Navigation – Plan du site

« Eux/nous/ils » ? Sociabilités et contacts sociaux en milieu populaire

Introduction
Them/us/the others? Working-class sociabilities and social contacts. Introduction
Marie-Hélène Lechien et Yasmine Siblot

Texte intégral

1Si la sociologie des « classes populaires » connaît un regain de visibilité du fait de nombreuses recherches récentes, cette manière de désigner les groupes sociaux subalternes ne fait pas l’unanimité. On doit à Olivier Schwartz (1997, 2011) d’avoir clarifié les apports de cette notion mais aussi les tensions sous-jacentes à son usage : outre une conception de la société en termes d’espace social et de rapports de force sociaux, elle suppose l’existence de traits culturels partagés par les groupes « populaires », fondant une distance aux classes moyennes et supérieures, voire une identification commune. La notion, associée à l’analyse de la condition sociale des ouvrier.ère.s et des employé.e.s, est ainsi toujours suspecte d’anachronisme (elle ne conviendrait plus dans les sociétés contemporaines), de nominalisme (ce serait une catégorie abstraite et plaquée) ou d’un usage performatif (elle viserait de manière volontariste à faire exister un groupe). Cela conduit nombre de sociologues, dont les participant.e.s de ce numéro, à une certaine prudence (Siblot et al., 2015) et parfois à une réelle circonspection (Béroud et al., 2016) dans sa mobilisation. En l’absence de concepts alternatifs satisfaisants, elle désigne ici les groupes et les individus caractérisés par la petitesse de leur statut professionnel et social, l’étroitesse de leurs ressources économiques et leur éloignement par rapport au capital culturel (Collovald & Schwartz, 2006, p. 51).

  • 1 Bien que signé par les seules coordinatrices du numéro, conformément à la pratique de la revue, ce (...)
  • 2 Voir notamment le chapitre 3 de Richard Hoggart (1970 [1957]).

2Le numéro que nous proposons1 aborde une question centrale de cette sociologie des classes populaires telle qu’elle s’est structurée en France, centrale à la fois dans ses travaux fondateurs et dans ses développements les plus récents. Il s’agit en effet d’interroger l’actualité de la vision du monde clivée entre « eux » et « nous » formulée par Richard Hoggart dans La Culture du pauvre (1970 [1957]). Ce schème de perception du monde social renvoyait alors à des valeurs morales ancrées dans un ensemble de pratiques et d’interactions au travail, au sein de la famille et du voisinage, ou encore dans les relations aux représentants des institutions publiques et privées2. Cette division pratique et symbolique était également une dimension centrale des travaux de Pierre Bourdieu sur l’habitus des classes populaires (notamment dans La Distinction, 1979, et Le Sens pratique, 1980) ou de Michel Verret dans sa trilogie sur l’espace, le travail et la culture ouvrière (1979, 1982, 1988). Ces formes de protection et d’entre-soi construites à la fois contre la domination et comme traits culturels autonomes associés au « familialisme » et au « localisme » – le privilège donné à une sociabilité dense au sein de la parenté et dans l’espace de résidence et de travail – ont été principalement étudiées par ces auteurs à partir de la condition des ouvriers de l’industrie, essentiellement des hommes, dans un contexte de société industrielle et d’« État de croissance » – pour reprendre la formule de Robert Castel (1999 [1995]) à propos des années 1945-1970.

3Plusieurs recherches sur le monde ouvrier menées au cours des années 1980 et 1990 ont ensuite mis en évidence la persistance et la force de cette perception des rapports sociaux, d’un style d’interactions avec les « autres » et de formes de sociabilité entre « nous », mais aussi leur progressive érosion (en particulier : Weber, 1989 ; Schwartz, 1990 ; Retière, 1994 ; Beaud & Pialoux, 2012 [1999]). Un ensemble de transformations sociales, économiques et culturelles ont en effet progressivement modifié depuis la deuxième moitié des années 1970 les logiques de structuration interne des classes populaires et invitent à interroger les formes contemporaines de cette division « eux/nous » (pour des synthèses sur ces processus, voir entre autres : Mauger, 2006 ; Schultheis et al., 2009 ; Alonzo & Hugrée, 2010 ; Siblot et al., 2015 ; Béroud et al., 2016) : désindustrialisation et tertiarisation des emplois subalternes, chômage et précarisation du travail, déstabilisation de la « société salariale » et nouvelles politiques d’« insertion », paupérisation des quartiers populaires périphériques, extension du périurbain et de l’accès à la propriété, affaiblissement des syndicats et des partis revendiquant la représentation des « ouvriers » ou des « classes populaires », fin de la parenthèse historique de la « femme au foyer » et hausse de l’activité féminine (Maruani & Meron, 2012), généralisation de l’accès à l’enseignement secondaire et ouverture progressive de l’enseignement supérieur, diffusion de normes dominantes à travers un nombre croissant de pratiques liées à la santé au sens large – développement et diversification d’une offre sportive et de loisirs dont se saisissent de plus en plus les familles populaires, diffusion d’une « culture psychologique de masse » (Castel & Le Cerf, 1980), « médicalisation » du monde avec l’attention croissante accordée à la santé. Les dernières décennies sont ainsi marquées par des processus qui favorisent une plus grande « porosité culturelle » des classes populaires à l’égard des styles de vie des classes moyennes et supérieures, mais aussi par le maintien, voire le renforcement, des rapports de domination économique.

  • 3 Notamment accès à la propriété et relations avec les agents bancaires, allongement des scolarités q (...)

4La division « eux/nous » structure-t-elle toujours les représentations et les rapports des classes populaires avec les autres groupes sociaux aujourd’hui ? Si oui, de quels groupes sociaux se composent le « nous » et le « eux » ? Quels processus d’inclusion et d’exclusion et quelles formes concrètes de sociabilité délimitent désormais les frontières sociales ? Plusieurs enquêtes suggèrent que la réponse à ces questions ne peut être univoque, ni unique pour l’ensemble des composantes des classes populaires contemporaines. La sociologie britannique des classes sociales a ainsi mis en évidence le « paradoxe » d’une société de classes où inégalités et rapports de domination sont aisément objectivables, mais où le sentiment d’appartenance de classe décline, notamment dans les milieux populaires (Savage, 2000, 2017). L’enquête menée par Beverley Skeggs (2015 [1997]) auprès de jeunes femmes destinées à des métiers de service peu qualifiés rend particulièrement bien compte de ce processus de « désidentification de classe ». S’interrogeant sur « les conditions de validité du “Eux”/“Nous” hoggartien » aujourd’hui, Paul Pasquali et Olivier Schwartz (2016) soulignent que le sentiment d’appartenir à un pôle subalterne de l’espace social ainsi qu’un sentiment « de coupure, de défiance, voire d’antagonisme » envers un pôle du « haut » caractérisent toujours la perception et les rapports au monde social d’une part importante des classes populaires dans la société française contemporaine. Ils suggèrent néanmoins que ce constat ne permet pas de maintenir la grille de lecture issue de La Culture du pauvre pour plusieurs raisons : les classes populaires sont aujourd’hui très différenciées et comportent des fractions relativement dotées de ressources sociales. Le sentiment d’appartenance à un ou à des « nous » s’est fortement érodé au sein des groupes dominés, favorisant le développement de ce qu’O. Schwartz a nommé une « conscience sociale ternaire » ou « triangulaire » (Collovald & Schwartz, 2006). Enfin, les relations des classes populaires avec les classes moyennes et supérieures sont plus fréquentes, qu’elles reposent sur des interactions de face à face ou sur une exposition plus diffuse aux normes portées par ces groupes sociaux : par la tertiarisation des emplois occupés par les membres des classes populaires amenés à s’ajuster à des clientèles hétérogènes socialement, mais aussi par le recours croissant des classes populaires aux services assurés par des professionnels appartenant aux classes moyennes et supérieures3.

