Navigation – Plan du site

Survivre à son premier film

Les carrières des cinéastes face à la segmentation de l’espace cinématographique français dans les années 2000
Surviving one’s first feature film. Cinematographic space and career dynamics of filmmakers in France in the 2000’s
Karim Hammou, Audrey Mariette, Nicolas Robette et Laure de Verdalle

Résumés

Si les difficultés d’entrée dans les carrières artistiques sont bien documentées, c’est moins le cas des dynamiques qui président au maintien dans ces carrières. Quelles sont les conditions de la survie professionnelle des cinéastes en France dans le contexte des années 2000 ? En quoi leur point d’entrée dans l’espace des films influence-t-il leurs chances de survie ? À partir d’une base de données renseignant les conditions de production et de réception de l’ensemble des films produits en France de 2000 à 2010, cet article analyse la manière dont les logiques économiques et symboliques interviennent dans l’amorce des carrières de réalisateurs et réalisatrices, du premier au deuxième film. Il vise ainsi à appréhender la question des carrières de manière dynamique, en prenant en compte le rôle joué par le point d’entrée dans l’espace professionnel, et en proposant des outils méthodologiques pour le faire. Nous commençons par montrer que l’espace des films français est un espace segmenté, pour les premiers films comme pour l’ensemble des films. Cet univers hétérogène peut être défini à partir de quatre sous-espaces (« films de la marge », « petits moyens », « films du milieu » et « blockbusters ») au sein desquels les facteurs économiques sont toujours centraux, mais vont de pair avec des définitions variables du succès. Nous étudions alors les carrières des cinéastes en interrogeant les possibilités de circulation entre ces sous-espaces qui s’avèrent relativement cloisonnés : nous vérifions en effet que les carrières s’y déploient selon des modalités différenciées.

Surviving one’s first feature film. Cinematographic space and career dynamics of filmmakers in France in the 2000’s

Although the difficulties of starting a career in arts are well documented, much less is known about how such careers are retained. What are the conditions of survival in the filmmaking industry in the 21st century France ? How does the entry point into the cinematographic space influence the chances of survival? This article is based on the analysis of a database gathering information on the conditions of production and on the reception of all films produced in France between 2000 and 2010. It analyses the economic and symbolic logics shaping the beginnings of directors’ careers from the first to the second film. It proposes new methodological tools for capturing the dynamics of their careers by taking into consideration the role played in survival by the point of entry into the cinematographic space. The article begins by an analysis of the space of French films which is shown to be largely segmented for first films as for those to come. This heterogeneous universe can be divided into four sub-areas (“marginal films”, “small medium films”, “middle films” and “blockbusters”) in which economic factors are always central but go hand in hand with varying definitions of success. The filmmakers’ careers are then studied by examining the possibilities of circulation between relatively compartmentalized sub-areas within which careers evolve in different ways.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Un espace cinématographique segmenté
Un espace d’abord structuré par des logiques économiques
Des conditions de production qui pèsent sur la réception des films
Des premiers films peu spécifiques
Des sous-espaces qui constituent autant de points d’entrée possibles pour une carrière de cinéaste
Le sous-espace des films les plus commerciaux : les « blockbusters » (17 % des films étudiés)
Le sous-espace des films à la marge du circuit, réalisés avec des moyens limités : les « films de la marge » (32 %)
Le sous-espace des films à petits moyens mais à ressources symboliques élevées : les « petits moyens » (27 %)
Le sous-espace des films qui combinent ressources économiques et symboliques : les films dits « du milieu » (24 %)
Les dynamiques de carrière : des modalités de survie différentes selon les sous-espaces
Le sous-espace des « films de la marge » : des carrières en sursis
Survivre dans le sous-espace des « petits moyens » : faire feu de tout bois
Survivre dans le sous-espace des « films du milieu » : le succès commercial avant tout
Survivre dans le sous-espace des « blockbusters » : saturer l’offre en salle
Des points d’entrée déterminants ? Des circulations différenciées entre sous-espaces du premier au deuxième film
Conclusion

Aperçu du début du texte

À l’image d’autres univers artistiques, le cinéma français est généralement présenté comme un espace structuré par une opposition entre un pôle artistique peu doté financièrement et un pôle commercial dans lequel les ressources économiques sont élevées et jouent un rôle central. Lors d’un discours prononcé pendant la cérémonie des Césars en 2007, la cinéaste Pascale Ferran dressait le constat d’une « fracture » (ou polarisation) croissante, qui interviendrait au détriment des films dits « du milieu ». Au même moment, le sociologue Julien Duval, étudiant la structure du champ cinématographique français, mettait en évidence « deux sous-espaces qui s’opposent sous certains rapports, mais ne se laissent pas séparer par une ligne de partage objective » (Duval, 2006, p. 115). Les trajectoires professionnelles des artistes s’inscrivent dès lors entre ces pôles, dont le degré de porosité varie selon les configurations historiques.

Au-delà même des univers artistiques, l’analyse en termes de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karim Hammou, Audrey Mariette, Nicolas Robette et Laure de Verdalle, « Survivre à son premier film », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 20 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6114

Haut de page

Auteurs

Nicolas Robette

nicolas.robette@uvsq.fr
Enseignant-chercheur en sociologie, CREST-LSQ, GENES-ENSAE - Laboratoire Printemps CNRS, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France

Articles du même auteur

Karim Hammou

karim.hammou@gmail.com
Chargé de recherche CNRS en sociologie, CRESPPA-CSU, 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Audrey Mariette

audrey.mariette@univ-paris8.fr
Enseignante-chercheure en science politique, Université Paris 8 Saint-Denis, CRESPPA-CSU, 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Laure de Verdalle

laure.de-verdalle@uvsq.fr
Chargée de recherche CNRS en sociologie, Centre Marc Bloch, Laboratoire Printemps - Laboratoire Printemps CNRS, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page