Navigation – Plan du site

La compétition comme mode d’interaction

La société concurrentielle et ses conséquences sur la culture et sur les structures sociales
Competition as a mode of interaction. Cultural and structural consequences of the competitive society
Hartmut Rosa

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Jean Terrier

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Traduction de Rosa H. (2006), « Wettbewerb als Interaktionsmodus. Kulturelle und sozialstrukturelle (...)

1« Il faut plus de concurrence » : s’il fallait retenir un slogan incantatoire dans les politiques économiques et sociales actuelles, ce serait celui-là. L’introduction ou le renforcement de la concurrence résoudrait les problèmes des écoles et des universités, ceux des chemins de fer et des compagnies aériennes, ceux des fournisseurs d’électricité et des agences pour l’emploi, ou encore ceux des systèmes de santé et des retraites. C’est pourquoi toutes les énergies et toutes les ressources, qu’elles soient individuelles, collectives ou nationales, sont maintenant investies en bloc pour promouvoir la compétitivité économique, scientifique, sportive, militaire ou encore artistique des entreprises, des jardins d’enfants, des universités, des hôpitaux, des villes, des régions et du pays entier.

2Depuis quelque temps, cet effort pour maintenir ou augmenter la compétitivité s’étend à la façon dont les sujets conduisent et planifient leur existence. Les individus aussi se préoccupent désormais sans cesse de leurs chances de succès dans les domaines de l’économie, des émotions, des réseaux sociaux, de la sexualité, du corps ou de l’intellect. Ce que l’on désigne collectivement comme « amélioration de l’environnement économique » prend la forme, du point de vue des individus, d’une lutte pour le maintien de la valeur personnelle. Le problème qui se pose aux acteurs individuels et collectifs, c’est que leurs rivaux (qu’il s’agisse d’un concurrent pour une place de travail ou d’un autre État-nation) investissent eux aussi toujours plus de ressources et d’énergie afin d’accroître leur propre compétitivité. La concurrence se révèle ainsi comme un jeu à somme nulle, malgré les mises croissantes des joueurs. Faut-il vraiment plus de concurrence ?

  • 2 Il n’est pas important dans un premier temps de se demander si la compétitivité signifie la capacit (...)
  • 3 Bürgerliche Gesellschaft, qui peut signifier aussi « société civile » NdT.
  • 4 Frank Nullmeier, op. cit., se propose, dans une étude intéressante et vaste, de recenser et de syst (...)
  • 5 Georg Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », Aufsätze und Abhandlungen 1901-1908, (Gesamtausgabe, v (...)

3La transformation du mode d’allocation des ressources, des biens, des positions, des privilèges et de l’estime sociale est un aspect fondamental du passage de la société traditionnelle à la société moderne. La thèse que j’aimerais développer dans ce qui suit est la suivante : ce qui fait de la société moderne une société de compétition, c’est d’abord et avant tout sa manière d’organiser ladite allocation, dans presque toutes les grandes sphères sociales, sous une forme compétitive. Inévitablement, l’objectif de produire et de maintenir sa propre compétitivité finit par devenir hégémonique et par s’imposer à l’ensemble des acteurs individuels et collectifs2. Étonnamment, cet aspect a été en grande partie négligé dans les débats sur la modernisation, au profit de l’économicisation, de la rationalisation, de la différenciation, de l’individualisation, de la bureaucratisation ou encore de la juridicisation. Il est vrai que les thèmes de l’expansion et de la généralisation de l’institution du marché dans la société bourgeoise3 ont été étudiés de multiples manières. Toutefois la métaphore du marché, qui évoque l’activité bigarrée de la place du marché, met surtout l’accent sur le choix des biens, c’est-à-dire d’abord sur les produits et leurs acquéreurs. Mais l’autre face du marché, à savoir la compétition que se livrent les acteurs de la production et de l’offre, n’a été que tout récemment replacée au centre de l’analyse sociologique contemporaine par des auteurs comme Sighard Neckel et Frank Nullmeier4. Les conséquences de l’organisation compétitive sur les chances d’atteindre des objectifs sociaux d’action, sur les modes d’interaction sociale, sur les types d’identité et sur les stratégies d’action des sujets n’ont à ce jour pour ainsi dire jamais été explorées systématiquement, si l’on excepte les réflexions pionnières de Georg Simmel5. La présente contribution se veut une invitation à reconsidérer cet aspect du processus de modernisation.

La compétition comme mode d’interaction

  • 6 Voir par exemple Adam Smith, qui en parle dans sa Theory of Moral Sentiments comme d’un donné anthr (...)
  • 7 Voir G. Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », op. cit., p. 232 et suivante.

4La comparaison à autrui et l’espoir d’apparaître, au sortir de cette comparaison, comme le meilleur, pourraient sans doute figurer au rang des caractéristiques anthropologiques essentielles de l’être humain. La « compétition pour un tiers » (G. Simmel), où il ne s’agit pas de se battre avec un compétiteur pour obtenir ses biens ou privilèges, mais de se mesurer « indirectement » à lui à travers des performances et réussites propres, semble être une spécificité humaine qui ne connaît pas d’équivalent dans le monde animal6. Toutefois, il ne fait pas de doute que l’ampleur, les buts, et les conséquences de telles comparaisons varient considérablement à travers l’histoire et les cultures : les sociétés peuvent être organisées de manière à freiner socialement la pulsion compétitive des personnes, leur « ambition à s’élever7 » ; mais elles peuvent aussi chercher, en instaurant une authentique « compétition sociale », à faire d’une telle pulsion le moteur central de la production et de la reproduction de la société. Puisque dès lors les positions sociales, le respect, les biens matériels et donc en fin de compte les choix de vie possibles sont alloués par le biais de la compétition, l’effort de s’acquitter au mieux des diverses pratiques ou activités sociales (c’est-à-dire de réaliser le standard of excellence dont elles sont porteuses) se transforme en un souci d’être meilleur que ses concurrents – ou, à défaut, de paraître tel.

  • 8 Talcott Parsons, The Social System, Glencoe, Free Press, 1951.

5Comme Talcott Parsons l’a indiqué avec sa conception d’une modification des pattern variables sociaux, le passage de la société traditionnelle à la modernité se caractérise justement par la transformation des modes sociaux d’allocation : ceux-ci ne sont plus régis par le principe de l’assignation autoritaire (ascription), mais par l’idée de performance individuelle (achievement) ; les positions, les ressources (le revenu), la réputation, et donc de nombreuses options d’action et de vie ne sont plus distribuées en fonction de la tradition, de la catégorie sociale, ou encore de prescriptions issues de décisions autoritaires, mais en fonction des performances individuelles de chacun au sein d’une compétition (idéalement) libre et équitable8.

  • 9 Sur les autres modes d’interaction sociale voir par exemple David Held et al., Global Transformatio (...)

6Durant le processus de modernisation, une concurrence à la fois libre (au sens d’ouverte à tous les membres de la société) et régulée devient le mode d’interaction dominant dans les sociétés occidentales, et ce de manière de plus en plus marquée. En matière d’exercice des fonctions de coordination de l’action et de socialisation, le principe de compétition supplante dans un nombre croissant de secteurs de la vie sociale les autres modes d’allocation : l’assignation traditionnelle-corporatiste ; la coopération associative ; la régulation autoritaire-hiérarchique ; ou encore le conflit sans règles (antagonique) pour accéder aux rôles, aux ressources et aux privilèges9.

  • 10 Frank Nullmeier montre comment se poursuit aujourd’hui encore le passage progressif, dans les strat (...)

7On ne peut parler d’organisation authentiquement compétitive d’une sphère sociale (genuin wettbewerbförmig) que lorsque la définition des objectifs matériels d’action devient en tant que telle un moment essentiel de la dynamique compétitive. En économie par exemple, les objectifs de production (par exemple une autoroute, cent tanks, douze mille paires de chaussures) peuvent être fixés par le politique, puis réalisés par le biais de la compétition : le mandat est attribué à qui pourra atteindre l’objectif de production avec une efficacité maximale – ou en d’autres termes, à qui fera des ressources l’usage le plus efficient. Ici, la définition des objectifs ne se déroule pas selon le mode d’interaction concurrentiel. Par contraste, l’économie privée des États industriels modernes est organisée de telle façon que les producteurs eux-mêmes décident des objectifs de production à fixer. Ce faisant, ils ne se contentent pas de suivre une demande préexistante : ils spéculent sur la manière de la produire activement. Dans ce cadre, le plus compétitif n’est pas celui qui atteint un objectif matériel de manière plus efficiente : la définition des objectifs elle-même devient l’un des instruments de la lutte pour la compétitivité10.

8Il en va de manière similaire dans les sciences ou l’art : le principe de la différenciation fonctionnelle, selon lequel les objectifs de la recherche scientifique ou les critères de qualité artistique ne sont pas prédéterminés (par le politique, ou par le religieux), mais résultent de la pratique scientifique et artistique en tant que telle, se révèle ici encore comme l’un des principaux moteurs de l’emprise potentiellement totale du principe compétitif sur l’organisation de ces sphères sociales (Totalisierung des Wettbewerbs). La définition des finalités scientifiques ou artistiques est devenue l’un des éléments décisifs de la lutte concurrentielle. Il est intéressant d’observer que le sport, où le principe de compétition semble de prime abord réalisé sous sa forme la plus pure, ne s’avère compétitif que de manière limitée, ou plutôt secondaire : les règles du jeu et les objectifs matériels d’action sont définis en fonction de critères extérieurs qui sont établis, dans bien des cas, par les règles de la compétition économique.