Une enquête collective sur les fractions stables des classes populaires

  • 4 Cette recherche intitulée « Le “populaire” aujourd’hui », financée par l’Agence nationale de la rec (...)
  • 5 Voir le dossier « Ménages populaires » de la revue Travail, genre et sociétés (2018).

5Dans le sillage de ces analyses et questionnements, le dossier proposé explore donc empiriquement les formes contemporaines de la division « eux/nous » en milieu populaire. Il se fonde sur une recherche collective4 dont l’objectif est d’analyser les recompositions des styles de vie des employé.e.s et des ouvrier.ère.s, c’est-à-dire de questionner l’existence ou non de styles de vie populaires relativement autonomes, nécessairement redéfinis par les transformations à l’œuvre depuis les années 1970. Cette recherche s’interroge sur ce qu’il est advenu des trois principes structurants des styles de vie populaires mis en évidence par les travaux sociologiques des années 1960-1980 : une stricte division sexuée des rôles et une valorisation de la force masculine de travail5 ; un rapport hédoniste à l’existence et une vie au présent ; une valorisation des relations de proximité et de l’entre-soi, thème plus spécifiquement abordé dans le cadre de cette publication.

6La recherche repose sur deux partis pris d’enquête : le premier est de partir des ménages et non des individus et d’étudier l’ensemble des représentations et des pratiques qui définissent une condition sociale. Le deuxième focalise l’enquête sur les fractions stables des classes populaires et, plus précisément, sur des ménages aux positions assurées au sein du salariat d’exécution mais néanmoins éloignées de celles des classes moyennes. Sans opérer a priori une délimitation nette de ces strates, ni même préjuger de la pertinence de cette tripartition, qui devait être mise à l’épreuve de données quantitatives et de cas approfondis, les sociologues réunis pour cette recherche ont ainsi privilégié l’étude de la condition des employé.e.s et des ouvrier.ère.s caractérisé.e.s par une certaine stabilité professionnelle, de fortes limitations économiques et des formes modestes d’ascension ou encore par des ressources qui les séparent du « bas » des classes populaires, mais aussi par des privations et des vulnérabilités qui les séparent du « haut ». Si les fractions les plus précaires des classes populaires ont fait l’objet de nombreuses enquêtes récentes, de même que celles en mobilité et proches des classes moyennes, c’est en effet moins le cas de ces ménages pourtant majoritaires numériquement.

7Les matériaux utilisés sont issus, d’une part, d’exploitations statistiques d’enquêtes nationales, remontant dans la mesure du possible jusqu’aux années 1980 (Recensement, Emploi, Budgets, Emplois du temps) et, d’autre part, de vingt-cinq monographies approfondies de ménages (pour la plupart composés d’employées et d’ouvriers, d’ouvrières et d’ouvriers, d’employées et d’employés) réalisées entre 2014 et 2016. Les données statistiques ont été mobilisées pour mieux cerner les caractéristiques des différentes composantes des classes populaires et, en particulier, des fractions les plus stables ou situées en position centrale dans l’espace des ménages composés d’employé.e.s et d’ouvrier.ère.s. Sur la base d’un travail sociographique prenant pour point de départ les catégories socio-professionnelles détaillées, principalement au sein des groupes 5 (employé.e.s) et 6 (ouvrier.ère.s), l’enjeu central de cette analyse quantitative a été de dépasser les approches individuelles de la stratification sociale : ce sont ainsi des couples, des ménages et même des milieux sociaux familiaux (à travers la prise en compte des parents du couple ou d’un membre de leur fratrie) qui ont été pris comme unité d’analyse. Élaboré collectivement et mené en interaction étroite avec la réalisation des monographies, ce travail s’apparente à une exploitation statistique « armée par l’ethnographie » (Weber, 1995).

  • 6 Il s’en affranchit puisqu’il ne repose pas sur une seule et même enquête de longue durée ni sur l’a (...)

8Le dispositif collectif de réalisation des monographies s’inspire en effet de la démarche ethnographique, même s’il s’affranchit de certaines de ses exigences6. Dans la mesure où il s’agissait d’étudier les styles de vie des fractions intermédiaires des classes populaires, l’enquête tentait de cerner les dispositions et les goûts qui s’actualisent au travail, dans l’espace domestique, dans les stratégies de transmission aux enfants et le rapport à l’avenir, suivant une logique d’exploration et d’articulation de tous les domaines de pratiques. Fondées sur trois entretiens approfondis au moins, le plus souvent échelonnés dans le temps, une observation du cadre matériel d’existence et un travail de contextualisation des ménages à partir des caractéristiques de leur espace résidentiel, ces monographies ont été réalisées avec les membres composant le ménage – généralement les conjoints interrogés séparément puis ensemble, parfois leurs enfants. Préparé collectivement, le guide d’entretien explore, par des thèmes plus que par des questions standardisées, les trajectoires sociales individuelles des enquêté·e·s et leurs pratiques quotidiennes telles qu’elles peuvent être restituées en entretien : loisirs, répartition du travail domestique et familial, vacances, gestion du budget, pratiques alimentaires et rapport au corps, travail, modes d’inscription dans l’espace social local (sociabilité, rapport aux institutions, engagements bénévoles, pratiques électorales). Pensées comme un outil synthétique permettant de dépasser, d’une part, une saisie individuelle de la condition sociale et, d’autre part, un double émiettement du « populaire » en une multitude d’objets spécialisés et de terrains ethnographiques limités, les monographies visent à analyser le ménage comme groupe domestique où se jouent des rapports de force entre femmes et hommes et entre générations, mais aussi comme lieu de réfraction des transformations qui affectent la condition des classes populaires, notamment la « porosité culturelle » croissante et le renforcement de la domination économique.

