Navigation – Plan du site

Les rapports sociaux dans les quartiers de mixité sociale programmée

Social relations in districts of planned social mixing
Joanie Cayouette-Remblière

Résumés

Cet article prend pour objet les ensembles neufs construits en zone urbaine dense au sein desquels une partie des logements est réservée au secteur social, des espaces que nous proposons de nommer quartiers de mixité sociale programmée. Il s’appuie sur l’étude de deux d’entre eux. Après avoir décrit la genèse de la construction de ces projets, il montre que, si l’étude de leur composition sociale met en évidence une mixité sociale arithmétique « quasi parfaite », celle-ci n’est acquise qu’en faisant venir des classes moyennes et supérieures dans des villes de la « banlieue rouge » où elles étaient peu nombreuses. L’étude des choix résidentiels des habitant∙es des quartiers de mixité sociale programmée révèle ensuite que les propriétaires qui s’y installent sont au début de leur carrière immobilière alors que les locataires HLM sont relativement sur-sélectionnés. Ces différences de trajectoires charrient avec elles des différences de structures par âges : les 10-24 ans sont largement plus nombreux au sein des ménages locataires HLM que chez les autres. À rebours des idéaux prêtés à la mixité sociale, l’analyse des réseaux de sociabilité montre, d’une part, la faiblesse des relations sociales parmi les habitant∙es et, d’autre part, le caractère structurant du statut d’occupation dans celles-ci. Pour autant, ces quartiers ont bien des effets socialisateurs, notamment sur les représentations sociales des classes moyennes et supérieures, amenées à revisiter leurs conceptions des classes populaires et par-delà, leur position dans l’espace social.

Social relations in districts of planned social mixing

This paper looks at two districts of “planned social mixing” –new housing projects built in dense urban areas where a set percentage of apartments is earmarked for social housing. After discussing the ideological, socioeconomic and historical reasons behind these projects’ construction, the article goes on to show that their social composition is almost perfectly representative of the overall population of the greater Paris area. This has been achieved by attracting middle and upper class families to settle in the former working-class. An analysis of the residential choices of the districts’ inhabitants reveals that the owners are at the beginning of their real-estate careers and that the social housing renters tend to be relatively well off. This difference entails a disparity in age structures: 10 to 24 years-olds are much more numerous in the social housing households than in any of the other housing categories. Despite the ideals associated with social mixing, the analysis of the inhabitants’ social networks reveals weak social ties between inhabitants, largely structured by occupancy status. Nevertheless, these neighborhoods do manifest socializing effects namely on middle and upper class inhabitant’ representations of working classes and of their own position in the social space.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Créer de la mixité sociale ou accompagner l’embourgeoisement ?
L’« esprit » de la mixité sociale
Les vertus attribuées à ce modèle urbain
Une mixité sociale arithmétique quasi parfaite…
… qui accompagne l’embourgeoisement de la « banlieue rouge »
La rencontre entre une opération de peuplement et des trajectoires individuelles
Le peuplement des logements sociaux
Devenir propriétaire
L’arrivée de locataires dans le secteur privé
Les différences sociodémographiques entre statuts d’occupation
L’entre-soi en contexte de mixité sociale
Un quartier où les relations sociales ne sont pas si nombreuses
Deux principaux réseaux de relations sociales
Mixité sociale et rapports de classe
La fabrique de l’altérité
Le recours « contraint » à l’école privée : un facteur d’identification aux classes moyennes
Des classes moyennes invisibles
Conclusion

Aperçu du début du texte

Ce mélange bizarre, ça fait des propriétaires avec des moyens plus élevés – et ça se voit – et des familles en difficultés – et ça se voit aussi. Moi, j’ai grandi en cité donc on a tous le même niveau de vie en moyenne, ceux qui ont plus d’argent quittent les cités. Ici, c’est un bâtiment planté au milieu [l’immeuble HLM où elle habite]. C’est bien, en soi, c’est une bonne idée, […] mais ça donne une ambiance bizarre (femme, ancienne auxiliaire de puériculture en arrêt maladie, locataire HLM).

Depuis le début des années 2000, une nouvelle forme urbaine voit le jour en France. Censés répondre à la fois aux impératifs de mixité sociale tout comme à ceux de densification du tissu urbain, des quartiers neufs sont créés en zone urbaine dense ; en leur sein, une partie conséquente des logements est réservée aux bailleurs sociaux. Éco-quartiers ou non, ces espaces, que je nomme « quartiers de mixité sociale programmée » sont régulièrement présentés comme l’idéal architectural et urbanistiqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanie Cayouette-Remblière, « Les rapports sociaux dans les quartiers de mixité sociale programmée », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6492

Haut de page

Auteur

Joanie Cayouette-Remblière

joanie.cayouette-rembliere@ined.fr
Chargée de recherches, sociologie, Ined, Campus Condorcet, 9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers cedex, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page