9En un mouvement parti des idées et qui s’est étendu ensuite aux les institutions la notion de compétition (sous ces deux formes), de même que le principe de performance qui lui est intimement lié, se sont peu à peu imposés, durant le processus de modernisation, dans les sphères de l’économie, de la science, du sport, de la politique (sous la forme de la compétition interpartisane), des médias, de l’offre de loisirs, de l’amour (principe du libre choix du partenaire), de l’art (tant par le biais de son organisation, le marché de l’art, que de son mode d’allocation des bourses et subventions) et même, d’une certaine manière, de la religion. En effet, dans les sociétés pluralistes, les églises et les groupes religieux sont en lutte : ils cherchent à se distinguer de leurs concurrents et à s’attacher des fidèles en donnant du sens de manière plus convaincante et en proposant une forme de vie « meilleure ». Enfin il est historiquement très significatif qu’en Europe, où indéniablement le type moderne de cette forme d’organisation a vu le jour au xviie siècle lors de la constitution du système westphalien, les relations entre États aient endossé la forme concurrentielle, quoique le conflit direct (armé) ait pu s’imposer à plusieurs reprises comme le mode d’interaction dominant. Les États-nations européens ont engagé une compétition pour les territoires, pour les ressources naturelles, et donc pour l’hégémonie militaire et politique. Aussi n’ont-ils cessé de rivaliser pour être toujours à la pointe du progrès dans les sciences, la technique, l’économie, les infrastructures, la culture et la force militaire.

10On voit donc bien que l’importance du principe de compétition dépasse la seule sphère économique. Au niveau des structures et des institutions, il préside à la constitution de la société moderne elle-même. Dans les sociétés modernes et a fortiori dans les sociétés en phase de modernité tardive où les autres modes d’allocation des ressources sont en train de disparaître, les acteurs tant individuels que collectifs se font face en tant que concurrents (potentiels) – et ceci se produit de façon latente ou manifeste dans presque tous les champs d’activité.

  • 11 Ici le droit représente, à l’heure actuelle du moins, une exception. On peut cependant repérer des (...)

11Dans la modernité tardive, ou du moins dans son idéologie dominante, le principe de compétition en vient à revendiquer une validité totale. Sécurité sociale, institutions d’enseignement (écoles, universités), distribution d’eau et même, plus récemment, prisons et forces de sécurité : toutes les sphères sociales qui ne sont pas encore organisées sur le mode compétitif sont mises massivement sous pression et décrites comme chroniquement inefficaces et totalement anachroniques. La compétition sera, et même devra être encore bien plus forte « à l’avenir » : cette idée est désormais plus qu’un lieu commun, elle passe pour l’essence même de la « globalisation ». Envahissant toutes les sphères sociales11, le principe de concurrence franchit les frontières des États-nations où il était jusqu’ici confiné ; nouvel impératif catégorique de l’agir politique, l’idée de concurrence, sous la forme particulière de la concurrence entre places économiques, s’impose aux gouvernements de tous les États. À la différence du système westphalien, ce ne sont plus seulement aujourd’hui les États, en tant qu’acteurs collectifs, qui sont en situation de compétition directe, mais encore, dans toutes les sphères de la société, les acteurs sociaux eux-mêmes. Pour les États, il ne s’agit plus (seulement) d’être militairement supérieurs en cas de conflit : l’objectif politique principal est maintenant de rendre chaque sphère sociale « concurrentielle au niveau international ».

  • 12 Comme le fait remarquer F. Nullmeier (op. cit, p. 150), la conviction que l’organisation agonistiqu (...)

12Quel impact ce fait a-t-il sur les formes du vivre-ensemble et sur la configuration de l’ordre institutionnel ? J’aimerais commencer par souligner trois points. Premièrement, il semble clair que l’organisation compétitive de la vie sociale mène à une surproduction d’énergie et de créativité sociales12. Les acteurs sociaux sont censés faire montre d’un engagement permanent, mais cet engagement se révèle inutile dans un grand nombre de cas (voire dans une majorité d’entre eux) : parmi les cinquante candidats à une place de travail, un seul l’obtient ; parmi cinquante inventions, une seule s’impose sur le marché ; parmi deux cents artistes, un seul peut éventuellement se faire un nom. La compétition est donc une forme d’organisation sociale à très fort taux de gaspillage.

  • 13 Voir G. Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », op. cit., p. 224 et F. Nullmeier, Politische Theorie (...)

13Cependant la compétition, à la différence du conflit direct, non régulé ou antagonique, ne débouche pas sur une destruction réciproque des forces sociales en présence. Dans la confrontation antagonique, deux volontés se trouvent diamétralement opposées, si bien que l’énergie socialement disponible résultant de l’action peut être calculée en soustrayant la force du perdant de celle du gagnant13. Dans le cadre compétitif, en revanche, les énergies de qui a été vaincu ne sont pas nécessairement perdues pour la société (pour autant qu’il s’agisse d’une concurrence pour un tiers, ou destinée à obtenir la faveur d’un tiers). Les compétences ou les idées qui n’ont pu s’imposer sont mises à disposition d’autres sphères sociales ou pour des situations similaires à venir. De plus, les efforts des compétiteurs ne limitent que peu, voire pas du tout, les énergies du gagnant.

  • 14 J’emprunte le concept d’« énergie cinétique » de la société à Peter Sloterdijk, Eurotaoismus. Zur K (...)

14Ainsi l’existence d’un gaspillage des énergies sociales et créatrices, diagnostiqué plus haut, ne doit pas nous faire conclure que les forces sociales de transformation et d’innovation ou que l’énergie cinétique14 de la société compétitive sont faibles, ou pour le moins inférieures à celles des autres modes d’interaction. Au contraire, comme j’essaierai de le montrer, le principe de compétition se révèle si puissant en termes de mobilisation des énergies créatrices que la dynamique de transformation de la société moderne dépasse de beaucoup celle de toutes les autres formations sociales connues (Figure 1).

Figure 1 : Modes d’interaction et énergie cinétique sociale

Figure 1 : Modes d’interaction et énergie cinétique sociale

A, B : Participants à l’interaction
: Énergie socio-cinétique résultant de l’interaction
Conflit : Les énergies sociales sont dirigées les unes contre les autres et s’annulent (en tant qu’énergies dirigées)
Compétition : La compétition pour un tiers (X) – l’énergie du gagnant est entièrement transformée en énergie socio-cinétique, celle du perdant partiellement ; toutes deux sont très fortement mobilisées
Coopération : Les énergies sociales s’additionnent, mais leur développement est peu stimulé (sauf circonstances très particulières)

15On peut expliquer la deuxième conséquence fondamentale du mode d’interaction compétitif de la manière suivante : le passage, dans le mode d’allocation des ressources et des rôles sociaux, de l’attribution à la performance individuelle entraîne une dynamisation de l’ordre social qui affecte la société jusque dans ses fondements culturels et institutionnels. Cette dynamisation, Karl Marx l’avait perçue comme la conséquence de l’extension du capitalisme ; Max Weber, comme la force immanente et révolutionnaire de la rationalisation ; Georg Simmel, comme le résultat du processus d’individualisation. La force transformatrice issue du principe de compétition touche sans distinction les résultats de la production sociale, les acteurs, ou encore les processus au niveau structurel. La compétition, d’une part, incite en permanence à fournir de meilleures performances, de sorte qu’il n’y a plus de domaine où le statu quo puisse se stabiliser ou se cristalliser : en sport, les records existent pour être battus ; en science les découvertes, comme l’avait déjà fait remarquer M. Weber, sont faites pour être dépassées ; le personnel politique en place est soumis en permanence à la critique de l’opposition ; en économie, les modalités et les objectifs de production doivent être améliorés sans cesse pour éviter la sanction des marchés ; de même, les artistes ont pour obligation a priori d’innover, car le principe d’imitation a perdu toute validité artistique, etc. C’est ainsi que les acteurs individuels et collectifs sont soumis à une pression constante : celle d’améliorer ou du moins de préserver leur compétitivité – c’est-à-dire d’étendre leurs connaissances, leurs compétences et leur accès aux ressources de manière à pouvoir se maintenir dans la lutte concurrentielle. Il n’y a pas de sphère sociale qui leur offre une position sûre : les ressources, les privilèges, les positions et la considération sociale sont redistribués sans cesse en fonction des performances ; l’ordre social est dynamisé ; il n’y a pour ainsi dire plus d’états durablement stables, plus de phases d’équilibre statique.

16C’est ce qui, d’autre part, alimente la motivation des acteurs à investir ailleurs et à d’autres fins les énergies et les compétences qu’ils ont élaborées, mais sans succès, pour une situation concurrentielle donnée. Il est possible que l’« agitation créatrice » des sociétés modernes stimule moins les compétiteurs qui ont gagné que ceux qui ont perdu – en effet, la pression à innover qui s’exerce sur ces derniers est plus élevée. Le scientifique qui a été débouté, le politicien qui a échoué, l’artiste peu ou pas reconnu : tous sont forcés d’imaginer quelque chose de nouveau. Lorsque la définition des objectifs en tant que telle devient un élément de la lutte concurrentielle (c’est-à-dire là où l’organisation des sphères sociales, suivant la définition ci-dessus, prend une forme authentiquement compétitive), alors le potentiel de création et d’innovation se voit libéré et stimulé de manière systémique.