9Ce dispositif a abouti à des textes denses, chaque ménage étant présenté dans un document synthétique de 30 à 100 pages, qui soulèvent une série de questions. D’abord, le matériau est principalement constitué d’entretiens, c’est-à-dire de propos enregistrés et non de pratiques observées, ce qui constitue un obstacle dès lors que l’on entend analyser la sociabilité et tester l’hypothèse d’un entre-soi mis en cause par la multiplication des interactions avec des institutions et des groupes sociaux porteurs de normes légitimes. Par définition, les monographies de ménages ne sont pas des monographies de quartiers ou de communes, c’est-à-dire d’espaces sociaux locaux où se jouent des réputations, des concurrences et des alliances entre individus appartenant à des groupes sociaux différenciés. Par ailleurs, le caractère potentiellement intrusif de la situation d’enquête et du guide d’entretien – portant sur des pratiques souvent perçues comme privées telles que le vote, les manières de nourrir et d’élever ses enfants, les revenus ou l’expérience de la maladie – et l’exigence d’entretiens répétés peuvent induire la sélection d’enquêté·e·s relativement proches socialement de la petite bourgeoisie culturelle ou des classes supérieures intellectuelles auxquelles appartiennent les sociologues. Enfin, la constitution d’un corpus suppose la mise en commun des monographies, donc l’appropriation et l’interprétation du travail d’autres sociologues, ce qui ne va pas toujours de soi. Ces biais, réels, n’ont pas empêché le travail d’analyse de se déployer et de produire des résultats présentés dans les articles de ce numéro.

10En effet, si le dispositif d’enquête se situe entre le travail ethnographique et le travail par entretiens « qualitatifs », les propos enregistrés ne sont pas le seul matériau dont disposent les sociologues. Ont également été mobilisés des observations au sein du ménage et dans des lieux publics tels que les fêtes d’école ou de clubs sportifs, des photographies – du quartier et du logement, parfois du travail et des loisirs –, des documents privés – comme les courriers échangés avec une enseignante de primaire déplorant le comportement du fils d’une enquêtée –, des entretiens par messages électroniques ou encore des éléments tirés de sites internet – Facebook ou Copains d’avant, associations sportives, forums de consommateurs ou de patients auxquels participent les enquêté·e·s, comme une assistante maternelle livrant à d’autres internautes ses « recettes » pour ne pas gaspiller l’eau et faisant partager son indignation contre les pratiques des industries agroalimentaires jugées attentatoires à la santé. Cette diversité des matériaux d’enquête renvoie également aux relations établies entre sociologues et enquêté·e·s : la dimension privée de certains thèmes a vraisemblablement conduit au choix d’enquêté·e·s repérés antérieurement pour leurs « dispositions à parler », qui supposent elles-mêmes des dispositions réflexives et des ressources langagières et/ou des relations de confiance construites dans la durée. Les ménages ont été « recrutés » de fait grâce à la mobilisation de réseaux d’interconnaissance directe ou indirecte, analysés par Gérard Mauger et Marie-Pierre Pouly dans ce dossier : liens interpersonnels familiaux, amicaux, professionnels ou forgés dans la fréquentation d’une même école primaire dans le cas de parents d’enfants scolarisés. Les enquêté·e·s ont pu également être recrutés pour leur participation à des recherches antérieures ou à un travail de thèse, côtoyés dès lors avant et après les entretiens réalisés dans le cadre des monographies. La contextualisation et la confiance propres à l’ethnographie ne sont donc pas absentes du dispositif d’enquête, les monographies étant le plus souvent fondées sur l’activation de relations de proximité relative et plus ou moins anciennes entre enquêté·e·s et sociologues.

11Il nous semble que ces relations impliquent moins une proximité sociale entre sociologues et enquêté·e·s qu’une proximité spatiale et/ou l’impossibilité, pour les ménages sollicités, de refuser l’engagement dans l’enquête. Parler de proximité sociale supposerait des enquêté·e·s proches du pôle culturel de l’espace social, avec un style de vie s’apparentant à la « bohème populaire » (Mauger, 2006) ou un certain ascétisme propre à la petite bourgeoisie culturelle. Or nous le verrons, les enquêté·e·s manifestent une bonne volonté plus scolaire et professionnelle que culturelle. En revanche, dans certains cas, une proximité géographique les rapproche des sociologues, qui vivent dans des lieux de résidence diversifiés – région parisienne, autres grandes agglomérations, villes moyennes et même espaces périurbains ou ruraux –, l’équipe réunissant des membres de laboratoires implantés dans le Centre, l’Ouest, le Nord, le Sud-Est, en Normandie et, de façon minoritaire, en Île-de-France. Dans ces configurations territoriales, les relations entre groupes sociaux ne sont pas nécessairement plus systématiques ni plus conviviales, mais des lieux comme les écoles maternelles et primaires, ainsi que les associations sportives et de parents d’élèves, peuvent être davantage « mélangés » socialement. Les sociologues recrutent ainsi parfois les enquêté·e·s par l’interconnaissance qu’autorise cette proximité spatiale. Le type de contrainte morale qui pèse sur les enquêté·e·s en raison de l’ensemble de ces relations antérieures à l’enquête se traduit par le fait que dans la plupart des cas, ils « jouent le jeu » des entretiens, les femmes un peu plus que les hommes. Appréhendés dans l’enquête non pas à partir de leur inscription dans l’espace public, comme dans les travaux sur les sociabilités en milieu rural (Politix, 2008) et en milieu périurbain (Girard, 2014), mais à partir de leur espace privé, ils déploient un point de vue « à l’abri relatif des rapports de domination et de confrontation entre classes sociales […], à la différence d’autres sphères de l’existence marquées par le caractère durable et répété des situations de contact et des expériences concrètes de la domination (au travail, à l’école, etc.) » (Gilbert, 2016, p. 6-7).

12Si les ménages enquêtés vivent dans des configurations locales hétérogènes et si leurs pratiques de sociabilité n’ont pu être observées que partiellement, leurs interactions avec d’autres groupes sociaux et leur plus ou moins grande familiarité avec un certain nombre de normes légitimes ont pu être reconstituées à partir des différents thèmes du guide d’entretien. Lorsque l’on s’intéresse à telle ou telle pratique précise, les monographies peuvent manquer de données ou de détails, mais elles permettent des analyses transversales où les propos relatifs à une pratique en éclairent une autre. Séverine Misset et Yasmine Siblot soulignent ainsi que le thème de la politique – abordé dans le guide d’entretien sous l’angle des pratiques électorales, des engagements politiques et des positionnements dans l’espace social qui y sont associés – n’est pas toujours développé dans les monographies, mais affleure quand les enquêté·e·s parlent du travail, de leurs stratégies scolaires ou de la répartition du travail domestique. De même, Anne-Marie Arborio et Marie-Hélène Lechien repèrent des pratiques sanitaires et une « médicalisation du monde » au-delà du seul thème de la santé et des relations établies avec les médecins, à travers les justifications données aux activités sportives des enfants, les écarts avoués aux normes alimentaires ou la rationalisation proposée de la trajectoire personnelle et professionnelle empreinte d’un registre « psy ». En d’autres termes, si la dimension transversale des monographies conduit à ce que des données puissent manquer là où elles étaient attendues, d’autres apparaissent là où elles ne l’étaient pas.

