Navigation – Plan du site
L’analyse des parcours

Annexe électronique de l’article « L’analyse des parcours. Saisir la multidimensionalité du social pour penser l’action sociale »

Quelques notes complémentaires à propos du Life course
Emmanuelle Santelli

Texte intégral

1En sociologie aussi, il est question d’héritage et d’opportunités. Comme cela a été indiqué dans l’article « L’analyse des parcours. Saisir la multidimensionalité du social pour penser l’action sociale », la sociologie du life course s’est développée parce qu’il existait, auparavant et en parallèle, plusieurs courants de recherche aux Etats-Unis sur lesquels elle s’est appuyée pour construire ce paradigme. Le texte de C. Lalive d’Epinay, J.-F. Bickel, S. Cavalli et D. Spini (2005) retrace l’influence de ces courants de recherche qui ont contribué à l’émergence de ce paradigme interdisciplinaire : 1/ les travaux mobilisant les notions de cohorte et de génération, 2/ la psychologie développementale dite du life span, 3/ les travaux traitant de l’articulation entre l’histoire et les vies individuelles, et 4/ ceux qui étudient la manière dont le déroulement de l’existence est codifié et organisé socialement et culturellement.

2Dans cette contribution de C. Lalvive d’Epinay et al., on apprend que c’est l’article du sociologue américain L. Cain, « Life course and social structure » paru dans un ouvrage collectif en 1964, qui constitue probablement l’acte fondateur de la théorie des parcours de vie. Son argument principal repose sur le constat que compte-tenu de la longévité croissante des individus, la structure des sociétés industrielles avancées s’organise non seulement selon l’agencement des positions professionnelles mais aussi, et de plus en plus, selon une organisation des statuts d’âge. Outre l’augmentation de la longévité qui met en évidence la démocratisation du vieillissement (Wanner et al., 2005), c’est l’étude du lien entre les différentes étapes de la vie qui est posée. En Suisse, de nombreux travaux se sont employés à les mettre en évidence (Lalive d’Epinay, Cavalli, 2013).

3L’émergence de ce paradigme fait également suite à l’effondrement des structures sociales traditionnelles en Occident et à l'apparition de nouveaux styles de vie. « C’est maintenant la variété et la labilité des situations sociales qui frappent. Cette complexification des structures issues de la modernité incite à leur tour les chercheurs à s’interroger sur l’ampleur des transformations des vies individuelles. » (Sapin et al., 2014, p. 20). En effet, l’étude des parcours de vie conduit au cœur de la complexité et de la diversité des trajectoires qui caractérisent nos sociétés contemporaines, permettant ainsi de comprendre les nouveaux arrangements sociaux, la construction des normes.

4Un autre élément explique pourquoi ce paradigme s’est développé à partir des années 1970 : l’enchaînement des événements historiques (deux conflits mondiaux, la grande dépression des années 1930, l’émergence des régimes totalitaires) qui ont bouleversé la première moitié du vingtième siècle et marqué la vie des personnes qui les ont subis, explique que les chercheurs aient tenté de comprendre leurs effets et se posent la question de savoir en quoi le fait d’appartenir à la même génération est-il déterminant. G. Elder a en particulier eu un rôle majeur en s’attachant à comprendre quelles ont été les conséquences durables de la dépression économiques des années 1930 sur les trajectoires de vie des individus qui l’ont connue alors qu’ils étaient enfants. Dans cette optique, il a comparé deux générations d’enfants, une née au début des années 1920 aux Etats-Unis, une autre dont les enfants sont nés peu avant ou au début de la Grande Dépression. Ses travaux ont contribué à montrer que les événements historiques n’ont pas les mêmes conséquences selon l’âge, ou le moment du cycle de vie, dans lequel se trouvent les individus au moment où ils interviennent. Les individus nés au début des années 1920 ont connu des parcours sur un plan psycho-affectif, familial et professionnel moins heurtés que le second groupe. Néanmoins, un autre contexte socio-historique, le deuxième conflit mondial puis la guerre de Corée, a eu un effet compensateur pour ce dernier, en raison de la GI Bill dont bénéficia de très nombreux hommes issus des classes populaires, leur permettant de surmonter les désavantages de leurs premières années de vie. On le comprend, ce paradigme considère l’influence des événements historiques comme déterminante et il implique de toujours resituer les parcours dans le temps long et au regard des contextes spécifiques de la société considérée.

  • 1 Car il l’utilisait selon une acception classique, contenant une dimension surplombante et détermini (...)
  • 2 Dans cette perspective, le travail de M. Gribaudi (1987) pourrait être cité comme exemplaire pour c (...)