  • 15 Voir sur ce thème Wolfgang Schluchter, « Ethik und Kapitalismus. Zwei Thesen Max Webers », Berliner (...)

17Troisièmement et dernièrement, il semble que l’organisation compétitive d’une sphère sociale tend, de manière pour ainsi dire « naturelle », à la neutraliser au niveau éthique et à la rendre étanche à toute considération exogène15. En effet, en contexte de concurrence libre, les actions accomplies se voient objectivement et « équitablement » récompensées par le processus sélectif lui-même ; là où la compétition fonctionne, le meilleur s’impose de manière presque automatique – c’est là une des idées constitutives du principe de compétition. Ainsi toute considération extérieure sur le résultat de la lutte concurrentielle, peu importe qu’elle soit de type éthique, esthétique ou moral, apparaît comme superflue voire dommageable au système, car de telles considérations sont incompatibles avec l’idée même de la libre compétition. Les systèmes compétitifs fonctionnent efficacement quand on les déleste de tout objectif substantiel prédéfini : à l’époque moderne, de forts gains d’efficacité ne sont devenus possibles que lorsque l’on a renoncé à dire à la science, à l’économie ou à l’art ce qu’ils doivent découvrir ou produire, quelles valeurs ils doivent poursuivre, ou encore quelles personnes ils doivent favoriser.

18La notion de neutralité de la compétition ne concerne pas seulement les résultats matériels, mais encore les résultats sociaux : les perdants de la compétition (qu’elle soit sportive, scientifique, artistique ou politique) ont « mérité » d’être tenus à l’écart de tels privilèges, de telles ressources ou de telle position car ils étaient objectivement plus faibles que leurs concurrents : c’est là la promesse de justice que contient la compétition libre et équitable. La compétition, de par la logique même qui la constitue, doit être régulée (geregelt), mais non pas dirigée (gesteuert). L’absence de règles, en effet, transformerait les luttes concurrentielles en conflit ; mais, d’autre part, toute ambition dirigiste viderait le principe compétitif de sa substance, car les critères d’un tel dirigisme devraient être fixés dans le cadre d’autres modes d’interaction. C’est ce qui pose la question des faits sociaux que favorise ou au contraire entrave le principe de compétition. Je me penche plus en détail sur cette question dans ce qui suit.

La compétition comme instrument social

19Au vu du développement de la société moderne, il y a peu de doute que le déploiement de la compétition a conduit, au niveau tant qualitatif que quantitatif, à une stupéfiante augmentation de l’efficacité, à tel point qu’on pourrait parler d’une explosion des performances. En Europe la concurrence entre États a donné une puissante impulsion à leur développement économique, scientifique et politique. La manière dont se sont accrues les capacités de production économique, par quoi il faut entendre aussi bien les forces productives que les performances brutes de production, ne connaît aucun précédent historique. Or, c’est le principe de concurrence qui a déclenché le processus d’innovation technique continue, processus qui n’a à son tour d’autre moteur que les découvertes incessantes issues de la compétition scientifique.

  • 16 Voir Roger Finke et Rodney Stark, The Churching of America, 1776-1990: Winners and Losers in Our Re (...)

20En politique, la compétition démocratique entre les partis a rendu la prise en compte des besoins sociaux beaucoup plus rapide et fine que dans toute autre forme de gouvernement. Ceci démontre une fois de plus l’énorme avantage du principe de concurrence, bien connu du monde économique : sa capacité à coordonner rapidement et efficacement, comme sous l’action d’une « main invisible », l’offre et la demande, c’est-à-dire la production et la consommation – et ce sur les plans tant quantitatif que qualitatif. D’autre part, dans le domaine du sport, les augmentations de performance se mesurent objectivement aux records qui ne cessent d’être battus. Dans le domaine artistique manquent (pour l’instant) les critères objectifs pour évaluer l’effet de la généralisation de la notion de compétition sur l’augmentation qualitative de la performance, mais on peut constater, au niveau quantitatif, un net accroissement des institutions, des productions et des événements culturels (opéras, théâtres, galeries, musées, etc.). Par ailleurs, personne ne met en doute qu’en termes de capacités techniques les artistes d’aujourd’hui (pensons, parmi d’autres, aux musiciens) dépassent de beaucoup ceux des générations précédentes, du xviiie siècle par exemple. Le « marché des formes de vie » a permis une diversification et une multiplication des styles de vie. Les sociologues américains de la religion vont jusqu’à soutenir la thèse surprenante que les Églises, ou les groupes religieux en général, atteignent un maximum de vitalité et de « succès » là où ils se trouvent en situation de compétition directe pour attirer les croyants16.

  • 17 Michael Baurmann et Hartmut Kliemt, « Zur Ökonomie der Tugend », Ökonomie und Gesellschaft, vol. 11 (...)
  • 18 Magré les résultats décevants de l’Allemagne dans les études PISA, les recherches comparées ont mon (...)

21Par ailleurs il semble clair que la concurrence moderne pour obtenir une place de travail, un lieu de formation, un partenaire, ou encore des amis, exige des personnes un effort important de civilisation qui favorise de manière unique le raffinement des mœurs. Les individus sont contraints de paraître instruits, cultivés, fiables, engagés – en d’autres termes : compétitifs. Or, les individus parviennent toujours mieux à faire voir de telles qualités s’ils les possèdent effectivement, c’est-à-dire, comme Michael Baurmann et Hartmut Kliemt ont cherché à le montrer, s’ils les ont internalisées. Sur le long terme, ceux qui s’imposent sur les divers « marchés » sont ceux que l’on estime capables d’améliorer leurs performances tout en continuant à respecter les règles de la compétition17. Les personnes voulant « conquérir » un partenaire sur le « marché des relations » (dont la croissance peut aisément se mesurer par un coup d’œil sur la rubrique « Petites annonces » des journaux et des magazines) sont contraintes de se présenter comme cultivées, aimables, instruites – davantage en tout cas que celles à qui une autorité traditionnelle (par exemple les parents) désigne un partenaire. Dans le cas du monde professionnel et du marché du travail, ce principe de raffinement et de formation est bien connu et a été étudié depuis longtemps – le taux d’alphabétisation indique clairement l’augmentation du niveau général de formation dans les sociétés modernes18.

  • 19 En français dans le texte. NdT.
  • 20 Jon Elster, « Constitution-Making in Eastern Europe: Rebuilding the Boat in the Open Sea », Public (...)

22La neutralité éthique de la compétition, que nous avons abordée plus haut, ne contredit ainsi nullement la notion d’une force civilisatrice de la « douce compétition 19». C’est même cette force qui peut inciter les sujets à se comporter de manière morale, au sens d’un respect des règles de la compétition : car qui viole les règles risque de perdre sa compétitivité future. Bien sûr, le principe de compétition ne fonctionne pas toujours et partout de manière totalement efficace ; il peut toujours être corrompu. Mais ceci n’invalide pas le principe, que Jon Elster a nommé la « force civilisatrice de l’hypocrisie20 », selon lequel ceux qui ne sont à l’évidence pas capables de s’en sortir dans le cadre compétitif ne parviendront pas non plus, sur le long terme, à s’imposer dans un contexte marqué par la corruption.

23En tant qu’instrument pour atteindre des buts sociaux essentiels – la prospérité économique, la connaissance scientifique, les innovations techniques, les exploits en matière culturelle ou sportive – le mode d’interaction compétitif apparaît indéniablement comme supérieur à toutes les autres formes d’organisation, y compris la coopération.

24Qui plus est, l’efficacité du principe de compétition s’avère certainement remarquable en termes de production de valeur matérielle ; mais il peut de plus à bon droit se targuer d’une forte capacité à établir, sans corruption ni parti pris, une distribution équitable dans tous les contextes où c’est le critère de la performance qui fait office de principe de justice. Dans la mesure où la société moderne a fait passer le mode d’allocation des ressources dans la majorité des sphères sociales de l’assignation à la performance individuelle (au sens de T. Parsons), le principe de compétition répond effectivement, en matière de justice, aux attentes de cette société. Il est juste que le meilleur en sport reçoive le prix réservé au vainqueur ; que le parti qui a remporté la compétition électorale gouverne ; que le meilleur enseignant-chercheur obtienne le poste de professeur ; que la meilleure œuvre d’art soit récompensée ; et que les mariages soit célébrés entre ceux qui se sont choisis mutuellement. L’injustice règne en revanche partout où les règles de la compétition sont contournées, ignorées ou violées.

25Toutefois, l’injustice règne également là où les ressources et les privilèges sont répartis suivant le principe de performance, alors que d’autres principes de justice pourraient légitimement revendiquer une validité. Selon la représentation moderne de la justice les soins médicaux, par exemple, ne devraient pas être dispensés au prorata de la performance (économique), mais en fonction des besoins ; les droits politiques ou encore les opportunités de formation devraient être accessibles à tous, et donc distribués de manière égale. Ces principes alternatifs de justice ne sont opposés au principe de compétition qu’en apparence : en réalité ils contribuent à améliorer sa qualité en garantissant que le plus grand nombre possible de personnes puisse participer à une compétition équitable, libre et égale. Il n’en reste pas moins que les sociétés où le principe de compétition en vient à exercer une hégémonie totale sur les autres ne peuvent bien sûr que difficilement réaliser d’autres principes de justice. Ces autres principes, en effet, non seulement sont étrangers au mode d’interaction dominant, à ses institutions, à ses valeurs et à ses pratiques ; ils ont en outre tendance à le contredire, si bien que les conditions nécessaires à la compétition ne peuvent être garanties par la compétition elle-même.