13Le dispositif d’enquête reposant sur plusieurs « vagues » de monographies, la composition du corpus a pu être contrôlée par des ajustements successifs. Dans un premier temps, le recrutement des enquêté·e·s a privilégié des couples composés d’employé·e·s ou ouvrier·ère·s en emploi avec au moins un enfant d’âge scolaire, a priori sans diplôme du supérieur et travaillant dans des petites entreprises. La première série de monographies se caractérise par une sur-représentation des ouvrier.ère.s et des employé.e.s du public habitant dans des agglomérations grandes ou moyennes, au regard du portrait des classes populaires fourni par les traitements statistiques de l’enquête Emploi dans le cadre du chantier statistique de cette recherche collective. Une « rectification » a donc été opérée pour les monographies suivantes, avec la consigne de contacter des enquêté·e·s habitant dans des espaces périurbains et ruraux, occupant des emplois plutôt dans le secteur privé (agents de sécurité, employé.e.s de commerce, chauffeurs routiers).

14Comment situer les ménages rencontrés au sein de l’ensemble des classes populaires ? Les couples composés d’une employée et d’un ouvrier actifs, eux-mêmes d’origine populaire, ayant un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) ou un brevet d’études professionnelles (BEP), propriétaires de leur logement et résidant dans un territoire périurbain ou rural, en dehors de la région parisienne, ayant connu des migrations ou une mobilité résidentielle limitées, sont finalement sur-représentés. Mais, comme le montre le tableau ci-dessous, ce corpus comporte aussi des ménages occupant des situations différentes de celles-ci : des enquêté·e·s dont l’un des parents ou les deux sont immigrés – d’Algérie ou du Portugal –, des personnes originaires de Martinique, de Guadeloupe ou de la Réunion ; des femmes seules avec leurs enfants, un jeune célibataire, un couple de même sexe ; des locataires de HLM ; des personnes sans diplômes ou d’autres passées par l’enseignement supérieur ; des chômeurs et des retraités ; des couples composés d’une employée et d’un artisan ou d’un actif et d’une « inactive », etc.

Tableau 1 : Corpus des vingt-cinq monographies de ménages (caractéristiques au moment des entretiens)

Tableau 1 : Corpus des vingt-cinq monographies de ménages (caractéristiques au moment des entretiens)

15Afin d’objectiver au mieux les spécificités des enquêté·e·s, une analyse factorielle réalisée sur l’ensemble des ménages comportant au moins un actif et un·e employé·e ou ouvrier·ère dans l’enquête Emploi a permis de situer ces ménages dans l’espace ainsi constitué : le corpus des ménages enquêtés se trouve bien, pour l’essentiel, dans la zone des ménages les plus stables. Sans prétendre à une représentativité statistique, il met en évidence un certain nombre des figures possibles de cette stabilité populaire dans la société française contemporaine.

Figure 1 : Une cartographie factorielle des vingt-cinq ménages enquêtés

Figure 1 : Une cartographie factorielle des vingt-cinq ménages enquêtés

Lecture, méthode : premier plan factoriel d’une analyse des correspondances multiples effectuée sur les données de l’enquête Emploi (variables de sexe, âge, nombre d’enfants, position sociale du conjoint, revenu, diplôme et origine sociale, situation résidentielle, nationalité et trajectoire migratoire ; avec les modalités du tableau), où les individus des ménages du corpus ont été positionnés en fonction de leurs caractéristiques (les femmes avec un rond, les hommes avec une croix, ce qui permet de voir que leur situation est en général moins stable que celle des hommes) ; les deux ellipses figurent la dispersion des nuages de points de l’échantillon d’enquête (en pointillé) et du corpus (en noir), les principales modalités contribuant aux axes sont indiquées à chacune de leurs extrémités (résultats détaillés disponibles sur demande).
Champ : ménages comportant au moins un actif et un·e employé·e ou ouvrier·ère.
Source : enquête Emploi de 2014 (Insee) et corpus de monographies du projet « Le “populaire” aujourd’hui ». Exploitation et analyses réalisées par Thomas Amossé (avec la collaboration de Lise Bernard et Yasmine Siblot).

  • 7 Le guide d’entretien ainsi que cette fiche figurent en annexes électroniques, https://journals.open (...)

16Dernière question soulevée par le dispositif d’enquête : comment travailler collectivement à partir d’un corpus de vingt-cinq monographies denses que l’on n’a pas produites soi-même – à l’exception de celle que l’on verse au corpus ? Pour favoriser la circulation et la maîtrise collective des monographies, le travail de lecture et d’analyse a été préparé par l’élaboration d’un modèle de fiche de synthèse7 et la mise en place de groupes thématiques. Chaque auteur·e a réalisé les entretiens composant la monographie, les a intégralement ou partiellement retranscrits et a rédigé le document de synthèse. Ces fiches comportent de nombreux éléments descriptifs, mais également de longs extraits d’entretiens et des analyses proposées par les auteur·e·s des monographies. Leur utilisation par les autres membres de l’équipe de recherche pour la rédaction de textes analytiques conduit donc à la fois à un travail d’interprétation original et à une reprise de certaines des analyses proposées dans les fiches. Des réunions de travail ont permis la discussion de ces analyses, qui ont donné lieu à des relectures croisées. Le processus confère un caractère collectif à l’élaboration des pistes et résultats soumis dans les articles, même si ces derniers ne sont signés que par une ou deux personnes.

« Eux/nous/ils » ? La banalisation de la conscience sociale triangulaire

17Quels sont les effets du positionnement de nos enquêté·e·s dans l’espace social, positionnement saisi comme ensemble de pratiques composant des styles de vie et comme « représentation plus ou moins explicite et systématique que l’on se fait du monde social, de la position que l’on y occupe et que l’on “devrait” y occuper » (Bourdieu, 1979, p. 528) ? Nous l’avons souligné, la recherche est centrée sur des ménages qui n’appartiennent pas aux fractions hautes des classes populaires, ni « petits-moyens » (Cartier et al., 2008) ni militants dotés de ressources distinctives. Ils se démarquent également des catégories fortement et durablement précarisées des territoires urbains périphériques (voir notamment Collectif Rosa Bonheur, 2014) ou ruraux (Roche, 2016), souvent surencadrées par les institutions de travail social et de justice. Compte également leur position dans le cycle de vie, variable à laquelle ne sont pas toujours attentives d’autres recherches sur les classes populaires : si les jeunes couples sont présents dans notre corpus (comme dans les travaux d’Isabelle Clair, 2011, ou de Benoît Coquard, 2016), celui-ci comporte principalement des couples avec enfants, ce qui permet d’analyser plus systématiquement l’exposition aux normes légitimes renforcée avec l’expérience de parent. Enfin, dans leurs univers professionnels respectifs, les enquêté·e·s sont des salarié·e·s certes subalternes mais peu « au service » direct des dominants, à l’inverse des « nounous » ivoiriennes étudiées par Caroline Ibos (2012), qui travaillent au domicile de familles parisiennes bourgeoises, ou des employés de l’hôtellerie de luxe sur lesquels enquête notamment Amélie Beaumont (2017), qui entretiennent un « rapport intéressé aux clients » et peuvent connaître une « ascension sociale par l’argent ».

