Navigation – Plan du site

Le travail social en intérim

Le cas des éducateur.rices intérimaires dans les foyers de l’enfance
The temporary social work. The case of temporary youth workers in children’s homes
Charlène Charles

Résumés

Alors que l’intérim a connu ces cinquante dernières années un essor spectaculaire en France, l’émergence des entreprises de travail temporaire dans le secteur social et médico-social est apparue bien plus tardivement tout en restant relativement marginale. Pourtant, l’implantation de ces prestataires sous-traitants des services sociaux n’en demeure pas moins inattendue dans un secteur qui repose sur une conception de l’accueil et de l’accompagnement du public a priori très éloignée des caractéristiques de l’intermittence. À partir d’une enquête ethnographique de quatre années, l’article propose de revenir sur les aspects significatifs du travail des intérimaires dans les services de l’Aide sociale à l’enfance en adoptant une lecture conjointe des fonctions spécifiques des agences dans le secteur et de leurs effets, même les plus intangibles, sur l’activité relationnelle.

The temporary social work. The case of temporary youth workers in children’s homes

While temporary work has experienced a spectacular rise in France in the last forty years, the emergence of temporary employment agencies in the social and medical-social sectors has appeared much later and has so far remained relatively marginal. However, the appearance of these service providers, essentially subcontractors of social services, is unexpected in a sector based on organizational principles and relations to their public(s) that are far removed from the characteristics of intermittent work. Based on a four-year ethnographic research, this article revisits the significant aspects of temporary work in children’s social services by a joint analysis of specific positions of temporary employment agencies in this sector and their impacts on relational activity.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

« Le système ne peut plus fonctionner sans l’intérim »
Urgence salariale et flexibilisation du marché de l’éducation spécialisée
Urgence sociale et délégation de la gestion des « crises »
Parcours d’intérimaires du social à distance de la profession
« Passer de l’autre côté de la barrière »
« Des éducateurs particuliers » : retrouver l’autonomie dans le travail social
Aux marges de l’éducation spécialisée, une autre définition de la professionnalité ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Filiale d’un des principaux groupes français d’intérim, la toute première agence Aid’intérim, après avoir dédié son activité au remplacement de personnel dans le secteur médical et paramédical, se spécialise entièrement dans la délégation de travailleurs sociaux, en 1999. Même si la part du travail temporaire consacrée à l’« hébergement médico-social et social et action sociale sans hébergement » ne représente pas une part importante de l’intérim tout secteur confondu (en 2015 un peu moins de deux intérimaires sur 100 travaillent dans le secteur social selon les données de la Dares), elle n’a en revanche cessé de croître. Tandis qu’en 2005, on ne compte qu’une seule agence spécialisée dans le secteur social et médico-social, le recensement de 2015 fait état d’une dizaine d’entreprises. De 2000 à 2015, les missions d’intérim dans le secteur social ont été multipliées par trois. Mais tandis que les logiques d’action et les référentiels professionnels du travail social s’opposent en to...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlène Charles, « Le travail social en intérim », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 10 |  2019, mis en ligne le 20 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6169

Haut de page

Auteur

Charlène Charles

Charlene.charles@u-pec.fr
Docteure en sociologie, Université Paris 7 Denis Diderot, Laboratoire de Changement social et politique, ATER, Université Paris Est Créteil, LIRTES - Université Paris-Est Créteil, LIRTES, Bâtiment La Pyramide, 80 avenue du Général de Gaulle, 94009 Créteil cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page