  • 21 C’est ainsi que les mesures politiques causant de grandes inégalités se voient justifiées au nom du (...)

26Notre tendance à tenir pour juste, dans la plupart des sphères sociales, la répartition des ressources et des positions en fonction de la performance (ou du succès) ne vaut que dans la mesure où nous ne considérons que l’impact matériel du processus compétitif sur la société. En procédant comme indiqué dans les exemples ci-dessus, nous garantissons pour l’ensemble de la société la qualité des performances scientifiques, sportives, politiques et culturelles. Toutefois, comme l’a montré John Rawls, le mécanisme distributif que représente la compétition semble clairement aller à l’encontre de notre intuition en matière de justice dès que nous portons notre regard sur les conséquences de la compétition pour les acteurs eux-mêmes. Même si une justification de type social-darwiniste serait ici envisageable à la rigueur, il est impossible de présenter comme moralement juste le fait que les personnes lentes, maladroites ou faibles aient des chances moindres de mener une vie bonne21. La compétition aggrave les inégalités naturelles ou sociales entre les êtres humains partout où, suivant le principe d’accumulation du capital, se multiplient les avantages compétitifs – or le capital économique, social ou culturel existant montre une tendance irrésistible à s’accumuler. La compétition a la propriété de creuser les différences d’éducation, de condition ou de fortune existantes, si bien qu’à chaque nouvelle phase compétitive l’inégalité des chances se renforce. C’est ainsi qu’à chaque itération du processus de concurrence le principe d’égalité des chances lui-même se voit, dans un sens très matériel, subir un effritement.

27En elle-même la compétition comme mode d’interaction ne permet donc pas de réaliser l’égalité des chances : elle se limite à garantir que la répartition des ressources, des positions et des privilèges existants reflète les performances.

28C’est ainsi qu’il existe, au niveau « matériel », tout un ensemble de biens qu’il est difficile, voire impossible, d’obtenir par le mode concurrentiel : l’organisation compétitive des interactions sociales complique voire exclut la recherche ou l’obtention de certains biens collectifs ou de certaines possibilités d’action collective. Concevoir et produire des biens non par le rapport de forces, mais par une effort coopératif bénéficiant également à tous, requiert des institutions, des dispositions sociales, des pratiques et même un langage politique spécifique : or, dans la société concurrentielle, ce sont précisément ces éléments qui viennent à manquer.

29Parmi ces biens on peut mentionner aussi bien la protection du climat que la qualité de l’eau ou encore, probablement, l’amitié, la justice au sens large, une communauté authentique. Les sociétés où prédomine le mode d’interaction de la coopération associative semblent parfaitement adaptées à la réalisation de tels objectifs d’action ; à l’inverse leur efficacité à produire des biens que le mode compétitif peut aisément fournir demeure chroniquement faible. Le tragédie bien connue des biens communs, mise en avant par les théories du choix rationnel, est ainsi moins une constante anthropologique qu’une difficulté spécifique à la société de concurrence.

30On peut conclure qu’en tant qu’instrument permettant d’atteindre des objectifs sociaux le mode compétitif est certes supérieur aux autres modes sur bien des points, mais non pas sur tous. Dans le débat politique comme dans celui des sciences sociales plus personne, ou presque, ne conteste le besoin de limiter la compétition et de la compléter par d’autres modes d’interaction. Cependant une limitation s’avère toujours difficile à mettre en œuvre là où la compétition authentique, de par son aversion à tout contrôle, s’est cristallisé institutionnellement et structurellement en un but en soi. Dans ce cas, en effet, elle a cessé d’être un simple outil dont l’efficacité permet d’atteindre des objectifs sociaux établis de manière « exogène » (c’est-à-dire en dehors du secteur compétitif lui-même), ou pour le moins de satisfaire des besoins prévisibles (aisance matérielle, éducation, culture) correspondant à des systèmes de valeurs fixés par la tradition.

31La transformation de la compétition de simple moyen en un but en soi résulte d’une part de la neutralité éthique de la compétition, et de l’autre du rôle qu’y joue la « relativité » (Relationalität) – en dernière analyse il ne s’agit pas, dans une situation compétitive, d’atteindre un objectif valant absolument, mais simplement d’être meilleur, plus rapide, plus profitable, plus beau que la concurrence. La solidification de la concurrence qui résulte de ce simple fait est certes un élément indispensable à l’organisation authentiquement compétitive de toute sphère sociale. D’un autre côté, la capacité à rester compétitif et à répondre aux contraintes inhérentes à la compétition s’est imposée comme le but ultime et indiscutable de toute action individuelle ou collective. Ce qui va déjà vite doit accélérer encore ; de même que ce qui grandit déjà vite doit grandir davantage, etc. C’est ainsi que les exigences de croissance et d’accélération typiques de la société moderne ont désormais le caractère d’une véritable obligation à tout accroître ; or, ceci va à l’encontre du but originel de l’organisation concurrentielle de la production sociale, qui était d’atteindre et de maintenir l’autonomie individuelle et collective. Il est désormais impossible de brider ou d’arrêter la compétition : elle impose une contrainte permanente et produit ainsi des phénomènes sociaux qu’il est impossible d’évaluer à l’aune de valeurs exogènes.

32À titre d’exemple, la croissance économique s’est muée, au cours du xxe siècle, de promesse sociale de répartition d’une prospérité collectivement désirée en une impitoyable autocontrainte économique que la société s’impose : l’obligation de croissance persiste non en raison des besoins restant à combler, mais en raison de l’organisation compétitive de l’économie elle-même. Le pire cauchemar de l’économie, c’est l’absence d’objectifs ou de besoins exogènes, ou en d’autres termes la saturation des marchés, la raréfaction de la rareté – or ceci, en réalité, ne serait rien d’autre que la réalisation du but social initial. C’est ainsi qu’au cours de l’histoire l’organisation la plus rationnelle qui soit pour une sphère sociale donnée (rationnelle tant du point de vue des valeurs que du point de vue instrumental) a progressivement cédé la place à un système d’irrationalité organisée : le principe d’organisation lui-même détermine le but final de l’agir social. On pourrait dire de même à propos des remarquables performances modernes dans le domaine de l’accélération : la promesse de bonheur et de liberté contenue dans l’accélération (précise et voulue) de nombreux processus techniques et sociaux s’est transformée en une contrainte inexorable à tout accélérer sans cesse – or, ceci risque bien de devenir intenable tant pour la nature que pour les êtres humains et la société. De manière similaire, il y a fort longtemps que les scientifiques et leurs institutions de recherche, tout comme les artistes, agissent non pas en fonction d’exigences objectivement fondées, établies à l’extérieur du système compétitif, mais selon la logique endogène d’une concurrence devenue autonome : qui a beaucoup publié doit publier encore davantage ; qui a obtenu de nombreuses aides à la recherche doit en solliciter encore plus, et ainsi de suite.

  • 22 D’un point de vue d’histoire des idées il est intéressant d’observer que cette autonomisation socia (...)

33Réduit à quelques formules, tout ceci signifie deux choses : d’une part, l’organisation compétitive d’une sphère sociale donnée se montre bien sûr d’une extraordinaire efficacité lorsqu’il s’agit de poursuivre et d’atteindre des objectifs définis de façon exogène ; mais, d’autre part, le principe de concurrence tend de manière irrésistible à s’autonomiser et à se cristalliser ; il devient étanche à toute demande exogène, de sorte que la réalisation d’objectifs établis par la société dans son ensemble est rendue, à partir d’un certain stade de développement, non pas plus simple mais plus difficile. À l’ère de la globalisation néolibérale, le principe de compétition économique ne garantit plus la prospérité des masses, mais force au contraire ces dernières à une lutte toujours plus dure pour la survie. L’insécurité qui s’ensuit dans toutes les sphères sociales mine la promesse originelle d’un épanouissement de l’autonomie individuelle et collective. Tandis que les pères fondateurs de la notion d’organisation compétitive de la sphère économique imaginaient que le marché, par son efficacité, libérerait progressivement les personnes des contraintes matérielles et les affranchirait, leur permettant ainsi de se tourner vers d’autres sphères (l’art, la philosophie, l’amitié), dans les faits c’est exactement le contraire qui s’est produit : puisque la compétition relative-agonistique continue « naturellement » à s’exacerber (au sens où les performances qu’elle exige sont toujours plus extrêmes), le besoin d’établir et de maintenir sa propre compétitivité devient une obsession sociale permanente pour les individus et pour les groupes, et l’objectif premier des actions individuelles et collectives22.

  • 23 Sighard Neckel « “Leistung” und “Erfolg” », op. cit., montre de manière convaincante comment l’idée (...)
  • 24 Niklas Luhmann, « Die Knappheit der Zeit und die Vordringlichkeit des Befristeten », Politische Pla (...)