18De l’ensemble de ces traits propres aux ménages enquêtés découlent des positionnements en partie spécifiques par rapport à la politique, l’école ou la santé. Face à la politique et ses professionnels, les enquêté·e·s manifestent une défiance qui indique assez le déclin du « nous » politique et syndical construit historiquement autour du mouvement ouvrier. Mais ils votent régulièrement et ne sont donc pas des abstentionnistes « incompétents » politiquement, ni des habitants d’espaces ruraux ou périurbains confrontés à l’érosion de leur capital d’autochtonie. Souvent actifs dans des clubs sportifs caractérisés par un certain entre-soi social, ils le sont également dans des associations de parents d’élèves. Si les enquêtées – les mères restant plus présentes sur cette scène – s’investissent principalement dans le cadre de l’école maternelle et primaire, si elles occupent dans ces associations des positions assez dominées, cantonnées et/ou se cantonnant à des tâches plutôt matérielles et ponctuelles, la fréquence de leur investissement confirme l’importance de la « bonne volonté scolaire » des familles ouvrières repérée par toute une série de travaux antérieurs (notamment Terrail, 1984 ; Lahire, 1995 ; Millet & Thin, 2005 ; Poullaouec, 2010). Cette « bonne volonté scolaire » ne s’accompagne pas d’une logique d’accumulation de ressources culturelles et de stratégies de sortie de la condition populaire, mais plus armée cependant qu’au sein des fractions précarisées des classes populaires, elle suggère que le « eux » des enseignants est composite : ils ne sont pas systématiquement perçus comme éloignés ou hostiles. En matière de santé et de rapport à la médecine, les enquêté·e·s ne peuvent être identifiés ni aux patients dominés que les médecins traitent à la va-vite en leur donnant peu d’explications sur leurs pathologies, ni aux malades « rationnels » engagés dans des associations, à la fois en coopération et en lutte avec les médecins. Enfin, ces ménages comptent peu de femmes au foyer ou de salariées périurbaines très enfermées dans leur espace domestique (Lambert, 2016), mais plutôt des femmes engagées dans leur emploi – même si leurs aspirations professionnelles sont souvent déçues – et dans la reconstitution de réseaux de sociabilité au cours de leurs trajectoires résidentielles.

19Ces ressources modestes semblent alimenter une forte « conscience sociale ternaire », qui se substitue à l’opposition binaire « eux/nous ». Au-delà de leur diversité, les ménages rencontrés expriment en effet nettement le sentiment d’être soumis à une « pression venant du haut » (les classes moyennes et supérieures) et à une « pression venant du bas » (les fractions précaires des classes populaires) de l’espace social (Schwartz, 2009). Forgée à partir du cas particulier de conducteurs de bus en région parisienne – caractérisés par un statut protecteur et un niveau de salaire correct, mais des conditions de travail difficiles et un sentiment de déconsidération sociale –, cette notion éclaire bien d’autres situations. Notre matériau d’enquête le montre : elle structure la perception du monde social non seulement des plus protégés de nos enquêté·e·s – travaillant dans le secteur public comme les conducteurs de bus étudiés par O. Schwartz –, mais aussi de ménages très proches des fractions précaires des classes populaires et de ménages associés au pôle privé du travail – commerce, industrie, coiffure, tant salarié·e·s que travailleurs indépendants. Si cette tripartition de la conscience sociale n’est peut-être pas inédite au sein des classes populaires – travaillées depuis la fin du xixe siècle par des divisions séparant Français et immigrés, fractions respectables et non respectables, établis et marginaux, groupes dotés d’un capital d’autochtonie et groupes privés de ces ressources localisées –, elle prend une ampleur et un sens nouveaux depuis les années 1980, en raison d’une exacerbation multiforme des concurrences internes aux groupes dominés. Un des apports de notre dispositif d’enquête incluant des ménages aux caractéristiques variées est de rendre compte à la fois de l’affaiblissement d’un « nous » centripète, dont la prégnance dans les représentations de « la classe ouvrière » a longtemps conduit à sous-estimer la stratification interne aux mondes populaires, et de la multiplicité des configurations qui incarnent cette partition ternaire pratique et symbolique de l’espace social. Enfin, ce dossier rappelle que si cette tripartition résulte de l’affaiblissement des partis et syndicats revendiquant la représentation des classes dominées, du remaniement des politiques sociales ou encore des dynamiques de transformation des classes populaires elles-mêmes, et de leur porosité croissante à l’égard de normes légitimes, elle témoigne également de la permanence de pratiques et de valeurs propres au noyau stable des classes populaires.

20Le dossier est composé de cinq articles qui éclairent, sous des angles différents, la trame de cette conscience sociale triangulaire au sein des classes populaires intermédiaires ainsi que les dynamiques sociales de désenclavement et de renouvellement de la domination qui la renforcent : de quelles postures morales est-elle faite ? À quelles transformations structurelles de l’espace social, de l’État et de l’offre politique doit-elle son développement ?

21Dans un premier temps, l’article de Thomas Amossé examine de manière originale, à partir d’un travail d’objectivation statistique, la distance qu’entretiennent aujourd’hui les ménages populaires aux autres classes sociales, documentant ainsi les dynamiques d’ouverture qui les traversent depuis les années 1990. Par la prise en compte d’une variable inhabituelle, la composition sociale de la famille rapprochée, qui permet une saisie fine de l’origine sociale, il revisite la notion de « milieu social familial » et propose une typologie qui rend compte de la diversité de la composition sociale des ménages populaires. Si dans certains « milieux sociaux familiaux », l’environnement familial est souvent composé uniquement d’employé.e.s et d’ouvrier.ère.s, à l’inverse, dans d’autres, avoir un parent ou un beau-parent appartenant au monde des indépendants ou aux classes moyennes et supérieures salariées est la norme. La présence de ces catégories au sein de la famille rapprochée se décline de façon différenciée dans les univers agricoles, artisanaux, commerciaux et publics. De fait, loin de se résumer à un entre-soi ouvrier ou employé, les ascendances et alliances conjugales témoignent d’une proximité croissante des classes populaires avec les autres classes qui est tout à la fois diverse et structurée selon les univers professionnels. Même s’il comporte des origines sociales plus variées que la moyenne des classes populaires, le corpus des ménages enquêtés par monographies dans notre recherche collective rend compte de cette diversité en matière de distance sociale aux catégories non employées ou ouvrières.

22Gérard Mauger et Marie-Pierre Pouly, dans un deuxième article, s’interrogent sur ce qu’« enquêter en milieu populaire » implique, près de 30 ans après l’analyse par Gérard Mauger des rapports à l’enquête de jeunes hommes des classes populaires (Mauger, 1991) : quelles ont été cette fois les stratégies d’enquête auprès de ménages plus âgés et plus stables, dans le cadre de notre dispositif commun ? Quelles attentes ou dispositions l’enquête vient-elle activer chez celles et ceux qui se prêtent au jeu ? Mettant l’accent sur l’allongement des scolarités et la diffusion d’une « culture psychologique de masse » – dont l’un des indices est la proportion non négligeable d’enquêté·e·s, femmes mais aussi hommes, ayant fait l’expérience d’un suivi « psy » –, l’article interroge la relation d’enquête nouée à l’occasion des monographies comme cas particulier des échanges symboliques entre classes sociales. La « pression venant du haut » de l’espace social est particulièrement soulignée, à travers la sensibilité de certains enquêté·e·s aux jugements sociaux – ils peuvent solliciter les sociologues, au cours des entretiens, pour une évaluation de leur « conformité » sociale –, à travers leurs aspirations professionnelles qui les amènent pour certains à une reprise d’études – qui concerne plutôt les hommes –, ou à travers leur expérience des contacts asymétriques avec des clients de classes moyennes ou supérieures dans les métiers de service – qui concerne plutôt les femmes.

