Navigation – Plan du site

Aurélie Jeantet, Les Émotions au travail (CNRS Éditions, 2018)

Gabrielle Lecomte-Ménahès
Référence(s) :

Aurélie Jeantet (2018), Les Émotions au travail, Paris, CNRS Éditions, 328 p.

Texte intégral

version postprint

  • 1 Voir par exemple le numéro 5 de la revue d’histoire Sensibilités « Controverses sur l’émotion. Neur (...)

1Si les émotions ont longtemps été considérées comme un objet relevant davantage des sciences humaines, voir des neurosciences, que des sciences sociales, leur revalorisation actuelle s’appuie sur une réflexion transdisciplinaire1. Tout en soulignant les bénéfices d’une telle démarche, Aurélie Jeantet, maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Sorbonne-Nouvelle et membres du Cresppa, propose une analyse des émotions propre à la sociologie. Au-delà des oppositions entre sciences sociales et humaines, elle les considère comme relevant d’une « subjectivité incarnée », situées à l’entrecroisement du social et du psychique. Mais tout en appelant à prendre en compte leur dimension individuelle, relevant d’un intime façonné par le social et qui en retour agit sur lui, elle n’occulte pas une analyse macro-sociale des affects.

2À la suite des travaux d’Arlie Hochschild et d’Eva Illouz, l’ouvrage est un plaidoyer pour une prise en compte des émotions en sociologie du travail, alors même qu’elles avaient été particulièrement délaissées dans ce sous-champ disciplinaire. Une occultation qui s’explique en partie par l’imprégnation de représentations dominantes qui tendent à définir les univers professionnels comme rationnels et a-émotionnels. Toutefois le développement, depuis la fin des années 1990, d’une expression de « la souffrance au travail », contemporaine d’une série d’enquêtes de préventeurs en santé au travail et de chercheurs sur cet objet, oblige aujourd’hui à considérer les émotions au travail.

3Le propos s’organise en trois parties. La première est une revue de la littérature qui permet à l’auteure de définir cet objet complexe à partir des « classiques » de la sociologie. Elle se conclut par une réflexion épistémologique et méthodologique. Défendant l’idée que l’émotion constitue un point de contact entre l’individu et son environnement et appelant à penser le caractère social de la subjectivité, notamment dans sa dimension singulière, l’auteure définit l’émotion comme un objet sociologique à part entière. Tout en reconnaissant que l’appréhension d’un tel objet n’est pas aisée, elle propose de croiser les méthodes (observations et entretiens) et les approches (auto-analyse, clinique de l’activité) pour avoir accès aux émotions non seulement exprimées mais aussi ressenties. Dans un deuxième temps, l’analyse est alimentée par les travaux de sociologie du travail abordant ces questions par l’étude de métiers variés. Enfin, dans le dernier chapitre intitulé « émotions et domination », l’auteure défend la thèse d’une structuration des relations de travail par des rapports de domination fondés sur des normes émotionnelles.

4Le principal apport de cet ouvrage est d’inviter les sociologues du travail à davantage étudier les émotions. L’auteure reprend à son compte le parallèle établit par Émile Durkheim entre corps physiologique et corps social pour souligner que si ce dernier « est composé d’organes ne pouvant être pensés indépendamment du tout, les émotions seraient les cellules qui les nourrissent. Des rouages essentiels, mais toujours inclus dans des dispositifs, des interactions et des idéologies » (p. 204). Si les institutions jouent un rôle actif dans l’édiction de normes émotionnelles, les émotions ne sont pas de simples effets de l’organisation sociale (ou du travail), alors qu’elles sont souvent analysées comme telles, mais la façonnent également en retour par les rapports sociaux qu’elles contribuent à produire.

5Aurélie Jeantet développe plusieurs axes d’analyse transversaux à l’ouvrage. Elle défend l’idée selon laquelle la domination au travail dans un système capitaliste est fondée sur une maîtrise émotionnelle, genrée et socialement distribuée. Les normes émotionnelles du capitalisme néo-libéral sont définies par le rapport aux émotions des classes supérieures et le modèle dominant de la masculinité valorisant une rationalité associée à un déni des émotions (hormis celles agonistiques). Pour justifier un ordre social soi-disant animé de raison, les membres des classes « supérieures » et les hommes se protègent des affects en déléguant leur prise en charge aux subordonnés et aux femmes. Les métiers impliquant de s’exposer aux émotions et nécessitant un important travail relationnel, tels les métiers des relations de service ou ceux du care sont majoritairement occupés par ces groupes, la distribution des qualités morales ayant trait aux émotions justifiant en retour cette hiérarchisation professionnelle. La maîtrise émotionnelle passe notamment par un « travail émotionnel », qu’Aurélie Jeantet définit à la suite d’Arlie Hochschild comme un travail qui « consiste à transformer ses émotions (ou celles d’autrui) pour les rendre conformes à certaines attentes, identifiées comme normales, souhaitables, et en tout cas plus légitimes et montrables que celles qui seraient spontanément éprouvées » (p. 37). Ce travail émotionnel est d’ailleurs plus ou moins valorisé selon les métiers. Il l’est particulièrement dans le métier de diplomate, masculin et prestigieux s’il en est, qui exige un important contrôle de ses émotions (corrélé à la retenue des opinions personnelles). Ainsi « les femmes travailleraient avec leurs émotions alors que les hommes travaillent sur et parfois contre elles » (p. 210).

