Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, L’Interprétation sociologique des rêves (La Découverte, 2018)

Louis-Simon Corriveau
Référence(s) :

Bernard Lahire (2018), L’Interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, 490 p.

Texte intégral

version postprint

1Proposant une investigation sociologique à l’échelle de l’individu en se penchant sur un domaine intime, dans L’interprétation sociologique des rêves Bernard Lahire tâche de préciser la théorie de l’action qu’il développe depuis deux décennies. Pour ce faire, démontrant l’importance de l’articulation du passé incorporé, qui prend la forme de schèmes et de dispositions, et du présent, apparaissant comme contexte de l’action, il s’intéresse à un territoire où l’individu est, en apparence, libéré du poids du social. À partir des connaissances accumulées dans des disciplines variées, l’auteur propose ainsi une théorie intégratrice des logiques sociales et des déterminismes sociaux du rêve, contribuant du même coup à introduire celui-ci dans le champ des sciences sociales. Ce livre constitue d’ailleurs un « temps expérimental », qui sera suivi d’un second exposant une analyse du rêve à partir de la biographie sociologique de la rêveuse ou du rêveur – le « temps de l’exploration systématique ».

2Il convient d’abord de situer l’approche adoptée par l’auteur avec d’autres domaines d’investigation, suivant l’argumentation des chapitres 1, 2 et 3. D’emblée, la parenté avec la psychanalyse, et notamment avec les travaux de Sigmund Freud, est manifeste. Dans L’Interprétation des rêves notamment, le père de la psychanalyse propose une synthèse érudite et pertinente des travaux menés de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle sur le rêve, tout en proposant un modèle d’interprétation original. Bernard Lahire souhaite alors « [p]enser avec et contre Freud, pour prendre acte des avancées qu’il a rendu possible et en permettre de nouvelles » (p. 47). La filiation avec les sciences sociales est toutefois plus complexe, celles-ci portant un intérêt timide pour le rêve. Deux manières d’investiguer le rêve peuvent être distinguées : d’un côté, les usages sociaux des rêves ; de l’autre, la production onirique. Les sciences sociales ont ainsi souvent investi la première. C’est notamment le cas des approches de l’écologie du rêve ayant marqué maints travaux anthropologiques qui interrogent non le rêve en lui-même, mais ce qui l’entoure et le concerne : « les pratiques autour du rêve ou sur le rêve » (p. 69). Le rêve a d’ailleurs souvent été négligé par la sociologie française, « [h]ormis les réflexions suggestives de Maurice Halbwachs, les appuis scientifiques les plus solides en vue d’élaborer une science sociale des rêves [étant] venus de l’autre côté de l’Atlantique » (p. 66), entre autres des États-Unis. La seconde avenue, quant à elle, a été investie notamment par la psychanalyse, les neurosciences et la psychologie, demeurant dès lors en marge des sciences sociales. Cela dit, les sensibilités divergent chez les tenants de cette avenue. Alors que la psychanalyse se concentre sur les éléments déclencheurs et sur les opérations psychiques à l’œuvre dans la production onirique en vue de comprendre le contenu latent, les neurosciences cherchent à comprendre les causes physiologiques et neurologiques de la production onirique. Pour sa part, la psychologie tâche de développer une analyse de contenu des récits de rêve, mettant en relation les « propriétés linguistiques (lexicales, stylistiques, thématiques, compositionnelles, ou autres) de ces productions [oniriques] […] avec quelques grandes propriétés sociales des [rêveuses et des] rêveurs (sexe, âge, époque, société dans laquelle ils vivent, milieu social ou professionnel, niveau d’instruction scolaire, etc.) » (p. 74). Des analyses quantitatives ont dès lors été menées sur de grandes séries de récits de rêves, analysant le contenu explicitement énoncé à partir de traits sociaux.