23Deuxième temps, les trois articles suivants analysent de façon transversale le corpus des monographies afin d’explorer les formes contemporaines de la conscience sociale triangulaire à partir des thèmes de la sociabilité et du rapport aux institutions. Henri Eckert et Maulde Urbain-Mathis suivent les trajectoires d’accession à la propriété des enquêté·e·s, leurs mobilités résidentielles et la reconfiguration de leurs pratiques de sociabilité. Rappelant que les politiques publiques et privées de conversion des habitants modestes en propriétaires, qui aboutissent à une nouvelle répartition sociale et territoriale de la population, constituent l’une des transformations importantes de la condition populaire, ils soulignent combien cette incitation à la propriété privée contribue à tracer une frontière entre propriétaires (désormais « nous ») et non-propriétaires (« eux ») et vient alimenter l’évitement des fractions précaires et stigmatisées des classes populaires. Les enquêté·e·s sont nombreux à marquer une distance, par leurs stratégies résidentielles, avec le style de vie associé aux zones d’habitat collectif des banlieues des grandes villes, qu’ils ont connu dans leur enfance ou au début de leur établissement conjugal. L’accession à la propriété active souvent une solidarité intergénérationnelle, mais la maison tend à devenir une « coulisse » pour les conjoints qui travaillent et qui réorganisent en partie leur sociabilité autour des enfants. L’entre-soi qui se recompose après ces petits déplacements résidentiels est donc moins le produit de relations de voisinage fondées sur le partage d’un même lieu de résidence et de travail que le produit de l’interconnaissance liée à l’usage d’un même territoire de services pour les enfants – l’école et les loisirs encadrés.

24Si l’accession à la propriété s’opère au prix de l’éloignement des centres-villes et par un endettement qui contraint le rapport à l’avenir, Séverine Misset et Yasmine Siblot montrent que, le plus souvent, ces stratégies résidentielles n’aboutissent pas à un isolement. Les ménages enquêtés se caractérisent en effet par des engagements bénévoles statistiquement plus nombreux que ceux des membres des classes populaires en général. Une telle présence dans l’espace public s’explique par un ensemble de propriétés sociales et tout particulièrement résidentielles – résidence dans des communes périurbaines ou rurales de petite et moyenne dimension, où au moins un membre du couple a grandi et conservé des attaches familiales. Là encore, la « pression venant du bas » des classes populaires est fortement donnée à voir, alors même que les enquêté·e·s occupent des positions stables et reconnues dans l’espace social local. La morale mise en œuvre dans ces investissements bénévoles éclaire la conscience sociale triangulaire : sont valorisées les pratiques matérielles – « faire des choses » et « être actif » pour « se faire plaisir » et « donner un coup de main » – et dévalorisées les justifications abstraites du don de soi, dans une double démarcation. D’abord une démarcation à l’égard de la prétention à « changer le monde » des membres des classes moyennes côtoyés par exemple dans les associations de parents d’élèves, ou plus encore à l’égard des « politiques » jugés malhonnêtes et incompétents ; ensuite une distinction très forte envers les « assistés », c’est-à-dire ici ceux qui « se laissent aller », n’apportent rien aux autres, ne font pas face à l’adversité et « profitent » des aides sociales. On retrouve ainsi un trait culturel ancien mis au jour par R. Hoggart – le « désir de ne compter que sur ses propres forces » (Hoggart, 1970 [1957], p. 123) –, mais aussi une injonction plus récente, liée à la redéfinition des politiques sociales à partir de la fin des années 1980, qui vient réactiver et remanier cet ethos populaire : « se prendre en charge ».

25Cette même mise en accusation transparaît dans l’article d’Anne-Marie Arborio et Marie-Hélène Lechien, qui prend pour objet le rapport aux médecins et plus largement aux normes sanitaires de ces ménages appartenant aux fractions stables des classes populaires. Est mise en lumière la double « pression » du haut et du bas de l’espace social, celle des médecins relayant avec plus ou moins de force l’injonction à être « acteur » et « responsable » de sa santé, et celle, à nouveau, des fractions précaires : les enquêté·e·s s’en démarquent à la fois en revendiquant un usage « raisonnable » des médecins et des soins, contre les « abus » prêtés aux « assistés », et en dénonçant le « laisser-aller » ou la passivité qui s’incarnent dans des postures indissociablement corporelles et morales. Dans certains cas, les « assistés » peuvent être très proches, comme les frères et sœurs décriés parce qu’ils « ne se bougent pas » – prenant du poids, « avachis » devant la télévision – et perdent toute décence en réclamant de l’argent à leurs parents âgés.

26Les cinq articles proposés convergent ainsi vers le constat d’une banalisation de la conscience sociale triangulaire ou de l’effacement du « nous/eux » au profit d’un « eux/nous/ils ». « Eux » : ce serait désormais non pas les membres des classes moyennes et supérieures, mais les groupes et les individus qui incarnent la « pression venant du bas », à la fois plus proches socialement et plus visibles. « Ils » : ce serait les groupes et les individus occupant une position dominante, profitant d’un ordre social que les ménages enquêtés subissent et dénoncent, mais n’imaginent pas le plus souvent pouvoir contester.

27Les articles le soulignent, la catégorie « eux » est hétérogène : chômeurs ou « non-travailleurs » qui ne paient pas d’impôts ; non-propriétaires ; adolescents et « enfants de cité » perçus comme imposant violence – à l’école, au collège, dans les centres de loisirs – et baisse du niveau scolaire, dont les parents ne réagissent pas ; patients qui « abusent » des soins ; clients qui « vivent à crédit » et ont des cartes de fidélité dans tous les magasins ; femmes et hommes qui se comportent en « assistés » dans leurs propres familles ; étrangers « polygames »… Le « eux » désigne ainsi des groupes dominés rendus plus proches par les processus de « déstabilisation des stables », dont ne sont pas totalement protégés nos enquêté·e·s, et plus visibles parce que surexposés par leur stigmatisation dans le champ médiatique, l’offre politique et les politiques sociales. La diffusion, dans les nouvelles politiques d’insertion à partir de la fin des années 1980, d’une injonction à l’autonomie s’accompagne en effet d’un contrôle croissant des « fraudeurs » ne s’y conformant pas et favorise les logiques de « retournement du discrédit » par lesquelles les plus précaires de nos enquêté·e·s préservent la frontière ténue avec les « mauvais » pauvres (Duvoux, 2009). Dans le champ politique et médiatique, s’est imposée une routinisation de la mise en accusation des « assistés », des « immigrés » et des « jeunes de cité » comme « fauteurs de troubles ».