34Au niveau des valeurs que les individus et les collectivités poursuivent, cette autonomisation du principe de compétition relative-agonistique rend inévitable une forme d’opportunisme : en dernière analyse, ce que l’on produit ou ce à quoi l’on consacre une recherche est sans importance, pour autant que la compétitivité soit augmentée et pour autant que les potentiels de croissance ou d’accélération soient libérés. Cette façon qu’a la compétition de se « réduire à ce qui lui est endogène » s’exprime aussi dans la difficulté croissante à distinguer, dans les diverses sphères sociales, entre performance (Leistung) et succès (Erfolg). Ceci reflète un passage de la compétition comme recherche de performance à la concurrence relative-agonistique, où compte le succès relatif face aux concurrents.23. Quand les buts sociaux, les performances et les étalons de valeur ne font plus l’objet d’une définition extérieure à la compétition, alors le meilleur chanteur est simplement celui qui vend le mieux sa musique, le meilleur scientifique est celui qui décroche le poste mis au concours et le meilleur politicien est celui qui rassemble le plus de suffrage. C’est dans un tel cadre que Niklas Luhmann a pu identifier, au sein du primat actuellement donné à l’accélération, une « institutionnalisation d’un rapport opportuniste aux valeurs » et une « idéologie du rythme de vie à objectifs fluides » (zielvariable Tempoideologie). De son coté, Wilhelm Hennis déplore la disparation progressive, au sein de la compétition interpartisane, des conflits entre visions du monde opposées24. À l’heure de la concurrence globale entre les places économiques, les programmes politiques ont tendance à ne plus se distinguer que par leur réponse au problème du meilleur moyen d’augmenter la compétitivité de la collectivité. La compétition n’est plus au service de la réalisation de programmes politiques (exogènes) ; au contraire ce sont les programmes eux-mêmes qui sont mis au service des contraintes de la compétition économique et politique. Les dilemmes liés au renforcement du caractère « étanche » et « endogène » des sphères sociales concurrentielles convergent ici comme sous l’effet d’un prisme.

35De manière similaire, les sujets des sociétés de la modernité tardive sont contraints, dans chaque sphère sociale, à augmenter ou du moins à préserver leur compétitivité, sous peine de perdre leur position au sein de la structure sociale. Dans une société caractérisée par un fort dynamisme, que vient encore renforcer le principe de compétition, ceci requiert des stratégies opportunistes : maintenir ouvertes ses options, soigner ses connexions, etc. Au niveau des conduites de vie au quotidien, on constate qu’une « idéologie de la compétition à objectifs fluides » (zielvariable Wettbewerbsideologie) devient hégémonique. C’est ce qui nous amène à notre dernière question, celle des conséquences, pour les sujets eux-mêmes, de l’organisation compétitive des sphères sociales.

La compétition comme forme de socialisation

  • 25 Voir par exemple Hartmut Esser, Soziologie. Allgemeine Grundlagen, 2e édition, Francfort/Main-New Y (...)
  • 26 Voir la critique profonde et convaincante de Charles Taylor, « What is Human Agency? », Human Agenc (...)
  • 27 Il faut ici entendre « ordre » (allemand Stand) au sens des ordres et états de l’Ancien régime. NdT(...)

36L’effort des sciences sociales pour définir les objectifs d’action en évitant toute métaphysique et tout biais culturel mène le plus souvent à des hypothèses du type de celle de Harmut Esser : selon lui les sujets sont à la recherche, d’un côté, de considération (ou de reconnaissance) et, de l’autre, de bien-être physique, lui-même corrélé, selon la conception courante, avec l’abondance des ressources d’action et avec l’aisance matérielle25. Quelle que soit la position que l’on adopte face à une telle définition réductionniste des motivations de l’action humaine26, on ne peut contester que les deux motivations ci-dessus, bien entendu toujours sous une forme médiée culturellement, jouent un rôle important dans l’agir social. Dans le contexte qui nous occupe, elles sont intéressantes car elles permettent de démontrer comment même une définition minimaliste, abstraite et en théorie neutre culturellement peut faire resurgir l’impact considérable du principe de compétition sur la conception que les êtres humains ont d’eux-mêmes. Durant le processus de modernisation, le passage du principe d’allocation de l’attribution à la performance individuelle se traduit par un remodelage des modes sociaux de reconnaissance. La considération sociale dont les sujets font l’expérience n’est plus liée à un statut prédéfini (un ordre par exemple27) et donc donné a priori : au contraire il est lui aussi acquis, maintenu et perdu dans le cadre de la lutte compétitive sociale. Dans ce cadre l’individualisation signifie avant tout qu’un sujet peut et doit conquérir une forme de respect social en s’imposant au sein des sphères sociales organisées de manière compétitive. Les individus gagnent de la reconnaissance sociale par leur accès à un diplôme plus élevé, par leur assiduité dans leur activité professionnelle, par leur succès dans la vie familiale (aujourd’hui la compétition s’étend même au succès scolaire et social de ses propres enfants, comme le suggère la tendance notoire des heureux parents à orienter la conversation vers les talents et les réussites de leurs enfants, et comme le prouve un coup d’œil rapide sur les magazines et les livres de conseil destinés aux familles), et même par leur réussite dans des domaines sociaux plus périphériques, tels que le sport ou la politique communale. Ce que les individus sont par leur naissance ou par leur simple appartenance à un groupe est de moins en moins susceptible de leur garantir une reconnaissance.

  • 28 Voir à ce sujet Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 20 (...)

37En devenant hégémonique, le mode d’interaction concurrentiel transforme le système de reconnaissance de la société de deux manières. D’une part, ce système se voit dynamisé : on ne « possède » plus la reconnaissance de façon durable, au contraire on risque toujours de la perdre dans la lutte concurrentielle. À mesure que progresse le processus de modernisation, faire ses preuves par de nouvelles réussites devient une tâche permanente : plus le changement social s’accélère, moins les succès obtenus dans le passé comptent pour se positionner au sein de la compétition sociale28. Avec le passage au mode compétitif, la lutte pour la reconnaissance acquiert une dynamique sans précédent historique.

38C’est ainsi, en deuxième lieu, que se transforment dans leur essence même les expériences du mépris, c’est-à-dire les expériences de reconnaissance perdue ou refusée. Le respect et le mépris se voient simultanément dé-ontologisés : ils ne sont plus inscrits dans un ordre social ou cosmique prédéterminé, qui cause la souffrance de qui y occupe un rang modeste ; désormais ce sont nos propres actions, nos propres efforts, qui nous les font obtenir, ou perdre. La souffrance que causent le mépris et l’inégalité, jadis due à une exclusion sociale a priori, se mue pour toute personne en une angoisse permanente d’échouer ou d’être dépassé dans la compétition, de « ne plus pouvoir suivre », ou encore d’être « recalé ». Le « ne-pas-être-assez-bon », expression d’un espoir de reconnaissance déçu, acquiert un nouveau sens social : les sujets doivent maintenant se sentir personnellement responsables de leur échec, et dans tous les cas c’est à eux seuls que la collectivité attribuera tout échec ou succès dans la lutte concurrentielle.

39Étant donné que les faibles, les lents, les peu créatifs, les peu séduisants, etc., se voient dépassés dans le cadre d’une compétition libre et équitable, le mépris social et le dénigrement qu’ils subissent sont justes, au sens de la justice de la compétition, fondamentalement liée à la réussite. Ce dont ils font l’expérience sociale, c’est que leur échec n’est pas dû à un « destin cruel et inflexible » ou à un ordre social injuste, dont l’existence leur permettrait d’« ontologiser » la forme que prend pour eux l’inégalité – c’est-à-dire de la percevoir comme le résultat inévitable d’un ordre cosmique (lui-même tenu pour injuste ou incompréhensible). Tout au contraire, leur échec leur apparait comme le résultat de manquements personnels dont ils doivent porter la responsabilité. Ce sont ces manquements, et non « l’ordre des choses », « le malheur du monde », ou quelque autre force maléfique, qui expliquent l’insuccès, de telle sorte que ce dernier devient, au niveau moral, beaucoup plus lourd à porter, et non pas plus léger. Il est le signe d’une faute (morale) personnelle, semblable à celle qui sous-tend l’éthique protestante de la performance présentée par M. Weber.

40Dans la Dialectique de la raison, Theodor W. Adorno et Max Horkheimer illustrent cette différence en dessinant un contraste entre, d’une part, l’attitude idéalisée du « Chinois » résigné dans Le Chant de la Terre, de Mahler et, de l’autre, la perception qu’ont d’eux-mêmes les Américains confrontés à l’échec. Sous le titre de « Deux mondes », les auteurs décrivent leur expérience des conséquences subjectives de l’hégémonie croissante de la compétition socio-économique aux Etats-Unis :

Ici, aux États-Unis, il n’y a pas de différence entre l’homme et le destin économique. Tout homme n’est que ce que représente son patrimoine, ses revenus, sa situation, ses perspectives. Dans la conscience des hommes, le masque économique coïncide parfaitement avec le fond du caractère de l’individu qu’il dissimule. Chacun vaut ce qu’il gagne, chacun gagne ce qu’il vaut. Il apprendra ce qu’il est à travers les vicissitudes de son existence économique. Il ne se connaît pas autrement. Si la critique matérialiste de la société objecta un jour à l’idéalisme que la conscience ne déterminait pas l’être, mais que l’être déterminait la conscience, que la vérité concernant la société ne se trouvait pas dans les conceptions idéalistes qu’elle avait d’elle-même, mais dans son économie, les contemporains ont rejeté un tel idéalisme. Ils s’évaluent eux-mêmes d’après leur valeur marchande et apprennent ce qu’ils sont à partir de ce qui leur arrive dans l’économie capitaliste. Ils reconnaissent que leur destin, aussi triste soit-il, ne leur est pas extérieur. Le Chinois, prenant congé,
Dit d’une voix chargée de tristesse ; Vois-tu, ami,

  • 29 Theodor W. Adorno & Max Horkheimer, La Dialectique de la Raison, Paris, Gallimard, 1974, p. 220.

