trajectoires des huit enfants Belhoumi sont caractérisées par l’ascension sociale que l’auteur s’attache à expliquer au regard du contexte historique, familial, scolaire et résidentiel. En effet, la famille Belhoumi est l’exemple présenté comme typique des familles émigrées algériennes de la dernière phase d’immigration de masse caractérisant la France des années 1970 et des Trente Glorieuses en recherche de main d’œuvre. Monsieur Belhoumi immigre en France en 1971 pour travailler comme manœuvre dans le BTP jusqu’en 1978 avant d’être en invalidité professionnelle de longue durée. Il est rejoint par madame Belhoumi en 1977 qui restera femme au foyer quelques années avant de travailler en tant qu’agent d’entretien dans un collège. Ils emménagent dans une cité HLM de la commune ouvrière de Sardan, ville moyenne de province située à 400 km de Paris. Dès leur installation en France, monsieur et madame Belhoumi ont considéré que l’école était une chance pour leurs enfants et le meilleur moyen de promotion sociale. Dès lors, les parents ont très fortement incité leurs enfants à « travailler avec le stylo ! » (p. 53), devenue une injonction parentale pour améliorer leur sort. C’est particulièrement le cas pour les aînées, Samira et Leila, respectivement aujourd’hui cadre de santé et cadre de l’insertion sociale. Outre le rôle des parents, l’intérêt des récits biographiques permet d’affiner l’analyse des facteurs micro-sociologiques rendant possible la mobilité sociale qui s’explique également par le contexte local : une scolarisation dans des écoles plus mixtes socialement que les écoles du quartier, car l’immeuble des Belhoumi était en lisière de la cité, un investissement des équipes pédagogiques soulignant le rôle singulier de certaines institutrices ainsi que la forte présence du Parti Communiste dans la ville de Sardan marquée par une politique centrée sur l’encadrement de la jeunesse avec un niveau élevé d’équipements publics culturels et sportifs. Stéphane Beaud l’articule également avec les stratégies matrimoniales, principalement des deux aînées qui ont résisté à la pression de mariage précoce, en particulier pour faire des études (chapitre 4). Néanmoins, si Samira et Leila ont réussi à poursuivre des études supérieures, il est à noter que les conditions matérielles d’existence de pauvreté de la famille Belhoumi ont eu pour effet de brider les aspirations scolaires post-bac de ces dernières devenues précocement « soutiens de famille ». En travaillant durant leurs adolescences et leurs études universitaires, elles se sont orientées dans des filières supérieures courtes (école d’infirmières, IUT...) aux débouchés professionnels, à leurs yeux, plus concrets.

  • 2 Rachid a quitté le système scolaire sans diplôme en cinquième, Azedine obtient un baccalauréat prof (...)