28Enfin, le « eux » du haut de l’espace social tend à se muer en un « ils », constitué de dominants parfois proches et incarnés, en particulier dans la sphère du travail ou au sein de l’espace social local, mais en général perçus comme assez lointains et peu identifiés, qu’il s’agisse des « patrons », des « actionnaires » ou des « politiques ». L’évocation de ces individus ou groupes imposant un ordre social conforme à leurs intérêts constitue un autre trait récurrent des monographies et structurant des représentations du monde social de ces ménages populaires stables. Mais il est frappant que cette vision hiérarchisée et inégalitaire de la société ne s’adosse presque jamais à une lecture antagoniste ou a fortiori conflictuelle des rapports sociaux. En dehors de quelques militant.e.s syndicaux dotés d’un sentiment de capacité collective et individuelle de contestation, la domination au travail est vécue durement mais avec fatalisme ; la perception de la sphère politique repose sur un rejet des élus – y compris dans certains cas des élus locaux, dénoncés comme clientélistes – et des partis de gouvernement, lésant les « travailleurs » qui se situent toujours juste au-dessus des seuils de soutien de l’État.

29Si ce double rejet des « politiques » et des « assistés » existe au sein des classes moyennes et supérieures, sous la forme d’une apologie du marché et d’une critique de la « main gauche de l’État », ou sous la forme d’un vote Front national en hausse parmi les professions libérales et le petit patronat, il rencontre, chez les enquêté.e.s, un ethos populaire qui s’observe dans toute une série de pratiques et trace une frontière entre « travailleurs » et « non-travailleurs », du haut comme du bas. Femmes et hommes rencontrés mobilisent cette frontière dans leur vision de l’espace social, mais le font à partir d’intérêts et d’assignations spécifiques. L’injonction à l’autonomie est ainsi réactivée dans les trajectoires de reprise d’études d’un nombre relativement important d’enquêtés, plutôt des hommes, dotés d’une vision volontariste du monde, qui sont exposés à une forme d’humanisme psychosocial leur intimant de « prendre en main » leur destin et sont sans doute plus proches historiquement des dispositions individualistes des artisans. Rencontrant plus souvent des obstacles dans leurs aspirations professionnelles, certaines enquêtées défendent une vision volontariste un peu différente : elles tentent des promotions, passent des concours, comme celui d’ATSEM, reprennent plus rarement des études, comme le CAP Petite enfance, s’efforcent de « jouer le jeu » sans y croire tout à fait, confrontées aux limites sociales de leur existence qu’elles veulent éviter à leurs enfants. De même, la plupart des ménages expriment un même attachement à la politesse comme valeur à transmettre à leurs enfants – élément sans doute ancien de la morale populaire qui prend un sens nouveau, celui d’une discipline corporelle et morale perçue comme favorisant la réussite scolaire et d’une barrière contre les enfants de familles précaires – et travaillent à éviter le voisinage des « enfants de cité ». Mais les femmes le disent peut-être plus nettement car à elles revient plus systématiquement le travail de surveillance continue des enfants, tant pratique que moral : surveillance des espaces de jeux – le jardin et un voisinage « socialement compatible » allègent cette surveillance – et surveillance des attitudes, notamment envers les adultes, par peur d’une imitation des conduites de défi associées aux « enfants de cité » côtoyés à l’école ou dans les centres de loisirs.

30Les articles rassemblés dans ce dossier éclairent ainsi la banalisation d’une conscience sociale triangulaire liée à la transformation de l’offre politique, à la force croissante de certaines normes légitimes – injonction à être propriétaire, à être « un bon parent » (Martin, 2014), à se mobiliser pour l’école, à se soucier de sa santé et de celle de ses proches, à être mobile professionnellement et géographiquement, à « être soi »… – et à l’effritement de la société salariale, à la fois comme « continuum de positions non pas égales mais comparables », dans laquelle les individus pouvaient « programmer une amélioration à terme de [leur] condition » (Castel, 1999 [1995], p. 367 et p. 373), et comme État social assurant aux salarié·e·s toute une série de protections leur permettant la « propriété de soi ».

Haut de page

Bibliographie

Alonzo P. & Hugrée C. (2010), Sociologie des classes populaires, Paris, Armand Colin.

Beaud S. & Pialoux M. (2012 [1999]), Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard.

Beaumont A. (2017), « Le pourboire et la classe. Argent et position sociale chez les employés de l’hôtellerie de luxe », Genèses, no 106, p. 94-114.

Béroud S., Bouffartigue P., Eckert H. & Merklen D. (2016), En quête des classes populaires. Un essai politique, Paris, La Dispute.

Bourdieu P. (1979), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Minuit.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Siblot Y. (2008), La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Castel R. (1999 [1995]), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Castel R. & Le Cerf J.-F. (1980), « Le phénomène “psy” et la société française. Vers une nouvelle culture psychologique », Le Débat, no 1, p. 32-45.

Clair I. (2011), « La découverte de l’ennui conjugal. Les manifestations contrariées de l’idéal conjugal et de l’ethos égalitaire dans la vie quotidienne de jeunes de milieux populaires », Sociétés contemporaines, no 83, p. 59-81.

Collectif Rosa Bonheur (2014), « Comment étudier les classes populaires aujourd’hui ? Une démarche d’ethnographie comparée », Espaces et Sociétés, no 156-157, p. 125-141.

Collovald A. & Schwartz O. (2006), « Haut, bas, fragile : sociologies du populaire », Vacarme, no 37, p. 19-26.

Coquard B. (2016), « “Nos volets transparents”. Les potes, le couple et les sociabilités populaires au foyer », Actes de la recherche en sciences sociales, no 215, p. 90-101.

Duvoux N. (2009), L’Autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion, Paris, Puf.

Gilbert P. (2016), « Classes, genre et styles de vie dans l’espace domestique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 215, p. 4-15.

Girard V. (2014), « Des classes populaires (encore) mobilisées ? Sociabilité et engagements municipaux dans une commune périurbaine », Espaces et Sociétés, no 156-157, p. 109-124.

Hoggart R. (1970 [1957]), La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, traduit de l’anglais par F. Garcias, J.-C. Garcias et J.-C. Passeron, Paris, Minuit.

Ibos C. (2012), Qui gardera nos enfants ? Les nounous et les mères, Paris, Flammarion.

Lahire B. (1995), Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Seuil/Gallimard.

Lambert A. (2016), « Échapper à l’enfermement domestique. Travail des femmes et luttes de classement en lotissement pavillonnaire », Actes de la recherche en sciences sociales, no 215, p. 56-71.

Martin C. (dir.) (2014), « Être un bon parent », une injonction contemporaine, Rennes, Presses de l’EHESP.

Maruani M. & Meron M. (2012), Un siècle de travail des femmes en France (1901-2011), Paris, La Découverte.

Mauger G. (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, no 6, p. 125-143.

Mauger G. (2006), « Les transformations des classes populaires en France depuis trente ans », in Lojkine J., Cours-Salies P. & Vakaloulis M. (dir.), Nouvelles luttes de classes, Paris, Puf, p. 29-42.

Mauger G. (2006), Les Bandes, le milieu et la bohème populaire. Étude de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin.

