Navigation – Plan du site

Le concours qui ne disait pas son nom

L’invention du numerus clausus de médecine (1968-1979)
The contest that did not say his name. The invention of the medicine numerus clausus (1968-1979)
Marc-Olivier Déplaude

Accès au texte / extrait

Plan

Faire médecine avant Mai 68
Une mobilisation conservatrice
L’institution du numerus clausus de médecine
Conclusion

Aperçu du début du texte

En septembre 2018, le gouvernement a bruyamment annoncé la suppression du numerus clausus de médecine d’ici 2020. Selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, il s’agirait par ce moyen d’« arrêter le gâchis humain », tant le concours de fin de première année de médecine est réputé pour sa sélectivité et les conditions exécrables dans lesquelles les étudiants le préparent.

Le numerus clausus – soit le nombre d’étudiants, fixé par les pouvoirs publics, pouvant être accueillis en deuxième année d’études médicales – est une institution relativement récente. Jusqu’en 1971, l’accès à la deuxième année des études médicales n’était pas verrouillé par un concours. Comme dans les autres filières universitaires, le passage d’une année à l’autre était simplement conditionné par la réussite aux examens. Toutefois, jusqu’au début des années 1960, les incertitudes économiques sur les carrières médicales, qui venaient s’ajouter au coût et à la longueur des études, limitaient fortement le nombre de c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Olivier Déplaude, « Le concours qui ne disait pas son nom », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5470

Haut de page

Auteur

Marc-Olivier Déplaude

marc-olivier.deplaude@inra.fr
Chargé de recherche en sociologie, IRISSO (UMR CNRS INRA Université Paris‐Dauphine) - IRISSO, Université Paris‐Dauphine, PSL, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page