3Malgré les limites de ces deux avenues et leur difficile conjugaison, Bernard Lahire fait l’hypothèse initiale « qu’une interprétation scientifique du rêve est possible » (p. 39). Cela ne revient pas à dire que le rêve aurait une fonction spécifique, unique, déterminée, voire naturelle. L’interprétation sociologique du rêve vise dès lors à comprendre sa fabrication telle qu’elle s’opère chez les individus. Une telle hypothèse implique que le rêve soit pensé sociologiquement à partir de quatre principales caractéristiques, qui sont discutées aux chapitres 2, 6, 9, 10, 11 et 12. La première est que le rêve est une réalité sociale, et non une réalité uniquement individuelle. Cela découle notamment du fait que la production onirique repose sur des capacités, des dispositions, des préoccupations développées à travers les expériences sociales vécues. La seconde caractéristique renvoie au fait que la production onirique apparaît comme une forme d’expression possible parmi d’autres. Elle s’inscrit dès lors en continuité avec d’autres formes d’expression, comme la rêverie éveillée, le délire, l’hallucination, le jeu ou la création littéraire. La troisième caractéristique amène à penser le rêve comme une communication de soi à soi, « privée, sans audience, et par conséquent sans nécessité d’être compris par autrui (censure formelle) ni crainte de ne pas être moralement correcte (censure morale) » (p. 284). En raison de cette caractéristique, la rêveuse ou le rêveur recourt à diverses opérations oniriques, comme des non-dits, des implicites, des métaphores, des condensations, etc. Enfin, la quatrième caractéristique est que le rêve implique un « langage intérieur » fait d’images et de séquences imagées. La création des images du rêve repose toutefois sur les « compétences langagières lexicales, syntaxiques et narratives » des individus (p. 317). Le rêve ne peut ainsi être produit ni par les animaux, ni par les bébés ou les jeunes enfants, puisqu’il n’apparaît que lorsque les capacités symboliques et langagières sont développées.

4De plus, appliquant une théorie de l’action, Bernard Lahire propose d’appréhender le rêve comme la conjugaison du passé incorporé et du contexte d’action. Cette conjugaison est principalement exposée aux chapitres 7, 9 et 10. Passé incorporé et contexte d’action se déclinent tous deux en trois temps. Pour le premier : le passé infantile, le passé adolescent et le passé adulte plus récent. Pour le second : la situation éveillée ante-rêve, le sommeil et la situation éveillée post-rêve. Et si l’on raffine davantage le processus de fabrication et l’interprétation du rêve : l’éveil ante-rêve est caractérisé par la conjugaison de la problématique existentielle, du contexte ante-rêve et des dispositions ; le sommeil renvoie au croisement des stimuli internes, du cadre du sommeil et des dispositions ; et l’éveil post-rêve réfère à l’articulation des souvenirs de rêves, du contexte post-rêve et des dispositions. Et tout cela peut être explicité à travers le récit de rêve. Ainsi, la compréhension sociologique du rêve nécessite, d’une part, la « reconstruction des éléments de la vie du rêveur [ou de la rêveuse], d’un hors-rêve (les circonstances ayant précédé le rêve, ses expériences passées et l’état actuel comme passé de ses préoccupations) » et, d’autre part, la « prise en compte de l’ensemble des opérations psychiques qui contribuent à la fabrication du rêve dans les circonstances particulières d’expression que constitue le cadre du sommeil » (p. 316). Les dispositions traversent dès lors l’ensemble du processus, ce qui implique que l’analyse sociologique du rêve permette de mettre en lumière le « fond schématique ou dispositionnel » (pp. 365-366) qui demeure relativement invariant, et qui renvoie à ce qui travaille l’individu. Autrement dit, la compréhension sociologique du rêve permet un accès privilégié à « l’individualité du sujet rêvant » (p. 376). Cela établit une continuité explicite entre l’expérience subjective du rêve et les expériences sociales vécues hors-rêve.