5Au départ de sa carrière, G. Elder mobilisait le concept de socialisation. Par la suite, il l’a jugé impropre à penser les changements qui se déroulent tout au long du parcours de vie et a forgé le paradigme du life course pour dépasser les limites contenues selon lui dans le concept de socialisation1. Trois dimensions sont essentielles dans son approche de l’analyse des faits sociaux : la dimension temporelle, interactionnelle et subjective, et cela explique que deux autres disciplines sont parties intégrantes du paradigme du life course : l’histoire sociale et la psychologie. La première, qui cherche à saisir la destinée des personnes ordinaires2, occupe une place centrale (voir ci-dessus), tout comme la seconde qui intègre des éléments relatifs au développement psycho-affectif de la personne, sa capacité d’action (agency) et s’inscrit dans une approche qui considère « le développement comme un processus se déroulant tout au long de la vie (…) [qui] manifeste une certaine plasticité » : une trajectoire a la possibilité de s’infléchir dans certaines conditions (Sapin, et al., 2014, p. 22-23). L’apport de ces deux disciplines à la démarche sociologique peut expliquer que, jusqu’à ces dernières années, la communauté de sociologues français ait manifesté un faible engouement à l’égard de ce paradigme : à la différence d’autres pays, cette dernière a nettement moins tendance à travailler dans une perspective interdisciplinaire, or ce paradigme l’est fondamentalement.

6Cinq principes caractérisent la démarche de G. Elder :

7- Linked Lives – les vies liées ; les vies sont vécues de manière interdépendante, elles sont influencées par ce qui est vécu en commun, partagé, hérité, à travers un réseau de relations, et cette interconnexion se vit à tous les niveaux (famille, voisinage, emploi, collectivités, institutions...), les effets réciproques des actions sont continuels ;

8- Agency – intentionnalité et capacité d’action ; les individus sont en mesure de construire leur propre vie à travers les choix qu’ils font et leurs actions, ils sont en mesure de saisir des opportunités, mais ils subissent aussi les contraintes imposées par l’histoire et les circonstances sociales, l’agency est liée aux contextes sociaux dans lequel les individus sont inscrits ;

9- Timing – la temporalité des événements de la vie ; c’est le fait de considérer que les événements ont des conséquences selon le moment où ils interviennent dans la vie des individus, il en résulte qu’une même expérience peut avoir des effets différents selon le moment où elle intervient, mais aussi d’un individu à l’autre ;

10- Times and Place – le temps  et le lieu ; c’est le fait que toute action s’insère dans un temps historique et un lieu, de la sorte tout parcours est profondément structuré par la période historique et l’endroit où il se déroule ;

  • 3 Dans les publications de G. Elder (1994, 2003), ce cinquième principe est présent ou non.

11- Life Span Development3 – un processus tout au long de la vie ; le développent humain est un processus qui dure toute la vie car c’est tout au long de leur vie que les individus sont affectés par les changements qui interviennent, et des situations initiales peuvent avoir des répercussions tardives (le vécu du grand âge se différencie selon des choix faits dès l’entrée dans la vie adulte).

12Les dimensions temporelle et interactionnelle de l’existence humaine sont intrinsèquement intégrées à cette approche. Elles l’ont été également dans ma démarche de recherche depuis une vingtaine d’années, et l’article a cherché à rendre compte de la manière dont la démarche sociologique pouvait prendre en considération les dynamiques temporelles et les logiques d’interdépendance, à partir de cette expérience.

13Cain L. (1964), « Life course and social structure », in Robert E. L. Faris (dir), Handbook of modern sociology, Chicago, Rand McNally, pp. 272-309.

14Elder G. H. (1994), « Time, human agency and social change: perspectives on the life course », Social Psychological Quartely, vol. 57, n°1, pp. 4-15.

15Elder G. H., Kirkpatrick Johnson M., Crosnoe R. (2003), « The Emergence and Development of Life Course Theory », in Mortimer Jeylan T., Shanahan Michael J. (dir.) Handbook of Life Course, Springer, pp. 3-19.

16Gribaudi M. (1987), Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à turin au début du 20ème siècle, Paris, EHESS.

Parcours de vie : regards croisés sur la construction des biographies contemporainesLe quatrième âge. Ou la dernière étape de la vieèmeLes parcours de vie. De l’adolescence au grand âgeAges et générations. La vie après 50 ans en Suisse
Haut de page

Notes

1 Car il l’utilisait selon une acception classique, contenant une dimension surplombante et déterministe, alors qu’il est possible de lui attribuer un sens interactionniste et constructiviste  (voir article).

2 Dans cette perspective, le travail de M. Gribaudi (1987) pourrait être cité comme exemplaire pour comprendre les itinéraires des populations ouvrières immigrées.

3 Dans les publications de G. Elder (1994, 2003), ce cinquième principe est présent ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Santelli, « Annexe électronique de l’article « L’analyse des parcours. Saisir la multidimensionalité du social pour penser l’action sociale » », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 28 juin 2019, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5445

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Santelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page