Navigation – Plan du site

« Guérir » : effets de l’appartenance de classe et du genre dans l’après-cancer

“Healing”: Effects of class and gender on life after cancer treatment
Aurore Loretti

Résumés

Longtemps restée hors du champ d’étude sociologique, la guérison constitue un objet tout à fait heuristique pour mieux comprendre les dynamiques sociales des relations à la corporéité. À partir d’une analyse comparative des récits de guérison de personnes ayant été atteintes d’un cancer, le présent article traitera de la déclinaison sociale des expériences de guérison. Plus précisément, il va s’agir de rendre compte de la façon dont les appartenances de classe et, plus secondairement, de genre façonnent ses significations. L’examen sociologique des logiques d’interprétation montrera que le sens accordé à la guérison relève de rapports au corps, à la maladie, aux médecins et à la médecine ainsi qu’au normal et au pathologique. Dès lors, nous explorerons les différentes dimensions des habitus physiques et des cultures somatiques qui permettent d’éclairer ce façonnement social.

“Healing”: Effects of class and gender on life after cancer treatment

For a long time neglected by sociologists, healing provides a heuristic entry to the study of the social dynamics of corporeality. Based on a comparative analysis of healing narratives by cancer patients, this article discusses the social structuring of the healing experience. More precisely, it focuses on how class and, secondarily, gender shape these experiences. Based on a sociological analysis of the logics cancer patients mobilize to interpret their experiences this article first shows how the meaning of healing is related to different relations to the body, illness, doctors, and medicine as well as to the normal and the pathological. These dynamics of the social shaping of healing are then discussed in the light of the different dimensions of the physical habitus and the somatic cultures of cancer patients.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Déclinaisons de la guérison
Les dynamiques sociales de la guérison
Plus vraiment malade, mais pas vraiment guéri
Séquelles et rupture biographique
Damoclès et le risque de récidive
Une expérience à nuancer ?
Du rapport au corps à l’interprétation des séquelles post-thérapeutiques
Qu’en est-il de Damoclès ?
Le sens de la guérison : une question de genre ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les progrès thérapeutiques obtenus ces dernières années en matière de cancérologie permettent à de nombreux malades de se rétablir. Dans l’ensemble des pays développés, on observe en effet une nette diminution de la mortalité pour la quasi-totalité des localisations cancéreuses tandis que l’incidence ne cesse d’augmenter. Par conséquent, il existe désormais une importante population de personnes qui ont été atteintes d’un cancer et qui ont « survécu ». En 2008, leur nombre est estimé à trois millions (Colonna et al., 2014, p. 27). Ces évolutions ont permis à l’après-cancer de devenir une préoccupation politique, sociale et scientifique dont le Plan Cancer 2014-2019 témoigne.

Les études menées sur cette question sont toutefois, pour la plupart, de nature médicale ou psychologique. Elles portent principalement sur les séquelles encourues par les anciens malades ainsi que sur les difficultés psychiques auxquelles ils sont confrontés après les traitements (Lecompte, 2014). De nombreux a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Loretti, « « Guérir » : effets de l’appartenance de classe et du genre dans l’après-cancer », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 04 septembre 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5797

Haut de page

Auteur

Aurore Loretti

auroreloretti@gmail.com
Docteure en sociologie, Université de Lille, CNRS, UMR 8019 – CLERSE – Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques, F-59000 Lille, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page