3Fortes de ces expériences scolaires, les deux aînées vont devenir les relais parentaux et suivre scrupuleusement la scolarité des petites sœurs et petits frères. Cela est particulièrement le cas pour les trois sœurs cadettes, Dalila, Amel et Nadia, qui vont avoir des parcours scolaires et professionnels proche de ceux des deux aînées, en un peu moins réussis. L’auteur souligne en revanche une différence de genre dans les trajectoires scolaires et professionnelles des membres de la fratrie. Si les trois garçons, Rachid, Azedine et Mounir, sont établis professionnellement au moment de l’enquête – en tant que vendeur pour deux d’entre eux et chauffeur de bus RATP pour un autre –, leurs parcours scolaires sont marqués par une moindre réussite2 soulignant un fait établi depuis Allez les filles : les filles réussissent mieux à l’école que les garçons, surtout parmi les enfants d’origine populaire (enfants d’ouvriers ou d’artisans/commerçants) (Baudelot & Establet, 1992). Stéphane Beaud explique cette dissymétrie scolaire (études supérieures pour les filles versus études courtes voire échec scolaire pour les garçons) principalement par une socialisation familiale genrée différentielle. En effet, les aspirations scolaires des parents pour les garçons étaient moins importantes que pour les filles, même si le « travail avec le stylo » était la norme éducative parentale. De plus, les garçons jouissaient d’une plus grande liberté de mouvement que les filles. Dès lors, ces derniers ont été fortement socialisé par la cité et les « effets de quartier » se sont fait ressentir. Attirés par l’extérieur et la « culture de quartier », qui est dans l’ouvrage principalement perçu sous l’angle déviant, les garçons de la famille n’ont pu acquérir « l’ascèse scolaire » (p. 157) nécessaire à la réussite scolaire. Si les sœurs aînées veillaient avec attention aux réussites scolaires des jeunes hommes, elles n’ont pu, néanmoins, aller à l’encontre des rouages du système scolaire avec des orientations précoces en voie professionnelle pour les garçons. Ces derniers ont tout de même bénéficié du soutien moral et matériel des aînées, aide indispensable à leur entrée relativement pérenne sur le marché du travail – hébergement, relecture et réécriture des lettres de motivations et des CV... En abordant la question des parcours scolaires et professionnels, les différents récits permettent d’observer concrètement la socialisation primaire, la transmission de capital culturel et la solidarité intra-familiale qui permettent de donner, en partie, les clés explicatives de la réussite des jeunes d’origine immigrée. L’auteur revient donc sur le rôle de l’école et de la famille pour comprendre les positions sociales des enfants Belhoumi. Il développe également, dans la dernière partie du livre, deux autres dimensions, la religion et la politique, que l’auteur présente comme s’étant en quelque sorte imposées à l’enquête.

Rapports à la politique et à la religion : des différences générationnelles

  • 3 Il s’agit d’une appellation que Stéphane Beaud a eu l’occasion de développer dans un article co-écr (...)

4La famille Belhoumi va se « politiser » sous l’impulsion des enfants qui, au cours de leur scolarité, vont ramener la vie politique française à la maison – sans qu’elle y soit totalement absente – alors que les parents Belhoumi s’en étaient tenus éloignés. Ce sont une nouvelle fois les aînées, Samira et Leila, qui vont opérer une sorte de socialisation politique et vont ancrer la famille « à gauche » (p. 215) symbolisé par un vote unanime pour François Hollande lors des élections présidentielles de 2012. Notons également le contexte politique local avec la présence communiste dans le quartier des Belhoumi qui a influencé la socialisation politique de certains enfants, notamment Leïla, qui a très tôt fréquenté et investi la jeunesse communiste au sein du monde associatif de Sardan. Cependant, en fonction des trajectoires sociales de chacun-e le rapport au politique n’est pas si homogène : les garçons de la fratrie y prennent leur distance tandis que Nadia prendra sa carte au parti Les Républicains. Le rapport à la religion donne également à voir des différences générationnelles. En effet, il y a 16 ans d’écart entre Samira, l’aînée, et Nadia, la benjamine. Selon l’auteur, les sœurs aînées, nées en 1970 et 1973, sont les héritières de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, dite « Marche des Beurs », caractérisée par un contexte spécifique pour les enfants issus de l’immigration concernant leur place dans la société française qui les amène à prendre leur distance avec la religion dans un mouvement d’émancipation. Les trois cadettes, quant à elles, sont de la « génération de cité3 » et ont grandi dans un contexte politique, social et économique plus compliqué concernant les habitants des quartiers populaires – une paupérisation accrue, une aggravation de la ségrégation ethnique et des discriminations plus importantes – marqué par un « retour du religieux » comme marqueur d’appartenance. Dès lors, Dalila, Amel et Nadia se caractérisent par une plus grande intensité des pratiques religieuses qui vient confirmer ce que l’enquête TeO (Trajectoires et Origines) concluait concernant les plus jeunes générations des descendants d’immigrés (Beauchemin et al., 2016).