Millet M. & Thin D. (2005), Ruptures scolaires. L’École à l’épreuve de la question sociale, Paris, Puf.

Pasquali P. & Schwartz O. (2016), « La Culture du pauvre : un classique revisité. Hoggart, les classes populaires et la mobilité sociale », Politix, no 114, p. 21-45.

Politix (2008), Dossier « Mondes ruraux », coordonné par J. Mischi et N. Renahy, no 83.

Poullaouec T. (2010), Le Diplôme, arme des faibles. Les familles ouvrières et l’école, Paris, La Dispute.

Retière J.-N. (1994), Identités ouvrières, socio-histoire d’un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris, L’Harmattan.

Roche A. (2016), Des vies de pauvres. Les classes populaires dans le monde rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Savage M. (2000), Class Analysis and Social Transformation, Buckingham/Philadelphie, Open University Press.

Savage M. (2017), « Déclin et renouveau de l’analyse de classe dans la sociologie britannique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 219, p. 38-57.

Schultheis F., Frauenfelder A., Delay C. & Pigot N. (dir.) (2009), Les Classes populaires aujourd’hui. Portraits de familles, cadres sociologiques, Paris, L’Harmattan.

Schwartz O. (1990), Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf.

Schwartz O. (1997), « La notion de classes populaires », Habilitation à diriger des recherches, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Schwartz O. (2009), « Vivons-nous encore dans une société de classes ? Trois remarques sur la société française contemporaine », La vie des idées [en ligne], 22 septembre.

Schwartz O. (2011), « La pénétration de la “culture psychologique de masse” dans un groupe populaire : paroles de conducteurs de bus », Sociologie, vol. 2, no 4, p. 345-361.

Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Renahy N. (2015), Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Skeggs B. (2015 [1997]), Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, traduit de l’anglais par M.-P. Pouly, Marseille, Agone.

Terrail J.-P. (1984), « Familles ouvrières, école, destin social (1880-1980) », Revue française de sociologie, vol. 25, no 3, p. 421-436.

Travail, genre et sociétés (2018), Dossier « Ménages populaires », coordonné par T. Amossé et M. Cartier, no 39.

Verret M. (1995 [1979]), L’Espace ouvrier, Paris, L’Harmattan.

Verret M. (1996 [1988]), La Culture ouvrière, Paris, L’Harmattan.

Verret M. (1999 [1982]), Le Travail ouvrier, Paris, L’Harmattan.

Weber F. (1989), Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/Éditions de l’Ehess.

Weber F. (1995), « L’ethnographie armée par les statistiques », Enquête/Anthropologie, Histoire, Sociologie, no 1, p. 153-165.

Haut de page

Notes

1 Bien que signé par les seules coordinatrices du numéro, conformément à la pratique de la revue, ce texte est issu d’un travail collectif mené avec l’ensemble des auteur.e.s du dossier. Au-delà, il est issu des échanges avec les participant.e.s du groupe de travail sur les « sociabilités et les contacts entre groupes sociaux » du projet de recherche « Le “populaire” aujourd’hui » (voir note 4). Ce groupe de travail s’est réuni pendant deux ans entre 2015 et 2017 et a accueilli, ponctuellement ou durablement : Thomas Amossé, Anne-Marie Arborio, Christelle Avril, Stéphane Beaud, Henri Eckert, Violaine Girard, Marie-Hélène Lechien, Gérard Mauger, Julian Mischi, Séverine Misset, Marie-Pierre Pouly, Audrey Richard, Cyrille Rougier, Yasmine Siblot, Thomas Sigaud et Maulde Urbain-Mathis.

2 Voir notamment le chapitre 3 de Richard Hoggart (1970 [1957]).

3 Notamment accès à la propriété et relations avec les agents bancaires, allongement des scolarités qui prolonge le côtoiement de professionnels de l’éducation et tend à différencier les trajectoires sociales au sein même des fratries, recours aux professions de santé.

4 Cette recherche intitulée « Le “populaire” aujourd’hui », financée par l’Agence nationale de la recherche, est coordonnée par Olivier Masclet. Portée par les laboratoires CERLIS (Université Paris Descartes, CNRS), CENS (Université de Nantes, CNRS), CMH (EHESS, ENS, CNRS) et GRESCO (Université de Limoges, Université de Poitiers), elle réunit vingt-sept chercheuses et chercheurs.

5 Voir le dossier « Ménages populaires » de la revue Travail, genre et sociétés (2018).

6 Il s’en affranchit puisqu’il ne repose pas sur une seule et même enquête de longue durée ni sur l’analyse d’un même ensemble de relations d’interconnaissance. Il s’agissait, en effet, de mobiliser les sociologues impliqués dans l’ANR autour de la production d’un matériau d’enquête inédit et commun. La présentation du dispositif des monographies de ménages s’appuie sur une journée d’études organisée le 11 janvier 2017 à l’Université Paris Descartes : la plupart des auteur·e·s de monographies y avaient analysé les conditions de production et d’utilisation de ce matériau d’enquête.

7 Le guide d’entretien ainsi que cette fiche figurent en annexes électroniques, https://journals.openedition.org/sociologie/4839.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Corpus des vingt-cinq monographies de ménages (caractéristiques au moment des entretiens)
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/4749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 1 : Une cartographie factorielle des vingt-cinq ménages enquêtés
Légende Lecture, méthode : premier plan factoriel d’une analyse des correspondances multiples effectuée sur les données de l’enquête Emploi (variables de sexe, âge, nombre d’enfants, position sociale du conjoint, revenu, diplôme et origine sociale, situation résidentielle, nationalité et trajectoire migratoire ; avec les modalités du tableau), où les individus des ménages du corpus ont été positionnés en fonction de leurs caractéristiques (les femmes avec un rond, les hommes avec une croix, ce qui permet de voir que leur situation est en général moins stable que celle des hommes) ; les deux ellipses figurent la dispersion des nuages de points de l’échantillon d’enquête (en pointillé) et du corpus (en noir), les principales modalités contribuant aux axes sont indiquées à chacune de leurs extrémités (résultats détaillés disponibles sur demande). Champ : ménages comportant au moins un actif et un·e employé·e ou ouvrier·ère.Source : enquête Emploi de 2014 (Insee) et corpus de monographies du projet « Le “populaire” aujourd’hui ». Exploitation et analyses réalisées par Thomas Amossé (avec la collaboration de Lise Bernard et Yasmine Siblot).
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/4749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Lechien et Yasmine Siblot, « « Eux/nous/ils » ? Sociabilités et contacts sociaux en milieu populaire », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 14 février 2019, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/4749

Haut de page

Auteurs

Marie-Hélène Lechien

marie-helene.lechien@unilim.fr
Enseignante-chercheure en sociologie à l’Université de Limoges et membre du GRESCO, Limoges, France - Laboratoire GRESCO, Université de Poitiers, 8 rue René Descartes, 86022 Poitiers cedex, France

Articles du même auteur

Yasmine Siblot

Yasmine.Siblot@univ-paris8.fr
Professeure en sociologie, Université Paris 8, CRESPPA-CSU, 59 rue Pouchet, 75017 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page