5L’investigation sociologique du rêve amène également à réfléchir à la question de la conscience et aux distinctions qui en découlent : entre conscience et inconscience et entre conscience volontaire et conscience involontaire, notamment. Cette question est approfondie aux chapitres 4 et 5. Pendant l’activité onirique, l’individu n’est pas conscient de son environnement physique extérieur, mais demeure pleinement conscient du rêve qu’il vit comme s’il s’agissait d’un épisode éveillé. De cela découle que la conscience peut se décliner en quatre principales modalités. Premièrement, le rêve est un état de conscience particulier chez un individu endormi qui ne contrôle pas intentionnellement ses actes ni ses pensées et qui n’interagit pas avec le monde ni avec les autres. Ensuite, l’individu peut être conscient de ses actions, mais inconscient de ce qui les détermine. La troisième renvoie au fait que la perception des choses peut se faire sans que l’individu en ait conscience, bien qu’il en tire les « conséquences pratiques » (p. 198). Enfin, les opérations oniriques peuvent être effectuées inconsciemment par la rêveuse ou le rêveur, mais tout de même être mises en lumière et déduites par l’analyste lors de la cure psychanalytique ou de l’entretien biographique. En bref, la conscience, qui ne se limite pas à la conscience volontaire, est toujours conscience de quelque chose, étant une propriété temporaire répondant à des motivations ou des causes souvent inconscientes.

  • 1 Tel qu’exposé par exemple dans L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action (Nathan, 1998), Portraits (...)

6Finalement, l’argumentaire exposé par Bernard Lahire dans L’Interprétation sociologique du rêve est bien étayé et repose sur une documentation théorique et empirique riche. Il contribue également à l’enrichissement de la théorie de l’action qu’il dessine et précise dans plusieurs publications, démontrant que le passé incorporé et le contexte d’action structurent la vie individuelle dans son ensemble, jusque dans la sphère la plus intime. L’auteur applique alors son schéma interprétatif à un nouvel objet, l’opération onirique, tout en marquant sa continuité avec ses propres travaux théoriques, épistémologiques et empiriques1. Et il marque également sa continuité avec les travaux sociologiques (Maurice Halbwachs), psychanalytiques (Sigmund Freud, Erich Fromm), psychiatriques (Allan Hobson), psychologiques (Jacques Montangero, Jean Piaget) et neuroscientifiques (Miche Jouvet) qui entreprennent l’investigation scientifique du rêve.

7Hormis ces nombreux mérites, cet ouvrage comporte tout de même deux principales faiblesses dues au caractère théorique – et parfois spéculatif – de l’ouvrage. La première concerne la présentation des opérations oniriques qui sont longuement développées sans toutefois qu’un regard critique ne permette de valider leur pertinence et leur existence empiriques. Une seconde limite repose sur le constat (structurant) selon lequel le rêve requiert l’appropriation d’un univers symbolique et du langage, et ce, même si le rêve n’est qu’images. Or, en toute rigueur, un tel constat ne peut être fondé empiriquement, car, comme il le souligne lui-même, le contenu du rêve n’est accessible à autrui que par le récit de rêve, qui nécessite une communication verbale ou écrite. Ce raisonnement est dès lors tautologique. Toutefois, le volet empirique de cette enquête pourrait apporter la lumière sur ces deux zones d’ombre et ainsi nuancer et préciser la conception théorique développée dans cet ouvrage. Pour ce faire, ce volet devra en revanche demeurer sensible au terrain et ne pas chercher à appliquer simplement le cadre théorique développé.

Haut de page

Notes

1 Tel qu’exposé par exemple dans L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action (Nathan, 1998), Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles (Nathan, 2002), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire (La Découverte, 2010) et Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales (Seuil, 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Simon Corriveau, « Bernard Lahire, L’Interprétation sociologique des rêves (La Découverte, 2018) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 septembre 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/4625

Haut de page

Auteur

Louis-Simon Corriveau

louis-simon.corriveau.1@ulaval.ca
Candidat au doctorat en sociologie et chargé de cours, Université Laval, Faculté des sciences sociales, Pavillon Charles-De Koninck, 1030 avenue des Sciences humaines, Québec (Québec) G1V 0A6, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page