La fortune ne m’a guère souri dans ce monde.
Où irai-je désormais ? Vers les montagnes,
Chercher la paix pour mon cœur solitaire.
I am a failure, dit l’Américain – and that is that29.

  • 30 Voir Gary Rivlin, « Facing the World Online, With Egos Fully Exposed », The New York Times, supplém (...)

41À la différence de ce que suggèrent ici Adorno et Horkheimer, l’estime de soi des sujets, dans la modernité tardive, n’est pas tournée exclusivement vers le succès dans la compétition économique ; mais il est évident que plus les sphères sociales sont organisées de manière authentiquement compétitive, et plus la compétitivité s’impose comme condition et comme étalon du prestige social et du sentiment personnel d’estime de soi. La valeur qu’a un sujet « sur le marché » ne s’exprime pas seulement dans le cours actuel de sa valeur économique, mais encore dans la place qu’il occupe au sein de la lutte qu’il faut mener pour obtenir des diplômes, trouver des partenaires attirants, se construire un bon réseau d’amis, ou encore garantir de meilleurs résultats scolaires à ses enfants. C’est ainsi que les psychologues n’ont aucune gène aujourd’hui à conseiller aux personnes qui ne trouvent pas de partenaire stable de ne pas surestimer leur valeur sur le marché. Les pages internet où des hommes et des femmes peuvent placer leur portrait photographique dans le but d’obtenir une appréciation de leur attractivité physique ou de leur « charisme », ou encore d’évaluer leur « potentiel de sympathie » sur une échelle allant de moins un à plus dix, jouissent d’une popularité grandissante (on rapporte que le site www.hotornot.com enregistre environ dix millions de votes par jour30). Ceci exprime bien comment la sphère sociale des relations communautaires fluides peut être organisée sur le mode compétitif avec, pour toute balise, le taux de réussite.

42C’est ainsi que les sujets de l’ère moderne, et a fortiori ceux de sa phase tardive, sont pris dans une compétition non seulement pour la reconnaissance sociale mais encore, et parallèlement, pour les ressources matérielles et les positions sociales dont ils ont besoin dans la poursuite de ce qui, selon leur conception toute personnelle, fait de la vie une vie réussie. C’est aussi par la compétition que se décide la distribution des opportunités matérielles : qui a du succès peut a priori poursuivre n’importe quelle conception de la vie bonne, mais ceci, faute de moyens matériels, est interdit aux perdants. Aussi longtemps que les ressources seront rares les perdants (les lents, les faibles, les peu créatifs, les peu séduisants, etc.) auront, toutes choses égales par ailleurs, une vie moins bonne que les gagnants, et ce y compris en termes de bien-être physique.

  • 31 Georg Simmel, Philosophie des Geldes, Francfort/Main, Suhrkamp, 1989, p. 591 et suiv. (trad. fr., G (...)

43Un élément tout à fait intéressant que l’on observe en cette phase de modernité tardive, où la compétition pour l’allocation des ressources et pour la distribution de la reconnaissance devient plus forte et plus totale, c’est le devenir endogène du choix des objectifs, et ce non plus seulement dans les sphères correspondant aux grandes fonctions sociales, mais encore dans les microsphères sociales où les individus conduisent leur existence. Alors que progresse le processus de modernisation, l’image de soi et le projet de vie des personnes se transforment de but exogène à la compétition, souvent défini par la tradition, et au nom duquel ils acceptent de participer au jeu compétitif, en un instrument essentiel de la compétition elle-même. Par ce biais la compétition, contrairement à la supposition qui voudrait que la libre concurrence favorise la pluralité et l’hétérogénéité des projets de vie, acquiert une force qui lui permet de déterminer les conceptions socialement dominantes de la vie bonne. Seuls ceux qui sont compétitifs peuvent l’emporter dans une compétition : être flexible et rapide ; être psychologiquement disposé à s’engager dans la différenciation fonctionnelle et à acquérir des compétences toujours nouvelles ; avoir la volonté de se transformer en permanence et d’augmenter son rendement. Voilà autant de conditions du succès dans la compétition socio-économique en phase de modernité tardive. Les autres conceptions possibles de l’existence (par exemple l’ascétisme, l’esthétisme, la contemplation ou le collectivisme) se voient punies par le mépris et l’exclusion. C’est pourquoi le principe de compétition, contrairement aux apparences immédiates, influence massivement les choix de vie possibles tant des « perdants » que des gagnants. Ces derniers sont contraints d’établir des projets de vie qui augmentent leur compétitivité. C’est ce que Georg Simmel avait, semble-t-il, déjà perçu : il redoutait que chez les sujets modernes la véritable originalité, toujours « excentrique », ne cède le pas à une forme d’opportunisme banal, et ce malgré la multiplicité bariolée et l’aspect toujours plus hétérogène des individualités « quantitatives » modernes31.

  • 32 Voir par exemple Gert Günter Voß, « Neue Verhältnisse ? – Zur wachsenden Bedeutung der Lebensführun (...)

44La compétition, qui devient le mode d’interaction dominant, ne fait donc pas que promouvoir la culture et la civilisation des individus, au sens où nous l’avons indiqué dans la section précédente. Sous la forme de la compétition socialement et temporellement « illimitée », elle les contraint par ailleurs à adopter une idéologie toujours fluide du rythme de vie et de la performance (variable Tempo- und Leistungsideologie) et à poursuivre, s’agissant de leurs choix et de leurs connexions, une optimisation moralement opportuniste. Les sujets modernes ne sont plus seulement les « entrepreneurs de leur force de travail », au sens de Gert Günter Voß32 ; ils sont maintenant devenus, dans toutes les sphères sociales, des « entrepreneurs du soi ».

  • 33 En français dans le texte. NdT.

45Partout ils sont obligés de s’imposer dans le cadre d’une compétition dynamique, et c’est l’impératif catégorique formulé par Heinz von Förster qui leur sert de guide : « Agis toujours de manière à multiplier tes options et tes relations. » Ce que critiquait déjà Rousseau, à savoir la présence, dans la société moderne, d’une lutte de tous contre tous pour le prestige, les positions et les ressources, alimentée par l’« amour-propre33 », semble en effet structurellement inscrit au cœur de la modernité. Il est intéressant que la crainte de ne pas livrer la meilleure performance possible s’étend même aux destinataires des prestations : la publicité et les diverses instances de conseil incitent les sujets à évaluer sans cesse s’ils reçoivent effectivement le meilleur service possible. Votre voiture, votre ordinateur, votre assurance, votre parti, votre femme, votre religion, etc., vous offrent-ils les meilleures prestations possibles ? Poser cette question n’est pas seulement logique, mais même, du point de vue de l’agir compétitif orienté vers le succès, absolument indispensable : seuls ceux qui utilisent leurs ressources de manière optimale peuvent espérer maintenir ou améliorer leur compétitivité dans le cadre d’une lutte concurrentielle toujours plus âpre.

  • 34 Concernant le retour du nomade et sa revanche sur le sédentaire, voir Zygmunt Bauman, Liquid Modern (...)

46C’est donc aussi en tant que mode de socialisation ou de subjectivation que le principe de compétition connaît ce moment particulier de renversement où il passe de simple instrument social permettant d’atteindre des objectifs autonomes à but en soi absolument prioritaire, avec le maintien de la compétitivité pour tout contenu. Face à cette dernière, tous les autres éléments susceptibles de définir les sujets – profession, liens intimes, attitudes et idéaux, domicile, mode de vie – ont tendance à prendre un caractère transitoire, temporaire, secondaire et souvent instrumental. Toute personne qui « se pose » intérieurement et refuse la réinvention permanente de soi risque non seulement de rencontrer des inconvénients graves dans le cadre compétitif, mais encore de passer pour un perdant de la modernisation : il se voit privé à la fois de toute considération sociale et de toutes ses options matérielles34.

  • 35 « American Workers are stressed out, and in an unforgiving economy, they are becoming more so every (...)

47C’est pourquoi la diversification, ou en d’autres termes la véritable individualisation, des conceptions de la vie bonne que promeut le mode d’interaction compétitif n’est que provisoire – là il où n’est pas contrôlé il a tendance, sur le long terme, à étouffer toujours plus ladite diversité, comme l’exige le primat de la compétitivité. Il est donc clair que le marché et la concurrence ne sont pas neutres eu égard à ce que M. Weber appelait les « positions ultimes » que les êtres humains peuvent prendre face au monde et à l’existence. Au contraire, ils ont un impact considérable, et potentiellement une emprise totale, sur les options qu’ont les individus dans la conduite de leur vie35.

Conclusions politiques

48Mes réflexions montrent que la transformation compétitive de l’organisation et des interactions sociales a des conséquences sociales et éthiques bien plus profondes que ne le pensent ceux qui la défendent au nom de son potentiel d’augmentation de l’efficacité.