  • 4 Voir l’interview donné par Stéphane Beaud aux magazine Sciences Humaines : https://www.scienceshuma (...)

5La question de l’islam réapparaîtra au moment des attentats de janvier 2015 qui viendront s’installer dans les discussions entre le sociologue et les enquêtés. Ces événements vécus comme un « tsunami », pour reprendre le terme de Leïla (p. 269), a touché de plein fouet la famille Belhoumi. Les débats qui s’en suivirent – autour de la déchéance de la nationalité, les polémiques autour du non-respect des minutes de silences dans les établissements scolaires, la participation à la manifestation du 11 janvier, etc. – sont apparus comme des remises en cause de leur intégration. C’est particulièrement le cas d’Amel, dont des collègues et amis n’ont eu de cesse de réclamer qu’elle se désolidarise clairement des djihadistes car, bien que française, elle reste perçue comme « Arabe » et « musulmane ». Or, un des intérêts de ce riche ouvrage est bien de parler concrètement des processus d’intégration. De l’intégration silencieuse réussie des descendants d’immigré algérien dont les récents attentats ont pour conséquence, par la vigueur des amalgames, de renforcer un sentiment d’hostilité et de rejet. Ce roman familial, écrit dans un langage clair, souhaite donner la parole à un groupe social plus souvent « parlé » que parlant. Cependant, s’il met effectivement en avant un groupe social stigmatisé, nous pouvons tout de même nous interroger sur la place prépondérante occupée par le sociologue dans le récit. Néanmoins, il rend possible des questionnements sur la place, sans cesse remise en cause, des descendants d’immigré dans le « club France » (p. 14), de ces Français qui, le livre le montre bien, ont le sentiment d’être entièrement à part alors qu’ils souhaitent être considérés comme des Français à part entière. Cet ouvrage apporte une contribution importante sur un pan de l’histoire de France, « par le bas », en évoquant certaines facettes des mutations de la société française et de ses classes populaires. Il permet, enfin, d’aborder les ressorts (vécus) de l’intégration, sur le long terme et à différente échelle, qui seront possiblement approfondis dans un second tome comme l’espère Stéphane Beaud4, pour mieux la comprendre.

Haut de page

Bibliographie

Amrani Y. & Beaud S. (2004), Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Paris, La Découverte.

Baudelot C. & Establet R. (1992), Allez les filles ! Une révolution silencieuse, Paris, Seuil.

Beauchemin C., Hamel C. & Simon P. (2016), Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France, Paris, Ined Éditions.

Beaud S. (2002), 80 % au bac… et après ? Les Enfants de la démocratisations scolaires, Paris, La Découverte.

Beaud S. & Masclet O. (2006), « Des “marcheurs” de 1983 aux “émeutiers” de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 61, no 4, pp. 809-843.

Lewis O. (1963), Les Enfants de Sanchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 À la différence majeure qu’Oscar Lewis s’efface totalement pour fournir des récits bruts.

2 Rachid a quitté le système scolaire sans diplôme en cinquième, Azedine obtient un baccalauréat professionnel de vente et Mounir n’a pas obtenu son BEP industrie.

3 Il s’agit d’une appellation que Stéphane Beaud a eu l’occasion de développer dans un article co-écrit avec Olivier Masclet et qui renvoie aux années 1985-2005 (Beaud & Masclet, 2006).

4 Voir l’interview donné par Stéphane Beaud aux magazine Sciences Humaines : https://www.scienceshumaines.com/enfants-d-immigres-les-cles-de-la-reussiteentretien-avec-stephane-beaud_fr_39671.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickael Chelal, « Stéphane Beaud, La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017) (La Découverte, 2018) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 31 août 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/4604

Haut de page

Auteur

Mickael Chelal

chelal.mickael@live.fr
Doctorant en sociologie, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, UMR 8533-Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S) - IDHE.S, Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page