Navigation – Plan du site

In memoriam Jean-Daniel Reynaud (1926‑2019)

Margaret Maruani

Texte intégral

1Normalien, agrégé de philosophie, professeur de sociologie du travail au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), Jean-Daniel Reynaud a été une personnalité marquante de la sociologie. Né le 17 mars 1926 en Suisse, il s’est éteint le 27 janvier 2019 à Paris. Pour notre plus grande tristesse.

2Grand professeur, il captivait son public par sa clarté, sa vivacité, sa culture, par sa passion pour l’étude de la société et du monde du travail. De toute évidence, il a aimé ce métier qu’il a exercé tout d’abord au Mans, en 1949, comme professeur de philosophie. Mais très vite, il se tourne vers la sociologie et sa rencontre avec Jean Stoetzel a été, de ce point de vue, déterminante. En 1950, il entre au CNRS et rejoint le Centre d’études sociologiques (CES) que dirige alors Georges Friedmann, le « père fondateur » de la sociologie du travail en France. Dans ce laboratoire, véritable vivier, il rencontre nombre de chercheurs qui ont contribué à constituer la sociologie française contemporaine – et notamment la sociologie du travail : Alain Touraine, Michel Crozier, Claude Durand, Lucien Brams, Madeleine Guilbert, et bien d’autres encore. Dans ce cadre, il participe au célèbre Traité de sociologie du travail paru en 1961-1962 sous la direction de Georges Friedmann et Pierre Naville.

3En 1959, il est élu professeur de sociologie au CNAM, succédant ainsi à Georges Friedmann, titulaire de la chaire « d’histoire du travail et des relations industrielles ». Cette même année 1959, il créée avec Michel Crozier, Alain Touraine et Jean-René Tréanton la revue Sociologie du travail qui fête ses soixante ans aujourd’hui. Les années 1960 voient la publication de son premier livre majeur, Les Syndicats en France (Armand Colin, 1963) qui connaitra de nombreuses rééditions. Ce sont aussi les années du club Jean Moulin, celles des voyages dans les universités nord-américaines où il rencontre, notamment, Robert K. Merton et Paul Lazarsfeld.

4Mai 68 : Jean-Daniel Reynaud s’intéresse aux conflits du travail. Sous sa direction, une quarantaine de monographies sur les grèves de 1968 sont réalisées par ses étudiant.es. Avec Sami Dassa et Pierre Maclouf, il mène sa propre enquête de terrain à Dunkerque, dans la sidérurgie. Dans les années qui suivent, il développe l’analyse des relations professionnelles et des conflits sociaux. Ses réflexions aboutissent, notamment, en 1978, au livre publié aux Presses universitaires de France en collaboration avec Gérard Adam, Conflits du travail et changement social et en 1982 à un « Que sais-je » sur la Sociologie des conflits du travail. Son maître-ouvrage, Les Règles du jeu : l’action collective et la régulation sociale parait en 1989 chez Armand Colin. Il y présente une théorie de la régulation sociale adossée aux relations de travail et à l’action collective qui a marqué et continue de laisser son empreinte sur la sociologie contemporaine. En 1991, il créée au CNRS avec Jacques Delors, François Sellier et Jean-Maurice Verdier le Groupement de recherches coordonnées (Greco) « relations professionnelles », réseau pluridisciplinaire unique en son genre.

5Pédagogue, chercheur, Jean-Daniel Reynaud joue un rôle important dans l’animation de la recherche. En 1969, il transforme la Chaire d’histoire du travail du CNAM en « Chaire de sociologie du travail » et créée le « Laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles ». Au fil des ans, ce laboratoire rassemble des chercheur.es et enseignant.es d’horizons très divers, réunis autour de la conviction de la centralité du travail. J’ai eu la chance d’y passer de nombreuses années, de belles années. Ce laboratoire était vivant, agité, tumultueux même parfois. Car, à la différence de la plupart des autres « patrons de laboratoires » de l’époque, Jean-Daniel Reynaud ne cherchait pas à avoir des disciples, à constituer une école. Il avait formé une équipe composée de personnes et de personnalités très diverses, dont les points de vue, les options théoriques et politiques divergeaient et se distinguaient bien souvent des siens. Il n’avait pas besoin d’être d’accord avec quelqu’un.e pour s’intéresser à son travail, le soutenir, l’encourager. Et Jean-Daniel Reynaud avait une grande curiosité pour les travaux des chercheur.es de son laboratoire, il avait le goût de l’inconnu et du méconnu. De cette curiosité, nous lui devons beaucoup.

6Il a été un professeur talentueux, tout le monde le sait, il a été aussi un grand directeur de recherche et de thèses. Mieux que quiconque, il savait expliquer que notre métier est un travail de précision, de minutie et de rigueur. Il avait également cette qualité inestimable de pouvoir entrer dans une problématique qui lui était étrangère et de la discuter de l’intérieur. Il avait cette capacité rare de pousser son interlocuteur.rice dans ses propres retranchements, si loin soient-ils de ses propres centres d’intérêt. Son jugement était bienveillant, clairvoyant mais sans concession, à distance des tribulations de notre tout petit monde. Il avait cette posture d’ouverture systématique qui lui permettait d’écouter, de lire et de dialoguer sans ornières. Il a été un homme de culture et de lectures qui a marqué des générations de sociologues et de spécialistes du travail et des relations professionnelles de différentes disciplines. Il a su transmettre son goût pour la recherche jusque dans sa famille : ses deux filles, Emmanuèle et Claude-Agnès, sont chercheures au CNRS, l’une en sociologie, l’autre en immunologie.

7Dans l’ouvrage de Mélanges en son honneur, Variations autour de la régulation sociale, paru en 1994 aux Presses de l’École normale supérieure, se trouve une première partie intitulée « Rue d’Ulm » où l’on voit se retrouver ensemble – chose inédite – Alain Touraine, Michel Verret, Raymond Boudon et Pierre Bourdieu. Dans une lettre de ce dernier à Jean-Daniel Reynaud, on peut lire ceci (p. 35) : « Tu es, pour moi, l’incarnation du sociologue tel que je voudrais qu’il soit. » Nombre de celles et ceux qui ont connu, croisé ou côtoyé Jean-Daniel Reynaud partagent, je n’en doute pas, cette petite phrase tellement juste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margaret Maruani, « In memoriam Jean-Daniel Reynaud (1926‑2019) », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 04 septembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5746

Haut de page

Auteur

Margaret Maruani

Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis)
CNRS-Université Paris Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page