Navigation – Plan du site

Voir toujours midi à sa porte ?

Divergences et désaccords entre acteurs des relations professionnelles en entreprises pendant les années 2000
Everyone sees the world his own way? Divergences and disagreements between industrial relations parties in French firms during 2000’s)
Pierre Blavier et Jérôme Pélisse

Résumés

Cet article vise à prendre la mesure des divergences et des désaccords qui marquent les interactions que nouent les acteurs du dialogue social en entreprise. Il s’appuie pour cela sur un dispositif d’enquête original car reposant sur un questionnement en double aveugle d’un représentant de la direction et d’un représentant du personnel dans les établissements du secteur marchand en France. Reprenant une analyse proposée par Thomas Coutrot à partir de la première enquête REPONSE menée en 1993, l’article conclut à l’existence majoritaire d’accords entre représentants du personnel et représentants de la direction, mais aussi au maintien de désaccords importants, que ce soit en matière d’opinion sur le rôle des représentants des personnels, d’appréciation du climat social ou de faits susceptibles de structurer leurs relations au travers l’occurrence de conflits collectifs dans les entreprises. Le constat prévaut au cours des dernières vagues de l’enquête malgré les transformations importantes des entreprises et la promotion constante d’un dialogue social qui présuppose l’existence de convergences possibles et souhaitables. Cela n’est pas sans interroger quant aux conditions sociales dans lesquelles se mettent en place les récentes lois réformant le cadre juridique des relations professionnelles françaises.

Everyone sees the world his own way? Divergences and disagreements between industrial relations parties in French firms during 2000’s)

This article examines the divergences and disagreements that characterize the interactions between social dialogue actors in French companies. It relies on an original research protocol based on a double-blinded questioning process of one management representative and one staff representative in merchant sector establishments in France (the REPONSE survey). Revisiting Thomas Coutrot’s analysis of the first REPONSE survey round conducted in 1993, the article opens by showing that the representatives of employees and management agree on the majority of surveyed issues. Yet, major disagreements exits, notably concerning the role of employee representatives, the evaluation of local social climate or collective conflicts in companies. This finding remains constant even in the last survey rounds and despite significant changes in firms and promotion of a social dialogue which presuppose the existence of possible and desirable convergences between the different parties. This raises important questions about the social conditions in which recent legal reforms of French industrial relations are being implemented.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Des désaccords d’opinions sur le rôle des représentants du personnel
Constats : des désaccords variables et qui peuvent être importants
Comment expliquer ces désaccords ?
Des désaccords persistants, malgré les changements législatifs et de contextes
Des désaccords d’appréciation sur le climat social : des clivages (qui restent) importants
Quels désaccords en matière d’appréciation du climat social ?
Comment expliquer ces désaccords ?
La stabilité prévaut, malgré les réformes promouvant un meilleur dialogue social
Des écarts et désaccords factuels en matière de conflits collectifs : entre asymétrie d’informations et enjeux cognitifs et idéologiques
Quels constats ? Entre écarts importants et désaccords minoritaires mais non négligeables
Quelles explications ? Le poids de l’engagement et de la socialisation syndicale
Conflits ou pas ? Évolutions des désaccords en matière de conflits depuis la fin des années 1990
Conclusion

Aperçu du début du texte

Une récente série de réformes (loi Rebsamen en 2015, loi Travail en 2016, ordonnances Macron en 2017) a été à l’origine de nombreux débats en matière de relations professionnelles en France, donnant lieu à un important mouvement social et une vague de manifestations entre février et septembre 2016. Du côté gouvernemental et d’un certain nombre d’acteurs (comme ceux de la commission Combrexelles en 2015) et de chercheurs (Barthelemy & Cette, 2015 ; Thuderoz, 2017 par exemples), l’appel insistant à une « culture de négociation » plus décentralisée, donnant le primat au niveau des entreprises pour produire les règles du travail, s’est traduit dans ces projets législatifs. De l’autre côté, plusieurs syndicats et les manifestants de 2016, ainsi que d’autres chercheurs, ont dénoncé le « détricotage » historique d’un droit du travail conquis de haute lutte et de sa logique protectrice. Ces deux points de vue se sont principalement exprimés au regard des intentions politiques et idéologique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Blavier et Jérôme Pélisse, « Voir toujours midi à sa porte ? », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5218

Haut de page

Auteurs

Pierre Blavier

pierre.blavier@univ-lille.fr
Chargé de recherche CNRS, CLERSE, UMR CNRS 8019 - CLERSE, Université de Lille, 59655 Villeneuve d’Ascq cedex, France

Articles du même auteur

Jérôme Pélisse

jerome.pelisse@sciencespo.fr
Professeur de sociologie, Sciences Po Paris - Centre de sociologie des organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page