49Comme nous l’avons vu, ces conséquences peuvent être repérées à trois niveaux différents de la vie sociale. Premièrement, elles touchent à la structure et à la qualité des relations sociales au sein de la collectivité, c’est-à-dire à la façon dont les personnes se rencontrent, se perçoivent, s’associent et agissent, tant individuellement que collectivement. Deuxièmement, le mode d’interaction qui s’est imposé dans la société a des conséquences profondes sur la qualité et la quantité des valeurs concrétisées ou produites socialement. L’organisation concurrentielle de l’économie oppose certes en permanence les forces individuelles les unes aux autres, mais elle produit ce faisant un puissant surplus d’énergies et de créativité qui permet, mieux et plus rapidement que toutes les formes coopératives d’organisation connues, de satisfaire les besoins (ainsi que de les susciter). D’autre part, nous avons observé que la compétition, en tant que mode de socialisation, définit des liens relatifs (x est plus rapide/meilleur que y), et qu’elle ne contient pas de prescriptions quant aux buts ; ainsi, les contraintes compétitives s’autonomisent peu à peu et en viennent inévitablement, à partir d’un certain stade du développement social, à empêcher la réalisation des objectifs que se donne la société, au lieu de la faciliter : le maintien et l’augmentation de la compétitivité individuelle et collective, en effet, ont fini par devenir des objectifs hégémoniques.

50C’est pour cette raison, troisièmement, que l’organisation compétitive des diverses sphères de la société revêt une importance cruciale quant aux options et aux conceptions de la vie individuelle réussie. J’ai essayé de montrer que la société moderne, dans la mesure où elle tend à une emprise totale (Totalisierung) de la compétition (au sens où l’organisation primaire de toutes les sphères sociales passe au mode compétitif : nous sommes en compétition au niveau de nos carrières, de nos enfants, de nos appartenances religieuses, de nos contacts, des dimensions de notre corps), soumet les formes possibles de conduite de vie à une contrainte totalitaire.

51La stratégie néolibérale de résolution des irrationalités et des problèmes dus à l’emprise croissante du principe compétitif consiste à intensifier la compétition. Or, il va de soi qu’il s’agit là d’une solution anachronique vouée à s’auto-détruire. L’expérience sociale de la « modernité classique », qui a fait apparaître la compétition comme capable, plus que tout autre instrument, de dépasser la rareté économique et la stagnation sociale, peut lui donner un vernis de plausibilité. Mais l’augmentation de la concurrence et la dérégulation « libératrice » cessent d’être des solutions et deviennent même des facteurs aggravants lorsqu’à l’origine des problèmes se trouve « la rareté de la rareté », c’est-à-dire l’absence de toute indication extérieure concernant les besoins et les buts, la transformation de la compétitivité en but en soi. Ainsi, l’espoir de parvenir à réformer véritablement les sociétés modernes ne peut consister qu’en ceci : les sphères sociales les plus importantes – en particulier l’économie et la science – ne doivent être organisées selon le principe de compétition que de manière secondaire. Quant à la définition des objectifs elle devrait, moyennant certaines restrictions, relever de décisions prises par délibération démocratique ; seule la réalisation des objectifs pourrait être laissée à la concurrence.

52Ceci ne signifie pas la fin de la différenciation fonctionnelle : les critères pertinents pour toute prise de décision continueront à avoir leur origine dans chacune des diverses sphères sociales, et ne seront donc pas contaminés par des arguments provenant d’autres fonctions. Dans la modernité, en effet, la dynamique d’expansion multiforme, ainsi que l’obligation de croître et d’accélérer que l’on observe dans chaque sphère, ne résultent pas en tant que telles de la différenciation fonctionnelle des sphères sociales et de la poursuite d’une logique fonctionnelle spécifique à chacune d’elle ; elles n’apparaissent qu’avec l’organisation compétitive des diverses sphères. Il n’en reste pas moins, comme nous l’avons montré dans la deuxième section, que la question du rapport entre le principe de différenciation fonctionnelle et l’organisation compétitive des fonctions dans chaque sphère sociale est bien plus complexe qu’on ne pourrait le croire au premier abord. Les raisons ne sont pas ici seulement historiques (au sens où ces deux principes sont demeurés étroitement imbriqués tout au long de leur développement et de leur expansion à l’ère moderne) ; il faut les chercher également dans les « affinités électives » qui semblent exister entre elles. En effet, il est difficile de se représenter une sphère économique qui soit à la fois différenciée du point de vue fonctionnel et organisée de manière non-compétitive ; dans un tel cas, en effet, la libre compétition ne serait plus le principe d’organisation dominant et une question se poserait : pourquoi des critères externes, par exemple de type politique, ne pourraient-ils pas déterminer eux aussi les décisions économiques ? L’organisation de la sphère du droit, qui fonctionne dans une large mesure de manière autonome et même « auto-poïétique », tout en restant étrangère à la forme compétitive, prouve cependant qu’une distinction est possible non pas seulement analytiquement, mais encore empiriquement.

53Ma conclusion est qu’il n’y a aucun instrument alternatif au mode d’interaction compétitif pour atteindre des objectifs sociaux définis de manière exogène. Mais en même temps ce principe développe, là où la définition des objectifs est endogène, des tendances autodestructrices qui touchent tant les individus que les collectivités : dans ce cas en effet le maintien de la compétitivité devient inévitablement un but en soi dont le rapport aux valeurs et aux fins n’est qu’opportuniste, et qui tend progressivement à reléguer tous les autres objectifs au deuxième rang. Il est donc temps, à l’encontre des tendances actuelles, d’envisager une réforme de l’organisation sociale des collectivités modernes qui vise à limiter radicalement la compétition.

54Traduit de l’allemand par Jean Terrier

Haut de page

Notes

1 Traduction de Rosa H. (2006), « Wettbewerb als Interaktionsmodus. Kulturelle und sozialstrukturelle Konsequenzen der Konkurrenzgesellschaft », Leviathan, vol. 34, no 1, p. 82-104.

2 Il n’est pas important dans un premier temps de se demander si la compétitivité signifie la capacité de fournir une prestation donnée, objectivement mesurable et socialement demandée (compétition comme recherche de performance), ou plutôt la capacité à s’imposer face à d’autres (concurrence agonistique). Je suis parfaitement d’accord avec le diagnostic de Frank Nullmeier (Politische Theorie des Wohlfahrtsstaats, Francfort/Main-New York, Campus, 2000) et de Sighard Neckel (« “Leistung” und “Erfolg”. Die symbolische Ordnung der Marktgesellschaft », in Barlösius E., Müller H.-P. & Sigmund St. (dir.), Gesellschaftsbilder im Umbruch. Soziologische Perspektiven in Deutschland, Opladen, Leske & Budrich, 2001, p. 245-265), selon lequel la lutte compétitive agonistique, dans la société contemporaine, tend à l’emporter sur la compétition comme recherche de performance. J’essaierai de montrer, dans le cadre de mon argumentation, que ce changement peut s’interpréter comme l’un des résultats d’un « passage à l’endogène » de la compétition. Un tel passage est induit par la logique compétitive elle-même.

3 Bürgerliche Gesellschaft, qui peut signifier aussi « société civile » NdT.

4 Frank Nullmeier, op. cit., se propose, dans une étude intéressante et vaste, de recenser et de systématiser les réflexions éparses qui ont été consacrées, dans l’histoire des idées, aux attitudes compétitives et agonistiques. Il rassemble ces réflexions pour élaborer une théorie personnelle d’un type d’action sociale : celle consistant à se comparer à autrui. De son côté S. Neckel concentre plutôt son analyse sur les conséquences culturelles de la tendance croissante à viser le succès, qui constitue l’un des aspects de la logique compétitive elle-même. Voir également Lucia Reisch, qui s’appuie sur Fred Hirsch pour explorer la « positionnalité » entendue comme concept et comme vision (Status und Position. Kritische Analyse eines sozioökonomischen Leitbildes, Wiesbaden, DUV, 1995).

5 Georg Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », Aufsätze und Abhandlungen 1901-1908, (Gesamtausgabe, vol. 7), in Kramme R., Rammstedt A. & Rammstedt O. (dir.), Francfort/Main, Suhrkamp, 1995, p. 221-246.

6 Voir par exemple Adam Smith, qui en parle dans sa Theory of Moral Sentiments comme d’un donné anthropologique. Rousseau suggère pour sa part que ce type de compétition, sous la forme de l’amour-propre, n’a commencé qu’avec la formation des premières sociétés humaines et qu’il constitue le péché originel de l’humanité. Voir sur ce thème F. Nullmeier, Politische Theorie des Sozialstaates, op. cit., p. 19 et suiv. ; et L. Reisch, Status und Position, troisième partie.

7 Voir G. Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », op. cit., p. 232 et suivante.

8 Talcott Parsons, The Social System, Glencoe, Free Press, 1951.

9 Sur les autres modes d’interaction sociale voir par exemple David Held et al., Global Transformations. Politics, Economics and Culture, Cambridge, Polity, 1999, p. 19 et suiv. et 435.

10 Frank Nullmeier montre comment se poursuit aujourd’hui encore le passage progressif, dans les stratégies d’entreprise, d’une focalisation sur les moyens (pour réaliser des objectifs de production prédéfinis) à la recherche agressive d’une détermination des objectifs de production eux-mêmes (Politische Theorie im Sozialstaat, op. cit., p. 213 et suiv.).

11 Ici le droit représente, à l’heure actuelle du moins, une exception. On peut cependant repérer des éléments de compétition au niveau des procédures légales, ainsi qu’une compétition accrue entre les États, qui cherchent à établir des systèmes juridiques plus efficaces. Voir sur ce thème Klaus Günther, « Rechtspluralismus und universaler Code der Legalität: Globalisierung als rechtstheoretisches Problem », dans Wingert L. & Günther K. (dir.), Die Öffentlichkeit der Vernunft und die Vernunft der Öffentlichkeit (Festschrift für Jürgen Habermas), Francfort/Main, Suhrkamp, 2001, p. 539-567.