6L’auteure souligne à juste titre l’importance de contextualiser l’analyse des émotions et de prendre en compte les rapports sociaux dans lesquels elles s’insèrent ainsi que les conditions de travail auxquels les individus sont confrontés. Au-delà d’un rapport à l’activité réelle, les émotions s’inscrivent également dans des « cultures émotionnelles » différentes et sont façonnées par l’histoire et les modes de fonctionnement des groupes professionnels. Ceux-ci en encouragent ou interdisent certaines et au cours de la socialisation professionnelle, l’intégration des individus se fait aussi selon leur capacité à partager les émotions adéquates.

7Présentant des émotions communes à de nombreux métiers, Aurélie Jeantet établit une dichotomie entre celles relevant du plaisir (les émotions esthétiques et la passion) et celles provoquant une souffrance (l’ennui et la peur). Elle nous montre que les registres sur lesquels est vécue l’activité, à travers des émotions plus ou moins valorisées, sont également socialement distribués. La passion est ainsi particulièrement reconnue. Elle est massivement prescrite par l’encadrement tant elle est corrélée à un investissement intensif au travail. Celui-ci permettant de valoriser une endurance, source de prestige social et de distinction, que connaissent par exemple les financiers, traders et autres consultants qui la vivent justement sur un mode agonistique. À l’inverse l’ennui, dont les origines peuvent être multiples (inintérêt ou contrainte de la tâche, défaut d’activité…) et qui est l’émotion la plus partagée au travail, est l’un des critères du « sale boulot » et contribue à un sentiment de dévaluation de soi et du travail. Les métiers où l’on s’ennuie beaucoup se situent en bas de la hiérarchie de prestige. Il s’agit d’activités où l’autonomie est moindre et où les cadences sont plus imposées, par exemple les métiers aux tâches répétitives comme le codage ou la surveillance.

8La doctrine rationaliste qui reposait sur un déni des émotions semble laisser actuellement place à une revalorisation des émotions au travail, notamment celles associées au plaisir comme la passion. Les porteurs de cette nouvelle idéologie de la rationalité, appartenant le plus souvent aux métiers de l’encadrement, considèrent les émotions comme des outils de mise au travail, des brèches pour connaître et contrôler les personnes. Les émotions sont alors instrumentalisées, au sens où il s’agit d’en « susciter activement chez autrui certaines, au détriment d’autres, pour les utiliser comme des moyens en vue d’une fin qui leur est extérieure et hétéronome » (p. 236). Mais les émotions peuvent également faire l’objet d’un travail de mise en scène pour correspondre à ces injonctions. Les émotions éprouvées ne renvoyant pas toujours aux émotions prescrites. Si cette normalisation émotionnelle peut relever en partie de la mise en scène, elle n’est à long terme pas sans effets sur les individus concernés. Le déni des émotions ressenties par la mise en conformité d’émotions et de pratiques légitimes peut générer des situations de souffrance par la distance, le déni voir la « désaffectivation » (stratégie qui consiste à se couper de ses émotions ou le fait de se trouver privé de ses affects suite à un traumatisme). Ce rapport contraint aux émotions existant chez les dominés comme chez les dominants.

9Face à l’occultation de la dimension collective des phénomènes de souffrance au travail et des représentations dominantes des émotions négatives comme relevant de problèmes uniquement psychologiques et individuels, cet ouvrage rappelle la dimension fondamentalement sociale des émotions dans les milieux du travail. Aurélie Jeantet appelle d’ailleurs de ses vœux une « réaffectivation » du monde du travail pour résister aux formes de domination et inscrit son discours dans des enjeux tout autant sociaux que proprement scientifique. Au fil de la lecture l’analyse sociologique ne se distingue pas toujours de la critique politique mais dote de clés de compréhension pour résister à la souffrance au travail.

10L’intérêt de l’ouvrage est qu’il synthétise une somme des travaux de sociologie et de sociologie du travail (dont ceux de l’auteure) analysant la construction sociale des émotions. Les sociologues peuvent puiser dans cette boîte à outils concepts et notions pour appréhender l’objet dans sa complexité. Si les réflexions épistémologique et méthodologique qui questionnent les frontières entre émotions ressenties et affichées sont également riches, nous pouvons cependant regretter qu’elles ne mènent pas à la proposition de « ficelles » concrètes, mobilisables pour enquêter.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le numéro 5 de la revue d’histoire Sensibilités « Controverses sur l’émotion. Neurosciences et sciences sociales » paru en 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Lecomte-Ménahès, « Aurélie Jeantet, Les Émotions au travail (CNRS Éditions, 2018) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2019, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6265

Haut de page

Auteur

Gabrielle Lecomte-Ménahès

gabrielle.lecomte@univ-rennes1.fr
Docteure en sociologie au CENS (Centre nantais de sociologie, UMR CNRS 6025) et post-doctorante à l’IODE (Institut de l’Ouest : Droit et Europe, UMR CNRS 6262), Université de Rennes 1, Faculté de droit et de science politique, 9 rue Jean Macé, 35000 Rennes, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page