Navigation – Plan du site

Être grosse. Du corps discréditable au corps discrédité

Being Fat. From the discreditable body to the discredited body
Solenne Carof

Résumés

En nous appuyant sur la réalisation d’une soixantaine d’entretiens semi-directifs, nous analysons les situations de stigmatisation et de discrimination selon le poids et comparons ainsi le vécu d’enquêtées catégorisées médicalement « en surpoids » ou « obèses ». Ces différences selon la corpulence sont modulées par le genre, le milieu social ou l’âge des enquêtées. Face aux épisodes de stigmatisation, qui rendent l’ordre des interactions inégalitaires, les enquêtées mettent en place des répertoires d’actions pour « sauver la face ». Elles sont plus démunies face aux expériences de discrimination, en particulier professionnelles, ces dernières ayant pourtant des conséquences importantes sur leur statut social. La description de ces situations, et des réactions possibles, permet de montrer la fréquence, la virulence et l’ampleur de ces actes dans le contexte français.

Being Fat. From the discreditable body to the discredited body

Based on sixty semi-directive interviews, this article analyses situations of weight-based stigmatization and discrimination and compares experiences of interviewees categorized as “overweight” or “obese” by health professionals. These differences are shown to be subject to variation by the interviewees' gender, class, and age. During the episodes of stigmatization in which an unequal interaction order is produced, the interviewees, however, deploy strategies of "saving face". The article shows that they are particularly helpless in the face of discrimination at the workplace, a key site of defining their social status. The description of these situations highlights the frequency, virulence, and extent of such acts in French society.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les situations de stigmatisation
Insulter, humilier et conseiller
Des situations qui varient
Les actes de discrimination
Refuser, interdire et discriminer
Les discriminations professionnelles
(Ré)Agir face aux stigmatisations et discriminations vécues
Fuir, se cacher et s’autocensurer
Négocier, s’engager ou s’embellir
Conclusion

Aperçu du début du texte

À la fin du xixe siècle, un nouveau cadrage médical de l’obésité prend de l’ampleur mais sans remplacer l’ancien cadrage moral de la grosseur. En tant qu’« attribut qui jette un discrédit profond » (Goffman, 1975, p. 13), la corpulence reste un stigmate auquel sont associés de nombreuses caractéristiques péjoratives. C’est le sociologue Werner J. Cahnman (1968) qui a été l’un des premiers à utiliser le concept de stigmate pour analyser les fortes corpulences. Il ne distingue cependant pas surpoids et obésité et exclut l’obésité massive de son champ d’analyse. Tout en nous situant dans la filiation de cet auteur, nous souhaitons en revanche mieux différencier les fortes corpulences. Si le corps « discréditable » – le surpoids – peut parfois se fondre dans l’invisibilité quotidienne des interactions, le corps « discrédité » – l’obésité – se voit, dépasse et accroche le regard. Le sociologue Claude Fischler (1990, p. 303) affirmait que « le seuil socialement défini de l’obésité s’est a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenne Carof, « Être grosse. Du corps discréditable au corps discrédité », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 04 septembre 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5835

Haut de page

Auteur

Solenne Carof

solenncarof@yahoo.fr
Chercheuse à Gustave Roussy et au Sesstim, équipe Canbios (Inserm, 1252) - Sesstim, Site Institut Paoli Calmettes (Canbios), 232 boulevard Sainte-Marguerite, BP 156, 13273 Marseille cedex 9, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page