12 Comme le fait remarquer F. Nullmeier (op. cit, p. 150), la conviction que l’organisation agonistique d’une sphère sociale (que l’on songe à la compétition entre artistes, philosophes, producteurs, etc.) renforce massivement la créativité et la productivité en « libérant les énergies » de la société est un lieu commun de l’histoire des idées : on la trouve chez G. Simmel (ibid., p. 154), chez F. Nietzsche (p. 158, 186), ou encore dans l’idée de « destruction créatrice » chère à J. Schumpeter (p. 196).

13 Voir G. Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », op. cit., p. 224 et F. Nullmeier, Politische Theorie des Sozialstaats, op. cit., p. 194.

14 J’emprunte le concept d’« énergie cinétique » de la société à Peter Sloterdijk, Eurotaoismus. Zur Kritik der politischen Kinetik, Francfort/Main, Suhrkamp, 1989 (trad. fr. : P. Sloterdijk, La Mobilisation infinie : vers une critique de la cinétique politique, Paris, Christian Bourgois, 2000).

15 Voir sur ce thème Wolfgang Schluchter, « Ethik und Kapitalismus. Zwei Thesen Max Webers », Berliner Journal für Soziologie, 1995 (3), p. 335–347, en particulier p. 340 et suiv. ; ainsi que G. Simmel, « Soziologie der Konkurrenz », op. cit., p. 186 et suiv.

16 Voir Roger Finke et Rodney Stark, The Churching of America, 1776-1990: Winners and Losers in Our Religious Economy, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 1992.

17 Michael Baurmann et Hartmut Kliemt, « Zur Ökonomie der Tugend », Ökonomie und Gesellschaft, vol. 11, Markt, Norm und Moral, Francfort/Main-New York, 1995, p. 13-44.

18 Magré les résultats décevants de l’Allemagne dans les études PISA, les recherches comparées ont montré que les capacités cognitives des écoliers d’une classe d’âge donnée ont augmenté durant ces dernières décennies. De même, une brève considération des archives universitaires démontre immédiatement que les mémoires actuels de licence ou de maîtrise ont souvent, sur le plan tant quantitatif que qualitatif, le niveau des thèses de doctorat des années 1950 ou 1960.

19 En français dans le texte. NdT.

20 Jon Elster, « Constitution-Making in Eastern Europe: Rebuilding the Boat in the Open Sea », Public Administration, no 71, 1993, p. 169-217, ici p. 183.

21 C’est ainsi que les mesures politiques causant de grandes inégalités se voient justifiées au nom du principe social de compétition, tandis que c’est au nom des désavantages subis par les « perdants de la compétition » que les demandes de justice se voient justifiées.

22 D’un point de vue d’histoire des idées il est intéressant d’observer que cette autonomisation sociale du principe de compétition a été utilisée, dans le sillage du contraste proposé par Hésiode entre un « bon » et un « mauvais » conflit (eris), pour distinguer le point à partir duquel la compétition, de socialement avantageuse, devient nuisible pour la société (voir par exemple K. Jaspers ou J. Huizinga ; sur ce point F. Nullmeier, Politische Theorie des Sozialstaats, op. cit., p. 148 et suiv., 162, 168.)

23 Sighard Neckel « “Leistung” und “Erfolg” », op. cit., montre de manière convaincante comment l’idée de performance sert plus de légitimation idéologique aux inégalités de distribution que de véritable critère pratique : il n’est pas du tout vrai que le gagnant d’une compétition soit nécessairement celui qui a fourni la meilleure performance ; souvent, les critères qui permettraient de trancher cette question manquent et, dans d’autres cas, le succès et la performance se révèlent clairement distincts l’un de l’autre. Ceci n’est pas essentiel pour le thème qui nous intéresse ici, à savoir la logique sociale de la compétition : on peut dire que la performance apparaît comme équivalente au succès compétitif (ou qu’elle se laisse définir par ce dernier) dans la mesure où c’est bien le succès qui garantit la reconnaissance et qui permet de se prévaloir de la performance réalisée. Voir aussi sur ce thème Kai Dröge et Sighard Neckel, « Die Verdienste und ihr Preis: Leistung in der Marktgesellschaft », in Honneth A. (dir.), Befreiung aus der Mündigkeit. Paradoxien des gegenwärtigen Kapitalismus, Francfort/Main-New York, Campus, 2002, p. 93-116.

24 Niklas Luhmann, « Die Knappheit der Zeit und die Vordringlichkeit des Befristeten », Politische Planung. Aufsätze zur Soziologie von Politik und Verwaltung, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1994, p. 143-164, ici p. 155-156 ; Wilhelm Hennis, « Alternativen ohne Spielraum? Möglichkeiten und Unmöglichkeiten des politischen Systems », Auf dem Weg in den Parteienstaat. Aufsätze aus vier Jahrzehnten, Stuttgart, Reclam, 1998, p. 57-68, ici en particulier 66 et suiv.

25 Voir par exemple Hartmut Esser, Soziologie. Allgemeine Grundlagen, 2e édition, Francfort/Main-New York, Campus, 1996, p. 241 et suiv. Adam Smith avait déjà formulé ces deux idées : on notera qu’il tenait la lutte pour la reconnaissance, étonnamment, pour le motif d’action le plus important des deux. D’après A. Smith, de par le caractère naturellement limité des besoins corporels, « c’est surtout par égard aux sentiments d’autrui que nous recherchons la fortune et fuyons l’indigence. Quel est en effet le but de l’avarice, de l’ambition, de la poursuite des richesses, du pouvoir, des distinctions ? […] D’où naît […] cette ambition de s’élever qui tourmente toutes les classes de la société et quels sont donc les avantages que nous attendons de cette grande fin assignée à l’homme et que nous appelons l’amélioration de notre condition ? Nous n’en espérons d’autres avantages que d’être remarqués et considérés, rien que d’être regardés avec attention, avec sympathie et avec approbation. Il y va de notre vanité, non de nos aises ou de notre plaisir. » (The Theory of Moral Sentiments, London, 9e éd., 1801, vol. 1, p. 98 et suiv. ; cité d’après Albert O. Hirschman, Les Passions et les Intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, Paris, Puf (Quadrige), 1997, p. 98-99; souligné par moi, H. R.).

26 Voir la critique profonde et convaincante de Charles Taylor, « What is Human Agency? », Human Agency and Language, Philosophical Papers, I, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

27 Il faut ici entendre « ordre » (allemand Stand) au sens des ordres et états de l’Ancien régime. NdT.

28 Voir à ce sujet Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, chap. v et xi.3.

29 Theodor W. Adorno & Max Horkheimer, La Dialectique de la Raison, Paris, Gallimard, 1974, p. 220.

30 Voir Gary Rivlin, « Facing the World Online, With Egos Fully Exposed », The New York Times, supplément à Süddeutsche Zeitung, 14 juin 2004, p. 15.

31 Georg Simmel, Philosophie des Geldes, Francfort/Main, Suhrkamp, 1989, p. 591 et suiv. (trad. fr., G. Simmel, Philosophie de l’argent. Paris, Puf (Quadrige), 1999, p. 570 et suiv.).

32 Voir par exemple Gert Günter Voß, « Neue Verhältnisse ? – Zur wachsenden Bedeutung der Lebensführung von Arbeitskräften für die Betriebe », in Burkart L. (dir.), Entwicklugsperspektiven von Arbeit, Ergebnisse aus dem Sonderforschungsbereich 333 der Universität München/DFG, Berlin, Akademie Verlag, 2001, p. 31-45.

33 En français dans le texte. NdT.

34 Concernant le retour du nomade et sa revanche sur le sédentaire, voir Zygmunt Bauman, Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press, 2000, p. 13.

35 « American Workers are stressed out, and in an unforgiving economy, they are becoming more so everyday », explique John Schwartz, spécialiste de la recherche sur le stress, en première page du New York Times (5 septembre 2004). Il poursuit : « Sixty-two percent say their workload has increased over the last six months; 53 percent say work leaves them “overtired and overwhelmed”. Even at home, in the soccer bleachers or at the Labor Day Picnic, workers are never really off the clock, bound to BlackBerries, cellphones and laptops. Add iffy job security, rising health care costs, ailing pension plans and the fear that a financial setback could put mortgage payments out of reach, and the office has become, for many, the echo chamber of angst. » À propos de l’imposition « paternaliste » des modes de vie dont se rend coupable le marché, voir également H. Rosa, «Kapitalismus und Lebensführung. Perspektiven einer ethischen Kritik der liberalen Marktwirtschaft », Deutsche Zeitschrift für Philosophie, no 47, 1999, p. 735-758.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Modes d’interaction et énergie cinétique sociale
Légende A, B : Participants à l’interaction: Énergie socio-cinétique résultant de l’interactionConflit : Les énergies sociales sont dirigées les unes contre les autres et s’annulent (en tant qu’énergies dirigées)Compétition : La compétition pour un tiers (X) – l’énergie du gagnant est entièrement transformée en énergie socio-cinétique, celle du perdant partiellement ; toutes deux sont très fortement mobiliséesCoopération : Les énergies sociales s’additionnent, mais leur développement est peu stimulé (sauf circonstances très particulières)
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/5933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hartmut Rosa, « La compétition comme mode d’interaction », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 07 octobre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/5933

Haut de page

Auteur

Hartmut Rosa

hartmut.rosa@uni-jena.de
Professeur de sociologie, Université de Iéna Carl-Zeiss-Strasse 3, 07743 Jena, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page